Traitement de l'amblyopie causée par une vision obstruée

Quel était le but de cette revue ?
Nous avons examiné les données disponibles sur le traitement par occlusion de l'amblyopie par privation de stimulus (APS) en ce qui concerne la vision à la fin du traitement.

Messages principaux
Il existe un manque de données probantes provenant d'essais contrôlés randomisés (essais dans lesquels les participants sont assignés au hasard à un groupe de traitement ou à un autre) concernant les effets du traitement par occlusion de l’APS.

Quel était le sujet de la revue ?
L'amblyopie ou "œil paresseux" survient lorsque la vision ne se développe pas normalement dans la petite enfance. L’APS est un type d'amblyopie qui survient à cause d'un blocage de la vision dans l'œil (par exemple, un obscurcissement du cristallin ou une paupière tombante). Les ophtalmologues considèrent que ce type d'amblyopie est le plus difficile à traiter. Bien qu'environ 1 à 5 % des gens soient atteints d'une forme d'amblyopie, l’APS est beaucoup moins fréquente, puisqu'elle touche environ 3 % de l’ensemble des personnes atteintes d'un type quelconque d'amblyopie. En général, l’APS est diagnostiquée après que les parents aient observé une pupille blanchâtre ou une paupière tombante avant le premier anniversaire du bébé. L’APS est souvent diagnostiquée après que la cause ait été traitée et qu'une correction réfractive (par exemple, le port de lunettes) ait été prescrite.

L'objectif du traitement de l’APS est d'améliorer la vision de l'œil affecté et de fournir une stéréopsie, c'est-à-dire une vision "tridimensionnelle" et une perception de la profondeur. Le traitement peut durer plusieurs mois afin de garantir que l'œil affecté acquière la meilleure vision possible. De plus, la participation aux sports et l'emploi futur peuvent être affectés par la mauvaise vision d’un œil ou la perte de la vision tridimensionnelle. Un traitement courant consiste à occlure ou à couvrir l'œil non affecté, souvent par un patch adhésif, afin de forcer l'utilisation de l'œil amblyope. Les jeunes enfants trouvant l'occlusion déroutante ou inconfortable, la thérapie par occlusion pourrait être difficile à mettre en œuvre pour leurs parents.

Quels sont les principaux résultats de la revue ?
Nous n'avons trouvé aucun essai contrôlé randomisé évaluant l'efficacité de la thérapie par occlusion de l’APS. Ainsi, des études bien conçues sur l’APS sont nécessaires avant que nous disposions des informations nécessaires pour prendre des décisions en matière de traitement.

Dans quelle mesure cette revue est-elle à jour ?
Les auteurs de la revue ont recherché des études ayant été publiées jusqu'en décembre 2018.

Conclusions des auteurs: 

Nous n'avons trouvé aucune donnée probante provenant d’essais contrôlés randomisés ou d'essais quasi-randomisés sur l'efficacité d'un quelconque traitement contre l’amblyopie par privation de stimulus. Des essais contrôlés randomisés sont nécessaires pour évaluer l’innocuité et l'efficacité de l'occlusion, la durée du traitement, le niveau de vision pouvant être atteint de manière réaliste, les effets de l'âge au début et l'ampleur du défaut visuel, le traitement d'occlusion optimal et les facteurs associés aux résultats satisfaisants et insatisfaisants avec l'utilisation de diverses interventions pour l’amblyopie par privation de stimulus.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'amblyopie par privation de stimulation (APS) se développe en raison d'une obstruction au passage de la lumière secondaire à une affection telle que la cataracte. L'obstruction empêche la formation d'une image claire sur la rétine. L’APS peut être résistante au traitement, ce qui est responsable d’un mauvais pronostic visuel. L’APS constitue probablement moins de 3 % de tous les cas d'amblyopie, bien que l'on ne dispose pas d'estimations précises de la prévalence. Dans les pays à revenu élevé, la plupart des personnes développent ce trouble avant l'âge de un an ; dans les pays à revenu faible ou moyen, les personnes sont susceptibles de le développer à des âges plus avancés. Le traitement consiste principalement à corriger l'obstruction (par exemple, l'ablation de la cataracte) et à occlure ensuite l'œil le plus voyant, mais les schémas varient, peuvent être difficiles à exécuter et sont traditionnellement considérés comme entraînant des résultats décevants.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité de la thérapie d'occlusion pour traiter l’APS afin d'essayer d'établir des objectifs de traitement réalistes et d'examiner les données probantes de tout effet dose-réponse et d'évaluer l'effet de la durée, de la gravité et du facteur causal sur la taille et le sens de l'effet du traitement.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans CENTRAL (2018, numéro 12), qui contient le registre des essais du groupe Cochrane sur l’Ophtalmologie ; Ovid MEDLINE ; Embase.com ; et cinq autres bases de données. Nous n'avons utilisé aucune restriction de date ou de langue dans les recherches électroniques. La dernière recherche dans les bases de données a eu lieu le 12 décembre 2018.

Critères de sélection: 

Nous avions prévu d'inclure des essais contrôlés randomisés (RCT) et des essais cliniques contrôlés portant sur des participants ayant une APS unilatérale avec une acuité visuelle inférieure à 0,2 LogMAR ou équivalente. Nous n'avons spécifié aucune restriction d'inclusion basée sur l'âge, le sexe, l'origine ethnique, les comorbidités, l'utilisation de médicaments ou le nombre de participants.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé la méthodologie standard de Cochrane.

Résultats principaux: 

Nous n'avons identifié aucun essai répondant aux critères d'inclusion spécifiés dans le protocole de cette revue.

Notes de traduction: 
Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Carole Lescure et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.