Le traitement antiviral pour la paralysie de Bell (paralysie faciale idiopathique)

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Question de la revue

Nous avons examiné les preuves portant sur les effets d'un traitement antiviral, seul ou en combinaison avec n'importe quel autre traitement, sur la paralysie de Bell.

Contexte

La paralysie de Bell est une maladie affectant le nerf facial qui mène à la paralysie de l'un des côtés du visage. Certaines études ont suggéré que celle-ci serait causée par les mêmes infections virales que celles provoquant les boutons de fièvre (l'herpès simplex) ou le zona (le virus varicelle-zona). Si cela est vrai, des médicaments antiviraux seraient susceptibles de favoriser le rétablissement. La paralysie est généralement temporaire, même lorsqu'elle n'est pas traitée, bien que sans traitement environ une personne sur cinq préservera une défiguration faciale ou aura des douleurs permanentes. Une revue Cochrane a déjà confirmé l'efficacité des corticostéroïdes pour la paralysie de Bell. Cette revue a été publiée pour la première fois en 2001 et a été révisée plusieurs fois, le plus récemment en 2009. Cette version remplace une mise à jour publiée dans le numéro 7 de la Cochrane Library puis retirée en raison d'une enquête en cours concernant la fiabilité des données de l'une des études incluses.

Les caractéristiques de l'étude

Nous avons identifié 10 études comprenant un total de 2280 participants ayant une paralysie de Bell unilatérale de gravité légère, modérée ou sévère et d'origine inconnue. Les participants étaient âgés de 14 à 84 ans. Les essais ont comparé des antiviraux offerts en combinaison avec des corticostéroïdes par rapport à des corticostéroïdes seuls ; des antiviraux seuls par rapport à un placebo ou à l'absence de traitement ; des antiviraux seuls par rapport à la corticothérapie seule, et un traitement antiviral combiné à des corticostéroïdes par rapport à un placebo ou à l'absence de traitement. La durée des études incluses allait de trois à 12 mois.

Les principaux résultats et la qualité des preuves

La guérison incomplète

Selon des preuves de faible qualité, combiner des antiviraux à des corticostéroïdes améliore les taux de guérisons incomplètes de la paralysie de Bell par rapport aux corticoïdes seuls. Cette constatation était basée sur des données issues de huit essais portant sur 1315 personnes ayant une paralysie de Bell de gravité légère, modérée ou sévère.

Nous n'avons pas pu utiliser les données issues de quatre études (478 participants) pour examiner les effets du traitement pour la paralysie de Bell sévère (c'est à dire chez les personnes ayant une paralysie faciale complète ou presque complète). Les résultats ont montré que dans ce groupe, l'ajout d'un traitement antiviral aux corticostéroïdes améliore probablement les taux de guérisons incomplètes par rapport au traitement à base de corticostéroïdes seuls, bien que nous ayons jugé ces preuves comme étant de faible qualité.

Dans d'autres analyses, nous avons trouvé que :

• Les corticostéroïdes seuls étaient plus efficaces que les antiviraux seuls en termes de guérisons incomplètes (768 participants) ;

• Les antiviraux associés à des corticoïdes étaient plus efficaces qu'un placebo ou l'absence de traitement (658 participants) ; et

• Les antiviraux seuls étaient moins efficaces qu'un placebo (bien que cette différence n'était pas significative) (658 participants).

Les effets postérieurs à long terme de la paralysie de Bell

Trois essais (941 participants) ont évalué les effets postérieurs à long terme de la paralysie de Bell, tels que la production excessive de larmes et la syncinésie (les mouvements involontaires des muscles survenant en même temps que le mouvement délibérés). La combinaison des antiviraux et des corticostéroïdes a réduit les effets postérieurs à long terme de la paralysie de Bell par rapport aux corticoïdes seuls. Les preuves étaient de qualité modérée.

Il y avait moins d'effets postérieurs à long terme de la paralysie de Bell après un traitement à base de corticostéroïdes seuls qu'avec des antiviraux seuls (deux essais, 472 participants).

Les événements indésirables

Sur la base des preuves issues de trois essais (1528 participants), aucun des traitements n'a montré de différences significatives au niveau des événements indésirables, quoique les preuves appuyant ce résultat étaient de faible qualité.

Les preuves incluses dans cette revue sont à jour jusqu'à octobre 2014.

Conclusions des auteurs: 

Des preuves de faible qualité issues d'essais contrôlés randomisés montrent un bénéfice en faveur de la combinaison des antiviraux à des corticostéroïdes par rapport aux corticoïdes seuls pour le traitement de la paralysie de Bell (de gravité légère, modérée ou sévère). Des preuves de faible qualité montrent un bénéfice en faveur de la thérapie combinée par rapport aux corticoïdes seuls dans la paralysie de Bell sévère. Les corticostéroïdes seuls étaient plus efficaces que les antiviraux seuls et les antiviraux associés à des corticoïdes étaient plus efficaces qu'un placebo ou l'absence de traitement. Il n'y avait aucun bénéfice lorsque des antiviraux seuls ont été comparés à un placebo.

