Types de matériaux pour une opération chirurgicale de suspension de la paupière aux muscles frontaux lors d’un ptosis congénital

Objectif de la revue
Lors d’une suspension au muscle frontal, la paupière est reliée au sourcil sous la peau à l'aide d'une variété de matériaux. Ceci est typiquement fait pour le ptosis congénital, lorsque le muscle qui devrait ouvrir l’œil ne s'est pas bien développé. L'objectif de cette étude Cochrane était de déterminer si les différents types de matériaux utilisés pour la suspension de la paupière aux muscles frontaux pour le ptosis congénital ont donné des résultats différents. Plus important encore, nous voulions savoir quels matériaux ont les taux de réussite les plus élevés.

Principaux messages
Nous ne savons pas quel type de matériau a le taux de réussite le plus élevé. Il y a eu trois essais inclus, qui avaient examiné quatre matériaux différents. Aucun des essais n'a examiné les mêmes matériaux qu'un autre essai, de sorte que les résultats ont dû être considérés individuellement. Les trois essais étaient de petite envergure et parce qu'ils ont tous comparé différents matériaux, il n'y a aucun moyen de déterminer quel matériau est le plus efficace pour traiter le ptosis congénital.

Qu'avons-nous examiné dans cette revue ?
Le ptosis congénital, caractérisé par une chute de la paupière supérieure présente à la naissance, est souvent causé par un mauvais développement des muscles utilisés pour soulever les paupières. L’opération chirurgicale de suspension de la paupière aux muscles frontaux est le traitement chirurgical le plus efficace. De nombreux matériaux ont été utilisés ou sont encore utilisés dans cette chirurgie. L'objectif de cette étude était d'examiner les taux de " succès fonctionnel " (définis comme l'élargissement de l'ouverture entre les paupières) des différents matériaux utilisés lors d’une suspension de la paupière aux muscles frontaux.

Quels ont été les principaux résultats de cette revue ?
Nous avons inclus trois essais comparatifs randomisés qui ont comparé des matériaux pour la suspension de la paupière aux muscles frontaux. Parmi les trois essais, quatre matériaux ont été évalués : Gore-Tex, suture Ethibond, maille Mersilene, et fascia lata autogène. Deux essais comprenaient les deux yeux du même participant, tandis que l'autre essai comprenait des personnes atteintes de ptosis dans un œil ou dans les deux yeux. Les données des trois études n'ont pas pu être combinées parce que les matériaux étaient différents. On ne sait toujours pas quel type de matériau a le taux de réussite le plus élevé pour la suspension de la paupière aux muscles frontaux.

La revue est-elle à jour ?
Nous avons cherché des études qui ont été publiées jusqu'au 20 juin 2018.

Conclusions des auteurs: 

