Les progestatifs pour la prévention des fausses couches

De quoi est-il question ?

La perte de grossesse précoce, aussi connue sous le nom de fausse couche, survient généralement au cours du premier trimestre. Pour certaines femmes et leurs partenaires, les fausses couches peuvent se produire plusieurs fois, aussi appelées fausses couches à répétition. Bien qu'il y ait parfois des causes aux fausses couches, souvent aucune raison claire ne peut être trouvée. L'hormone appelée progestérone prépare l'utérus à recevoir et à soutenir l'ovule nouvellement fécondé pendant la première partie de la grossesse. Il a été suggéré que certaines femmes qui font une fausse couche peuvent ne pas produire suffisamment de progestérone au début de la grossesse. On a suggéré d'ajouter à ces femmes des médicaments qui agissent comme la progestérone (appelés progestatifs) comme moyen possible de prévenir les fausses couches à répétition.

Pourquoi est-ce important ?

Les fausses couches peuvent être physiquement et émotionnellement difficiles pour les femmes et leurs partenaires. Trouver une thérapie pour aider à réduire les fausses couches à répétition pourrait les aider à éviter une fausse couche et à avoir un bébé vivant.

Quelles données probantes avons-nous trouvées ?

Nous avons recherché des preuves le 6 juillet 2017 et identifié un total de 13 essais cliniques qui ont inclus un total de 2556 femmes ayant des antécédents de fausses couches à répétition. Ces essais ont révélé que l'administration de progestatifs aux femmes avec des fausses couches à répétition au début de la grossesse pourrait aider à réduire le taux de fausses couches de 26,3 % à 19,4 %. Nous croyons que ces constatations sont fondées sur des preuves de qualité modérée seulement, de sorte que nous ne pouvons être certains des résultats. Nous avons constaté que le traitement progestatif peut être plus utile pour les femmes qui ont fait au moins trois fausses couches avant de commencer l'étude. Nous n'avons pas constaté que l'administration du progestatif par voie orale, par injection ou par voie vaginale était meilleure que d’autres méthodes. Nous avons également constaté que les essais ont montré que l'administration de progestatifs à des femmes avec un antécédent de fausses couches à répétition augmentait légèrement les chances d'avoir un bébé vivant pendant la grossesse en cours. Bien que nous ayons constaté que l'administration de progestatifs aux femmes de ces groupes pourrait réduire le taux d'accouchements prématurés ou de mort-nés, cette donnée n'était pas très robuste et devrait être étayée par d'autres études. Nous n'avons trouvé aucune preuve d'amélioration d'autres critères de jugement comme la mortalité néonatale, faible poids de naissance ou les malformations congénitales chez les femmes ayant reçu un progestatif.

Qu'est-ce que cela signifie ?

Nous avons trouvé des données probantes provenant d'essais contrôlés randomisés selon lesquelles l'administration d'un progestatif peut probablement prévenir les fausses couches chez les femmes avec un antécédent de fausses couches à répétition.

Conclusions des auteurs: 

Chez les femmes dont les fausses couches à répétition et inexpliquées, l'administration d'un traitement progestatif réduit probablement le taux de fausses couches lors des grossesses ultérieures.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La progestérone, une hormone sexuelle féminine, est connue pour induire des changements sécrétoires dans la muqueuse de l'utérus essentiels à la réussite de l'implantation d'un ovule fécondé. Il a été suggéré qu'un facteur étiologique dans de nombreux cas de fausses couches pourrait être la sécrétion inadéquate de progestérone. Par conséquent, les cliniciens utilisent des progestatifs (médicaments qui interagissent avec les récepteurs de la progestérone) dès le premier trimestre de la grossesse, dans le but de prévenir les fausses couches spontanées. Il s'agit d'une mise à jour d'une revue, publiée pour la dernière fois en 2013.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité des progestatifs comme traitement préventif contre les fausses couches à répétition.

