Le plasma provenant de personnes ayant guéri de la COVID-19 est-il un traitement efficace pour les personnes atteintes de la COVID-19 ?

La maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) est une maladie respiratoire hautement infectieuse causée par un type de coronavirus nouvellement reconnu. Certaines personnes sont gravement infectées, ce qui entraîne une hospitalisation, une admission aux soins intensifs ou le décès. Il n’existe actuellement aucun vaccin ni traitement spécifique.

Les personnes qui on guéri de la COVID-19 développent des défenses naturelles dans leur sang (anticorps). Ces anticorps se trouvent dans une fraction du sang appelée plasma. Le plasma provenant de dons de sang de patients guéris, qui contient des anticorps contre le virus responsable de la COVID-19, peut être utilisé pour faire deux préparations. Premièrement, le plasma de convalescents, qui est le plasma contenant ces anticorps. Deuxièmement, une immunoglobuline hyperimmune, qui est plus concentrée et contient donc plus d’anticorps.

Le plasma de convalescents et l’immunoglobuline hyperimmune ont été utilisés avec succès pour traiter d’autres virus respiratoires. Ces traitements (administrés par perfusion ou injection) sont généralement bien tolérés, mais des effets indésirables similaires à ceux d'une transfusion de plasma standard peuvent se produire.

Qu’avons-nous cherché à découvrir ?

Nous voulions savoir si le plasma provenant de personnes ayant guéri de la COVID-19 est un traitement efficace pour les personnes atteintes de la COVID-19, et si cela entraîne des effets indésirables.

Nos méthodes

Nous avons effectué des recherches dans les principales bases de données médicales pour trouver des études cliniques sur le traitement de personnes atteintes de la COVID-19 avec du plasma de convalescents ou des immunoglobulines hyperimmunes. Les études pouvaient être menées partout dans le monde et inclure des participants de tout âge, sexe, ethnie ou gravité de la maladie.

Les données probantes sont à jour jusqu'au 19 août 2020.

Principaux résultats

Nous avons inclus 19 études achevées avec 38 160 participants ; 36 081 participants ont reçu du plasma de convalescents.

Nous avons trouvé deux essais contrôlés randomisés (ECR), avec 189 participants ; 95 participants ont reçu du plasma de convalescents. Les ECR sont des études cliniques dans lesquelles les personnes sont réparties au hasard, soit pour recevoir le traitement (groupe d'intervention), soit pour recevoir un traitement différent ou aucun traitement (groupe témoin). Les méthodes utilisées dans les ECR sont conçues pour produire les données probantes les plus fiables.

Nous avons trouvé huit études qui n'étaient pas randomisées mais qui comprenaient un groupe témoin de participants n'ayant pas reçu de plasma de convalescents (études interventionnelles contrôlées non randomisées), avec 2 471 participants ; 485 participants ont reçu du plasma de convalescents. En raison d’importantes limites sur ces études ou sur les données manquantes, nous n'avons pas inclus ces études pour évaluer le bénéfice du plasma de convalescents.

Les neuf autres études n'ont pas été randomisées et n'ont pas inclus de groupe témoin (études interventionnelles non contrôlées non randomisées) mais ont fourni des informations sur les effets indésirables du plasma de convalescents pour 20 622 des participants inclus.

Pour déterminer si le plasma de convalescents est efficace contre la COVID-19, nous avons évalué les résultats des ECR. Les groupes témoins ont reçu le standard de soins au moment du traitement, sans plasma de convalescents. Il n'y avait pas assez de données probantes pour déterminer si le plasma de convalescents affectait le risque de décès à la sortie de l'hôpital et le niveau de confiance des données probantes est faible. Le plasma de convalescents pourrait diminuer le besoin d’assistance respiratoire, mais le niveau de confiance des données probantes est faible.

Pour déterminer si le plasma de convalescents provoque des effets indésirables, nous avons également évalué neuf études interventionnelles non contrôlées non randomisées. Nous avons identifié certains effets indésirables graves, qui pourraient être liés au plasma de convalescents, notamment le décès, les réactions allergiques ou les complications respiratoires. Il n'y a pas assez de données probantes pour déterminer si le traitement par plasma de convalescents provoque des effets indésirables graves et le niveau de confiance des données probantes est faible.

Aucune des études incluses n'a rapporté d'effets sur la qualité de vie.

