Comment l'utilisation de la technologie pour la réadaptation pulmonaire (RP) se compare-t-elle à la RP en centre ou à l'absence de RP chez les personnes souffrant de maladies pulmonaires chroniques ?

Contexte

Pour les personnes souffrant de maladies pulmonaires chroniques, il est prouvé que la réadaptation pulmonaire améliore le fonctionnement physique et le bien-être général, et réduit les symptômes, en particulier l'essoufflement. La rééducation pulmonaire est un programme d'entraînement et d'éducation par l'exercice qui est traditionnellement proposé en présentiel dans un établissement de santé tel qu'un hôpital, où les personnes se rendent aux rendez-vous du programme mais ne sont pas hospitalisées pendant la nuit. Afin de faciliter l'accès à la rééducation pulmonaire pour un plus grand nombre de personnes, de nouvelles méthodes de mise en œuvre de programmes utilisant la technologie ont été étudiées. La rééducation pulmonaire réalisée à l'aide de la technologie est connue sous le nom de téléréadaptation. Les modèles de téléréadaptation peuvent inclure (mais ne sont pas limités à) la conversation avec un professionnel de la santé et/ou d'autres patients au téléphone, en utilisant un site web ou une application mobile, ou par vidéoconférence. Dans certaines circonstances, la téléréadaptation pourrait exiger que les patients aient accès à leur propre appareil (par exemple, téléphone, téléphone intelligent, tablette ou ordinateur) afin de participer.

Caractéristiques des études

Cette revue a porté sur 15 études concernant 1904 personnes atteintes de maladies pulmonaires chroniques, dont la majorité (99 %) souffrait de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). Les études ont décrit différentes façons d'utiliser la technologie pour assurer la réadaptation pulmonaire, notamment par téléphone, par des applications de téléphonie mobile, par vidéoconférence dans un groupe virtuel et par l'utilisation de sites web. Les études sur la téléréadaptation ont été comparées collectivement à la RP traditionnelle en personne, ou à l'absence de réadaptation. La variété des technologies utilisées, ainsi que les différents niveaux de soutien des professionnels de la santé dans les différentes études, rendent difficile la détermination de l’existence d’un seul type de technologie, d’un seul niveau d'aide ou d’un seul endroit pour offrir un programme de téléréadaptation.

Principaux résultats

Parmi les multiples études utilisant différents types de technologie pour la réadaptation pulmonaire, la téléréadaptation produit probablement des résultats similaires aux programmes de réadaptation pulmonaire traditionnels en ambulatoire. La téléréadaptation pourrait aider les gens à marcher plus loin qu’en l'absence de réadaptation, mais nous sommes peu confiants dans ces résultats. Les gens avaient plus de chances de terminer un programme complet de téléréadaptation par rapport à la réadaptation pulmonaire traditionnelle (93 % contre 70 % d'achèvement). Très peu d'études ont suivi les personnes après la fin de l'intervention, il est donc difficile de dire quel est l'effet à long terme de la téléréadaptation.

Niveau de confiance des données probantes

Le niveau de confiance des données probantes (notre confiance dans l'exactitude des estimations de l'effet statistique) était généralement faible, car le nombre d'études, de patients et de maladies pulmonaires dans lesquels la téléréadaptation a été étudiée est faible. Cela signifie que ces résultats pourraient ne pas s'appliquer à toutes les personnes atteintes de maladies pulmonaires chroniques ou à tous les types de technologies utilisées pour la réadaptation pulmonaire.

Conclusions des auteurs: 

Cette revue suggère que la réadaptation pulmonaire initiale, ou réadaptation d'entretien, fournie par téléréadaptation aux personnes atteintes de maladies respiratoires chroniques, donne des résultats similaires à ceux de la réadaptation pulmonaire traditionnelle en centre, sans que des problèmes de sécurité soient identifiés. Cependant, le niveau de confiance des données probantes fournies par cette revue est limitée par le faible nombre d'études, de modèles de téléréadaptation variés, avec relativement peu de participants. Les recherches futures devraient examiner l'effet clinique de la téléréadaptation chez les personnes souffrant de maladies respiratoires chroniques autres que la BPCO, la durée des bénéfices de la téléréadaptation au-delà de la période d'intervention et le coût économique de la téléréadaptation.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La réadaptation pulmonaire est une intervention efficace et éprouvée pour les personnes souffrant de maladies respiratoires chroniques, notamment la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), la pneumopathie interstitielle (PI) et la bronchectasie. Cependant, relativement peu de personnes suivent ou terminent un programme, en raison de facteurs tels que le manque de programmes, les problèmes liés aux voyages et aux transports, et d'autres questions de santé. Traditionnellement, la rééducation pulmonaire se fait en personne, en consultation externe, dans un hôpital ou un autre établissement de soins de santé (appelée rééducation pulmonaire en centre). Parmi les nouveaux modes alternatifs de réadaptation pulmonaire, citons les modèles à domicile et l'utilisation de la télémédecine.

