Thérapie par mouvements contraints pour le traitement des membres supérieurs chez les enfants atteints de paralysie cérébrale unilatérale

Problématique de la revue

La thérapie par contrainte induite du mouvement (TCIM) améliore-t-elle l'utilisation des bras et des mains chez les enfants atteints de paralysie cérébrale unilatérale (PC) ?

Objectif de la revue

Déterminer si le TCIM aide les enfants atteints de PC unilatérale (hémiplégiques) à utiliser leurs mains plus efficacement.

Messages clés

Le TCIM peut être plus efficace qu'un autre traitement des membres supérieurs à faible intensité (faible dose) pour améliorer la capacité des enfants à utiliser les deux mains ensemble. Le TCIM ne semble pas plus efficace qu'une autre thérapie des membres supérieurs effectuées à une dose élevée ou égale. Le TCIM semble être sûr. Des recherches mieux conçues sont nécessaires pour tirer des conclusions solides.

Quel est le sujet de la revue ?

Les enfants atteints d'une PC unilatérale ont des difficultés à utiliser les deux mains ensemble. La plupart des activités quotidiennes nécessitent l'utilisation coordonnée des deux mains, de sorte que les cliniciens utilisent le TCIM pour aider les enfants atteints d'une PC unilatérale à améliorer la capacité des membres supérieurs. Il n'existe pas un seul type de TCIM, bien qu'il implique toujours une contrainte (p. ex. gant, écharpe, plâtre) sur le bras le moins affecté, accompagnée d'une thérapie intensive avec le bras le plus affecté.

Quels sont les principaux résultats de la revue ?

Trente-six études ont été trouvées. Les enfants ont participé au TCIM pendant 20 à 504 heures. Les études de TCIM ont été divisées en trois catégories.

La TCIM par rapport à un groupe témoin à faible dose (les enfants ont reçu de 0 à 25 heures de traitement de comparaison ; la durée du traitement était beaucoup plus faible que celle de la TCIM)

La TCIM peut améliorer la capacité bimanuelle (c'est-à-dire l'utilisation des deux mains ensemble ; preuves de faible qualité) et la capacité unilatérale (c'est-à-dire la capacité d'une seule main utilisant la main la plus affectée ; preuves de très faible qualité) plutôt que la faible dose. Trois études ont rapporté qu'un petit nombre d'enfants ont éprouvé de la frustration ou ont refusé de porter la contrainte, ou ont eu des irritations réversibles de la peau dues au plâtre.

La TCIM par rapport à un groupe témoin à forte dose (les enfants ont reçu plus de 25 heures de thérapie bimanuelle ou une autre forme de thérapie intensive ; la quantité était inférieure à la TCIM)

Le TCIM n'a pas semblé plus efficace qu'un traitement comparatif à dose élevée sur la capacité bimanuelle (preuves de faible qualité) ou la capacité unimanuelle (preuves de très faible qualité). Deux études ont révélé que certains enfants ont éprouvé de la frustration à l'idée de participer à la TCIM.

La TCIM par rapport à un groupe témoin à dose équivalente (les enfants ont reçu la même quantité de thérapie bimanuelle que le groupe TCIM).

La TCIM n'a pas semblé plus efficace qu’une thérapie à dose équivalentes sur la capacité bimanuelle, la capacité unimanuelle (preuves de faible qualité) ou la capacité manuelle (preuves de très faible qualité). Selon 15 études, deux enfants ne toléraient pas la TCIM et trois avaient de la difficulté à s'y habituer.

Cette revue est-elle à jour ?

La revue comprend les études publiées jusqu'en mars 2018.

Conclusions des auteurs: 

Les données pour toutes les conclusions étaient de faible à très faible valeur probante. Chez les enfants atteints d'une PC unilatérale, il a été démontré que la TCIM a entraîné une amélioration de la performance bimanuelle et de la capacité unimanuelle par rapport à une comparaison à faible dose, mais pas par rapport à une comparaison à forte dose ou à une comparaison à dose équivalente. D'après les données probantes disponibles, la TCIM semble être sans risque pour les enfants atteints de PC.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La paralysie cérébrale unilatérale (PC) est un état qui affecte le contrôle et le fonctionnement des muscles d'un côté du corps. Les enfants atteints d'une PC unilatérale éprouvent des difficultés à utiliser leurs mains l'une avec l'autre en raison de troubles qui surviennent dans le cerveau du fœtus ou du nourrisson. Souvent, le membre le plus touché n'est pas pris en compte. La thérapie par mouvements contraints (TCIM) vise à augmenter l'utilisation du membre supérieur le plus touché et à améliorer la performance bimanuelle. La TCIM repose sur deux principes : la limitation de l'utilisation du membre le moins atteint (par exemple, à l'aide d'une attelle, d'un gant ou d'une écharpe) et la pratique thérapeutique intensive du membre le plus atteint.

Objectifs: 

Évaluer l'effet de la thérapie par mouvements contraints (TCIM) dans le traitement du membre supérieur le plus affecté chez les enfants atteints de PC unilatérale.

