Réadaptation cardiaque à l'effort dans l'insuffisance cardiaque

Contexte

Les personnes atteintes d'insuffisance cardiaque (IC) éprouvent de la fatigue et de l'essoufflement. Cela a des répercussions négatives sur leurs activités quotidiennes et sur la qualité de vie liée à la santé. Ils courent un risque accru d'admission à l'hôpital et de décès.

Caractéristiques de l’étude

Nous avons cherché dans la littérature scientifique des essais contrôlés randomisés (expériences dans lesquelles deux ou plusieurs interventions, incluant éventuellement une intervention de contrôle ou aucune intervention, sont comparées en affectant au hasard des participants à des groupes d'étude). Nous avons comparé l'efficacité de la réadaptation avec exercice à celle de la réadaptation sans exercice chez les adultes (âgés de plus de 18 ans) atteints d'insuffisance cardiaque. Nous avons considéré l’IC due à une fraction d'éjection réduite (FEVGr) (c'est-à-dire que les cavités cardiaques se contractent mal et que, par conséquent, un plus petit volume de sang est pompé dans le corps). Nous avons également considéré l'IC due à la fraction d'éjection préservée (FEP) (c'est-à-dire que les chambres du cœur se contractent normalement mais ne se détendent pas efficacement, ce qui entraîne une diminution du volume de sang pompé dans le corps). Notre recherche est à jour jusqu'en janvier 2018.

Résultats principaux

Nous avons trouvé 44 études qui incluaient 5783 personnes atteintes d’IC, principalement de FEVGr. Les conclusions de la présente mise à jour sont dans l'ensemble conformes à celles de la version précédente (2014) de la présente étude Cochrane. Elles montrent les avantages importants de la réadaptation basée sur l'exercice, y compris une réduction probable du risque global d'hospitalisation à court terme, ainsi que le potentiel de réduction du nombre d'admissions pour insuffisance cardiaque. L'effet de la réadaptation basée sur l'exercice sur la qualité de vie liée à la santé est incertain en raison de la très faible qualité des données probantes. La réadaptation basée sur l'exercice peut faire peu ou pas de différence sur la mortalité toutes causes confondues dans les essais dont le suivi est inférieur à 12 mois. D'autres preuves sont nécessaires pour mieux montrer les effets de la rééducation par l'exercice chez les personnes atteintes de FEVGr et l'impact d’autres modèles de rééducation, tels que les programmes à domicile.

Qualité des preuves

En général, les essais récents ont été mieux rapportés et présentent un risque faible à modéré de biais. À l'aide de la méthode GRADE, nous avons évalué la qualité des données probantes pour qu'elle varie de élevée à très faible selon les résultats mesurés. Parmi les raisons courantes qui expliquent le déclassement des résultats, mentionnons l'incohérence ou l'imprécision des résultats.

Conclusions des auteurs: 

La présente mise à jour de la Revue Cochrane fournit des données randomisées supplémentaires (11 essais) à l'appui des conclusions de la version précédente (2014) de la présente Revue Cochrane. Comparativement à l'absence d'exercice, la réhabilitation cardiaque à l’effort ne semble pas avoir d'impact sur la mortalité à court terme (< 12 mois de suivi). Des données de qualité faible à modérée montrent que la réhabilitation cardiaque à l’effort réduit probablement le risque d'hospitalisations toutes causes confondues et peut réduire à court terme (jusqu'à 12 mois) le nombre d'hospitalisations spécifiques à l’IC. La réhabilitation cardiaque à l’effort peut conférer une amélioration cliniquement importante de la qualité de vie liée à la santé, bien que nous demeurions incertains à ce sujet parce que les preuves sont de faible qualité. Les futurs essais cliniques sur l’exercice dans la réhabilitation cardiaque doivent continuer d'envisager le recrutement de groupes de patients traditionnellement moins représentés, y compris les patients âgés, les femmes et les patients atteints d’IC à fraction d’éjection préservée, ainsi que d'autres modes d'administration de la réhabilitation cardiaque à l’effort, y compris les programmes à domicile et à l'aide de la technologie.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'insuffisance cardiaque chronique (IC) est un problème de santé mondial croissant. Les personnes atteintes d'IC doivent faire face à un lourd fardeau, notamment une faible tolérance à l'effort, une mauvaise qualité de vie liée à la santé, un risque accru de mortalité et d'hospitalisation, et des coûts élevés de soins de santé. La revue Cochrane précédente (2014) rapportait que la réadaptation cardiaque à l'effort par rapport au contrôle sans exercice montre une amélioration de la mauvaise qualité de vie liée à la santé et de l'admission à l'hôpital chez les personnes atteintes d'insuffisance cardiaque, ainsi qu'une réduction possible de la mortalité à long terme, et que ces réductions semblent être uniformes dans les caractéristiques des patients et des programmes. Les limites relevées par les auteurs de la présente Revue Cochrane comprennent ce qui suit : (1) la plupart des essais ont été entrepris chez des patients présentant une IC avec une fraction d'éjection réduite (< 45 %) et les femmes, les personnes âgées et celles présentant une fraction d'éjection préservée (≥ 45 %) étaient sous-représentées ; et (2) la plupart des essais ont été entrepris en milieu hospitalier/centre.

