La formation des professionnels de santé consistant à demander à leurs patients s'ils fument permet-elle d'augmenter le nombre d'offres de conseils et d'arrêter de fumer ?

Les programmes de formation permettent d'encourager les professionnels de santé à demander à leurs patients s'ils fument, puis à leur proposer des conseils pour les aider dans leur démarche de sevrage tabagique. La présente revue, composée de 17 essais, a observé que ces programmes de formation aident les professionnels de santé à identifier les fumeurs et augmentent le nombre de personnes souhaitant arrêter de fumer. Ces programmes permettent également d'accroitre le nombre de personnes bénéficiant de conseils et d'un soutien des professionnels de santé dans le cadre de leur sevrage tabagique.

Conclusions des auteurs: 

La formation des professionnels de santé consistant à intervenir dans le cadre du sevrage tabagique présentait un effet mesurable sur la prévalence ponctuelle du tabagisme, l'abstinence continue et les performances professionnelles. La seule exception était la prescription de gomme à la nicotine ou d'un traitement de substitution qui ne différait pas entre les groupes.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La consommation de cigarettes est l'une des principales causes de mortalité évitable dans le monde. Il existe des preuves probantes selon lesquelles de brèves interventions dispensées par des professionnels de santé peuvent augmenter le nombre de tentatives de sevrage tabagique. Un certain nombre d'essais ont examiné si une formation spécifique des professionnels de santé leur permettait de mieux aider leurs patients fumeurs.

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité de la formation des professionnels de santé consistant à intervenir dans le cadre du sevrage tabagique de leurs patients et à évaluer les autres effets liés aux caractéristiques de la formation comme le contenu des interventions, la méthode d'administration et l'intensité.

La stratégie de recherche documentaire: 

Des recherches ont été effectuées dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur le tabagisme, des bases de données électroniques et les bibliographies des études identifiées. Des données brutes ont été demandées aux auteurs des études, chaque fois que cela était nécessaire. Les recherches ont été mises à jour en mars 2012.

Critères de sélection: 

Des essais randomisés dans lesquels l'intervention consistait à former des professionnels de santé au sevrage tabagique. Les essais étaient pris en compte s'ils signalaient des résultats chez les patients fumeurs au moins six mois après l'intervention. Les résultats du processus devaient être notifiés, toutefois les essais signalant des effets uniquement sur les résultats du processus et pas sur le comportement tabagique étaient exclus.

Recueil et analyse des données: 

Deux réviseurs indépendants ont extrait des informations relatives aux caractéristiques de chaque étude incluse concernant les interventions, les participants, les résultats et les méthodes. Lorsque cela était possible, les études étaient combinées dans une méta-analyse et présentées sous la forme d'une synthèse narrative incluant texte et tableau.

Résultats principaux: 

Sur dix-sept études incluses, treize n'ont trouvé aucune preuve d'effet concernant l'abstinence tabagique continue suite à l'intervention. Une méta-analyse de 14 études portant sur la prévalence ponctuelle du tabagisme a généré des effets statistiquement et cliniquement significatifs en faveur de l'intervention (OR 1,36, IC à 95 % 1,20 à 1,55, p = 0,004). Une méta-analyse de huit études signalant une abstinence continue était aussi statistiquement significative (OR 1,60, IC à 95 % 1,26 à 2,03, p = 0,03).

Les professionnels de santé ayant reçu une formation avaient plus tendance à effectuer des tâches de sevrage tabagique que ceux non formés appartenant aux groupes témoins, y compris : demander aux patients de définir une date de sevrage (p < 0,0001), fixer des rendez-vous de suivi (p < 0,00001), conseiller les fumeurs (p < 0,00001), mettre à disposition la documentation d'auto-assistance (p < 0,0001) et prescrire une date de sevrage (p < 0,00001). Aucun effet probant n'a été observé lors de la prescription de gomme à la nicotine/traitement de substitution.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.