Anticoagulants pour le traitement initial de caillots sanguins chez des patients atteints de cancer

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Contexte

Les patients atteints de cancer sont exposés à un risque accru de caillots sanguins. L'anticoagulant (fluidifiant de sang) administré dans les premiers jours peut être de l'héparine non fractionnée (en perfusion intraveineuse) ou de l'héparine de bas poids moléculaire (en injection sous-cutanée une ou deux fois par jour). Ces deux anticoagulants peuvent avoir des profils d'efficacité et de tolérance différents.

Caractéristiques des études

Nous avons effectué des recherches dans des bases de données scientifiques pour les essais cliniques comparant différents anticoagulants chez les personnes atteintes de cancer ayant un diagnostic confirmé d'un caillot de sang. Les essais avaient examiné la mortalité, la récurrence de caillots sanguins, les saignements, le syndrome post-phlébitique (une complication à long terme des caillots sanguins), la qualité de vie et les niveaux de plaquettes sanguines (qui sont impliquées dans la coagulation du sang). Les preuves sont à jour en février 2013.

Résultats principaux

Dans cette revue systématique, les données issues de 13 études suggèrent que l'héparine de bas poids moléculaire réduit plus efficacement la mortalité que l'héparine non fractionnée. Cependant, les preuves ne sont pas suffisantes pour prouver sa supériorité en termes de réduction de la récurrence de caillots sanguins. Les données disponibles ne permettent pas de comparer les profils de sécurité de ces deux médicaments.

Qualité des preuves

La qualité globale des preuves était faible.

Conclusions des auteurs: 

L'HBPM semblerait supérieure à l'HNF dans le traitement initial de la TEV chez les patients cancéreux. Des essais supplémentaires portant sur des critères de jugement importants pour le patient permettront de répondre plus précisément aux questions traitées dans cette revue.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Par rapport aux patients sans cancer, les patients cancéreux qui reçoivent un traitement par anticoagulants pour la thromboembolie veineuse (TEV) sont plus susceptibles de développer une TEV récurrente.

Objectifs: 

Comparer l'efficacité et l'innocuité de trois types d'anticoagulants parentéraux (c.-à-d. l'héparine de bas poids moléculaire (HBPM) à dose fixe, l'héparine non fractionnée (HNF) à dose ajustée et le fondaparinux) dans le traitement initial de la TEV chez les patients cancéreux.

La stratégie de recherche documentaire: 

Une recherche exhaustive d'études sur l'anticoagulation chez les patients cancéreux a été menée, dont une recherche électronique effectuée en février 2013 dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE et ISI Web of Science.

Critères de sélection: 

Essais cliniques randomisés (ECR) comparant l'HBPM, l'HNF et le fondaparinux chez les patients atteints de cancer et de TEV confirmée objectivement.

Recueil et analyse des données: 

À l'aide d'un formulaire de données standardisé, les auteurs de la revue ont extrait en duplicata les données sur la qualité méthodologique, les participants, les interventions et les critères de jugement d'intérêt, dont la mortalité, la TEV récurrente, l'hémorragie majeure, l'hémorragie mineure, le syndrome post-phlébitique, la qualité de vie et la thrombocytopénie.

Résultats principaux: 

Sur 9 559 citations identifiées, 16 ECR étaient éligibles : 13 comparaient l'HBPM et l'HNF, deux comparaient le fondaparinux à l'héparine et un la daltéparine à la tinzaparine. Une méta-analyse de 11 études montrait une réduction statistiquement significative de la mortalité à trois mois de suivi avec l'HBPM par rapport à l'HNF (risque relatif (RR) 0,71 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,52 à 0,98). L'estimation de l'effet a peu changé après avoir exclu les études dont la qualité méthodologique était plus faible (RR 0,72 ; IC à 95 % de 0,52 à 1,00). Une méta-analyse de trois études comparant l'HBPM et l'HNF ne montrait aucune réduction statistiquement significative dans la récurrence de TEV (RR 0,78 ; IC à 95 % de 0,29 à 2,08). La qualité globale des preuves était faible pour l'HBPM versus l'HNF en raison de l'imprécision et de probables biais de publication. Il n'y avait aucune différence statistiquement significative entre l'héparine et le fondaparinux pour les critères de jugement de la mortalité (RR 1,27 ; IC à 95 % de 0,88 à 1,84), la TEV récurrente (RR 0,95 ; IC à 95 % de 0,57 à 1,60), l'hémorragie majeure (RR 0,79 ; IC à 95 % de 0,39 à 1,63,) ou l'hémorragie mineure (RR 1,50 ; IC à 95 % de 0,87 à 2,59). La seule étude comparant la daltéparine à la tinzaparine n'a trouvé aucune différence statistiquement significative en termes de mortalité (RR 0,86 ; IC à 95 % de 0,43 à 1,73).

Notes de traduction: 
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.