Voies d'administration de glucose de premier recours pour l'hypoglycémie symptomatique

Problématique de la revue

Nous avons examiné les effets de diverses voies d'administration du glucose comme traitement de premiers secours chez les personnes atteintes d'hypoglycémie suspectée ou symptomatique.

Contexte

L'hypoglycémie, ou faible taux sanguin en sucre, est fréquente chez les personnes atteintes de diabète, mais peut également survenir chez d'autres personnes en raison d'un déséquilibre de la régulation glycémique. Les symptômes d'une hypoglycémie légère ou modérée sont, par exemple, des tremblements, des étourdissements, de la transpiration ou de la nervosité. Les premiers soins pour cette condition sont habituellement auto-administrés par le patient mais en pratique le sont souvent par la famille ou des amis, et les comprimés de glucose comparativement aux formes alimentaires de sucre comme les jus, bonbons ou barres de fruits secs ont donné de meilleurs résultats pour une résolution des symptômes. Le glucose peut être administré par voie orale (avalé), mais aussi à l'intérieur de la joue contre la muqueuse buccale ("administration buccale"), sous la langue ("administration sublinguale") ou par voie rectale. Dans les trois derniers modes de traitement, le glucose n'est pas avalé comme par voie orale.

Caractéristiques des études

Nous avons identifié quatre études. Une étude randomisée (essais cliniques où des personnes sont réparties au hasard dans l'un de deux groupes ou plus de traitement) a comparé l'administration sublinguale de glucose, sous forme de sucre de table, à une administration orale chez 42 enfants hypoglycémiques âgés de 1 à 15 ans. Deux études non randomisées ont comparé l'administration buccale de glucose à l'administration orale chez 23 volontaires adultes à jeun en bonne santé. Une étude randomisée a comparé un gel de dextrose à l'administration orale de glucose chez 18 personnes atteintes de diabète de type 1 et d'hypoglycémie.

Résultats principaux

L'administration de sucre sous la langue (sublinguale) a entraîné une augmentation plus importante de la glycémie après 20 minutes que l'administration de sucre par voie orale, mais dans un contexte particulier, notamment chez les enfants atteints d'hypoglycémie et présentant des symptômes concomitants de paludisme ou d'infection des voies respiratoires. D'autre part, l'administration de glucose par voie buccale a entraîné une concentration plasmatique de glucose inférieure à celle obtenue par voie orale. Dans le cas du gel de dextrose (où l'absorption du glucose se fait par une combinaison de déglutition orale et par la muqueuse buccale), aucun avantage clair n'a été démontré comparativement à l'administration orale de glucose (comprimés de glucose ou solutions de glucose). La plupart des études n'ont pas fait état du délai de résolution des symptômes, de la résolution de l'hypoglycémie définie par la glycémie au-delà d'un certain seuil, du délai de résolution de l'hypoglycémie, des événements indésirables et du délai de traitement.

Niveau des preuves

Les données probantes sont d'une certitude très faible en raison des limites de conception des études, du peu d'études et du petit nombre de participants aux études, et parce que la moitié des études ont été réalisées avec des volontaires sains plutôt qu'avec des personnes présentant une hypoglycémie caractéristique.

Conclusions des auteurs: 

Lorsque sont administrés les premiers soins aux personnes hypoglycémiques, l'administration orale de glucose entraîne une augmentation de la glycémie après 20 minutes plus importante, comparativement à l'administration buccale de glucose. Une différence dans la concentration plasmatique de glucose n'a pu être démontrée, lors de l'administration d'un gel de dextrose, défini comme " une voie bucco-muqueuse et orale combinée " par rapport à l'administration orale d'un comprimé ou d'une solution de glucose. Dans la population spécifique d'enfants atteints de paludisme et de maladies respiratoires concomitantes, le sucre sublingual entraîne une augmentation de la glycémie après 20 minutes plus importante par rapport à l'administration orale, résultats qui doivent être interprétés avec prudence car notre confiance dans l'ensemble des preuves est très faible en raison du faible nombre de participants et des études ainsi que des lacunes méthodologiques dans les études incluses.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'hypoglycémie est fréquente chez les personnes atteintes de diabète, mais elle peut aussi résulter d'un déséquilibre de l'homéostasie du glucose en l'absence de diabète. La meilleure voie entérale pour l'administration de glucose en cas de suspicion d'hypoglycémie dans une situation de premiers soins est inconnue.

