Soins de la bouche pour la prévention de la pneumonie dans les maisons de retraite

Question de la revue

Les soins bucco-dentaires réduisent-ils la pneumonie (une infection pulmonaire) dans les maisons de retraite médicalisées ? Notre objectif était de résumer les résultats d'études connues sous le nom «d’essais contrôlés randomisés» afin de déterminer si les soins bucco-dentaires contribuaient à prévenir la pneumonie chez les personnes âgées vivant dans des maisons de retraite ou d'autres établissements de soins, et quelle était la meilleure approche en matière de soins buccaux.

Contexte

La pneumonie est fréquente chez les personnes âgées vivant dans des maisons de retraite. La pneumonie acquise à domicile est une infection bactérienne des poumons qui touche les résidents des établissements de soins de longue durée et des maisons de retraite médicalisées. On considère qu'une mauvaise hygiène bucco-dentaire contribue à la probabilité de contracter une infection. Les soins bucco-dentaires professionnels sont une combinaison de brossage des dents et des muqueuses, de nettoyage des prothèses dentaires, d'utilisation d'un bain de bouche et de visites de contrôle chez le dentiste, alors que les soins buccaux habituels sont généralement moins intensifs et sont auto-administrés, ou fournis par le personnel de la maison de retraite sans qu’il ait reçu une formation spéciale en hygiène dentaire.

Caractéristiques de l’étude

Cette revue a été effectuée par le groupe de revues Cochrane Oral Health. Nous avons effectué des recherches dans les bases de données scientifiques à la recherche d'études pertinentes, jusqu'au 15 novembre 2017. Nous avons inclus quatre études, avec un total de 3 905 participants assignés au hasard à un traitement ou à des soins habituels. Les participants étaient des résidents de maisons de retraites d médicalisées qui n'avaient pas de pneumonie au début des études. Certains des participants étaient atteints de démence ou de maladies systémiques. Toutes les études se sont concentrées sur la comparaison entre les soins bucco-dentaires " professionnels " et " habituels ". Aucune des études n'a évalué les soins buccodentaires par rapport à l'absence de soins buccodentaires.

Résultats principaux

Nous avons identifié quatre études, qui comparaient toutes les soins bucco-dentaires professionnels aux soins bucco-dentaires habituels chez les résidents de maisons de retraites médicalisées.

D'après les données limitées, nous ne pouvions pas dire si les soins bucco-dentaires professionnels étaient meilleurs ou pires que les soins bucco-dentaires habituels pour prévenir la pneumonie. Les preuves de décès, quelle qu'en soit la cause, n'étaient pas concluantes, mais les études suggèrent que les soins bucco-dentaires professionnels peuvent réduire le nombre de décès causés par la pneumonie, comparativement aux soins bucco-dentaires habituels, lorsque mesurés après 24 mois.

Une seule étude a mesuré les effets négatifs des interventions et n'a signalé aucun événement grave. Les événements sans gravité les plus fréquemment signalés étaient des troubles de la bouche et les taches sur les dents.

Qualité des preuves

La qualité des données probantes est faible ou très faible, en raison du petit nombre d'études et des problèmes liés à leur conception. Par conséquent, nous ne pouvons pas nous fier aux résultats, et d'autres recherches sont nécessaires.

Conclusions des auteurs: 

Bien que des données de faible qualité suggèrent que les soins buccodentaires professionnels pourraient réduire la mortalité due à la pneumonie chez les résidents des foyers de soins infirmiers comparativement aux soins habituels, ce résultat doit être considéré avec prudence. Les données relatives à d'autres résultats ne sont pas concluantes. Nous n'avons trouvé aucune preuve de grande qualité pour déterminer quelles mesures de soins buccodentaires sont les plus efficaces pour réduire la pneumonie acquise à domicile. D'autres essais sont nécessaires pour tirer des conclusions fiables.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La pneumonie qui touche les résidents des établissements de soins de longue durée et les maisons de retraite médicalisées peut être appelée " pneumonie acquise en maison de soins infirmiers " (PAMSI). La PAMSI est la principale cause de mortalité chez les résidents. La PAMSI peut être causée par l'aspiration de la flore oropharyngée dans les poumons et par l'incapacité des mécanismes de défense de l'individu à éliminer les bactéries aspirées. Les mesures d'hygiène bucco-dentaire visant à éliminer ou à entraver la plaque dentaire pourraient être efficaces pour réduire le risque d'infection par la PAMSI.