Objectifs: 

Déterminer les effets de la réadaptation cardiaque à l'effort sur la mortalité, l'hospitalisation et la qualité de vie liée à la santé des personnes atteintes d'insuffisance cardiaque.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le Registre central des essais contrôlés de Cochrane (CENTRAL), MEDLINE, Embase et trois autres bases de données le 29 janvier 2018. Nous avons également vérifié les bibliographies des revues systématiques et de deux registres d'essais.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés qui comparaient les interventions de rééducation basées sur l'exercice avec un suivi de six mois ou plus par rapport à un contrôle sans exercice qui pourrait inclure les soins médicaux habituels. La population étudiée comprenait des adultes (> 18 ans) présentant des signes d’IC - à fraction d’éjection systolique préservée ou réduite.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont examiné de façon indépendante toutes les références identifiées et ont rejeté celles qui étaient clairement non éligibles pour la revue. Nous avons obtenu des articles complets sur des essais potentiellement pertinents. Deux auteurs de l'étude ont extrait indépendamment les données des essais inclus, évalué leur risque de biais et effectué des analyses GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 44 essais cliniques (5783 participants avec HF) avec une médiane de six mois de suivi. Pour cette dernière mise à jour, nous avons identifié 11 nouveaux essais (N = 1040), en plus des 33 essais précédemment identifiés. Bien que les données probantes portent principalement sur les patients atteints de FEVG réduit avec des programmes de réanimation cardio-respiratoire de classes II et III de la New York Heart Association, un nombre croissant d'études incluent des patients atteints d’IC à fraction d’éjection préservée et sont effectuées à domicile. Toutes les études incluses incluaient un comparateur d'interventions d'entraînement sans exercice formel. Toutefois, un large éventail de comparateurs ont été observés dans les études, d’une intervention active (c.-à-d. éducation, intervention psychologique) à des soins médicaux habituels seuls. Le risque global de biais des essais inclus était faible ou peu clair, et nous avons déclassé les résultats en utilisant l'outil GRADE pour tous les critères de jugement sauf un.

La réadaptation cardiaque peut faire peu ou pas de différence dans la mortalité toutes causes confondues à court terme (≤ un an de suivi) (27 essais, 28 comparaisons (2 596 participants) : intervention 67/1302 (5,1%) vs témoin 75/1294 (5,8%) ; rapport de risque (RR) 0,89, intervalle de confiance (IC) 95% 0,66 à 1,21 ; données de faible qualité GRADE) mais peut améliorer à long terme la mortalité toutes causes confondues (suivi > 12 mois) (6 essais/comparaison (2844 participants):intervention 244/1418 (284) vs témoin 280/1427 (19.6%) évènements) : RR 0,88, IC à 95 % 0,75 à 1,02 ; données probantes de haute qualité). Les chercheurs n'ont fourni aucune donnée sur les décès dus à l'IC. La réhabilitation cardiaque à l’effort réduit probablement le nombre total d'admissions à l'hôpital à court terme (jusqu'à un an de suivi) (21 essais, 21 comparaisons (2182 participants) : (intervention 180/1093 (16,5 %) vs témoin 258/1089 (23,7 %) ; RR 0,70, IC 95 % 0,60 à 0,83 ; preuves de qualité moyenne, nombre nécessaire au traitement : 14) et peut réduire l'hospitalisation spécifique à l'IC (14 essais cliniques, 15 comparaisons (1114 participants) : (intervention 40/562 (7,1%) vs témoin 61/552 (11,1%) RR 0,59, 95% CI 0,42 à 0,84 ; preuve de faible qualité, nombre de sujets à traiter : 25). Après la réhabilitation cardiaque à l’effort, une amélioration cliniquement importante de la qualité de vie liée à une maladie à court terme liée à la santé peut être évidente (Minnesota Living With Heart Failure questionnaire - 17 essais, 18 comparaisons (1995 participants) : différence moyenne (DM) -7,11 points, IC 95 % -10,49 à -3,73 ; données de faible qualité). La mise en commun de toutes les études, quelle que soit la mesure de la qualité de vie liée à la santé utilisée, montre qu'il peut y avoir une amélioration cliniquement importante avec l'exercice (26 essais, 29 comparaisons (3 833 participants) ; différence moyenne standardisée (DMS) -0,60, IC 95 % -0,82 à -0,39 ; I² = 87 % ; Chi² = 215,03 ; données de faible qualité). Les effets de la réhabilitation cardiaque par exercice semblaient être cohérent d’un modèle d’exercice à l’autre : dans un centre vs à domicile, dose d'exercice, exercice simple vs programmes complets, et entraînement aérobique seul vs programmes aérobiques plus résistance.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Amytis Heim et Cochrane France. Une erreur de traduction dans le texte d’origine? Merci d’adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.