Dispensaires de soins prénataux versus admission à l'hôpital pour les femmes souffrant de complications de grossesse

Beaucoup de femmes souffrent de complications pendant la grossesse, telles que l'hypertension artérielle, la menace de travail précoce ou des saignements abondants (hémorragie). L'admission à l'hôpital peut être nécessaire mais risque d'être perturbatrice pour la mère et sa famille. Tests et surveillance sont souvent nécessaires pour que la condition de la mère et du bébé puisse être évaluée et qu'un traitement soit administré. Parfois, ces soins peuvent être donnés dans des dispensaires pour éviter à la femme d'avoir à dormir à l'hôpital. La revue compare les dispensaires à l'admission à l'hôpital ou aux soins de routine. Trois essais portant sur 504 femmes enceintes souffrant d'hypertension artérielle ou de rupture prématurée des membranes, ont été inclus dans la revue. Les résultats ont montré que les femmes soignées en dispensaire avaient dû se rendre plus souvent à l'hôpital, mais étaient moins susceptibles d'avoir à dormir à l'hôpital. Les soins en dispensaire ne semblaient pas avoir d'influence sur les autres critères de résultat pour la mère et le bébé ni accroitre ou réduire les interventions dans le travail, bien que, dans un essai, les femmes étaient moins susceptibles de nécessiter une induction du travail si elles avaient reçu des soins en dispensaire. Deux études ont fourni des preuves que les femmes préfèrent les soins en dispensaire à l'admission à l'hôpital et aucune femme n'avait exprimé une préférence pour les soins sous hospitalisation ; la plupart des femmes dans les deux groupes avaient estimé avoir été bien soignées et en étaient satisfaites.

Le but des soins prénataux est de réduire la survenue de problèmes pour la mère et le bébé, mais ceux-ci sont relativement rares et n'ont pas pu être étudiés dans cette revue. Une proportion de femmes fréquentant les dispensaires nécessitent ensuite des soins en hospitalisation, et un éventail de considérations non-médicales telles que la distance jusqu'aux services d'urgence, des facteurs sociaux et le bien-être émotionnel de la femme peuvent conduire à l'admission à l'hôpital. Toutes les études incluses dans la revue ont été réalisées dans le cadre de l'évaluation de nouveaux services.

Conclusions des auteurs: 

De petites études laissent penser qu'il n'y a pas de grandes différences dans les résultats cliniques pour la mère ou le bébé entre les dispensaires de soins prénataux et l'admission à l'hôpital, mais les femmes pourraient préférer les dispensaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les soins prénataux en dispensaire sont largement utilisés comme alternative aux soins en hospitalisation pour les femmes souffrant de complications de grossesse, notamment l'hypertension légère et modérée, et la rupture prématurée des membranes.

Objectifs: 

L'objectif de cette revue est de comparer les soins en dispensaire aux soins de routine ou à l'admission à l'hôpital pour les femmes souffrant de complications de grossesse, en termes de santé maternelle et périnatale, de durée de séjour à l'hôpital, d'acceptabilité et de coûts pour la femme et pour le prestataire de services de santé.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (février 2009).

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés randomisés comparant les soins en dispensaire aux soins sous hospitalisation ou de routine pour les femmes ayant une grossesse compliquée.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont effectué l'extraction des données et évalué le risque de biais de manière indépendante.

Résultats principaux: 

Trois essais, totalisant 504 femmes, ont été inclus. Pour la plupart des critères de jugement, il n'a pas été possible de regrouper les résultats de plusieurs essais dans une méta-analyse car ces critères avaient été mesurés de différentes manières.

Comparativement aux femmes du groupe de soins de routine, les femmes fréquentant des dispensaires étaient moins susceptibles d'avoir à passer la nuit à l'hôpital (risque relatif 0,46 ; intervalle de confiance à 95 % 0,34 à 0,62). La durée moyenne d'hospitalisation prénatale était plus courte pour les femmes fréquentant les dispensaires, même si le nombre de consultations était plus élevé dans ce groupe. Des preuves issues d'une étude ont montré que les femmes fréquentant des dispensaires étaient significativement moins susceptibles de subir une induction du travail, mais le mode d'accouchement était similaire pour les femmes des deux groupes. Pour les autres critères de jugement, il n'y avait pas de différences significatives entre les groupes. Les données concernant les coûts des différents types de soins étaient mitigées : alors que la durée d'hospitalisation prénatale avait été réduite, cela ne se traduisait pas nécessairement par une réduction des coûts pour les services de santé.

Alors que la plupart des femmes avaient tendance à être satisfaites des soins reçus, quels qu'ils fussent, elles préféraient les soins en dispensaire à l'admission à l'hôpital.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.