Thérapie centrée sur le présent (en anglais : present-centered therapy, PCT) pour le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) chez l'adulte

Problématique de la revue

La thérapie centrée sur le présent (en anglais : present-centered therapy, PCT) est-elle une option thérapeutique efficace pour les adultes atteints du syndrome de stress post-traumatique (SSPT) comparativement aux thérapies cognitivo-comportementales recommandées axées sur le traumatisme (en anglais : trauma-focused cognitive-behavioral therapies, TF-CBT) ?

Contexte

Le SSPT est un trouble psychiatrique qui peut se développer chez les personnes exposées à un événement traumatique. Bien que la plupart des survivants de traumatismes éprouvent une diminution graduelle de leurs symptômes et se rétablissent de l'exposition au traumatisme, certains développeront un SSPT et présenteront des symptômes persistants qui perturbent leur fonctionnement biologique, psychologique et social.

La TF-CBT est considérée comme l'un des traitements les plus efficaces contre le SSPT. Les thérapies axées sur les traumatismes exigent des patients qu'ils réfléchissent à leurs traumatismes antérieurs ou qu'ils en parlent, ce qui peut empêcher certains patients d'avoir accès à ces traitements ou de les suivre. La PCT est un traitement qui n’est pas axé sur le traumatisme, comprend des composantes psychothérapeutiques courantes et qui peut intéresser les patients réticents à s'engager dans des traitements axés sur le traumatisme. Bien qu'elle ait été conçue à l'origine pour servir de comparateur de traitement dans les essais de TF-CBT, la PCT a été performante dans ces essais et peut être associée à des taux d'abandon de traitement plus faibles. Si l'on considère que la PCT est aussi efficace que la TF-CBT et qu'elle a également des taux d'abandon de traitement plus faibles, il peut s'agir d'une option thérapeutique privilégiée pour ceux qui ne veulent pas participer à des traitements axés sur le traumatisme. Cette revue systématique vise à déterminer si la PCT est une option de traitement efficace comparativement à la TF-CBT pour les adultes atteints de SSPT.

Caractéristiques des études

La revue a porté sur 12 études auxquelles ont participé au total 1 837 personnes. Onze études auxquelles ont participé 1 826 participants lesquelles ont contribué aux synthèses quantitatives. Les participants étaient tous des adultes, mais les données démographiques et les types de traumatismes variaient. Toutes les études ont recruté des participants aux États-Unis et il y avait une prédominance d'études menées sur des anciens combattants militaires.

Résultats principaux

La PCT ne semble pas être aussi efficace que les traitements axés sur le traumatisme pour réduire la gravité du SSPT après le traitement. Cependant, la PCT est associée à une réduction des taux d'abandon du traitement par rapport à la TF-CBT.

Qualité des preuves

Plusieurs des essais de TF-CBT inclus dans cette revue ont été bien conçus et exécutés. Cependant, nous avons évalué la qualité globale des données probantes pour notre critère de jugement principal (gravité du SSPT après le traitement) comme étant faible en raison de résultats incohérents et d'une certaine imprécision dans les résultats. Nous avons jugé modérée la qualité des données probantes sur l'abandon du traitement différentiel.

Conclusions des auteurs: 

Les données de qualité moyenne indiquent que la PCT est plus efficace pour réduire la gravité du SSPT que les conditions témoins. La faible qualité des données probantes n'appuyait pas l'hypothèse de la PCT comme traitement non inférieur par rapport à la TF-CBT sur la gravité du SSPT post-traitement évaluée par un clinicien. Les différences d'effet de traitement entre la PCT et la TF-CBT peuvent s'atténuer avec le temps. Les participants à la PCT abandonnent le traitement à un taux inférieur à celui des participants à la TF-CBT. A noter, toutes les études incluses étaient tout d’abord destinées à tester l’efficacité de la TF-CBT ce qui pourrait biaiser les résultats de façon à les éloigner de la non-infériorité de la PCT. La revue systématique actuelle fournit l’évaluation la plus rigoureuse à ce jour pour déterminer si la PCT est aussi efficace que la TF-CBT. Les résultats sont généralement conformes aux recommandations de pratique clinique actuelles qui suggèrent que la PCT peut être offerte comme traitement du SSPT lorsque la TF-CBT n'est pas disponible.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La thérapie centrée sur le présent (en anglais : present-centered therapy, PCT) est une psychothérapie manuelle non traumatique pour les adultes atteints du syndrome de stress post-traumatique (SSPT). La PCT a été conçue à l'origine comme un comparateur de traitement dans des essais évaluant l'efficacité de la thérapie cognitivo-comportementale axée sur le traumatisme (TF-CBT). Des essais récents ont indiqué que la PCT peut être une option thérapeutique efficace pour le SSPT et que les patients peuvent abandonner la PCT à des taux inférieurs par rapport à la TF-CBT.

