Activité de la protéase et son association avec la cicatrisation future des ulcères de jambe veineux

Quel est le but de cette revue ?

L'objectif de cette étude Cochrane était de déterminer s'il existe un lien entre les différents niveaux de protéase dans les ulcères veineux de la jambe (plaies ouvertes sur la partie inférieure de la jambe causées par des problèmes de circulation du sang dans les veines) et la guérison des plaies à un moment donné dans le futur. La protéase est une enzyme, un produit chimique naturellement produit par l'organisme qui décompose les protéines et qui peut affecter la cicatrisation. Nous voulions savoir si des taux de protéase plus élevés signifiaient que les plaies étaient moins susceptibles de guérir ou de guérir plus lentement. Si c'est le cas, cela pourrait aider à trouver les traitements les plus utiles pour chaque personne atteinte d'un ulcère de jambe. Les auteurs de la revue Cochrane ont recueilli et analysé toutes les études pertinentes pour répondre à cette question et ont trouvé 19 études.

Messages clés

À l'heure actuelle, il existe une incertitude totale quant à toute association entre l'activité de la protéase et la guérison des ulcères de jambe veineux, mais cette revue a donné des indications sur ce qui pourrait être important pour les recherches futures sur les produits chimiques naturels présents dans les plaies et leur effet sur la guérison.

Qu'est-ce qui a été étudié dans la revue ?

Les ulcères de jambe veineux peuvent durer des semaines, des mois ou des années. Les ulcères de jambe peuvent être douloureux, peuvent s'infecter et peuvent affecter la mobilité et la qualité de vie. Le traitement habituel des ulcères veineux de jambe est la thérapie de compression (ex. des bandages de compression (élastiques)), mais même celle-ci ne fonctionne pas pour tout le monde (environ un tiers des personnes ont encore des plaies qui ne guérissent pas après six mois). Nous voulions savoir pourquoi ces plaies ne guérissent pas souvent et s'il y a des facteurs dans la plaie (appelés biomarqueurs) qui peuvent indiquer quelles plaies sont peu susceptibles de guérir. Il a été suggéré que les plaies sont lentes à cicatriser lorsqu'il y a des niveaux élevés de protéase. Dans le cadre de cette revue, nous avons cherché à savoir s'il y avait des preuves que des taux de protéase plus élevés au début d'une étude étaient associés à des ulcères de jambe à guérison plus lente ou à une moindre guérison à un moment ultérieur (par exemple six mois).

En février 2018, nous avons cherché des études pertinentes qui avaient une conception fiable et qui étudiaient les liens entre les niveaux de protéase et la guérison future des ulcères de jambe veineux. Nous avons trouvé 19 études portant sur 646 personnes. Toutes les études n'ont pas indiqué l'âge et le sexe des participants. Dans celles qui l'ont fait, l'âge moyen des participants variait de 51 à 75 ans. Onze études ont donné des résultats que nous avons pu utiliser, impliquant 13 groupes de personnes. La plupart des gens avaient des blessures qui étaient là depuis au moins trois mois.

Quels ont été les principaux résultats de la revue ?

Il y avait de nombreuses différences entre les études incluses : par exemple, comment elles définissaient la guérison, le type de protéases et la façon dont elles les mesuraient, les types de traitement et la façon dont elles rapportaient les résultats. Ce manque de cohérence ne nous a pas permis de combiner et de comparer les résultats, nous avons donc résumé les résultats de manière générale.

Un problème plus important était qu'aucune des études n'avait analysé les données de façon appropriée, car elles ne tenaient pas compte de l'impact de l'âge, de l'infection ou des traitements, et nous ne pouvions donc pas être sûrs que c'étaient les niveaux de protéase qui étaient importants pour la guérison, plutôt que l'âge ou d'autres facteurs. La plupart des études étaient de petite envergure et auraient pu être mieux menées, de sorte qu'il était difficile de savoir avec certitude dans quelle mesure les résultats étaient significatifs. Dans l'ensemble, la certitude des données probantes était très faible. D'autres études sont nécessaires pour explorer l'importance des biomarqueurs pour la cicatrisation des plaies.

Dans quelle mesure cette revue est-elle à jour ?

Nous avons cherché des études qui avaient été publiées jusqu'en février 2018.