Niveau de confiance des données probantes

Notre certitude (niveau de confiance) dans les données probantes était faible ou très faible car il n'y avait que deux ECR et la plupart des études n'utilisaient pas de méthodes fiables pour mesurer leurs résultats. En outre, les participants ont reçu divers traitements en plus du plasma de convalescents, et certains avaient des problèmes de santé sous-jacents.

Conclusion

Nous ne savons pas si le plasma provenant de personnes ayant guéri de la COVID-19 est un traitement efficace pour les personnes hospitalisées avec la COVID-19 et si le plasma de convalescents affecte le nombre d'effets indésirables graves. Ces découvertes pourraient être liées à la progression naturelle de la maladie, à d'autres traitements ou au plasma de convalescents. Nos recherches ont permis de trouver 138 études en cours, dont 73 sont randomisées. Il s'agit de la deuxième mise à jour de notre revue, et nous continuerons de la mettre à jour.

Conclusions des auteurs: 

Nous ne savons pas si le plasma de convalescents est bénéfique pour les personnes atteintes de la COVID-19 admises à l'hôpital. Il y avait peu d'informations concernant les effets indésirables de grade 3 et 4 pour déterminer l'effet du traitement par plasma de convalescents sur les effets indésirables graves cliniquement pertinents. En l'absence d'un groupe de témoin, nous ne sommes pas en mesure d'évaluer la tolérance relative du traitement par plasma de convalescents.

Bien que des efforts importants soient déployés pour mener des recherches sur la COVID-19, le recrutement du nombre prévu de participants à ces études est problématique. La fin anticipée des deux premiers ECR portant sur le plasma de convalescents et le manque de données provenant de 20 études qui ont été ou devaient être achevées au moment de cette mise à jour illustrent ces défis. Des études bien conçues devraient être priorisées. En outre, les études devraient rendre compte des résultats de la même manière et devraient tenir compte de l'importance de maintenir la comparabilité en termes de co-interventions administrées dans tous les bras d'étude.

Il y a 138 études en cours qui évaluent le plasma de convalescents et les immunoglobulines hyperimmunes, dont 73 sont des ECR (trois sont déjà terminées). Il s'agit de la deuxième mise à jour dynamique de la revue, et nous continuerons de la mettre à jour périodiquement. Les futures mises à jour pourraient donner des résultats différents de ceux présentés ici.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le plasma de convalescents et les immunoglobulines hyperimmunes pourraient réduire la mortalité chez les patients atteints de maladies respiratoires virales, et sont actuellement étudiées dans le cadre d'essais comme traitement potentiel contre la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19). Il est nécessaire de bien comprendre l'ensemble des données probantes actuelles concernant les bénéfices et les risques.

Objectifs: 

Évaluer en permanence, à mesure que de nouvelles données probantes sont disponibles, si la transfusion de plasma de convalescents ou d'immunoglobulines hyperimmunes est efficace et sûre dans le traitement des personnes atteintes de la COVID-19.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans la base de données de recherche mondiale sur la COVID-19 de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), MEDLINE, Embase, le registre des études sur la COVID-19 de Cochrane, la base de données des articles de recherche sur la COVID-19 des Centers for Disease Control and Prevention et les registres d’essais afin d'identifier les études achevées et en cours au 19 août 2020.

Critères de sélection: 

Nous avons suivi la méthodologie standard de Cochrane.

Nous avons inclus des études évaluant le plasma de convalescents ou les immunoglobulines hyperimmunes pour les personnes atteintes de la COVID-19, indépendamment du design de l'étude, de la gravité de la maladie, de l'âge, du sexe ou de l'origine ethnique.

Nous avons exclu les études incluant des populations souffrant d'autres maladies à coronavirus (le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) ou le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS)) et les études évaluant les immunoglobulines standard.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons suivi la méthodologie standard de Cochrane.

Pour évaluer le biais dans les études incluses, nous avons utilisé l'outil Cochrane « Risk of bias » 2.0 pour les essais contrôlés randomisés (ECR), l'outil ROBINS-I (Risk of Bias in Non-randomised Studies - of Interventions) pour les études interventionnelles contrôlées non randomisées, et les critères d'évaluation des études observationnelles, fournis par le groupe Cochrane sur les cancers de l’enfant pour les études interventionnelles non contrôlées non randomisées. Nous avons évalué le niveau de confiance des données probantes en utilisant l'approche GRADE pour les critères de jugement suivants : mortalité toutes causes confondues à la sortie de l'hôpital, mortalité (temps jusqu’à l'événement), amélioration des symptômes cliniques (7, 15 et 30 jours après la transfusion), effets indésirables (EI) de grade 3 et 4 et effets indésirables graves (EIG).