Objectifs: 

Évaluer les effets de la PCT chez les adultes atteints du SSPT. Plus précisément, nous avons cherché à déterminer si (1) la PCT est plus efficace pour soulager les symptômes par rapport aux conditions de contrôle, (2) la PCT entraîne un soulagement similaire des symptômes par rapport à la TF-CBT, basé sur des différences a priori peu importantes sur une entrevue semi-structurée des symptômes du SSPT, et (3) la PCT est associée à une baisse du taux d'abandon thérapeutique comparativement à la TF-CBT.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans le Registre des essais contrôlés sur les troubles mentaux communs de Cochrane, la Bibliothèque Cochrane, Ovid MEDLINE, Embase, PsycINFO, PubMed et PTSDpubs (auparavant appelée la base de données PILOTS (Published International Literature on Traumatic Stress)) (recherches sur toutes les années jusqu’au 15 février 2019). Nous avons également consulté le portail des essais cliniques de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) (ICTRP) et ClinicalTrials.gov pour repérer les essais non publiés et en cours. Les listes de référence des études incluses et les revues systématiques pertinentes ont été vérifiées. Des recherches dans la littérature grise ont également été effectuées pour identifier les mémoires et les thèses, les recommandations de bonnes pratiques cliniques et les rapports des organismes de réglementation.

Critères de sélection: 

Nous avons sélectionné tous les essais cliniques randomisés (ECR) qui ont recruté des adultes ayant reçu un diagnostic de SSPT pour évaluer le PCT par rapport à la TF-CBT ou à une affection témoin. Les modalités de la PCT individuelle et de la PCT de groupe ont été incluses. Les principaux critères de jugement d'intérêt comprenaient la réduction de la gravité du SSPT telle que déterminée par une mesure administrée par un clinicien et les taux d'abandon du traitement.

Recueil et analyse des données: 

Nous nous sommes conformés aux normes recommandées par Cochrane pour la sélection et la collecte des données. Deux auteurs de l'étude ont examiné de façon indépendante les articles à inclure et ont extrait des données pertinentes d'études éligibles, y compris l'évaluation de la qualité des essais. Des méta-analyses à effets aléatoires, des analyses de sous-groupes et des analyses de sensibilité ont été effectuées à l'aide des différences moyennes (DM) et des différences moyennes standardisées (DMN) pour les données continues ou les ratios de risque (RR) et des différences de risque (DR) pour les données dichotomiques. Pour conclure que la PCT a entraîné une réduction similaire des symptômes du SSPT par rapport à la TF-CBT, nous avons exigé une DM inférieure à 10 points (y compris l'intervalle de confiance à 95 %) sur l'échelle CAPS (Clinician-Administered PTSD Scale). Cinq membres de l'équipe de revue se sont réunis pour évaluer la qualité des données probantes pour les principaux critères de jugement. Tous les désaccords ont été résolus par la discussion. Les auteurs de la revue qui étaient des chercheurs dans l'un ou l'autre des essais inclus n'ont pas participé aux synthèses qualitatives ou quantitatives.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 12 études (n = 1 837), dont trois comparaient la PCT à un groupe sur liste d'attente/attention minimale (en anglais : wait-list/minimal attention, WL/MA) et 11 comparaient la PCT à la TF-CBT. Le PCT s'est révélée plus efficace que la WL/MA pour réduire la gravité des symptômes du SSPT (SMD -0,84, IC à 95 % -1,10 à -0,59 ; participants = 290 ; études = 3 ; I² = 0%). Nous avons évalué la qualité de ces éléments probants comme étant modérée. Les résultats de l'analyse de non-infériorité comparant la PCT et la TF-CBT n'appuient pas la non-infériorité de la PCT, l'intervalle de confiance à 95 % dépassant le seuil cliniquement significatif (DM 6,83, IC à 95 % : 1,90-11,76 ; 6 études, n = 607 ; I² = 42 %). Nous avons jugé que la qualité de ces éléments probants était faible. Les différences du CAPS entre la PCT et la TF-CBT se sont atténuées après 6 mois (DM 1,59, IC à 95 % -0,46 à 3,63 ; participants = 906 ; études = 6 ; I² = 0 %) et 12 mois (DM 1,22, IC à 95 % -2,17 à 4,61 ; participants = 485 ; études = 3 ; I² = 0 %) de suivis. Pour confirmer l'orientation de l'effet du traitement à l'aide de tous les essais éligibles, nous avons également évalué les différences de DMS du SSPT. Ces résultats concordaient avec les DM des principaux critères de jugement, avec des différences d’effet d’ampleur significatives entre la PCT et la TF-CBT après le traitement (DMS 0,32, IC à 95 % : 0,08 à 0,56 ; participants = 1 129 ; études = 9), mais des différences d’effet d'ampleur moindre après six mois (DMS 0,17, IC à 95 % : 0,05 à 0,29 ; participants = 1339 ; études = 9) et 12 mois (DMS 0,17, IC à 95 % : 0,03 à 0,31 ; participants = 728 ; études = 5). Le taux d'abandon de la PCT était inférieur d'environ 14 % à celui de la TF-CBT (DR -0,14, IC 95 % -0,18 à -0,10 ; participants = 1542 ; études = 10). Nous avons évalué la qualité de ces éléments probants comme étant modérée. Aucune différence significative n'a été constatée en ce qui concerne le SSPT auto déclaré (4,50 ; IC, 95 % : 3,09 à 5,90 ; participants : 983 ; études : 7) ou les symptômes de dépression (1,78 ; IC, 95 % : -0,23 à 3,78 ; participants : 705 ; études : 5) après traitement.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Christine Faillieres et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.