Les antiseptiques topiques comparés aux antibiotiques pour les personnes souffrant d'otite moyenne chronique suppurée

Quel est l’objectif de la revue ?

L'objectif de cette revue Cochrane est de déterminer si les antiseptiques topiques sont plus efficaces que les antibiotiques dans le traitement de l'otite moyenne chronique suppurée. Les auteurs de la revue ont recueilli et analysé toutes les études pertinentes pour répondre à cette question.

Messages principaux

Il n'y a pas beaucoup de données probantes comparant les antiseptiques topiques aux antibiotiques topiques. Les données probantes sont très incertaines quant à savoir si les antibiotiques ou les antiseptiques topiques sont plus efficaces pour réduire les écoulements de l'oreille, sauf pour ce qui est des antibiotiques topiques qui sont probablement plus efficaces que l'acide borique.

Quel était l’objet de la revue ?

L'otite moyenne chronique suppurée (OMCS) est une enflure et une infection (chronique) de longue durée de l'oreille moyenne, avec écoulement de l'oreille (otorrhée) à travers une membrane tympanique (tympan) perforée. Les principaux symptômes de l’OMCS sont les écoulements de l’oreille et la perte d'audition.

Les antibiotiques sont le traitement le plus couramment utilisé pour l’OMCS. Les antibiotiques peuvent être soit " topiques " (mis dans le canal auditif sous forme de gouttes, d'onguents, de vaporisateurs ou de crèmes) ou " systémiques " (pris par la bouche ou par injection dans un muscle ou une veine). Les antiseptiques topiques (antiseptiques mis directement dans l'oreille sous forme de gouttes ou de poudre) sont un traitement possible pour l’OMCS. Les antibiotiques et les antiseptiques topiques tuent ou arrêtent la croissance des micro-organismes qui peuvent être responsables de l'infection.

Les antibiotiques et les antiseptiques topiques peuvent être utilisés seuls ou ajoutés à d'autres traitements pour l’OMCS, tels que les antibiotiques ou le nettoyage des oreilles (toilette auditive). Il était important, dans le cadre de cette revue, de déterminer si l'utilisation d'antibiotiques et d'antiseptiques avait des effets indésirables. Les effets indésirables possibles peuvent comprendre l'irritation de la peau à l'intérieur de l'oreille externe, qui peut causer une gêne, de la douleur ou des démangeaisons. Certains antibiotiques et antiseptiques (comme l'alcool) peuvent également être toxiques pour l'oreille interne (ototoxicité), ce qui signifie qu'ils peuvent causer une perte auditive irréparable (neurosensorielle), des étourdissements ou des bourdonnements d'oreille (acouphènes).

Quels sont les principaux résultats de la revue ?

Nous avons trouvé sept études, qui comprenaient 935 participants. Nous avons trouvé des données probantes pour quatre types différents d'antiseptiques topiques : l'acide acétique, l'acétate d'aluminium, l'acide borique et la povidone-iodée.

Comparaison des antibiotiques à l'acide acétique, à l'acétate d'aluminium ou à la povidone-iodée

En comparaison avec l'acide acétique, l'acétate d'aluminium et la povidone-iodée, il est très incertain quant à savoir si les antibiotiques topiques ou les antibiotiques systémiques améliorent la résolution des écoulements de l’oreille chez les patients atteints d’OMCS, car la certitude des données probantes est très faible. Il n'est pas possible de savoir s'il y a une différence entre les groupes pour tout autre critère de jugement.

Comparaison des antibiotiques à l'acide borique

Nous avons inclus deux études (532 participants), qui ont démontré que les antibiotiques topiques (quinolones) sont probablement meilleurs que l'acide borique pour résoudre les écoulements de l’oreille après une à deux semaines. Il pourrait également y avoir moins d'inconfort dans l'oreille (douleur, irritation et saignement) et une plus grande amélioration de l'audition avec des antibiotiques topiques par rapport à l'acide borique.

Cette revue est-elle à jour ?

Les données probantes sont à jour jusqu'en avril 2019.

