Excision chirurgicale versus ablation chirurgicale dans les endométriomes ovariens

Les endométriomes sont des excroissances ovariennes bénignes. Des preuves suggèrent que l'ablation chirurgicale d'un endométriome fournit de meilleurs résultats que le drainage et la destruction de la paroi kystique en termes de récidive, de symptômes douloureux, mais aussi de chances d'obtenir une grossesse spontanée chez les femmes précédemment hypofertiles. L'exérèse chirurgicale du kyste devrait être l'approche chirurgicale privilégiée. Toutefois, il manque des preuves pour soutenir qu'une technique serait privilégiée chez les femmes souhaitant concevoir et se tournant vers le traitement de fécondation in vitro (FIV). Un essai randomisé supplémentaire a démontré que chez les femmes essayant de concevoir, la réponse ovarienne à la stimulation, dans le cadre d'un traitement contre la stérilité, est meilleure chez celles ayant subi l'ablation chirurgicale du kyste au lieu du drainage et de la destruction de l'endométriome. Les probabilités de grossesses ultérieures n'étaient pas affectées.

D'autres recherches sont requises dans ce domaine afin d'évaluer la qualité de vie après la chirurgie, de clarifier les effets de la chirurgie sur la fertilité avec le traitement de FIV et d'étudier les effets de la chirurgie sur la fonction ovarienne.

Conclusions des auteurs: 

Il existe des preuves probantes selon lesquelles l’excision chirurgicale d'endométriomes fournit des résultats plus favorables que le drainage et l'ablation en termes de récidive de l'endométriome, de symptômes douloureux et de grossesses spontanées ultérieures chez les femmes précédemment hypofertiles. Par conséquent, cette approche chirurgicale devrait être privilégiée. Toutefois, chez les femmes susceptibles de suivre ultérieurement un traitement contre la stérilité, les preuves sont insuffisantes pour déterminer l'approche chirurgicale privilégiée.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les endométriomes sont des dépôts endométriosiques qui se développent à l'intérieur d'un ovaire. La prise en charge chirurgicale de ces kystes remplis de sang est contestée. L'approche laparoscopique dans la prise en charge des endométriomes est privilégiée par rapport à une approche laparotomique car elle permet une hospitalisation plus courte, un rétablissement plus rapide de la patiente et des frais hospitaliers moins élevés. À l'heure actuelle, les procédures les plus courantes pour le traitement d'endométriomes ovariens sont l'excision de la capsule du kyste ou le drainage et l'électrocoagulation de la paroi kystique.

Objectifs: 

L'objectif de la présente revue était d'identifier la technique la plus efficace pour le traitement d'un endométriome ovarien, l'excision de la capsule du kyste ou le drainage et l'électrocoagulation de la paroi kystique, en évaluant l'amélioration des critères de jugement concernant les symptômes douloureux et la fertilité. Les principaux critères de jugement évalués étaient le soulagement de la douleur et, chez les femmes souhaitant concevoir, le taux de grossesses ultérieures (spontanées ou dans le cadre d'un traitement contre la stérilité). Les critères de jugement secondaires évalués étaient la récidive de l'endométriome et de ses symptômes.

La stratégie de recherche documentaire: 

Les auteurs de la revue ont effectué des recherches dans le registre d'essais du groupe Cochrane sur les troubles menstruels et de la fertilité (jusqu'au 31 août 2009), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library 2009, numéro 3), MEDLINE (de 1966 à août 2009), EMBASE (de 1980 à août 2009) et les listes bibliographiques des articles ; ils ont également effectué des recherches manuelles dans les journaux pertinents et les actes de conférence et contacté des experts à travers le monde dans le domaine de la chirurgie endoscopique. Le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les troubles menstruels et de la fertilité se base sur des recherches régulières réalisées dans MEDLINE, EMBASE, CINHAL et CENTRAL.

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés randomisés comparant l'excision de la capsule du kyste au drainage et à l'électrocoagulation du kyste dans la prise en charge d'endométriomes ovariens.

Recueil et analyse des données: 

Les auteurs de la revue ont évalué l'éligibilité et la qualité méthodologique des essais.

Résultats principaux: 

Deux études randomisées concernant la prise en charge laparoscopique d'endométriomes ovariens, dont la taille est supérieure à 3 cm, étaient incluses pour le symptôme principal de la douleur. Pour les mesures des critères de jugement principaux, l'excision laparoscopique de la paroi kystique de l'endométriome était associée à une baisse du taux de récidive des symptômes de dysménorrhée (règles douloureuses) (odds ratio (OR) 0,15, IC à 95 % 0,06 à 0,38), de dyspareunie (OR 0,08, IC à 95 % 0,01 à 0,51) et de douleurs pelviennes non menstruelles (OR 0,10, IC à 95 % 0,02 à 0,56). Chez les femmes essayant ultérieurement de concevoir, l'excision de la paroi kystique était aussi associée à une hausse du taux de grossesses spontanées chez celles initialement hypofertiles (OR 5,21, IC à 95 % 2,04 à 13,29) par rapport à celles ayant subi une ablation laparoscopique de l'endométriome. Pour les mesures des critères de jugement secondaires, l'excision laparoscopique de la paroi kystique était associée à une baisse du taux de récidive de l'endométriome (OR 0,41, IC à 95 % 0,18 à 0,93) et à une diminution du nombre de chirurgies supplémentaires (OR 0,21, IC à 95 % 0,05 à 0,79) par rapport à une ablation chirurgicale de l'endométriome. Une étude randomisée supplémentaire a été identifiée et démontrait une hausse de la réponse folliculaire ovarienne à la stimulation gonadotrophique chez les femmes ayant subi une excision chirurgicale par rapport à une ablation chirurgicale (différence moyenne (DM) 0,6, IC à 95 % 0,04 à 1,16). Il existe des preuves insuffisantes pour recommander une excision chirurgicale par rapport à une ablation chirurgicale concernant les chances de grossesses après une stimulation ovarienne contrôlée et une insémination intra-utérine (OR 1,40, IC à 95 % 0,47 à 4,15).

Notes de traduction: 

Translation notes CD004992.pub3

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.