Les gens peuvent-ils arrêter de fumer en réduisant d'abord la quantité qu'ils fument ?

Contexte

La façon standard de dire aux gens d'arrêter de fumer est de fumer normalement jusqu'à ce qu'ils cessent de fumer, c'est-à-dire jusqu'à ce qu'ils cessent de fumer tous les jours. Cependant, beaucoup d'entre eux ont déjà essayé cette approche et aimeraient peut-être essayer quelque chose de nouveau. Certaines personnes préféreraient simplement réduire la quantité de cigarettes qu'elles fument avant d'arrêter complètement. Avant que les services de soins de santé donnent aux gens le choix de réduire d'abord la consommation ou d'arrêter tout à la fois, nous devons savoir si la réduction aide autant de personnes à arrêter de fumer.

Il existe différentes façons de réduire la consommation de tabac (par exemple, fixer des objectifs, allonger l'intervalle entre les pauses cigarette) et certaines d'entre elles peuvent être plus efficaces que d'autres. Cette revue vise à déterminer si le fait de réduire sa consommation de tabac avant d'arrêter de fumer aide les gens à cesser de fumer et à déterminer les meilleurs moyens de réduire leur consommation pour les aider à cesser complètement.

Caractéristiques des études

Cette revue comprend 51 études portant sur plus de 22 000 personnes qui ont fumé du tabac. La plupart étaient des adultes, et les gens fumaient généralement au moins 23 cigarettes par jour au début des études. Toutes les études comprenaient au moins un groupe de personnes à qui on a demandé de réduire leur consommation de tabac, puis d'arrêter complètement de fumer. Ce groupe a été comparé soit à un groupe qui n'a reçu aucun traitement pour arrêter de fumer, soit à un groupe à qui on a demandé d'arrêter de fumer en une seule fois, soit à un groupe à qui on a également demandé de réduire leur consommation de tabac d'une façon différente. Nous n'avons pas inclus d'études qui demandaient aux gens de réduire leur consommation sans cesser de fumer. Les études ont duré au moins six mois. Les preuves sont à jour jusqu'en octobre 2018.

Principaux résultats

Il n'y avait pas assez d'information disponible pour décider si le fait de réduire la consommation de tabac avant d'arrêter de fumer aidait plus de personnes à arrêter de fumer que l'absence de traitement pour cesser de fumer. Toutefois, les personnes à qui on a demandé d'arrêter de fumer toutes leurs cigarettes en même temps n'étaient pas plus susceptibles de cesser de fumer que les personnes à qui on a demandé de réduire leur consommation avant de cesser. Cela donne à penser que demander aux gens de réduire d'abord leur consommation de tabac peut être une façon utile d'aider les gens à arrêter de fumer. Les personnes qui réduisent leur consommation de tabac en utilisant la varénicline ou une forme à action rapide de thérapie de remplacement de la nicotine (TRN), comme la gomme à mâcher ou les pastilles, peuvent être plus susceptibles d'arrêter de fumer que celles qui réduisent leur consommation sans utiliser un médicament pour les aider. Le fait d'offrir aux gens un soutien en personne pour réduire leur consommation de tabac peut aider plus de personnes à cesser de fumer que si on leur fournissait du matériel d'auto-assistance pour les aider à réduire leur consommation par eux-mêmes. Il n'y avait pas suffisamment d'information disponible pour décider si d'autres caractéristiques de l'intervention de réduction du tabagisme pour cesser de fumer amélioraient les chances des gens d'arrêter de fumer.

Nous avons cherché à savoir si le fait d'être invité à réduire sa consommation de tabac avant d'arrêter de fumer avait des effets négatifs, comme des envies de fumer, de la difficulté à dormir, de la mauvaise humeur ou de l'irritabilité. La plupart des études n'ont pas fourni d'informations à ce sujet ; d'autres études sont donc nécessaires pour répondre à cette question.