Résultats principaux: 

C'est la deuxième mise à jour dynamique de notre revue. Nous avons inclus 19 études (2 ECR, 8 études interventionnelles contrôlées non randomisées, 9 études interventionnelles non contrôlées non randomisées) avec 38 160 participants, dont 36 081 ont reçu du plasma de convalescents. Deux ECR terminés sont en attente d'évaluation (publiés après le 19 août 2020). Nous avons identifié 138 autres études en cours évaluant le plasma de convalescents ou les immunoglobulines hyperimmunes, dont 73 sont randomisées (3 sont signalées dans un registre d'étude comme étant déjà terminées, mais sans résultats). Nous n'avons pas identifié d’étude terminée évaluant l'immunoglobuline hyperimmune.

Nous n'avons pas inclus les données des études interventionnelles contrôlées non randomisées dans la synthèse des données en raison du risque important de biais. Le niveau de confiance global était faible à très faible, en raison des limites des études et de leurs résultats, incluant à la fois des bénéfices et des risques potentiels.

Efficacité du plasma de convalescents pour les personnes atteintes de la COVID-19

Nous avons inclus les résultats de deux ECR (tous deux arrêtés prématurément) avec 189 participants, dont 95 ont reçu du plasma de convalescents. Les groupes témoins ont reçu le standard de soins au moment du traitement sans plasma de convalescents.

Nous ne savons pas si le plasma de convalescents diminue la mortalité toutes causes confondues à la sortie de l'hôpital (risque relatif (RR) 0,55, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,22 à 1,34 ; 1 ECR, 86 participants ; données probantes d’un niveau de confiance faible).

Nous ne savons pas si le plasma de convalescents diminue la mortalité (temps jusqu’à l'événement) (rapport des risques instantanés (HR) 0,64, IC à 95 % 0,33 à 1,25 ; 2 ECR, 189 participants ; données probantes d’un niveau de confiance faible).

Le plasma de convalescents pourrait entraîner peu ou pas de différence dans l'amélioration des symptômes cliniques (c'est-à-dire le besoin d'une assistance respiratoire) à sept jours (RR 0,98, IC à 95 % 0,30 à 3,19 ; 1 ECR, 103 participants ; données probantes d’un niveau de confiance faible). Le plasma de convalescents pourrait augmenter l'amélioration des symptômes cliniques jusqu'à 15 jours (RR 1,34, IC à 95 % 0,85 à 2,11 ; 2 ECR, 189 participants ; données probantes d’un niveau de confiance faible), et jusqu'à 30 jours (RR 1,13, IC à 95 % 0,88 à 1,43 ; 2 études, 188 participants ; données probantes d’un niveau de confiance faible).

Aucune étude n'a rapporté la qualité de vie.

Tolérance du plasma de convalescents pour les personnes atteintes de la COVID-19

Nous avons inclus les résultats de deux ECR, huit études interventionnelles contrôlées non randomisées et neuf études interventionnelles non contrôlées non randomisées évaluant la tolérance du plasma de convalescents. La communication des données relatives à la tolérance et à la durée du suivi était variable. Les études contrôlées ont rapporté les EI et EIG uniquement chez les participants recevant du plasma de convalescents. Certaines études, mais pas toutes, ont inclus le décès comme un EIG.

Les études n'ont pas rapporté le grade des EI. Quatorze études (566 participants) ont rapporté les EI d’un niveau de gravité possible de grade 3 ou 4. La majorité de ces EI étaient des manifestations allergiques ou respiratoires. Nous ne savons pas si le traitement avec du plasma de convalescents a une incidence sur le risque d'EI modérés à graves (données probantes d’un niveau de confiance très faible).

17 études (35 944 participants) ont évalué les EIG chez 20 622 de ses participants. La majorité des participants provenaient d'une étude interventionnelle non contrôlée non randomisée (20 000 participants), qui ont rapporté les EIG dans les quatre premières heures et jusqu’à sept jours après la transfusion. Il y a eu 63 décès, dont 12 étaient possiblement et un était probablement lié à une transfusion. Il y a eu 146 EIG dans les quatre heures et 1 136 EIG dans les sept jours suivant la transfusion. Il s'agissait principalement d'événements allergiques ou respiratoires, thrombotiques ou thromboemboliques et cardiaques. Nous ne savons pas si le traitement avec du plasma de convalescents entraîne un risque accru d'EIG cliniquement pertinent (données probantes d’un niveau de confiance faible).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Suzanne Assénat et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à :traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.