Les trois essais inclus dans cette revue ont évalué quatre matériaux pour la chirurgie de suspension au muscle frontal. L'évaluation de ces trois études ne nous permet pas d'identifier le matériau optimal. Les futurs essais randomisés devraient être rigoureusement conçus de manière à identifier le meilleur traitement pour cette condition.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le ptosis congénital est une chute d'une ou des deux paupières à la naissance, souvent due à un mauvais développement du muscle levator palpebrae superioris. Il peut en résulter une amblyopie, un astigmatisme et un torticolis oculaire, ce qui peut nécessiter une intervention chirurgicale pendant la petite enfance si le développement visuel est compromis. Les patients peuvent avoir différents niveaux de fonction de relèvement. Ceux dont le fonctionnement est modéré à bon peuvent choisir d'essayer d'abord de réparer le ptosis en faisant avancer le levier externe ou en pratiquant une mullerectomie ou en utilisant la technique de Fasanella et Servat. Pour ceux dont le fonctionnement est médiocre, ces interventions sont moins susceptibles d'être efficaces, de sorte qu'ils peuvent subir une chirurgie de suspension de la paupière aux muscles frontaux, lors de laquelle le tarse est couplé au muscle frontal, de sorte que le mouvement du sourcil et du front entraîne un mouvement des paupières. Le matériau optimal à utiliser dans cette chirurgie est inconnu.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité comparées de divers matériaux utilisés pour la suspension au muscle frontal pour le traitement du ptosis congénital.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans le Registre central des essais contrôlés Cochrane (CENTRAL) (qui contient le Registre Cochrane des essais sur la vue et les yeux) (juin 2018), Ovid MEDLINE, Ovid MEDLINE, Ovid MEDLINE E-pub Ahead of Print, Ovid Medline In Process and Other Non-Indexed Citations, Ovid MEDLINE Daily (janvier 1946 au 20 juin 2018), Embase (janvier 1947 au 20 juin 2018), PubMed (1948 au 20 juin 2018), Latin American and Caribbean Health Sciences Literature Database (LILACS) (1982 au 20 juin 2018), essais cliniques.gov ( www.clinicaltrials.gov) et la Plate-forme d'enregistrement internationale des essais cliniques (ICTRP) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ( www.who.int/ictrp/search/en). Nous n'avons utilisé aucune restriction de date ou de langue dans la recherche électronique des essais. Nous avons consulté les bases de données électroniques pour la dernière fois le 20 juin 2018.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais randomisés qui comparaient un matériau à un autre pour le traitement du ptosis congénital.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont effectué de façon indépendante la présélection de l'admissibilité, l'extraction des données, l'évaluation du " risque de biais " et l'évaluation des preuves.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié trois essais randomisés qui avaient comparé quatre matériaux différents, deux matériaux dans chaque essai. Les études comprenaient un total de 160 participants. Les procédures chirurgicales comparées étaient le polytétrafluoroéthylène (Gore-Tex), la suture d'Ethibond, le filet de Mersilene, et le fascia lata autogène.

Nous avons jugé que toutes les études présentaient un risque de biais imprécis en raison de la communication incomplète des méthodes et d'autres lacunes méthodologiques.

Comme les trois études incluses comparaient différents types d'implants, nous n'avons pas été en mesure de combiner les données dans une méta-analyse. Les données limitées ne permettent pas de tirer de conclusions quant à l’implant optimal pour la suspension au muscle frontal.

Pour ce qui est du critère de jugement principal de la réussite fonctionnelle, il s'agit de l'élargissement de l'ouverture entre les paupières, évalué soit par grade, soit par millimètre de mesure. Bajajaj 2004 a montré que 93 % du groupe Gore-Tex et 83 % du groupe Ethibond avaient obtenu un résultat bon ou satisfaisant (tel que défini par les chercheurs). Elsamkary 2016 a rapporté que 78,1% du groupe fascia autogène et 61,8% du groupe Gore-Tex avaient un très bon ou bon résultat. Salour 2008 n'incluait pas ce type de système de classement ; ils ont montré que la fissure du couvercle augmentait de 4,0 mm ± 1,46 mm dans le groupe Mersilene et de 3,13 mm ± 1,72 mm dans le groupe fascia lata.

En termes d'effets indésirables, Bajaj 2004, qui comprenait 15 patients par groupe, n'a montré aucune récidive dans le groupe Gore-Tex et 1 dans le groupe Ethibond ; aucun besoin de retrait dans le groupe Gore-Tex et 1 dans le groupe Ethibond ; aucune infection dans le groupe Gore-Tex et 1 dans le groupe Ethibond. Elsamkary 2016, qui comprenait 55 patients par groupe, a eu 3 récidives dans le groupe fascia et 6 dans le groupe Gore-Tex ; aucune nécessité de retrait dans les deux groupes ; et 1 infection dans le groupe fascia et 2 dans le groupe Gore-Tex. Salour 2008, qui comprenait 10 patients par groupe, n'a pas eu de récidive, de retrait ou d'infection dans le groupe Mersilene ou dans le groupe fascia.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.