La stratégie de recherche documentaire: 

En mars 2018, nous avons effectué des recherches dans CENTRAL, MEDLINE, Embase, CINAHL, PEDro, OTseeker, cinq autres bases de données et trois registres d’essais. Nous avons également effectué des recherches de citations, vérifié les références bibliographiques, contacté des experts, fait des recherches manuelles dans des revues clés et effectué des recherches à l'aide de Google Scholar.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR), essais contrôlés par grappe ou essais contrôlés cliniquement mis en œuvre avec des enfants atteints de PC unilatérale, âgés de 0 à 19 ans, où l'on a comparé la TCIM à une autre forme de TCIM, ou à une forme alternative d'intervention des membres supérieurs à faible dose, à forte dose ou à dose équivalente comme une intervention bimanuelle. Les critères de jugement principaux étaient la performance bimanuelle, la capacité manuelle et la capacité unimanuelle. Les critères de jugement secondaires comprenaient des mesures d’autosoins (self-care en anglais) de la fonction corporelle, de la participation et de la qualité de vie.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont examiné indépendamment les titres et les résumés afin d'éliminer les études non éligibles. Cinq auteurs ont été associés pour extraire les données et évaluer le risque de biais dans chaque étude incluse. Les évaluations GRADE ont été réalisées par deux auteurs de la revue.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 36 essais (1264 participants), publiés entre 2004 et 2018. La taille des échantillons variait de 11 à 105 (moyenne 35). L'âge moyen était de 5,96 ans (écart-type de 1,82), variant de trois mois à 19,8 ans ; 53 % des hommes et 47 % des participants avaient hémiplégie du côté gauche. Cinquante-sept mesures des résultats ont été utilisées dans les études. La durée moyenne des programmes de TCIM était de quatre semaines (de une à dix semaines). La fréquence des séances variait de deux fois par semaine à sept jours par semaine. La durée des séances d'intervention variait de 0,5 à 8 heures par jour. Le nombre total moyen d'heures de TCIM fournies était de 137 heures (de 20 à 504 heures). Les dispositifs de contrainte les plus courants étaient une mitaine/un gant ou une écharpe (11 études chacun).

Nous avons jugé que le risque de biais était modéré à élevé dans toutes les études.

Principaux résultats : Résultats du critère de jugement principal (immédiatement après l'intervention)

La TCIM par rapport à une comparaison à faible dose (p. ex., ergothérapie)

Nous avons trouvé des données de faible valeur probante indiquant que la TCIM était plus efficace qu'une comparaison à faible dose pour améliorer la performance bimanuelle (différence moyenne (DM) 5,44 unités d'évaluation assistée de la main (Assisting Hand Assessment ou AHA), intervalle de confiance (IC) à 95 % 2,37 à 8,51).

La TCIM s'est révélée plus efficace qu'une comparaison à faible dose pour améliorer la capacité unimanuelle (Quality of upper member skills test (QUEST) – (Mouvements dissociés DM 5,95, IC à 95% 2,02 à 9,87 ; Préhension ; DM 7,57, IC à 95% 2,10 à 13,05 ; Port de poids DM 5,92, IC à 95% 2,21 à 9,6 ; Extension de protection DM 12,54, IC à 95% 8,60 à 16,47). Trois études ont fait état d'effets indésirables, dont la frustration, le refus de contrainte et les irritations réversibles de la peau causées par le plâtre.

La TCIM par rapport à une comparaison à dose élevée (p. ex. ergothérapie individualisée, thérapie bimanuelle)

Comparativement à une comparaison à dose élevée, la TCIM n'a pas été plus efficace pour améliorer la performance bimanuelle (DM -0,39 unité AHA, IC à 95 % -3,14 à 2,36). Rien n'indique que la TCIM ait été plus efficace qu'une comparaison à dose élevée pour améliorer la capacité unimanuelle dans une seule étude utilisant QUEST (mouvement dissocié DM 0,49, IC à 95% -10,71 à 11,69 ; préhension DM -0,20, IC à 95% CI -11,84 à 11,44). Deux études ont rapporté que certains enfants ont éprouvé de la frustration en participant à la TCIM.

La TCIM par rapport à la comparaison à dose équivalente (p. ex. thérapie intensive bimanuelle avec bras à main, thérapie bimanuelle, ergothérapie)

Il n'y avait pas de données probantes pour une différence dans la performance bimanuelle entre les groupes recevant la TCIM ou une comparaison à dose équivalente (DM 0,80 unités AHA, IC à 95 % -0,78 à 2,38).

Il n’y avait pas de données probantes indiquant que la TCIM soit plus efficace qu'une comparaison à dose équivalente pour améliorer la capacité unimanuelle (Test Boites et Blocs DM 1,11, IC à 95% -0,06 à 2,28 ; Mesure de Melbourne DM 1,48, IC à 95% -0,49 à 3,44 ; QUEST Mouvements dissociés DM 6,51, IC à 95% -0,74 à 13,76 ; Préhension, DM 6,63, IC à 95% -2,38 à 15,65 ; Port de poids DM -2,31, IC à 95% -8,02 à 3,40) sauf pour l’extension de protection (DM 6,86, IC à 95% 0,14 à 13,58).

Il n'y avait pas de données probantes pour une différence dans la capacité manuelle entre les groupes recevant la TCIM ou une comparaison à dose équivalente (ABILHAND-enfants DM 0,74, IC à 95 % : 0,31 à 1,18). Dans 15 études, deux enfants n'ont pas toléré la TCIM et trois ont éprouvé des difficultés.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.