Conclusions des auteurs: 

Le traitement de l’OMCS par des antibiotiques topiques (quinolones) entraîne probablement une augmentation de la résolution de l’écoulement de l'oreille par rapport à l'acide borique jusqu'à deux semaines. Les données probantes de l'efficacité d'autres antibiotiques ou antiseptiques topiques étaient limitées et nous sommes donc incapables de tirer des conclusions. Les événements indésirables n'ont pas été bien signalés.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'otite moyenne chronique suppurée (OMCS), parfois appelée otite moyenne chronique (OMC), est une inflammation et une infection chronique de l'oreille moyenne et de la cavité mastoïde, caractérisée par un écoulement de l’oreille (otorrhée) à travers une membrane tympanique perforée. Les symptômes prédominants de l’OMCS sont les écoulements de l’oreille et la perte d'audition.

Les antibiotiques et les antiseptiques tuent ou inhibent les micro-organismes qui peuvent être responsables de l'infection. Les antibiotiques peuvent être appliqués par voie topique ou administrés par voie systémique, par voie orale ou par injection. Les antiseptiques sont toujours appliqués directement sur l'oreille (topiquement).

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité des antibiotiques par rapport aux antiseptiques chez les personnes souffrant d'otite moyenne chronique suppurée (OMCS).

La stratégie de recherche documentaire: 

Le spécialiste de l'information ORL de Cochrane a fait des recherches dans le Registre ORL de Cochrane, le Registre central des essais contrôlés (CENTRAL ; 2019, numéro 4, par l'intermédiaire du Registre des études Cochrane), Ovid MEDLINE, Ovid Embase, CINAHL, Web of Science, ClinicalTrials.gov, ICTRP et d'autres sources pour les essais publiés et non publiés. La date de la recherche était le 1er avril 2019.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais cliniques comparatifs et randomisés (ECR) avec un suivi d'au moins une semaine impliquant des patients (adultes et enfants) qui avaient un écoulement chronique de l'oreille de cause inconnue ou due à une OMCS, avec un écoulement de l'oreille qui a continué pendant plus de deux semaines.

L'intervention consistait en un agent antibiotique unique ou une combinaison d'agents antibiotiques, qu'ils soient appliqués de façon topique (sans stéroïdes) ou systémique. La comparaison portait sur tout agent antiseptique topique, seul ou en combinaison, appliqué sous forme de gouttes auriculaires, de poudre ou d'irrigation, ou dans le cadre d'une procédure de toilette auditive.

Deux comparaisons ont été faites entre les antiseptiques topiques et : a) les antibiotiques topiques ou b) les antibiotiques systémiques. Dans chaque comparaison, nous avons séparé les deux groupes de patients qui avaient reçu un antibiotique topique a) seul ou avec une toilette auditive et b) en plus d'un traitement de fond (comme des antibiotiques systémiques).

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé les procédures méthodologiques standard de Cochrane. Nous avons utilisé GRADE pour évaluer le niveau de certitude des données probantes pour chaque critère de jugement.

Nos critères de jugement principaux étaient les suivants : résolution de l'écoulement de l'oreille ou " sécheresse de l'oreille " (confirmée ou non par otoscopie), mesurée entre une et deux semaines, entre deux et quatre semaines, et après quatre semaines ; qualité de vie liée à la santé à l'aide d'un instrument validé ; et douleur (otalgie) ou gêne ou irritation locale de l'oreille. Les critères de jugement secondaires comprenaient l'audition, les complications graves et l'ototoxicité mesurée de plusieurs façons.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié sept études (935 participants) sur quatre comparaisons avec des antibiotiques par rapport à l'acide acétique, l'acétate d'aluminium, l'acide borique et la povidone-iodée.

Aucune des études incluses n'a rapporté de résultats en matière de qualité de vie ou de complications graves.

