Le moment de l'inhalation de solution saline hypertonique chez les personnes atteintes de mucoviscidose

Problématique de la revue

Nous avons examiné les données pour savoir si le moment (par rapport aux techniques de dégagement des voies respiratoires ou par rapport à l'heure de la journée) de l'administration d'une solution saline hypertonique (une solution forte, stérile et saline) par nébulisation améliore les propriétés physiques des expectorations, stimule la toux, améliore les résultats cliniques (comme la fonction pulmonaire) et améliore l'effet perçu des techniques de dégagement des voies respiratoires dans la mucoviscidose. Il s’agit de la mise à jour d'une revue Cochrane déjà publiée.

Contexte

Une inhalation régulière de solution saline hypertonique améliore les résultats cliniques des personnes atteintes de mucoviscidose. Il n'est pas clair s’il est préférable d'inhaler la solution saline hypertonique avant, pendant ou après le dégagement des voies respiratoires par des techniques physiques, ni s’il est préférable de l'inhaler le matin ou le soir. Nous avons recherché des essais comparant ces différents timings.

Date des recherches

Les données probantes sont à jour au : 28 février 2019.

Caractéristiques des études

Cette revue inclut trois études portant sur 77 personnes atteintes de mucoviscidose âgées de 18 à 64 ans. Les études ont examiné l'impact du moment de l'inhalation de la solution saline hypertonique par rapport aux techniques de dégagement des voies respiratoires. Les études ont rapporté des résultats immédiats après l'inhalation de solution saline hypertonique qui a eu lieu avant, pendant ou après les techniques de dégagement des voies respiratoires. Toutes les études étaient courtes, ne comprenant qu'une à trois inhalations pour chaque timing.

Principaux résultats

Bien que des critères de jugement tels que la fonction pulmonaire n'aient pas montré de différence entre les timings, les personnes atteintes de mucoviscidose ont perçu que l'inhalation de solution saline hypertonique avant ou pendant les techniques de dégagement des voies respiratoires pouvait être plus efficace et plus satisfaisante que l'inhalation de solution saline hypertonique après le dégagement des voies respiratoires. Aucune étude comparant l'inhalation le matin et le soir n'a été trouvée. L'efficacité à long terme de la solution saline hypertonique n'a été établie que pour des inhalations biquotidiennes ; toutefois, si seule une dose par jour est tolérée, le choix du moment d’inhalation dans la journée peut probablement se faire en fonction de la commodité ou de la tolérance tant qu’on ne dispose pas d’autres données probantes.

Qualité des données

Dans l'ensemble, la qualité des données était faible. Les seuls aspects affectant peut-être la qualité étaient liés au fait qu'il n'était pas possible d’aveugler les participants sur le traitement qu'ils recevaient. Cependant, comme les études étaient de courte durée et que la plupart des résultats significatifs étaient basés sur l'efficacité perçue, le moment de l'administration de la solution saline hypertonique doit être étudié plus en détail.

Conclusions des auteurs: 

Le moment de l'inhalation de la solution saline hypertonique n'a que peu ou pas d'incidence sur la fonction pulmonaire (données probantes de faible certitude). Cependant, l'inhalation de solution saline hypertonique avant ou pendant les techniques de dégagement des voies respiratoires peut maximiser l'efficacité perçue et la satisfaction. L'efficacité à long terme de la solution saline hypertonique n'a été établie que pour des inhalations biquotidiennes ; toutefois, si une seule dose par jour est tolérée, le choix du moment de la journée où elle est inhalée peut probablement se faire en fonction de la commodité ou de la tolérance tant qu’on ne dispose pas de données probantes comparant ces timings.

Les essais identifiés ont tous été réalisés sur des périodes d'intervention très courtes, ainsi pourraient être menées des recherches à plus long terme pour établir les effets découlant d'une utilisation régulière, ce qui permettrait d'intégrer l'influence de variations d’adhésion sur une utilisation à long terme, ainsi que de générer des données sur tout effet indésirable survenant lors d'une utilisation à long terme.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'inhalation de solution saline hypertonique améliore la rhéologie de l'expectoration, accélère la clairance mucociliaire et permet de meilleurs résultats cliniques pour les personnes atteintes de mucoviscidose. Il s’agit de la mise à jour d'une revue Cochrane déjà publiée.