Valeur probante des données

Il existe des données de très faible qualité sur la question de savoir si le fait de réduire le tabagisme avant d'arrêter de fumer aide plus de gens à cesser de fumer que l'absence de traitement. Nous avons jugé la qualité très faible, car il y avait des problèmes dans la conception des études, les résultats des études étaient très différents les uns des autres et il n'y avait pas assez de participants, ce qui rend difficile de dire si la réduction de la consommation de tabac aide les gens à arrêter de fumer. Toutefois, il existe des preuves modérées à certains égards que le fait de réduire avant de cesser de fumer peut donner lieu à des taux d'abandon semblables à ceux de cesser de fumer en une seule fois, ce qui donne à penser que la réduction peut être une approche utile. Nous avons jugé ces données modérées parce qu'il est possible que des études futures révèlent que la réduction du tabagisme aide un peu plus ou un peu moins de gens à cesser de fumer que lorsque les gens cessent de fumer d'un seul coup. Il existe également des preuves de qualité moyenne selon lesquelles les gens sont plus susceptibles de cesser de fumer en réduisant d'abord leur consommation lorsqu'ils prennent un médicament pour arrêter de fumer comme la varénicline ou un type de TSN à action rapide pour les aider. Nous avons jugé que ces données étaient de certitude moyenne parce qu'il n'y avait pas suffisamment de participants ; il faut donc mener d'autres études.

Conclusions des auteurs: 

Il existe des preuves modérées selon lesquelles ni les interventions de réduction du tabagisme ni les interventions de sevrage brusque n'entraînent des taux supérieurs d'abandon à long terme, lorsqu'on les compare les unes aux autres. Les données probantes comparant l'efficacité des interventions de réduction de la consommation de tabac dans le but de cesser de fumer sans traitement étaient peu concluantes et d'une faible certitude. Il existe également des données peu fiables qui suggèrent que les interventions de réduction de la consommation tabagique en vue d’arrêter de fumer peuvent être plus efficaces lorsque la pharmacothérapie est utilisée comme aide, en particulier la TRN à action rapide ou la varénicline (données de certitude modérée). Les preuves des effets indésirables des interventions de réduction de la consommation tabac dans le but de cesser de fumer étaient rares, mais les données disponibles n'indiquaient aucun excès d'EIG ou de symptômes liés au sevrage avant le sevrage tabagique. Nous avons déclassé les données probantes d'une comparaison à l'autre en raison du risque de biais, d'incohérence et d'imprécision. Les recherches futures devraient viser à faire correspondre toutes les autres composantes des interventions de réduction pour cesser de fumer à composantes multiples dans tous les groupes d'étude, de sorte que l'effet de la réduction puisse être isolé. En particulier, des études bien menées et bien alimentées en puissance devraient se concentrer sur l'étude des caractéristiques les plus efficaces des interventions de réduction du tabagisme pour maximiser les taux de sevrage.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

On conseille en général à la plupart des gens d'arrêter de fumer en arrêtant brusquement de fumer le jour prévu à cette fin. Toutefois, de nombreuses personnes qui fument ont essayé d'arrêter de fumer à de nombreuses reprises et pourraient aimer essayer une autre méthode. Réduire le tabagisme avant d'arrêter de fumer pourrait être une solution de rechange à la cessation du tabac. Toutefois, avant de recommander cette méthode, il est important de s'assurer que l'abandon brutal n'est pas plus efficace que la réduction de la consommation avant le sevrage, et de déterminer s'il existe des moyens d'optimiser les méthodes de réduction de la consommation tabagique pour augmenter les chances de sevrage.

Objectifs: 

Évaluer l'effet des interventions de réduction pour cesser de fumer sur le renoncement au tabac à long terme.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans le registre spécialisé du Cochrane Tobacco Addiction Group, MEDLINE, Embase et PsycINFO pour des études, en utilisant les termes : cold turkey, schedul*, cut*, cut*, cut-down, cut-down, gradual*, gradual*, abrupt*, fading, reduc*, taper*, controlled smoking et smoking reduction. Nous avons également fait des recherches dans les registres d'essais cliniques pour trouver des études non publiées. Date de la recherche la plus récente : 29 octobre 2018.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés dans le cadre desquels on a conseillé aux fumeurs de réduire leur consommation de tabac avant d'arrêter de fumer dans au moins un bras d'essai. Ces conseils pouvaient être donnés à l'aide de matériel d'auto-assistance ou de soutien comportemental, en plus ou non des pharmacothérapies antitabac. Nous avons exclu les essais qui n'évaluaient pas l'abandon du tabac comme critère de jugement, avec un suivi de moins de six mois, où les participants réduisaient spontanément leur consommation sans qu'on leur ait conseillé de le faire, où l'objectif de la réduction était de ne pas cesser complètement ou où on leur conseillait de passer à des cigarettes dont le taux de nicotine était inférieur sans réduire la consommation de cigarettes ou le temps passé à fumer. Nous avons également exclu les essais effectués sur des femmes enceintes.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons suivi les méthodes standards de Cochrane. L'abandon du tabac a été mesuré après au moins six mois, selon la définition la plus rigoureuse disponible, sur la base de l'intention de traiter. Nous avons calculé les ratios de risque (RR) et les intervalles de confiance (IC) à 95 % pour l'abandon du tabac pour chaque étude, dans la mesure du possible. Nous avons regroupé les études éligibles selon le type de comparaison (aucun traitement de désaccoutumance au tabac, interventions d'abandon brusque du tabac et autres interventions de réduction pour cesser de fumer) et effectué des méta-analyses, le cas échéant, au moyen d'un modèle à effets aléatoires Mantel-Haenszel. Nous avons également extrait des données sur les tentatives d'abandon du tabac, la réduction du tabagisme avant l'abandon, les effets indésirables (EI), les effets indésirables graves (EIG) et les symptômes de sevrage de la nicotine, et nous les avons méta-analysés lorsque nous disposions de données suffisantes.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié 51 essais avec 22 509 participants. La plupart ont recruté des adultes dans la communauté en utilisant les médias ou la publicité locale. Les personnes inscrites aux études fumaient en moyenne 23 cigarettes par jour. Nous avons jugé que 18 des études présentaient un risque élevé de biais, mais le fait de limiter l'analyse aux cinq études à faible risque ou aux 28 études à risque de biais incertain n'a pas modifié de façon significative les résultats.

