Comparaison des inhibiteurs des canaux calciques par rapport à d'autres classes de médicaments dans le traitement de l'hypertension

Quel est l’objectif de cette revue ?

Dans cette première mise à jour d'une revue publiée en 2010, nous voulions savoir si les inhibiteurs calciques (ICA) peuvent prévenir les événements cardiovasculaires dangereux tels que les accidents vasculaires cérébraux, les crises cardiaques et l'insuffisance cardiaque, par rapport à d'autres médicaments antihypertenseurs (abaissant la tension artérielle) utilisés chez les personnes souffrant d'hypertension.

Contexte

L'abaissement à un niveau raisonnable de la pression artérielle élevée chez les personnes hypertendues peut réduire le nombre de complications majeures de l'hypertension, telles que les accidents vasculaires cérébraux, les crises cardiaques, les insuffisances cardiaques congestives et même la mort. Les ICA sont utilisés en traitement de première intention pour abaisser la pression artérielle, mais la question de savoir s’il s’agit du meilleur moyen de réduire les événements cardiovasculaires dangereux fait l'objet de débats.

Date de la recherche

Nous avons collecté et analysé toutes les études pertinentes jusqu'au 1er septembre 2020.

Caractéristiques des études

Nous avons trouvé 23 études pertinentes menées en Europe, en Amérique du Nord, en Océanie, en Israël et au Japon. Les études ont comparé le traitement avec les ICA par rapport au traitement avec d'autres classes de médicaments antihypertenseurs chez les personnes souffrant d'hypertension et ont inclus 153 849 participants. Le suivi des participants de l’essai clinique a duré de 2 à 5,3 ans.

Principaux résultats

Il n'y avait pas de différence sur les décès, toutes causes confondues, entre les ICA et les autres médicaments antihypertenseurs. Les diurétiques réduisent probablement davantage les événements cardiovasculaires totaux et l'insuffisance cardiaque congestive par rapport aux ICA. Les ICA réduisent probablement davantage les événements cardiovasculaires totaux par rapport aux bêta-bloquants. Les ICA ont réduit les accidents vasculaires cérébraux (AVC) par rapport aux inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (ECA) et les crises cardiaques par rapport aux antagonistes des récepteurs de l'angiotensine (ARA), mais ont augmenté l'insuffisance cardiaque congestive par rapport aux inhibiteurs de l'ECA et aux ARA.

Qualité des données probantes

Nous avons évalué la qualité des données probantes comme globalement modérée, bien qu’il soit souhaitable de conduire davantage d'essais cliniques.

Conclusions des auteurs: 

Dans le traitement de l'hypertension, il existe des données probantes d’un niveau de confiance modéré que les diurétiques réduisent davantage les événements cardiovasculaires majeurs et l'insuffisance cardiaque congestive que les inhibiteurs des canaux calciques (ICA). Il existe des données probantes d’un niveau de confiance faible à modéré que les ICA réduisent probablement davantage les événements cardiovasculaires majeurs que les bêta-bloquants. Il existe des données probantes d’un niveau de confiance faible à modéré que les ICA réduisent les accidents vasculaires cérébraux par rapport aux inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (ECA) et les infarctus du myocarde par rapport aux antagonistes des récepteurs de l'angiotensine (ARA), mais qu'ils augmentent l'insuffisance cardiaque congestive par rapport aux inhibiteurs de l’ACE et aux ARA. Bon nombre des différences constatées dans la revue actuelle ne sont pas robustes, des essais supplémentaires pourraient apporter d’autres conclusions. D'autres essais contrôlés randomisés (ECR) bien conçus étudiant la mortalité et la morbidité des personnes prenant des ICA par rapport à d'autres classes de médicaments antihypertenseurs sont nécessaires chez les patients présentant différents stades d'hypertension, appartenant à plusieurs âges et touchés par différentes comorbidités telles que le diabète.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Il s'agit de la première mise à jour d'une revue publiée en 2010. Bien que les inhibiteurs des canaux calciques (ICA) soient souvent recommandés en traitement de première intention dans l'hypertension, l'effet des ICA sur la prévention des événements cardiovasculaires, par rapport à d'autres classes de médicaments antihypertenseurs, fait encore débat.

Objectifs: 

Déterminer si les ICA utilisés comme traitement de première intention dans l'hypertension sont différents des autres classes de médicaments antihypertenseurs dans la réduction de l'incidence des événements indésirables cardiovasculaires majeurs.

Stratégie de recherche documentaire: 

Pour la mise à jour de cette revue, le spécialiste de l'information sur l'hypertension de Cochrane a recherché des essais contrôlés randomisés (ECR) dans les bases de données suivantes jusqu'au 1er septembre 2020 : le registre spécialisé sur l’hypertension de Cochrane, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL 2020, numéro 1), Ovid MEDLINE, Ovid Embase, le système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) de l'Organisation Mondiale de la Santé et ClinicalTrials.gov. Nous avons également contacté les auteurs des articles pertinents concernant d'autres travaux publiés et non publiés et nous avons vérifié les références des études publiées pour identifier d'autres essais. Les recherches ont été effectuées sans restriction sur la langue.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés comparant les ICA de première intention à d'autres classes d'antihypertenseurs, avec au moins 100 participants hypertendus randomisés et un suivi d'au moins deux ans.

Recueil et analyse des données: 

Trois auteurs de la revue ont, de manière indépendante, sélectionné les essais inclus, évalué le risque de biais et saisi les données pour l'analyse. Tous les désaccords ont été résolus par la discussion. Nous avons contacté les auteurs des études pour obtenir des informations supplémentaires.

Résultats principaux: 

Cette mise à jour contient cinq nouveaux essais. Nous avons inclus un total de 23 ECR (18 dihydropyridines, 4 non-dihydropyridines, 1 non spécifié) avec 153 849 participants souffrant d'hypertension. Nous n’avons pas observé de différence sur la mortalité toutes causes confondues entre les ICA de première intention et les autres classes d'antihypertenseurs. Par rapport aux diurétiques, les ICA ont probablement augmenté le nombre d'événements cardiovasculaires majeurs (risque relatif (RR) de 1,05, intervalle de confiance (IC) à 95 % de 1,00 à 1,09, P = 0,03) et le nombre d'événements liés à l'insuffisance cardiaque congestive (RR de 1,37, IC à 95 % de 1,25 à 1,51, données probantes d’un niveau de confiance modéré). Comparativement aux bêta-bloquants, les ICA ont réduit les résultats suivants : événements cardiovasculaires majeurs (RR 0,84, IC à 95 % 0,77 à 0,92), accident vasculaire cérébral (RR 0,77, IC à 95 % 0,67 à 0,88, données probantes d’un niveau de confiance modéré) et mortalité cardiovasculaire (RR 0,90, IC à 95 % 0,81 à 0,99, données probantes d’un niveau de confiance faible). Comparés aux inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (ECA), les ICA ont réduit le nombre d'accidents vasculaires cérébraux (RR 0,90, IC à 95 % 0,81 à 0,99, données probantes d’un niveau de confiance faible) et ont augmenté le nombre d'insuffisances cardiaques congestives (RR 1,16, IC à 95 % 1,06 à 1,28, données probantes d’un niveau de confiance faible). Comparés aux antagonistes des récepteurs de l'angiotensine (ARA), les ICA ont réduit les infarctus du myocarde (RR 0,82, IC à 95 % 0,72 à 0,94, données probantes d’un niveau de confiance modéré) et ont augmenté l'insuffisance cardiaque congestive (RR 1,20, IC à 95 % 1,06 à 1,36, données probantes d’un niveau de confiance faible).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Sébastien Rogie et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.