Enrichissement du lait maternel en nutriments pour les nourrissons prématurés

Problématique de la revue Les nourrissons prématurés (bébés nés avant terme) grandissent-ils et se développent-ils mieux lorsqu'ils sont nourris avec du lait maternel enrichi de protéines et de calories supplémentaires (« fortifié ») ?

Contexte : Le lait maternel seul ne suffit peut-être pas à aider les nourrissons prématurés à grandir et à se développer de manière optimale. Des nutriments supplémentaires, tels que des protéines et de l'énergie (calories) provenant de glucides ou de matières grasses, peuvent être ajoutés au lait maternel pour le rendre 10 à 20 % plus nutritif. Ces nutriments supplémentaires sont appelés « fortifiants ». L'alimentation des nourrissons prématurés, en particulier des grands prématurés (nés avant 32 semaines), avec du lait maternel enrichi pourrait potentiellement leur permettre d’absorber plus de nutriments, et donc de grandir plus vite et de mieux se développer.

Caractéristiques des études : Nous avons inclus 18 essais ; la plupart étaient de petite taille (impliquant 1456 nourrissons au total) et présentaient des faiblesses de conception susceptibles de biaiser leurs résultats. Cette recherche est à jour jusqu’en septembre 2019.

Principaux résultats Les prématurés nourris au lait maternel enrichi ont pris du poids et ont grandi un peu plus rapidement en longueur et en taille de tête pendant leur séjour à l'hôpital. Les essais que nous avons inclus dans la revue n'ont pas fourni beaucoup d'informations sur les effets que le lait maternel enrichi pourrait avoir sur le développement et la croissance du bébé plus tard dans la vie. Les données dont nous disposons ne suggèrent pas que l'alimentation au lait maternel enrichi ait un effet sur les résultats lorsque l'enfant est plus âgé. Les essais inclus ne fournissent pas de données probantes cohérentes indiquant d’autres bénéfices ou risques potentiels du lait maternel enrichi, y compris les effets sur l'alimentation ou les problèmes intestinaux.

Conclusion : Bien que les données des essais montrent que l’enrichissement du lait maternel en nutriments augmente les taux de croissance des nourrissons prématurés pendant le séjour initial à l'hôpital, ces essais ne fournissent pas de données probantes suffisantes pour montrer d’éventuels effets sur la croissance ou le développement à long terme. De nouveaux essais sont nécessaires pour en savoir plus sur cette question.

Niveau de confiance des données probantes : Nous avons évalué ces données probantes d'effets sur la croissance comme étant d’un « niveau de confiance faible ou modéré » car les essais inclus étaient de petite taille, présentaient des faiblesses méthodologiques et rapportaient des résultats incohérents les uns par rapport aux autres. Cela signifie que d'autres recherches futures auront très probablement un impact considérable sur nos estimations de l'effet et sur notre confiance dans les résultats des études.

Conclusions des auteurs: 

L'alimentation des nourrissons prématurés avec du lait maternel humain enrichi en nutriments par rapport au lait maternel humain non enrichi est associée à une augmentation modeste du taux de croissance en milieu hospitalier. Les données probantes sont insuffisantes pour montrer si l’enrichissement en nutriments a un effet sur la croissance ou le développement neurologique à long terme.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les nourrissons prématurés nourris au lait maternel peuvent accumuler des carences en nutriments, ce qui entraîne un retard de croissance extra-utérine. Nourrir les nourrissons prématurés avec du lait humain enrichi en nutriments pourrait augmenter les taux d'accumulation de nutriments et de croissance et améliorer le développement neurologique. Cependant, il existe des inquiétudes concernant les potentiels effets indésirables des fortifiants en nutriments tels que l'intolérance alimentaire et l'entérocolite nécrosante.

Objectifs: 

Déterminer si le lait humain enrichi en nutriments, par rapport au lait humain non enrichi, affecte des critères de jugement importants (notamment le taux de croissance et le développement neurologique) des prématurés sans augmenter le risque d'effets indésirables (tels que l'intolérance alimentaire et l'entérocolite nécrosante).

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL ; 2019, Issue 9), MEDLINE via PubMed (1966 au 26 septembre 2019), Embase (1980 au 26 septembre 2019), et le Cumulative Index to Nursing and Allied Health Literature (CINAHL ; 1982 au 26 septembre 2019). Nous avons également effectué des recherches dans les bases de données d'essais cliniques, les actes de conférences et les références bibliographiques des articles extraits pour trouver des essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés et quasi randomisés comparant l'alimentation des nourrissons prématurés avec avec du lait maternel humain enrichi en nutriments (protéines et énergie plus minéraux, vitamines ou autres nutriments) par rapport au lait maternel non enrichi (sans protéines ni énergie ajoutées).

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé les méthodes standard du groupe Cochrane sur la néonatologie. Deux auteurs de la revue ont évalué séparément la qualité des essais et ont extrait des données et synthétisé les estimations des effets à l'aide de risques relatifs (RR), de différences des risques et de différences moyennes (DM). Nous avons évalué le niveau de confiance des données probantes à l’appui de chaque critère de jugement à l'aide des méthodes GRADE (Grading of Recommendations Assessment, Development and Evaluation).

Résultats principaux: 

Nous avons identifié 18 essais auxquels ont participé au total 1456 prématurés. Les essais étaient généralement de petite taille et de faible qualité méthodologique. Les méta-analyses ont fourni des données probantes d’un niveau de confiance faible à modéré montrant que l'enrichissement du lait humain en nutriments augmente le taux de prise de poids à l'hôpital (DM 1,76 g/kg/j, intervalle de confiance (IC) à 95% 1,30 à 2,22), la taille (longueur du corps) (DM 0,11 cm/semaine, IC à 95% 0,08 à 0,15), ou la circonférence de la tête (DM 0,06 cm/semaine, IC à 95% 0,03 à 0,08) chez les nourrissons prématurés. Peu de données sont disponibles sur les critères de jugement de la croissance et du développement neurologique évalués au-delà de la petite enfance, et celles-ci ne montrent pas d’effet de l'enrichissement en nutriments. Les données ne suggèrent pas d'autres bénéfices ou risques et fournissent des données probantes d’un niveau de confiance faible suggérant un effet de l'enrichissement en nutriments sur le risque d'entérocolite nécrosante chez les nourrissons prématurés (RR typique 1,37, IC à 95% 0,72 à 2,63 ; 13 études, 1110 nourrissons).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.