Corticoïdes en inhalation pour traiter la dysplasie broncho-pulmonaire

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Les enfants prématurés présentent un risque accru de développement de maladie pulmonaire chronique ou de dysplasie broncho-pulmonaire (DBP). L'inflammation des poumons semble jouer un rôle central dans le développement de la DBP. L'administration de médicaments anti-inflammatoires appelés corticoïdes dans sang (systémique) réduit le risque de DBP, mais peut également avoir de graves effets secondaires. L'administration de corticoïdes par inhalation directement dans les poumons peut réduire ces effets indésirables. Cette revue a examiné les essais qui comparaient les corticoïdes en inhalation à un placebo en inhalation chez des enfants prématurés présentant un risque de développement de DBP après la première semaine de vie. Ces essais ne montraient pas d'effet bénéfique des corticoïdes en inhalation sur les décès ou la DBP. De plus, l'innocuité des corticoïdes en inhalation n'était évaluée que dans un petit nombre d'essais. D'après ces résultats, les corticoïdes en inhalation ne peuvent pas être recommandés pour les enfants prématurés présentant un risque de DBP. Des études supplémentaires sont nécessaires.

Conclusions des auteurs: 

D'après les résultats issus des preuves disponibles actuellement, les corticoïdes en inhalation démarrés à ≥ 7 jours de vie pour les enfants prématurés présentant un risque élevé de développement de DBP ne peuvent pas être recommandés pour le moment. Davantage d'essais contrôlés par placebo, randomisés, de plus grande taille, doivent être réalisés pour établir l'efficacité et l'innocuité des corticoïdes en inhalation.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La dysplasie broncho-pulmonaire (DBP), définie comme une dépendance à l'oxygène à 36 semaines d'âge post-menstruel (APM), demeure une complication importante de la prématurité. L'inflammation pulmonaire joue un rôle central dans la pathogenèse de la DBP. L'atténuation de l'inflammation pulmonaire avec une administration postnatale systémique de corticoïdes réduit l'incidence de la DBP chez les enfants prématurés, mais peut être associée à un risque accru de critères de jugement indésirables concernant le développement neurologique. L'administration locale de corticoïdes par inhalation pourrait être une alternative efficace et sûre.

Objectifs: 

Déterminer si l'administration de corticoïdes en inhalation après la première semaine de vie à des enfants prématurés présentant un risque élevé de développement de DBP est efficace et sûre pour réduire l'incidence des décès et de la DBP en tant que critères de jugement distincts ou combinés.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons identifié les essais contrôlés randomisés en effectuant des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library), PubMed (depuis 1966), EMBASE (depuis 1974), CINAHL (depuis 1982), les biographies des essais trouvés et par des recherches manuelles de revues, toutes ces sources ayant été évaluées jusqu'en février 2012.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés comparant les corticoïdes en inhalation, démarrés ≥ 7 jours en âge postnatal (APN), mais avant 36 semaines d'APM, à un placebo chez des nourrissons ventilés et non ventilés présentant un risque de développement de DBP ont été inclus. Les essais étudiant les corticoïdes systémiques versus les corticoïdes en inhalation ont été exclus.

Recueil et analyse des données: 

Les données sur les caractéristiques des patients, la méthodologie des essais et les posologies d'inhalation ont été recueillies. Les critères de jugement principaux étaient le décès ou la DBP, ou les deux, à 28 jours d'APN ou à 36 semaines d'APM. Les critères de jugement secondaires étaient les critères de jugement respiratoires à court terme, tels que l'échec de l'extubation, le nombre total de jours de ventilation mécanique et d'utilisation d'oxygène, et la nécessité de corticoïdes systémiques. Les investigateurs d'origine ont été contactés pour vérifier la validité des données extraites et fournir les données manquantes. Toutes les données ont été analysées au moyen de RevMan 5.0.24. Lorsque cela était possible, une méta-analyse a été réalisée en utilisant le risque relatif type (RRT) pour les critères de jugement dichotomiques et la différence moyenne pondérée (DMP) pour les critères de jugement continus avec leurs intervalles de confiance (IC) à 95 %. Les participants ventilés et non ventilés ont été analysés séparément.

Résultats principaux: 

Huit essais randomisant 232 nourrissons prématurés ont été inclus dans cette revue. Les corticoïdes en inhalation n'ont pas réduit les résultats distincts ou combinés concernant les décès ou la DBP. De plus, les stéroïdes en inhalation n'ont pas eu d'effet sur les résultats respiratoires à court terme, tels que l'échec de l'extubation et la durée totale de ventilation mécanique ou de dépendance à l'oxygène. On a constaté une tendance de réduction de l'utilisation de corticoïdes systémiques en faveur des corticoïdes en inhalation (RRT 0,51 ; IC à 95 % 0,26 à 1,00). Il y avait un manque de données sur les effets indésirables à court terme et à long terme. Ces résultats doivent être interprétés avec prudence, car le nombre total de patients randomisés est relativement faible et la plupart des essais variaient considérablement en termes de définition des caractéristiques des patients, du traitement par inhalation et des critères de jugement.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.