La stratégie de recherche documentaire: 

Pour cette mise à jour, nous avons consulté le Cochrane Pregnancy and Childbirth's Trials Register, ClinicalTrials.gov, la plateforme internationale de l'OMS pour les essais cliniques (ICTRP) (6 juillet 2017) et des listes de références d'articles pertinents, pour tenter de contacter les auteurs des essais si nécessaire, et contacter des experts dans le domaine en cas de travaux non publiés.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés comparant des progestatifs à un placebo ou aucun traitement administré dans le but de prévenir une fausse couche.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de revue ont indépendamment évalué les essais à inclure et le risque de biais, extrait les données et vérifié leur exactitude. Deux évaluateurs ont mesuré la qualité des données probantes à l'aide de l'approche GRADE.

Résultats principaux: 

Treize essais (2 556 femmes) répondaient aux critères d'inclusion. Neuf des essais inclus ont comparé le traitement au placebo et les quatre autres ont comparé l'administration de progestatifs à l'absence de traitement. Les essais étaient un mélange d'essais multicentriques et monocentriques, menés en Égypte, en Inde, en Jordanie, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Dans six essais, des femmes avaient fait trois fausses couches consécutives ou plus et dans sept essais, des femmes avaient fait deux fausses couches consécutives ou plus. Les voies d'administration, la posologie et la durée du traitement progestatif variaient d'un essai à l'autre. La majorité des essais cliniques présentaient un faible risque de biais dans la plupart des domaines. Onze essais (2359 femmes) ont fourni des données pour les analyses.

La méta-analyse de toutes les femmes suggère qu'il y a probablement une réduction du nombre de fausses couches chez les femmes ayant reçu un supplément de progestatif par rapport au placebo/témoin (risque relatif moyen (RR) 0,69, intervalle de confiance (IC) à 95% 0,51 à 0,92, 11 essais, 2359 femmes, preuves de qualité moyenne). Une analyse de sous-groupe comparant des essais contrôlés par placebo et non contrôlés par placebo et différentes voies d'administration n'a montré aucune différence entre les sous-groupes pour les fausses couches. Cependant, il semble y avoir une différence de sous-groupe pour les fausses couches entre les femmes ayant fait trois fausses couches ou plus et les femmes ayant fait deux fausses couches ou plus, avec un effet plus prononcé chez les femmes ayant déjà fait trois fausses couches ou plus. Toutefois, il convient de noter qu'il y avait une grande hétérogénéité dans le sous-groupe des femmes ayant déjà fait trois fausses couches ou plus.

Aucun des essais n'a fait état des critères de jugement maternels secondaires, y compris la gravité des nausées matinales, des événements thromboemboliques, de la dépression, de l'admission dans une unité de soins spéciaux ou de la fertilité ultérieure.

Il y avait probablement un léger avantage pour les femmes recevant un progestatif observé dans le critère de jugement du taux de naissance vivante (RR 1,11, IC à 95 % 1,00 à 1,24, 7 essais, 2086 femmes, données de qualité moyenne). Bien que le taux de naissances prématurées soit probablement réduit chez les femmes recevant un progestatif, ce critère de jugement est principalement attribuable à un essai et doit donc être interprété avec beaucoup de prudence (RR 0,59, IC à 95 % : 0,39 à 0,89, 5 essais, 811 femmes, données de qualité moyenne). Aucune différence claire n'a été observée chez les femmes recevant un progestatif pour les autres critères de jugement secondaires de décès néonatal ou d'anomalies génitales fœtales. Une réduction possible des mort-nés a été observée, mais encore une fois, ce critère de jugement était principalement attribuable à un essai et devrait être interprété avec prudence (RR 0,38, IC à 95 % : 0,24 à 0,58, 3 essais, 1199 femmes). Il pourrait y avoir peu ou pas de différence dans le taux de faible poids de naissance et les essais n'ont pas fait état des critères de jugements secondaires de l’enfant d’effets tératogènes ou de l'admission dans une unité de soins spéciaux.

Notes de traduction: 

Traduction révisée par Amytis Heim pour Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.