Il n'y a pas de preuve que l'introduction tardive de l'alimentation entérale progressive prévienne l'entérocolite nécrosante chez les nouveau-nés de très faible poids de naissance

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Les nouveau-nés très prématurés (< 32 semaines) ou de très faible poids de naissance (< 1500 g) sont exposés au risque de développer une maladie intestinale grave appelée entérocolite nécrosante. On pense qu'une façon possible de prévenir cette affection est de n'introduire l'alimentation au lait que quelques jours (ou plus) après la naissance. Nous avons trouvé sept essais, impliquant au total 964 nouveau-nés, qui avaient évalué l'effet de l'introduction tardive plutôt que précoce de l'alimentation au lait chez les nouveau-nés très prématurés ou de très faible poids de naissance. Les données de ces essais n'ont fourni aucune preuve que le report de l'alimentation entérale réduise le risque d'entérocolite nécrosante.

Conclusions des auteurs: 

Les données disponibles provenant d'essais contrôlés randomisés suggèrent que le fait de retarder l'introduction de l'alimentation entérale progressive au-delà de quatre jours après la naissance n'affecte pas le risque d'ECN pour les nouveau-nés très prématurés ou de très faible poids de naissance, y compris chez ceux présentant un retard de croissance. Retarder l'introduction de l'alimentation entérale progressive a pour résultat de retarder de quelques jours l'établissement d'une pleine alimentation entérale, mais l'importance clinique de cet effet n'est pas claire. L'applicabilité de ces résultats aux nouveau-nés extrêmement prématurés ou de poids de naissance extrêmement faible demeure incertaine. Il pourrait être nécessaire de réaliser de nouveaux essais contrôlés randomisés dans cette population.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'introduction d'une alimentation par voie entérale chez les nouveau-nés très prématurés (< 32 semaines) ou de très faible poids de naissance (< 1500 g) est souvent retardée de quelques jours ou plus après la naissance en raison d'inquiétudes que l'introduction précoce ne soit pas tolérée et accroisse le risque d'entérocolite nécrosante. Cependant, le report de l'alimentation par voie entérale pourrait diminuer l'adaptation fonctionnelle du tractus gastro-intestinal et prolonger le besoin d'alimentation parentérale avec les risques infectieux et métaboliques qui l'accompagnent.

Objectifs: 

Déterminer l'effet de l'introduction tardive de la nutrition entérale progressive sur l'incidence de l'entérocolite nécrosante, de la mortalité et d'autres pathologies chez les nouveau-nés très prématurés ou de très faible poids de naissance.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, The Cochrane Library, 2013, numéro 3), MEDLINE (de 1966 à avril 2013), EMBASE (de 1980 à avril 2013), CINAHL (de 1982 à avril 2013), les actes de conférence et les revues antérieures.

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés évaluant l'effet de l'introduction tardive (plus de quatre jours après la naissance) de l'alimentation entérale progressive par rapport à son introduction précoce sur l'incidence de la NEC, de la mortalité et d'autres pathologies chez les nouveau-nés très prématurés ou de très faible poids de naissance.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons extrait les données en utilisant les méthodes standard du Groupe thématique Cochrane sur la néonatologie avec une évaluation de la qualité des essais et une extraction des données réalisées séparément par deux auteurs de la revue.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié sept essais contrôlés randomisés auxquels ont participé un total de 964 nouveau-nés. Peu de participants étaient des nourrissons extrêmement prématurés (< 28 semaines) ou de poids de naissance extrêmement faible (< 1000 g). Les essais avaient défini l'introduction tardive comme s'opérant plus de cinq à sept jours après la naissance et l'introduction précoce comme réalisée moins de quatre jours après la naissance. Les méta-analyses n'ont pas décelé d'effets statistiquement significatifs sur le risque de ECN (risque relatif (RR) de 0,92 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,64 à 1,34) ou de mortalité toutes causes (RR typique 1,26 ; IC 95% 0,78 à 2,01). Trois des essais avaient limité la participation aux nouveau-nés présentant un retard de croissance et chez qui l'échographie Doppler avait montré une distribution ou un débit anormal de la circulation fœtale. Les analyses en sous-groupes planifiées de ces essais n'ont pas trouvé d'effets statistiquement significatifs sur le risque de ECN ou de mortalité toutes causes. Chez les nourrissons dont l'introduction de l'alimentation entérale avait été retardée, la mise en place d'une pleine alimentation entérale avait pris plus de temps (différence médiane rapportée de deux à quatre jours).

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.