La téléréadaptation est la prestation de services de réadaptation à distance, en utilisant les technologies de l'information et de la communication. À ce jour, il n'y a pas eu d'évaluation approfondie de l'efficacité clinique ou de la sécurité de la téléréadaptation, ni de sa capacité à améliorer l'utilisation et l'accès aux services de réadaptation pour les personnes souffrant de maladies respiratoires chroniques.

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité et la sécurité de la téléréadaptation pour les personnes souffrant de maladies respiratoires chroniques.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre des essais du groupe Cochrane sur les voies respiratoires et le registre Cochrane des essais contrôlés ; six bases de données, dont MEDLINE et Embase ; et trois registres d'essais, jusqu'au 30 novembre 2020. Nous avons vérifié les références bibliographiques de toutes les études incluses pour trouver des références supplémentaires, et nous avons recherché manuellement les revues spécialisées dans le domaine respiratoire et les résumés de rencontres.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés et les essais cliniques contrôlés évaluant la téléréadaptation dans la réadaptation pulmonaire étaient éligibles à l'inclusion. L'intervention de téléréadaptation devait inclure un entraînement physique, au moins 50 % de l'intervention de réadaptation devant être effectuée par téléréadaptation.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé les méthodes standard recommandées par Cochrane. Nous avons évalué le risque de biais pour toutes les études, et utilisé l'outil ROBINS-I pour évaluer le biais dans les essais cliniques contrôlés non randomisés. Nous avons évalué le niveau de confiance des données probantes avec GRADE. Les comparaisons ont porté sur la téléréadaptation par rapport à la réadaptation pulmonaire traditionnelle en personne (en centre), et sur la téléréadaptation par rapport à l'absence de réadaptation. Nous avons analysé les études de téléréadaptation pour la réadaptation d’entretien séparément des essais de téléréadaptation pour la réadaptation pulmonaire primaire initiale.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus un total de 15 études (32 rapports) avec 1904 participants, utilisant cinq modèles différents de téléréadaptation. Presque tous les participants (99 %) étaient atteints d'une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). Trois études étaient des essais cliniques contrôlés. Pour la réadaptation pulmonaire primaire, il y avait probablement peu ou pas de différence entre la téléréadaptation et la réadaptation pulmonaire en présentiel pour la capacité d'exercice mesurée par le test de marche de 6 minutes (TM6) (différence moyenne (DM) 0,06 mètres (m), intervalle de confiance (IC) à 95% -10,82 m à 10,94 m ; 556 participants ; quatre études ; données probantes d’un niveau de confiance modéré). Il pourrait également y avoir peu ou pas de différence pour la qualité de vie mesurée avec le score total du questionnaire respiratoire du St George's Hospital (SGRQ) (DM -1,26, IC à 95 % -3,97 à 1,45 ; 274 participants ; deux études ; données probantes d’un niveau de confiance faible), ou pour l'essoufflement sur le score du domaine de la dyspnée du questionnaire sur les maladies respiratoires chroniques (Chronic Respiratory Questionnaire, CRQ) (DM 0,13, IC à 95 % -0,13 à 0,40 ; 426 participants ; trois études ; données probantes d’un niveau de confiance faible). Les participants étaient plus susceptibles d'achever un programme de téléréadaptation, avec un taux d'achèvement de 93 % (IC à 95 % 90 % à 96 %), contre 70 % pour la réadaptation en personne. Par rapport à l'absence de réadaptation, les essais de téléréadaptation en première intention pourraient augmenter la capacité d'exercice du TM6 (DM 22,17 m, IC à 95 % -38,89 m à 83,23 m ; 94 participants ; deux études ; données probantes d’un niveau de confiance faible) et pourraient également augmenter le TM6 lorsqu'ils sont fournis en tant que réadaptation d'entretien (DM 78,1 m, IC à 95 % 49,6 m à 106,6 m ; 209 participants ; deux études ; données probantes d’un niveau de confiance faible). Aucun effet indésirable de la téléréadaptation n'a été noté en plus de ceux qui ont été signalés pour la réadaptation en personne ou l'absence de réadaptation.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Gabriel Perraud et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.