Traitement pharmacologique contre la dépression psychotique

La dépression psychotique est une dépression sévère avec des caractéristiques psychotiques (telles que des idées délirantes et/ou des hallucinations). Une incertitude subsiste concernant le traitement médicamenteux le plus efficace contre la dépression psychotique, à savoir : un antidépresseur seul, un antipsychotique seul ou la combinaison d'un antidépresseur et d’un antipsychotique.

L'objectif de cette revue est de comparer l'efficacité des différentes formes de traitement médicamenteux qui ont été utilisées pour traiter la dépression psychotique. Nous l’avons effectuée en analysant tous les essais contrôlés randomisés (ECR) qui étudiaient des traitements médicamenteux pour la dépression psychotique. Des recherches de grande envergure ont été menées pour identifier de tels essais. La recherche a identifié 3 659 études, mais seulement 12 ECR répondaient à nos critères d'inclusion. Ces essais portaient sur un total de 929 personnes.

À partir de ces essais, nous avons trouvé des preuves que l'association d'un antidépresseur et d’un antipsychotique est plus efficace pour le traitement de la dépression psychotique que l'un ou l'autre traitement seul. Cependant, notre confiance dans cette conclusion est limitée car les informations provenaient seulement d'un petit nombre d'ECR, qui incluaient un petit nombre de personnes. De plus, les types de participants impliqués variaient entre les ECR et les ECR variaient en termes de conception, nous ne pouvons donc pas généraliser leurs résultats.

Conclusions des auteurs: 

La dépression psychotique est fortement sous-étudiée, ce qui limitait la confiance dans les conclusions apportées. Certaines preuves indiquent que la thérapie combinant un antidépresseur et un antipsychotique est plus efficace que l'un ou l'autre traitement seul ou qu’un placebo. Les preuves sont limitées pour le traitement par un antidépresseur seul ou le traitement par un antipsychotique seul.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les preuves concernant le traitement pharmacologique le plus efficace pour la dépression psychotique sont limitées : la combinaison d'un antidépresseur et d’un antipsychotique, la monothérapie par un antidépresseur ou la monothérapie par un antipsychotique. Ceci est une mise à jour d'une revue publiée pour la première fois en 2005 et précédemment mise à jour en 2009.

Objectifs: 

1. Comparer l'efficacité clinique des traitements pharmacologiques chez des patients présentant une dépression psychotique aiguë : monothérapie par un antidépresseur, monothérapie par un antipsychotique et combinaison d'un antidépresseur avec un antipsychotique, comparées les unes aux autres et/ou par rapport à un placebo.

2. Évaluer si des différences de réponse au traitement de l'épisode actuel sont liées à l'absence de réponse au traitement antérieur.

La stratégie de recherche documentaire: 

Des recherches ont été réalisées (jusqu’au 12 avril 2013) dans le registre Cochrane des essais contrôlés et le registre du groupe Cochrane sur la dépression, l'anxiété et la névrose (CCDANCTR) . Ces registres incluent des rapports d'essais contrôlés randomisés dans les bases de données bibliographiques suivantes : EMBASE (depuis 1970), MEDLINE (depuis 1950) et PsycINFO (depuis 1960). Les références bibliographiques de toutes les études et des revues connexes ont été examinées et les principaux auteurs ont été contactés.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés (ECR) qui incluaient des participants atteints de dépression majeure aiguë avec des caractéristiques psychotiques, ainsi que des ECR composés de participants atteints de dépression majeure aiguë avec ou sans caractéristiques psychotiques, qui rapportaient séparément sur le sous-groupe de participants présentant des caractéristiques psychotiques.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment extrait les données et évalué le risque de biais des études incluses, selon les critères du manuel Cochrane pour les revues systématiques des interventions en santé ( Cochrane Handbook for Systematic Reviews of Interventions). Les données ont été saisies dans RevMan 5.1. Nous avons utilisé des données en intention de traiter. Pour les résultats dichotomiques d'efficacité, le risque relatif (RR) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 % a été calculé. Pour les critères de jugement continuellement distribués, des données d'ECR n’ont pu être extraites. Concernant le critère de jugement principal de préjudice, uniquement les taux d’abandon étaient disponibles, ceci pour toutes les études.

Résultats principaux: 

La recherche a identifié 3 659 résumés, mais seulement 12 ECR portant sur un total de 929 participants pouvaient être inclus dans la revue. En raison de l'hétérogénéité clinique, peu de méta-analyses étaient possible. Le principal critère de jugement était la diminution de la gravité (réponse) de la dépression, et non de la psychose.

Nous n'avons trouvé aucune preuve sur l'efficacité de la monothérapie par un antidépresseur ou un antipsychotique.

Cependant, les preuves suggèrent que la combinaison d'un antidépresseur à un antipsychotique est plus efficace que la monothérapie par antidépresseurs (trois ECR ; RR 1,49 ; IC à 95 % de 1,12 à 1,98 ; P =0,006), plus efficace que la monothérapie par antipsychotique (quatre ECR ; RR 1,83 ; IC à 95 % de 1,40 à 2,38 ; P =0,00001) et plus efficace que le placebo (deux ECR identiques ; RR 1,86 ; IC à 95 % de 1,23 à 2,82 ; P =0,003).

Le risque de biais est considérable : il y avait des différences entre les études en ce qui concerne le diagnostic, des incertitudes portant sur la randomisation et l'assignation secrète, des différences en termes d'interventions de traitement (différences pharmacologiques entre les différents antidépresseurs et antipsychotiques) et des critères de jugement différents.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.