Thérapie cognitivo-comportementale pour l'anxiété chez les enfants et les jeunes

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Pourquoi cette revue est-elle importante ?

De nombreux enfants et jeunes souffrent d'anxiété. Les enfants et les jeunes souffrant d'anxiété sont davantage susceptibles de rencontrer des difficultés dans leurs relations amicales, leur vie familiale et à l'école. Les traitements destinés aux enfants et aux jeunes souffrant d'anxiété peuvent aider à les empêcher de développer des problèmes de maladie mentale ou de souffrir de toxicomanie ou d'alcoolisme plus tard au cours de leur vie. Les thérapies par la parole telles que la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) peuvent aider les enfants et les jeunes à gérer leur anxiété en utilisant de nouvelles façons de penser. Bien des parents et des enfants préfèrent essayer les thérapies par la parole plutôt que les médicaments tels que les antidépresseurs.

Qui sera intéressé par cette revue ?

Les parents, les enfants et les jeunes ; les personnes travaillant dans l'éducation ; les professionnels travaillant dans les services de santé mentale pour enfants et jeunes ; et les médecins généralistes.

À quelles questions cette revue a-t-elle pour objectif de répondre ?

Cette revue est une mise à jour d'une précédente revue Cochrane datant de 2005, qui montrait que la TCC est un traitement efficace pour les enfants et les jeunes souffrant d'anxiété.

Cette mise à jour a pour objectif de répondre aux questions suivantes :

• La TCC est-elle plus efficace que l'absence de traitement (liste d'attente) ?

• La TCC est-elle plus efficace que les autres thérapies « actives » telles que les ouvrages d'auto-assistance destinés aux enfants et aux jeunes ?

• La TCC est-elle plus efficace que les médicaments ?

• La TCC aide-elle à réduire les symptômes anxieux chez les enfants et les jeunes à plus long terme ?

Quelles sont les études incluses dans la revue ?

Des bases de données de recherche ont été utilisées pour trouver toutes les études de haute qualité portant sur la CTT pour le traitement de l'anxiété chez les enfants et les jeunes publiées entre 1970 et juillet 2012. Pour être incluses dans la revue, les études devaient être des essais contrôlés randomisés et devaient inclure des enfants et des jeunes présentant un diagnostic clair d'anxiété.

Quarante-et-une études portant sur un total de 1 806 participants ont été incluses dans l'étude. Les auteurs de la revue ont évalué la qualité globale des études comme étant « modérée ».

Que nous révèlent les données de la revue ?

La CTT est significativement plus efficace que l'absence de traitement pour réduire les symptômes d'anxiété chez les enfants et les jeunes.

Il n'y a pas de preuve claire qu'un moyen de présenter la CTT est plus efficace qu'un autre (par exemple au sein d'un groupe, individuellement, avec les parents).

La CTT n'est pas plus efficace que les autres « thérapies actives » telles que les ouvrages d'auto-assistance.

Le petit nombre d'études signifie que les auteurs de la revue n'ont pas pu comparer la CTT aux traitements médicamenteux.

Seules quatre études examinaient les résultats à plus long terme après une CTT. Il n'a été montré aucune preuve évidente d'une subsistance de l'amélioration des symptômes d'anxiété chez les enfants et les jeunes.

Quelle doit être la prochaine étape ?

Les auteurs de la revue recommandent que les recherches futures examinent de manière plus détaillée ce qui augmente l'efficacité de la CTT chez les enfants et les jeunes, comment la CTT peut être proposée de la manière la plus rentable possible, et comment la CTT peut être adaptée aux différents groupes d'âge.

Conclusions des auteurs: 

La thérapie cognitivo-comportementale est un traitement efficace pour les troubles anxieux chez l'enfant et l'adolescent. Cependant, les données donnant à penser que la CTT est plus efficace que les contrôles actifs ou la TS ou les traitements médicamenteux lors du suivi sont limitées et non concluantes.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Une précédente revue Cochrane (James 2005) a montré que la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) était efficace pour traiter les troubles anxieux de l'enfance. Cependant, des questions subsistent concernant (1) l'efficacité relative de la CTT par rapport aux traitements actifs non-CTT ; (2) l'efficacité relative de la CTT par rapport aux traitements médicamenteux et à la combinaison de CTT et de traitements médicamenteux par rapport à un placebo ; et (3) les effets à long terme de la CTT. 

Objectifs: 

Examiner (1) si la CTT est un traitement efficace pour les troubles anxieux chez l'enfant et l'adolescent en comparaison avec (a) les témoins sur liste d'attente ; (b) les traitements actifs non-CTT (à savoir placebo psychologique, bibliothérapie et traitement standard (TS)) ; et (c) les traitements médicamenteux et la combinaison de traitements médicamenteux et de CTT par rapport à un placebo ; et (2) les effets à long terme de la CTT.

La stratégie de recherche documentaire: 

Les recherches pour cette revue incluaient le registre Cochrane des essais contrôlés - Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) et le registre spécialisé du groupe Cochrane sur la dépression, l'anxiété et la névrose, qui est constitué d'essais contrôlés randomisés pertinents des bases de données bibliographiques-The Cochrane Library (de 1970 à juillet 2012), EMBASE, (de 1970 à juillet 2012), MEDLINE (de 1970 à juillet 2012) et PsycINFO (de 1970 à juillet 2012).

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur la CTT par rapport à une liste d'attente, à des conditions de contrôle actif, à une TS ou à des traitements médicamenteux ont été évalués. Tous les participants doivent avoir rempli les critères du DSM (Diagnostic and Statistical Manual) ou de l'ICD (International Classification of Diseases) pour un diagnostic d'anxiété, à l'exclusion de la phobie simple, du trouble obsessionnel compulsif, du trouble de stress post-traumatique et du mutisme sélectif.

Recueil et analyse des données: 

La qualité méthodologique des essais inclus a été évaluée par trois évaluateurs de manière indépendante. Pour les résultats dichotomiques de rémission du diagnostic d'anxiété, le rapport des cotes (RC) avec un intervalle de confiance (IC) à 95 % basé sur le modèle à effets aléatoires, avec un regroupement des données par la méthode de pondération par l'inverse de la variance, a été utilisé. La signification statistique a été définie à P < 0,05. Les données continues sur les symptômes anxieux de chaque enfant ont été regroupées en utilisant la différence moyenne standardisée (DMS).

Résultats principaux: 

Quarante-et-une études portant sur 1 806 participants ont été incluses dans les analyses. Les études portaient sur des enfants et des adolescents souffrant d'anxiété de sévérité légère à modérée dans des cliniques universitaires et communautaires et en milieu scolaire. Pour le critère principal de rémission de tout diagnostic d'anxiété pour la CTT par rapport aux témoins des listes d'attente, les analyses en intention de traiter (ITT) portant sur 26 études et 1 350 participants ont montré un RC de 0,13 (IC à 95 % 0,09 à 0,19, Z = 10,26, P < 0,0001), mais avec des données indiquant une hétérogénéité modérée (P = 0,04, I² = 33 %). Le nombre de sujets à traiter (NST) était de 6,0 (IC à 95 % 7,5 à 4,6). Aucune différence de résultat n'a été notée entre les formats individuel, en groupe et familial/parental. Les analyses en ITT ont révélé que la CTT n'était pas plus efficace que les traitements de contrôle actif non-CTT (six études, 426 participants) ou la TS pour réduire les diagnostics d'anxiété (deux études, 88 participants). Les quelques études de suivi contrôlées (n = 4) indiquent que les gains du traitement dans la rémission du diagnostic d'anxiété ne sont pas statistiquement significatifs.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.