Objectifs: 

Évaluer les effets des mesures de soins buccodentaires sur la prévention de la pneumonie acquise dans les foyers de soins et autres établissements de soins de longue durée.

La stratégie de recherche documentaire: 

Le spécialiste de l'information de Cochrane Oral Health a fait des recherches dans les bases de données suivantes : Cochrane Oral Health's Trials Register (jusqu'au 15 novembre 2017), le Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (la Cochrane Library, 2017, numéro 10), MEDLINE Ovid (1946 au 15 novembre 2017), et Embase Ovid (1980 au 15 novembre 2017) et Cumulative Index to Nursing and Allied Health Literature (CINAHL ; 1937 au 15 novembre 2017). Le National Institutes of Health Trials Registry des États-Unis (ClinicalTrials.gov) et la plateforme d'enregistrement internationale des essais cliniques de l'Organisation Mondiale de la Santé ont fait l'objet d'une recherche pour les essais en cours. Aucune restriction de langue ou de date de publication n'a été imposée lors de la recherche dans les bases de données électroniques. Nous avons également effectué des recherches dans la base de données de la littérature biomédicale chinoise, l'infrastructure nationale du savoir de la Chine et le Sciencepaper Online jusqu'au 20 novembre 2017.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais cliniques comparatifs et randomisés (ECR) qui ont évalué les effets des mesures de soins buccodentaires (brossage, écouvillonnage, nettoyage des dentiers, rince-bouche ou combinaison) chez des résidents de tout âge dans des maisons de soins infirmiers et autres établissements de soins prolongés.

Recueil et analyse des données: 

Au moins deux auteurs ont indépendamment évalué les résultats des recherches, extrait les données et évalué les risques de biais des études incluses.es et le risque de biais dans les études incluses. Nous avons contacté des auteurs d'études pour obtenir des informations supplémentaires. Nous avons regroupé les données d'études ayant des interventions et des résultats similaires. Nous avons présenté le ratio de risque (RR) pour les résultats dichotomiques, la différence moyenne (DM) pour les résultats continus et le rapport de risque en hazard ratio (HR) pour les résultats temps-événement, en utilisant des modèles à effets aléatoires.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus quatre ECR (3 905 participants), qui présentaient tous un risque élevé de biais. Les études ont toutes évalué une seule comparaison : les soins buccodentaires professionnels par rapport aux soins buccodentaires habituels. Nous avons exclu de l’analyse les résultats d'une étude (N = 834 participants), qui a été interrompue à l'analyse intermédiaire en raison de l'absence d'une différence claire entre les groupes.

Nous n'avons pas été en mesure de déterminer si les soins buccodentaires professionnels ont entraîné un taux d'incidence de la PAMSI plus faible que les soins buccodentaires habituels sur une période de 18 mois (rapport de risque de 0,65, IC à 95 % : 0,29 à 1,46 ; une étude, 2513 participants analysés ; preuves de faible qualité).

Nous n'avons pas non plus été en mesure de déterminer si les soins buccodentaires professionnels ont entraîné une diminution du nombre de premiers épisodes de pneumonie par rapport aux soins habituels sur une période de 24 mois (RR 0,61, IC à 95 % : 0,37 à 1,01 ; une étude, 366 participants analysés ; preuves de faible qualité).

Deux études ont fourni des données de faible qualité selon lesquelles les soins buccodentaires professionnels peuvent réduire le risque de mortalité associée à la pneumonie comparativement aux soins buccodentaires habituels à 24 mois de suivi (RR 0,41, IC à 95 % : 0,24 à 0,72, 507 participants analysés).

Nous n'étions pas certains que les soins buccodentaires professionnels puissent réduire ou non la mortalité toutes causes confondues par rapport aux soins habituels, lorsqu'on les mesure au suivi après 24 mois (RR 0,55, IC à 95 % : 0,27 à 1,15 ; une étude, 141 participants analysés ; preuves de très faible qualité).

Une seule étude (834 participants randomisés) a mesuré les effets indésirables des interventions. L'étude n'a identifié aucun événement grave et 64 événements non graves, dont les plus fréquents étaient les troubles de la cavité buccale (non définis) et la coloration dentaire.

Aucune étude n'a évalué les soins buccodentaires par rapport à l'absence de soins buccodentaires.

Notes de traduction: 

Traduction révisée par Aïda Bafeta pour Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.