Conclusions des auteurs: 

Cette revue a permis d'identifier des preuves de très faible validité concernant toute association entre l'activité de la protéase et la cicatrisation des ulcères veineux de jambe, et il existe une incertitude totale quant à la relation entre les deux. La revue offre des informations pour la recherche future et la méthodologie des revues systématiques.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les ulcères veineux de la jambe (UVJ) sont un type courant de plaie complexe qui a un impact négatif sur la vie des gens et qui entraîne des coûts élevés pour les services de santé et la société. Il a été suggéré que des niveaux élevés prolongés d'activité protéasique dans les derniers stades de la cicatrisation des plaies chroniques peuvent être associés à un retard de cicatrisation. Des traitements modulateurs de protéase ont été mis au point pour moduler l'activité de la protéase et favoriser ainsi la guérison des plaies chroniques.

Objectifs: 

Déterminer si l'activité de la protéase est un facteur de pronostic indépendant pour la guérison des ulcères de jambe veineux.

Stratégie de recherche documentaire: 

En février 2018, nous avons effectué des recherches dans les bases de données suivantes : Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL), Ovid MEDLINE, Ovid Embase et CINAHL.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des études longitudinales prospectives et rétrospectives avec toute période de suivi ayant recruté des personnes atteintes d'ulcère veineux de la jambe et examiné si l'activité protéasique dans le liquide de la plaie était associée à une guérison future des ulcères veineux de jambe. Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés (ECR) analysés comme des études de cohortes, à condition que les interventions aient été prises en compte dans l'analyse, et les études cas-témoins s'il n'y avait aucune étude de cohortes disponible. Nous avons également inclus des études de modèles prédictifs, à condition qu'elles fassent état séparément de l’association de faits pronostiques individuels (activité de la protéase) à la guérison. Les études portant sur n'importe quel type de protéase ou combinaison de protéases étaient éligibles, y compris les protéases provenant de bactéries, et le facteur pronostique pouvait être examiné en tant que variable continue ou catégorielle ; tout point limite était permis. Les critères de jugement principaux étaient le temps de guérison (analyse de survie) et la proportion de personnes souffrant d'ulcères complètement guéris ; le critère de jugement secondaire était le changement de la taille de l'ulcère ou taux de fermeture de la plaie. Nous avons extrait des associations non ajustées (simples) et ajustées (multivariables) entre le facteur pronostique et la guérison.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont évalué de façon indépendante les études à inclure à chaque étape et ont entrepris l'extraction des données, l'évaluation du risque de biais et l'évaluation selon GRADE. Nous avons recueilli des statistiques sur les associations lorsqu'elles étaient disponibles. Aucune étude n'a fait état d'analyses ajustées : nous avons plutôt recueilli des résultats non ajustés ou des mesures d'association calculées à partir de données brutes. Nous avons calculé les ratios de risque lorsque le critère de jugement et le facteur pronostique étaient des variables dichotomiques. Lorsque le facteur pronostique était rapporté sous forme de données continues et que les critères de jugement de guérison étaient dichotomiques, nous avons effectué une analyse de régression ou analysé l'impact de la guérison sur les taux de protéase, en analysant la différence moyenne standardisée. Lorsque le facteur pronostique et le critère de jugement étaient des données continues, nous avons rapporté des coefficients de corrélation ou les avons calculés à partir des données individuelles des participants.

Nous avons affiché tous les résultats sur des graphiques en forêt pour donner une représentation visuelle globale. Nous avions prévu d'effectuer des méta-analyses lorsque cela s'avérait approprié, autrement nous résumerions les résultats de manière narrative.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 19 études comprenant 21 cohortes et 646 participants. Seulement 11 études (13 cohortes, 522 participants) avaient des données disponibles pour l'analyse. De ce nombre, cinq étaient des études de cohortes prospectives, quatre étaient des ECR et deux étaient des études de type cas-témoin. La durée du suivi variait de quatre à 36 semaines. Les études ont porté sur 10 métalloprotéases matricielles différentes (MMP) et deux protéases à sérine (élastase de neutrophiles humains et activateurs du plasminogène de type urokinase). Deux études ont enregistré une guérison complète comme résultat ; d'autres études ont enregistré des mesures de guérison partielle. Il y avait une hétérogénéité clinique et méthodologique entre les études ; par exemple, dans la définition de la guérison, le type de protéase et sa mesure, la distribution des espèces de protéases actives et liées, les types de traitement et la communication des résultats. Par conséquent, aucune méta-analyse n'a été effectuée. Aucune étude n'avait effectué d'analyses multivariables et toutes les données incluses étaient d'une certitude très faible en raison du manque d'ajustement pour les variables confusionnelles, du risque élevé de biais pour toutes les études sauf une, de l'imprécision des mesures d'association et de l'inconsistance dans la direction de l'association. Collectivement, la recherche a révélé une incertitude totale quant à l'association entre l'activité de la protéase et la guérison des ulcères veineux de jambe.

Notes de traduction: 

Traduction révisée par Amytis Heim pour Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.