Objectifs: 

Évaluer les effets de l'administration de la glycémie par toute voie appropriée pour une utilisation par un secouriste (buccale, sublinguale, orale, rectale, rectale) en cas d'hypoglycémie symptomatique.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans CENTRAL, MEDLINE, Embase, CINAHL ainsi que dans la littérature grise (dossiers identifiés dans le portail de recherche ICTRP de l'OMS, ClinicalTrials.gov et le Registre des essais cliniques de l'UE) jusqu'en juillet 2018. Nous avons fait des recherches dans les listes de références des études identifiées via les recherches ci-dessus.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des études portant sur des adultes et des enfants atteints d'hypoglycémie avérée ou suspectée, ainsi que sur des volontaires sains, dans lesquelles le glucose était administré par toute voie entérale appropriée pour être utilisé par des secouristes.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de l'étude ont choisi indépendamment des essais, évalué le risque de biais, extrait des données et évalué les essais pour s'assurer de la certitude globale des données probantes à l'aide de l'instrument GRADE. Nous avons utilisé l'outil Cochrane " Risque de biais " pour évaluer le risque de biais dans les essais contrôlés randomisés (ECR) et l'outil " Risque de biais dans les études non randomisées des interventions " (ROBINS-I), en plus des recommandations du Cochrane Handbook for Systematic Reviews of Interventions pour les études en cross-over, pour les non-ECRs. Nous avons présenté les résultats continus sous forme de différences moyennes (DM) avec des intervalles de confiance (IC) de 95 % et les résultats dichotomiques sous forme de ratios de risque (RR) avec des IC de 95 %. Toutes les données sur les concentrations de glucose ont été converties en mg/dL. Nous avons contacté les auteurs des études incluses afin d’obtenir les données manquantes.

Résultats principaux: 

Parmi 6 394 références, nous avons inclus quatre études évaluant 77 participants, dont deux ECR, portant respectivement sur des enfants et des adultes atteints d'hypoglycémie, et deux études non ECR portant sur des volontaires sains. Les études comprenaient trois voies différentes d'administration du glucose (sublinguale, buccale et une combinaison d'administration orale et buccale). Toutes les études présentaient un risque élevé de biais dans un ou plusieurs domaines de risque de biais.

L'administration du glucose par voie sublinguale, sous forme de sucre de table sous la langue, a entraîné une concentration plus élevée de glucose dans le sang après 20 minutes que par voie orale chez les enfants atteints d'hypoglycémie et présentant des symptômes de paludisme ou d'infection des voies respiratoires concomitants (DM 17 mg/dL, IC à 95 % : 4,4 à 29,6 ; P = 0,008 ; 1 étude ; 42 participants ; données de très faible valeur probante). La résolution de l'hypoglycémie à 80 minutes peut favoriser l'administration sublinguale (RR 2,10, IC à 95 %, 1,24 à 3,54 ; P = 0,006 ; 1 étude ; 42 participants ; preuve de très faible certitude), mais aucune différence substantielle n'a pu être démontrée à 20 minutes (RR 1,26, IC à 95 %, 0,91 à 1,74 ; P = 0,16 ; 1 étude ; 42 participants ; preuve de très faible certitude). Une diminution du délai de résolution de l'hypoglycémie a été observée en faveur de l'administration sublinguale (DM -51,5 min, IC à 95 % -58 à -45 ; P < 0,001 ; 1 étude ; 42 participants ; très faible certitude des preuves). Des effets indésirables n’ont été signalés dans aucun des groupes. Aucune donnée n'était disponible pour la résolution des symptômes et le délai avant la résolution des symptômes, ni pour le délai de traitement.

Le glucose administré par voie buccale dans une étude a entraîné une concentration plasmatique de glucose plus faible après 20 minutes que par voie orale (DM -14,4 mg/dL, IC à 95 % -17,5 à -11,4 pour un coefficient de corrélation intra-participants imputé de 0,9 ; P < 0,001 ; 1 essai ; 16 participants ; preuves de très mauvaise qualité). Dans une autre étude, moins de participants présentaient une augmentation de la glycémie après 20 minutes et favorisaient le glucose par voie orale (RR 0,07, IC à 95 % : 0,00 à 0,98 ; P = 0,05 ; 1 étude ; 7 participants ; preuve de très faible certitude). Aucune donnée n'était disponible pour la résolution des symptômes et le délai de résolution des symptômes, la résolution de l'hypoglycémie et le délai de résolution de l'hypoglycémie, les événements indésirables et le retard du traitement.

Pour la voie orale et la voie buccale muqueuse combinée (sous forme de gel de dextrose), la DM était de -15,3 mg/dL, 95 % IC -33,6 à 3 ; P = 0,09 ; 1 étude ; 18 participants ; preuves de très faible qualité. Aucune amélioration n'a été observée pour l'une ou l'autre des voies d'administration dans la résolution des symptômes après 20 minutes ou moins après l'administration de glucose (RR 0,36, IC à 95 % : 0,12 à 1,14 ; P = 0,08 ; 1 étude ; 18 participants ; très faible certitude des preuves). Aucune donnée n'était disponible sur le délai de résolution des symptômes, la résolution de l'hypoglycémie et le délai de résolution de l'hypoglycémie, les événements indésirables et le délai de traitement.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Sofyan Jankowski et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.