A. Antiseptique topique (acide acétique) versus antibiotiques topiques (quinolones ou aminoglycosides)

Il est très incertain quant à savoir s'il y a une différence dans la résolution de l’écoulement de l’oreille avec l'acide acétique par rapport aux aminoglycosides à une ou deux semaines (rapport de risque (RR) 0,88, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,72 à 1,08 ; 1 étude ; 100 participants ; données probantes de très faible certitude). Aucune étude n'a rapporté de résultats pour l'écoulement de l’oreille après quatre semaines. Il était très incertain s'il y avait plus de douleur, d'inconfort ou d'irritation locale de l'oreille avec l'acide acétique ou les antibiotiques topiques en raison du faible nombre de participants ayant déclaré des événements (RR 0,16, IC à 95 % 0,02 à 1,34 ; 2 ECR ; 189 participants ; données probantes de très faible certitude). Aucune différence entre les groupes n'a été signalée de façon narrative pour l'audition (quinolones) ou l'ototoxicité présumée (aminoglycosides) (données probantes de très faible certitude).

B. Antiseptique topique (acétate d'aluminium) versus antibiotiques topiques

Aucun résultat de la seule étude comparant les antibiotiques topiques à l'acétate d'aluminium n'a pu être utilisé dans la revue.

C. Antiseptique topique (acide borique) versus antibiotiques topiques (quinolones)

Une étude a rapporté un plus grand nombre de participants avec une résolution de l'écoulement de l'oreille lors de l'utilisation d'antibiotiques topiques (quinolones) par rapport aux gouttes auriculaires d'acide borique entre une et deux semaines (rapport de risque (RR) 1,56, intervalle de confiance (IC) à 95 % 1,27 à 1,92 ; 1 étude ; 409 participants ; données probantes de certitude modérée). Cela signifie qu'une personne supplémentaire aura une résolution de l'écoulement de l'oreille pour cinq personnes recevant des antibiotiques topiques (par rapport à l'acide borique) à deux semaines. Aucune étude n'a rapporté de résultats pour l'écoulement de l’oreille après quatre semaines. Il y a eu une plus grande amélioration de l'audition dans le groupe des antibiotiques topiques par rapport au groupe des antiseptiques topiques (différence moyenne (DM) 2,79 décibels (dB), IC à 95 % 0,48 à 5,10 ; 1 étude ; 390 participants ; données probantes de faible certitude) mais cette différence pourrait ne pas être cliniquement significative.

L'acide borique pourrait causer plus de douleur, d'inconfort ou d'irritation de l’oreille que les quinolones (RR de 0,56, IC à 95 % de 0,32 à 0,98 ; 2 études ; 510 participants ; données probantes de faible certitude). Aucune ototoxicité présumée n'a été signalée.

D. Antiseptique topique (povidone-iodée) versus antibiotiques topiques (quinolones)

Il n'est pas certain qu'il y ait une différence entre les quinolones et la povidone iodée en ce qui concerne la résolution de l'écoulement de l'oreille après une à deux semaines (RR 1,02, IC à 95 % 0,82 à 1,26 ; 1 ECR, 39 participants ; données probantes de très faible certitude). L'étude a rapporté qualitativement qu'il n'y avait pas de différences entre les groupes pour l'audition et qu'aucun patient n'a développé d'effets ototoxiques (données probantes de très faible certitude). Aucun résultat concernant la résolution de l'écoulement de l'oreille au-delà de quatre semaines, la douleur, l'inconfort ou l'irritation de l'oreille, n'a été rapporté.

E. Antiseptique topique (acide acétique) + toilette auditive versus antibiotiques topiques + systémiques (quinolones)

Une étude a rapporté que les participants recevant des antibiotiques topiques et oraux avaient une résolution moindre de l'écoulement de l'oreille par rapport aux gouttes auriculaires d'acide acétique et la toilette auditive (évacuation par aspiration tous les deux jours) à un mois (RR 0,69, IC à 95 % 0,53 à 0,90 ; 100 participants). L'étude n'a pas rapporté de résultats concernant la résolution de l'écoulement de l'oreille après une à deux semaines, la douleur, l'inconfort ou l'irritation de l'oreille, l'audition ou l'ototoxicité suspectée.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.