Traitement topique des brûlures faciales

Les brûlures sont un problème de santé important. Les brûlures se produisent fréquemment sur la tête ou le cou. Ces zones sont le siège de l'expression de l'identité d'une personne et jouent un rôle essentiel dans la communication. D’autres capacités fondamentales telles que l'ouïe, l'odorat et la respiration peuvent être touchées en conséquence directe d'une brûlure faciale. Les auteurs de la présente revue Cochrane ont voulu évaluer les effets des traitements topiques (surface) sur la cicatrisation des plaies dans les brûlures faciales. Les traitements topiques sont, par exemple, les crèmes et les onguents antimicrobiens ainsi que les substituts cutanés biologiques ou issus des techniques de bioingénierie (artificiels).

Cinq petites études ont été incluses dans la revue. Deux études ont comparé deux produits antimicrobiens différents, tandis que trois études ont comparé des produits antimicrobiens à des substituts cutanés. Toutes les études étaient petites et présentaient un risque élevé de biais ; par conséquent, nous ne pouvons pas nous fier à leurs résultats et les éléments de preuve dans l’ensemble sont de faible qualité. Il n'existe pas suffisamment de preuves fiables pour déterminer si les traitements topiques améliorent les résultats chez les personnes atteintes de brûlures faciales, notamment en ce qui concerne l’amélioration de la cicatrisation des plaies, les taux d'infection, la nécessité d’intervenir chirurgicalement, l’amélioration de l'aspect des cicatrices, la réduction de la douleur, l'amélioration de la satisfaction globale des patients, la réduction des effets indésirables, l’amélioration de la qualité de vie ou la réduction de la durée d’hospitalisation. Des recherches supplémentaires sont nécessaires.

Conclusions des auteurs: 

Il n’existe pas suffisamment de recherches et de preuves de qualité élevée pour pouvoir tirer des conclusions quant aux effets des interventions topiques sur la cicatrisation des plaies chez les personnes atteintes de brûlures faciales.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les brûlures sont un problème de santé important. Elles surviennent fréquemment dans la région de la tête et du cou - la zone au cœur de l'identité d'une personne, et au travers de laquelle s’articulent nos moyens de communication les plus expressifs. Les interventions topiques sont actuellement la pierre angulaire du traitement des brûlures faciales d'épaisseur partielle.

Objectifs: 

Évaluer les effets des interventions topiques sur la cicatrisation des plaies chez les personnes atteintes de brûlures faciales, quelle qu’en soit l’épaisseur.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les plaies et contusions (recherche datant du 12 novembre 2012), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library 2012, Numéro 10) ; Ovid MEDLINE (de 1950 à la 1ère semaine de novembre 2012) ; Ovid MEDLINE - In-Process & Other Non-Indexed Citations, (recherche datant du 12 novembre 2012) ; Ovid EMBASE (de 1980 à la semaine 45 de 2012) et EBSCO CINAHL (de 1982 au 09 novembre 2012). Nous n’avons appliqué aucune restriction concernant la date ou la langue.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés (ECR) ayant évalué les effets d'un traitement topique des brûlures faciales étaient éligibles pour être inclus dans la présente revue.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué et inclus de manière indépendante les références identifiées par la stratégie de recherche. Les essais inclus ont été évalués à l'aide d'un formulaire de risque de biais, et les données ont été extraites à l'aide d'un formulaire d'extraction des données normalisé. Pour les résultats dichotomiques et continus, nous avons calculé les risques relatifs et les différences moyennes, respectivement, avec dans chaque cas des intervalles de confiance (IC) à 95 %.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus cinq ECR, comprenant un total de 119 participants. Deux études ont comparé deux agents antimicrobiens différents et trois ont comparé un substitut cutané biologique ou issu des techniques de bio-ingénierie avec un agent antimicrobien. Toutes ces études avaient une petite taille de l’échantillon et présentaient un risque élevé de biais. L'hétérogénéité des interventions et des critères de jugement n’a pas permis de regrouper les données. Dans trois études, le délai jusqu’à l’obtention de la cicatrisation complète des plaies s’est avéré significativement plus court chez les sujets qui utilisaient un substitut cutané que chez ceux qui utilisaient un agent antibactérien, mais la qualité des preuves était faible. La douleur a été réduite significativement avec l'utilisation de substituts cutanés dans les deux études ayant évalué ce critère dans tous les groupes, plage des différences moyennes de -2,00 (IC à 95 % de -3,82 à -0,18) à -4,00 (IC à 95 % de -5.05 à -2.95) sur une échelle de 10 points.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.