Objectifs: 

Déterminer si le moment de l'inhalation de solution saline hypertonique (par rapport à la physiothérapie de dégagement des voies respiratoires ou à l'heure de la journée) a un impact sur son efficacité clinique chez les personnes atteintes de mucoviscidose.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons identifié des essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés pertinents dans le registre d'essais cliniques du groupe Cochrane sur la mucoviscidose, dans la Physiotherapy Evidence Database (PEDro) et dans les actes des congrès internationaux sur la mucoviscidose.

Date de la dernière recherche effectuée dans le registre d’essais cliniques sur la mucoviscidose du groupe Cochrane sur la mucoviscidose et les autres maladies génétiques : 28 février 2019.

Critères de sélection: 

Tout essai de solution saline hypertonique chez des personnes atteintes de mucoviscidose où le moment de l'inhalation était l'élément randomisé dans le protocole de l'étude avec : soit l'inhalation jusqu'à six heures avant la procédure de dégagement des voies respiratoires comparée à l'inhalation simultanée à la procédure de dégagement des voies respiratoires comparée à l'inhalation jusqu'à six heures après la procédure de dégagement des voies respiratoires, soit l'inhalation matinale comparée à l'inhalation en soirée quelle que soit la définition fournie par l'auteur.

Recueil et analyse des données: 

Les deux auteurs ont indépendamment évalué les essais identifiés par les recherches en vue de leur inclusion éventuelle dans la revue. La qualité des données probantes a été évaluée au moyen de la méthode GRADE.

Résultats principaux: 

Les recherches ont permis d'identifier 104 rapports d'essais représentant 51 essais, dont trois essais croisés (fournissant des données sur 77 participants) répondaient à nos critères d'inclusion. Trois comparaisons ont été étudiées : l'inhalation avant par rapport à l’inhalation pendant les techniques de dégagement des voies aériennes ; l'inhalation avant par rapport à l’inhalation après les techniques de dégagement des voies aériennes ; et l'inhalation pendant par rapport à l’inhalation après les techniques de dégagement des voies aériennes. Un essai (50 participants), compte tenu de sa conception à trois bras, était éligible pour les trois comparaisons. Aucun essai n'a comparé l'inhalation matinale et l'inhalation en soirée de solution saline hypertonique.

Les données probantes issues des trois essais ont été jugées de faible qualité et ont été déclassées en raison de leurs limitations (risque élevé de biais dû à l'aveuglement) et de leur caractère indirect (tous les participants étant des adultes, les données probantes ne s'appliquent donc pas aux enfants). Les périodes d'intervention allaient d'un à trois traitements en une journée. Il n'y a pas eu de différences cliniquement importantes entre les timings d'inhalation de solution saline hypertonique avant, pendant ou après les techniques de dégagement des voies respiratoires en ce qui concerne l'amélioration moyenne de la fonction pulmonaire ou les scores des symptômes (77 participants), les comparaisons entre les groupes n'étant pas significatives (données probantes de faible certitude). Bien qu'il puisse y avoir peu ou pas de différence dans le taux de satisfaction lorsque la solution saline hypertonique a été inhalée avant par rapport à pendant les techniques de dégagement des voies respiratoires (64 participants) (avec un intervalle de confiance à 95% comprenant la possibilité d'un taux de satisfaction plus ou moins élevé), la satisfaction est peut-être plus faible sur une échelle de 100 mm lorsqu'elle est inhalée après les techniques de dégagement des voies respiratoires par rapport à avant : différence moyenne (DM) 20,38 mm (intervalle de confiance (IC) à 95% 12,10 à 28,66) et par rapport à pendant les techniques, DM 14,80 mm (IC à 95% 5,70 à 23,90). L'efficacité perçue a donné des résultats similaires : peu ou pas de différence pour l'inhalation avant par rapport à pendant les techniques de dégagement des voies respiratoires (64 participants) ; peut-être inférieure lorsqu'elle est inhalée après les techniques de dégagement des voies respiratoires par rapport à avant, DM 10,62 (IC à 95 % 2,54 à 18,70) ; et de même par rapport à pendant les techniques, DM 15,60 (IC à 95 % 7,55 à 23,65). Ni la qualité de vie ni les effets indésirables n'ont été rapportés dans aucun des essais.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Constance Dubois et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.