Des preuves de qualité modérée indiquent que la combinaison d'antiviraux et de corticostéroïdes réduit les séquelles de la paralysie de Bell par rapport aux corticoïdes seuls.

Nous n'avons trouvé aucune augmentation significative des événements indésirables associés à l'utilisation des antiviraux par rapport à un placebo ou à des corticostéroïdes, sur la base de preuves de faible qualité.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les corticostéroïdes sont largement utilisés dans le traitement de la paralysie de Bell (paralysie faciale idiopathique), mais l'efficacité d'un traitement supplémentaire avec un agent antiviral est incertaine. Une morbidité significative peut parfois être observée chez les personnes ayant une paralysie de Bell sévère. Cette revue a été publiée pour la première fois en 2001, et révisée plusieurs fois, le plus récemment en 2009. Cette version mise à jour de la revue remplace la version publiée dans le numéro 7 de la Cochrane Library, puis retirée en raison d'une enquête en cours concernant la fiabilité des données de l'une des études incluses.

Objectifs: 

Évaluer les effets des traitements antiviraux, seuls ou en combinaison avec une quelconque autre thérapie pour la paralysie de Bell.

La stratégie de recherche documentaire: 

Le 7 octobre 2014, nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les affections neuro-musculaires, sur CENTRAL, MEDLINE, EMBASE, LILACS, DARE, NHS EED et HTA. Nous avons également examiné les bibliographies des essais identifiés et contacté les auteurs des essais ainsi que des experts connus dans le domaine et des laboratoires pharmaceutiques pertinents afin d'identifier d'autres données publiées ou non publiées. Nous avons effectué des recherches dans des registres d'essais cliniques pour identifier des études en cours.

Critères de sélection: 

Nous avons pris en compte les essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés portant sur des antiviraux associés ou non à des corticostéroïdes par rapport à des thérapies faisant office de comparaison pour le traitement de la paralysie de Bell. Nous avons exclu les essais présentant un risque de biais élevé dans plusieurs domaines.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment évalué les essais pour la pertinence, l'éligibilité et le risque de biais, en suivant les procédures Cochrane standard.

Résultats principaux: 

Dix essais, incluant 2280 participants, remplissaient les critères d'inclusion et ont été inclus dans l'analyse finale. Plusieurs de ces essais étaient de petite taille, et un certain nombre présentaient un risque de biais élevé ou incertain. Les autres essais ne remplissent pas les meilleurs critères actuels en matière d'assignation secrète et de mise en aveugle.

La guérison incomplète

Nous avons trouvé un bénéfice significatif lorsque des antiviraux étaient combinés aux corticostéroïdes par rapport aux corticoïdes seuls pour les personnes ayant une paralysie de Bell (risque relatif (RR) 0,61, intervalle de confiance à 95 % (IC) 0,39 à 0,97, n = 1315). Pour les personnes ayant une paralysie de Bell sévère (avec des scores House-Brackmann de 5 et 6 ou équivalent sur d'autres échelles), nous avons trouvé une réduction du taux de guérisons incomplètes à six mois lorsque des antiviraux associés à des corticoïdes ont été utilisés, par rapport aux corticoïdes seuls (RR 0,64, IC à 95 % 0,41 à 0,99, n = 478). Les résultats des participants recevant des corticostéroïdes seuls étaient significativement meilleurs par rapport aux participants recevant des antiviraux seuls (RR 2,82, IC à 95 % 1,09 à 7,32, n = 768). L'effet thérapeutique provenant des placebos était significativement inférieur à l'effet provenant des antiviraux associés à des corticoïdes (RR 0,56, IC à 95 % 0,41 à 0,76, n = 658). Les antiviraux seuls n'étaient pas supérieurs au placebo (RR 1,10, IC à 95 % 0,87 à 1,40, n = 658).

La syncinésie motrice ou les larmes de crocodile

Dans deux essais comparant des antiviraux associés à des corticostéroïdes à des corticostéroïdes associés à un placebo ayant évalué ce critère de jugement, nous avons trouvé une différence significative en termes de séquelles à long terme en faveur des antiviraux associés à des corticoïdes (RR 0,56, IC à 95 % 0,36 à 0,87, n = 469). Deux essais comparant les antiviraux seuls aux corticoïdes seuls étudiant ce critère de jugement ont montré une diminution des séquelles avec les corticostéroïdes (RR 1,52, IC à 95 % 1,08 à 2,12, n = 472). Nous n'avons pas trouvé de données à propos des séquelles à long terme pour les autres comparaisons.

Les événements indésirables

Des données concernant les événements indésirables étaient disponibles dans trois études présentant les données comparatives de 1528 participants. Aucune des quatre comparaisons (les antiviraux associés à des corticoïdes par rapport à des corticostéroïdes associés à un placebo ou à l'absence de traitement ; les antiviraux par rapport à des corticostéroïdes ; les antiviraux associés à des corticoïdes par rapport à un placebo ; les antiviraux par rapport à un placebo) n'a montré de différences significatives au niveau des événements indésirables entre les groupes de traitement et de contrôle. Nous n'avons pas pu trouver de corrélation avec un traitement spécifique parmi ces résultats.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Martin Vuillème

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.