Nous avons identifié des données probantes de très faible certitude, limitées par le risque de biais, d'incohérence et d'imprécision, comparant l'effet des interventions de réduction pour arrêter de fumer sans traitement sur les taux de cessation (RR 1,74, IC à 95 % : 0,90-3,38 ; I2 = 45 % ; 6 études, 1599 participants). Cependant, en comparant les interventions de réduction de la consommation tabagique avant d’arrêter de fumer avec les interventions d'abandon brutal (soins standard), nous avons constaté que ni l'une ni l'autre approche n'a entraîné des taux d'abandon supérieurs (RR 1,01, IC à 95 % : 0,87 à 1,17 ; I2 = 29 % ; 22 études, 9219 participants). Nous avons jugé que cette estimation était d'une certitude modérée, en raison de son imprécision. L'analyse en sous-groupes a fourni certaines données (P = 0,01, I2 = 77 %) selon lesquelles les interventions de réduction de la consommation de tabac avant d’arrêter de fumer peuvent donner lieu à des taux de sevrage tabagique plus favorables que l’arrêt brusque si la varénicline est utilisée comme agent d’aide à la réduction. Notre analyse comparant la réduction de consommation tabagique à l'aide de la pharmacothérapie à la réduction seule a trouvé des preuves de faible certitude, limitées par de l'incohérence et de l'imprécision, que la réduction facilitée par la pharmacothérapie a entraîné des taux de sevrage plus élevés (RR 1. 68, IC à 95 %, 1,09 à 2,58 ; I2 = 78 % ; 11 études, 8636 participants). Cependant, une analyse en sous-groupe significative (P < 0,001, I2 = 80 % pour les différences entre les sous-groupes) suggère que cela pourrait n'être vrai que lorsque la TRN à action rapide ou la varénicline sont utilisées (les deux avec des preuves de certitude modérée) et non lorsque le patch de nicotine, la TRN combinée ou le bupropion sont utilisés comme aide (preuves de qualité faible ou très faible). Des éléments probants supplémentaires sont susceptibles de modifier l'interprétation de ces derniers effets.

Bien que des comparaisons à l'intérieur des études aient démontré que l'appui comportemental à la réduction de l'usage du tabac a entraîné des taux de sevrage plus élevés que les ressources d'auto-assistance seules, l'efficacité relative de diverses autres caractéristiques des interventions de réduction du tabagisme étudiées par des comparaisons entre études et à l'intérieur de celles-ci n'a fourni aucune preuve que ces interventions améliorent le succès des interventions de réduction de la consommation de tabac avant sevrage. Les EI, les EIG et les symptômes liés au manque de nicotine avant le sevrage tabagique ont été mesurés de façon variable et peu fréquente dans toutes les études. On a constaté que les EI étaient plus fréquents dans les études comparant la réduction de consommation de tabac facilitée par la pharmacothérapie à l'absence de pharmacothérapie ; toutefois, les EI signalés étaient légers et les symptômes habituels associés à l'utilisation d'une TRN. Rien n'indique clairement que le nombre de personnes ayant signalé des EIG, ou l'évolution des symptômes de sevrage, diffère d'un bras d'essai à l'autre.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Jessica King et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d’origine? Merci d’adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.