Formation prénatale sur la toxoplasmose congénitale

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

La toxoplasmose est une infection parasitaire causée par, Toxoplasma gondii. Le fait de manger des aliments crus ou pas assez cuits, de ne pas se laver les mains soigneusement après avoir manipulé de la viande crue ou avoir jardiné, ou avoir été en contact avec des fèces de chats (directement ou indirectement via le sol, ou via des fruits ou légumes crus éventuellement contaminés) peut causer une infection de ce type. Habituellement, cette maladie est asymptomatique et spontanément résolutive. Si une femme enceinte n'a pas été exposée auparavant à ce parasite, mais qu'elle développe des anticorps (immunoglobulines) pendant sa grossesse, l'infection peut se transmettre de la mère au fœtus (toxoplasmose congénitale). Un tel cas est rare, mais il peut avoir des effets potentiellement graves, tels que la malformation, le retard mental, la surdité et la cécité chez les enfants souffrant de cette infection, ainsi que la mort fœtale in utero ou la mortinaissance. Les risques d'infection sont plus importants au cours du troisième trimestre de la grossesse. Cependant, le risque pour le fœtus de développer des signes cliniques majeurs est plus important au début de la grossesse. La prévention primaire ou la surveillance de la population implique d'éduquer la population générale en matière de filtration de l'eau, d'amélioration de l'hygiène d'élevage afin de diminuer les infections animales et de proposer une formation prénatale aux femmes enceintes ou aux femmes en âge de procréer, de sorte qu'elles soient en mesure d'éviter d'attraper la toxoplasmose en adoptant de simples mesures comportementales. Les preuves qui soutiennent la formation prénatale pour prévenir la survenue de toxoplasmose congénitale sont limitées. Elles indiquent que grâce à la formation prénatale, le comportement des femmes enceintes peut changer afin de prévenir les facteurs de risques de contracter la toxoplasmose pendant la grossesse. Le seul essai contrôlé qui a été identifié par les auteurs de la revue a été réalisé au Canada. Il incluait 432 femmes qui ont été désignées au hasard pour effectuer une présentation de 10 minutes, au cours de leur premier cours prénatal ou lors de leur cours prénétal habituel, à propos de la prévention de la toxoplasmose en ce concentrant sur l'hygiène qu'il faut adopter au niveau des chats, alimentaire et personnel.

Les pertes de suivi des femmes ayant participé aux cours prénataux étaient élevées. De plus, seuls 285 femmes ont rempli le questionnaire de fin de cours du troisième trimestre de la grossesse. Seules 5 % des femmes ayant eu cette intervention se sont souvenues qu'elles avaient obtenu des informations spécifiques sur la prévention de la toxoplasmose au cours des cours prénataux.

Cependant, aucun essai randomisé fournissant des données concernant la modification du taux de toxoplasmose congénitale ou de l'exposition à la toxoplasmose dans le sang (et séroconversion) pendant la grossesse n'a été trouvé.

Conclusions des auteurs: 

Bien que l'on considère la prévention primaire de la toxoplasmose congénitale comme une intervention souhaitable, étant donné l'absence de risques relatifs par rapport à la prévention secondaire et tertiaire, son efficacité n'a toutefois pas été évaluée correctement. Il existe très peu de preuves provenant des ECR établissant que la formation prénatale permet de diminuer efficacement le taux de toxoplasmose congénitale, bien que les preuves émanant des études observationnelles le suggèrent. Étant donné l'absence de preuves solides soutenant l'hypothèse selon laquelle la formation prénatale préviendrait la survenue de toxoplasmose congénitale, il faut mener d'autres ECR pour pouvoir confirmer tous les bénéfices éventuels et continuer à évaluer l'impact des différentes séries d'intervention pédagogique.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La toxoplasmose congénitale est considérée comme une infection rare, mais potentiellement grave. La formation prénatale sur la toxoplasmose congénitale pourrait être l'intervention la plus efficace et la moins nuisible, néanmoins son efficacité reste incertaine.

Objectifs: 

Évaluer les effets de la formation prénatale pour prévenir la toxoplasmose congénitale.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (novembre 2007), CENTRAL (The Cochrane Library 2007, numéro 3), MEDLINE (de 1966 à novembre 2007), EMBASE (de 1980 à novembre 2007), CINAHL (de 1982 à novembre 2007), LILACS (de 1982 à novembre 2007) IMEMR (de 1984 à novembre 2007), ainsi que dans des listes bibliographies d'articles, de rapports et de sites Internet pertinents.

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés randomisés (ECR) ou quasi-randomisés de tous les types de formation prénatale existants sur la toxoplasmose au cours de la grossesse.

Recueil et analyse des données: 

Trois auteurs ont évalué de façon indépendante la qualité de l'étude et extrait les données.

Résultats principaux: 

Seul un essai contrôlé randomisé en cluster (432 femmes) a satisfait aux critères d'inclusion. Cependant, dans l’ensemble, la qualité méthodologique était médiocre. Les auteurs n'ont signalé aucune mesure d'association, mais ont uniquement fourni des valeurs P (avec P inférieur à 0,05) pour tous les critères de jugement. Par ailleurs, ils ont conclu que la formation prénatale peut effectivement modifier le comportement des femmes enceintes étant donné qu'elle permet d'améliorer l'hygiène animale, personnelle et alimentaire. Il n'existe aucun essai randomisé relatif à l'effet de la formation prénatale sur le taux de toxoplasmose congénitale, ou le taux de séroconversion de la toxoplasmose pendant la grossesse, mais trois études observationnelles indiquent invariablement que la formation prénatale pourrait avoir un impact positif sur ces résultats.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.