Le danazol pour les douleurs pelviennes associées à l'endométriose

Le danazol réduit les symptômes douloureux de l'endométriose, mais a des effets androgéniques. L'endométriose est une affection douloureuse caractérisée par le développement de tissu endométrial en dehors de l'utérus. Elle peut causer des kystes et l'infertilité. La danazol est une hormone masculinisante entrainant également gain de poids et acné. Elle soulage cependant les symptômes douloureux de l'endométriose, bien que les effets secondaires puissent être inacceptables. L'amélioration était toujours présente six mois après l'arrêt du traitement. Les résultats indiquent que, en comparaison avec les femmes ayant eu un traitement non actif, les femmes qui avaient pris du danazol étaient satisfaites du traitement.

Conclusions des auteurs: 

Le danazol est efficace dans le traitement des symptômes et des signes de l'endométriose. Cependant, son utilisation est limitée par la survenue d'effets secondaires androgènes.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'endométriose est définie comme la présence de tissu endométrial (stroma et glandes) en dehors de la cavité utérine normale. Les traitements médicaux et chirurgicaux conventionnels de l'endométriose visent à éliminer ou réduire les dépôts d'endomètre ectopique. L'observation selon laquelle les états hyper-androgéniques (un excès d'hormone mâle) induisent une atrophie de l'endomètre a conduit à l'utilisation d'androgènes dans le traitement de l'endométriose. Le danazol est un de ces traitements. L'efficacité du danazol est basée sur sa capacité à produire un environnement à teneur forte en androgènes et faible en œstrogènes (pseudo-ménopause) qui entraîne une atrophie des implants endométriosiques et donc une amélioration des symptômes douloureux.

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité du danazol par rapport au placebo ou à l'absence de traitement dans le traitement des symptômes et des signes, autres que l'infertilité, de l'endométriose chez les femmes en âge de procréer.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le registre d'essais spécialisé du groupe Cochrane sur les troubles menstruels et l’infertilité (en avril 2007), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library, numéro 2, 2007) et MEDLINE (de 1966 à avril 2007). En outre, les bibliographies de tous les essais inclus ont été examinées et les laboratoires pharmaceutiques appropriés ont été contactés pour obtenir des informations sur des essais non publiés.

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés randomisés dans lesquels le danazol (seul ou en traitement d'appoint) avait été comparé à un placebo ou à l'absence de traitement. Les essais qui n'avaient rendu compte que de critères d'infertilité ont été exclus.

Recueil et analyse des données: 

Seuls cinq essais remplissaient les critères d'inclusion et deux auteurs ont extrait les données de ces essais de manière indépendante. Tous les essais avaient comparé le danazol à un placebo. Trois essais avaient utilisé le danazol comme unique traitement et trois essais avaient utilisé le danazol en complément de la chirurgie. Bien que le principal critère de jugement fût l'amélioration des douleurs, nous avons également recueilli d'autres données relatives aux résultats laparoscopiques et aux paramètres hormonaux.

Résultats principaux: 

En comparaison avec un placebo, le traitement à base de danazol (y compris en appoint de la chirurgie) était efficace pour soulager les symptômes douloureux liés à l'endométriose. Les scores laparoscopiques ont été améliorés par le traitement à base de danazol (y compris en thérapie d'appoint) en comparaison avec un placebo ou l'absence de traitement. Des effets secondaires ont été plus souvent rapportés chez les patientes recevant du danazol que chez celles sous placebo.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.