Méthodes visant à améliorer l'utilisation de la contraception hormonale

Quelle est la question ?

Quelle est l'efficacité des méthodes axées sur l'amélioration de l'utilisation correcte et continue des méthodes de contraception hormonale à court terme (telles que les techniques de conseils ou les messages éducatifs, de motivation ou de rappel) par rapport aux soins habituels de planification familiale (tels que la consultation de routine ou l'absence de rappel).

En quoi est-ce important ?

De nombreuses femmes dans le monde utilisent des contraceptifs hormonaux à court terme. Les méthodes hormonales à court terme les plus courantes sont la pilule contraceptive et les injections. Ces méthodes ne fonctionnent souvent pas aussi bien qu'elles le devraient. Les femmes peuvent avoir de la difficulté à utiliser la contraception comme prévu, par exemple en oubliant certaines pilules ou en revenant avec du retard pour leur prochaine injection. Les femmes peuvent également cesser d'utiliser une méthode en raison de changements dans leurs règles. Nous avons cherché à savoir si les conseils ou les rappels aidaient les femmes à utiliser correctement ces types de contraception.

L'utilisation incorrecte de types de contraceptifs hormonaux à court terme peut mener à une grossesse non planifiée. Jusqu'à 20 % des grossesses non planifiées aux États-Unis d'Amérique (États-Unis d'Amérique) sont uniquement liées à une utilisation incorrecte des contraceptifs oraux. Les grossesses non planifiées ont des conséquences sanitaires et financières considérables pour les femmes et les systèmes de santé. Il est important de trouver des moyens d'améliorer l'utilisation et la continuation des méthodes de contraception hormonale à court terme pour réduire le nombre de grossesses non planifiées.

Qu’avons-nous trouvé ?

Nous avons cherché des données probantes provenant d'essais cliniques comparatifs et randomisés (ECR) jusqu'en juillet 2018. Cette revue mise à jour comprend maintenant 10 ECR portant sur 6 242 femmes. Six études portaient sur le conseil et quatre études comportaient des rappels de dose suivante ou des rendez-vous (+/- information éducative sur la santé). Toutes les études ont été menées aux États-Unis ou au Mexique. La seule étude qui a été ajoutée n'a ni changé les résultats ni amélioré la certitude des preuves.

Le conseil peut :

- améliorer la poursuite de la contraception (6 études ; 2 624 participants ; preuve de très faible certitude)

- réduire l'abandon du traitement en raison de problèmes menstruels (1 étude ; 350 participantes ; preuve de faible certitude)

- réduire le nombre d'abandons en raison d'événements indésirables (1 étude ; 350 participants ; preuve de faible certitude)

- n'ont aucun effet sur l'issue de la grossesse (3 études, 1985 participantes; preuve de très faible certitude)

Le rappel :

- peut améliorer la poursuite de la contraception (2 études, 933 participants ; preuve de très faible certitude)

- peut faire peu ou pas de différence dans l'observance de la pilule (1 étude, 73 participants ; preuve d'une certitude modérée)

- peut faire peu ou pas de différence par rapport aux injections à temps pour la contraception injectable (2 études, 350 participants ; preuve de faible certitude).

Signification

Certaines données suggèrent que le conseil intensif et les rappels (fournis avec ou sans information éducative) peuvent améliorer la poursuite de la contraception hormonale à court terme par rapport aux soins habituels de planification familiale.

Conclusions des auteurs: 

Malgré l'importance de ce sujet, aucune étude n'a été publiée depuis la dernière revue en 2013 (neuf études) et une seule étude a été ajoutée en 2019 qui n'a ni changé les résultats ni amélioré la certitude des preuves.

Dans l'ensemble, les données probantes sur les stratégies visant à améliorer l'observance et la poursuite de la contraception sont peu fiables. Le conseil intensif et les rappels (avec ou sans information éducative) peuvent être associés à une meilleure continuation des méthodes contraceptives hormonales à court terme comparativement aux soins habituels de planification familiale. Toutefois, cela doit être interprété avec prudence en raison du faible niveau de preuve. Les essais inclus ont utilisé une variété de méthodes contraceptives hormonales à court terme, ce qui peut expliquer la grande hétérogénéité. Il est possible que l'efficacité des stratégies visant à améliorer l'observance et la poursuite du traitement dépende de la méthode contraceptive ciblée. Il y avait peu de rapports sur les résultats objectivement mesurables (p. ex., dispositif de surveillance électronique) parmi les études incluses. Les essais futurs bénéficieraient de définitions et de mesures normalisées de l'observance, ainsi que d'une terminologie uniforme pour décrire les interventions et les comparaisons. Les futures recherches exigent des études plus vastes, un suivi d'au moins un an et un meilleur compte rendu de la méthodologie de l'essai.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Dans le monde entier, les contraceptifs hormonaux comptent parmi les contraceptifs réversibles les plus populaires. Malgré des taux élevés de bonne utilisation, l'efficacité lié à l'utilisation typique des méthodes à court terme comme les contraceptifs oraux et injectables sont beaucoup plus faibles. Cette disparité s'explique en grande partie par les difficultés d'adhésion continue au régime contraceptif et les faibles taux de continuation. L'utilisation correcte des contraceptifs pour garantir leur efficacité est essentielle pour réduire les grossesses non désirées.

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité des stratégies visant à améliorer l'observance et la poursuite des méthodes de contraception hormonale à court terme par rapport aux soins habituels de planification familiale.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches jusqu'en juillet 2018 dans les bases de données suivantes (sans restriction linguistique) : The Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL ; 2018, numéro 7), PubMed via MEDLINE, POPLINE, Web of Science, ClinicalTrials.gov, and the International Clinical Trials Registry Platform (ICTRP).

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) comparant des stratégies visant à faciliter l'observance et la poursuite de méthodes de contraception hormonale à court terme (comme les contraceptifs oraux, l'acétate de médroxyprogestérone injectable (DMPA ou Depo-Provera), l'anneau intravaginal ou le patch transdermique) aux soins courants en planification familiale pour femmes en âge de procréer cherchant à éviter une grossesse.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé les procédures méthodologiques standards recommandées par Cochrane. Les critères de jugement principaux étaient la poursuite ou l'interruption de la méthode contraceptive, les taux d'interruption en raison d'événements indésirables (troubles menstruels et tous les autres événements indésirables) et l'observance de la méthode, en mesurant les pilules oubliées et les injections à temps ou tardives. La grossesse était un critère de jugement secondaire.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 10 ECR impliquant 6242 femmes. Six essais ont fourni des conseils directs en personne en utilisant soit des contacts multiples, soit des conseils multiples au cours d'une même visite. Quatre essais ont fourni des rappels intensifs de rendez-vous ou de la dose suivante, dont deux ont fourni des informations éducatives sur la santé ainsi que des rappels. Tous les essais ont fait état de " soins habituels " comme comparaison.

La certitude des données probantes variait de très faible à modérée. Les principales limites étaient le risque de biais (associé à une mauvaise communication des détails méthodologiques, à l'absence de mise en aveugle et à une présentation incomplète des résultats), l'incohérence, le caractère indirect et l'imprécision.

Continuation des méthodes contraceptives hormonales

Il n'est pas certain que le conseil intensif améliore la continuation des méthodes contraceptives hormonales par rapport aux soins habituels (RC 1,28 ; IC, 95 % : 1,07 à 1,54 ; 2 624 participantes ; 6 études ; I2 = 79 % ; preuve de très faible certitude). Les données probantes suggèrent que si la probabilité de continuer avec les soins habituels est de 39 %, la probabilité de continuer avec un conseil intensif se situerait entre 41 % et 50 %. Le OR global groupé suggérait une amélioration continue ; toutefois, lorsqu'on a stratifié les résultats positifs par type de méthode contraceptive, ils se sont limités à la DMPA.

Il n'est pas certain que les rappels (+/- information éducative) améliorent la continuation des méthodes contraceptives hormonales par rapport aux soins habituels (RC 1,33 ; IC, 95 % : 1,03 à 1,73 ; 933 participantes ; 2 études ; I2 = 69 % ; preuve très peu certaine) Les données suggèrent que si la probabilité de continuation avec les soins habituels est de 52 %, la chance de continuation avec rappels serait entre 52 et 65 %.

Arrêt en raison d'événements indésirables

Les données probantes suggèrent que le conseil peut être associé à une diminution du taux d'abandon en raison d'événements indésirables comparativement aux soins habituels, avec un taux plus faible d'abandon en raison de troubles menstruels (RC 0,20 ; IC, 95 % : 0,11 à 0,37 ; 350 participantes ; 1 étude ; preuve de faible certitude), mais peut faire peu ou aucune différence pour tous les autres événements indésirables (RC 0,73 ; IC, 95 % : 0,36 à 1,47 ; 350 participantes ; 1 étude ; preuve de faible certitude). Les données probantes suggèrent que si la probabilité d'interrompre les soins habituels en raison de troubles menstruels est de 32 %, la probabilité d'interrompre les soins habituels avec du conseil intensif se situerait entre 5 % et 15 % ; et que si la probabilité d'interrompre les soins habituels en raison d'autres événements indésirables est de 55 %, la probabilité d'interrompre avec du conseil intensif serait de 30 % à 64 %.

Aucun abandon n'a été signalé dans les essais qui ont porté sur l'utilisation de rappels (+/- information éducative).

Adhérence

L'observance n'a pas été signalée dans les essais qui ont porté sur l'utilisation du conseil intensif.

Parmi les essais qui ont porté sur les rappels (+/- information éducative), il n'y avait pas de preuve concluante d'une différence dans l'observance, comme en témoignent les pilules oubliées (DM 0,80, IC à 95 % - 1,22 à 2,82 ; 73 participants ; 1 étude ; preuve de certitude moyenne) ou par injection à temps (RC 0,84, IC à 95 % 0,54 à 1,29 ; 350 participants ; 2 études ; I2 = 0 % ; faible certitude). Les données probantes suggèrent que si la probabilité d'adhésion à l'utilisation de la méthode indiquée par des injections à temps avec les soins habituels est de 50 %, la probabilité d'adhésion à l'utilisation de la méthode indiquée par des injections à temps avec rappels serait de 35 à 56 %.

Grossesse

Il n'y avait pas de preuve concluante d'une différence dans les taux de grossesse entre le conseil intensif et les soins habituels (RC 1,24, IC à 95 % : 0,98 à 1,57 ; participantes de 1985 ; 3 études ; I2 = 0 %, preuve de très faible certitude). Les données probantes suggèrent que si la probabilité d'une grossesse avec les soins habituels est de 18 %, la probabilité d'une grossesse avec conseil se situerait entre 18 % et 25 %.

Aucune grossesse n'a été signalée dans les essais portant sur l'utilisation de rappels (+/- information éducative).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée Sylvain JUCHET et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.