Traitements conservateurs (non pharmacologiques et non chirurgicaux) pour les enfants souffrant d'incontinence urinaire diurne

Contexte

Beaucoup d'enfants continuent d'avoir des accidents d'incontinence urinaire en journée longtemps après que la plupart soit devenu continents, certains jusqu'à l'adolescence. Lorsqu'il n'y a pas de cause connue, on parle d'incontinence urinaire fonctionnelle diurne. Le mouillage diurne peut être un problème pratique pour l'enfant et les personnes s’en occupant, entrainant des frais de lessive supplémentaires, des dépenses pour des protections ou sous-vêtements absorbants, des meubles mouillés ou tachés et des difficultés à aller à l'école ou à voyager. Il peut également entraîner un stress émotionnel, une faible fréquentation scolaire et de mauvais résultats scolaires, des difficultés dans les activités sociales et les relations amicales, et même une dépression et des problèmes de comportement. Trouver un traitement efficace peut améliorer la qualité de vie des enfants et des personnes qui s'en occupent.

Problématique de la revue

Les enfants, les personnes qui s'occupent d'eux, les médecins et les infirmières peuvent vouloir éviter les traitements impliquant des médicaments ou des interventions chirurgicales, du moins jusqu'à ce qu'ils aient essayé des traitements ne les impliquant pas. Dans cette revue, les chercheurs ont rassemblé les résultats d'études menées dans le monde entier pour combiner les données probantes et évaluer le ou les traitements les plus efficaces dans la gestion de l'incontinence urinaire diurne chez les enfants.

Dans quelle mesure cette revue est-elle à jour ?

Les données probantes est à jour au 11 septembre 2018.

Caractéristiques de l'étude et sources de financement

La revue a permis d’identifier 27 études portant sur 1 803 enfants.

Douze études ont déclaré un financement provenant de sources extérieures. L'une d'entre elles a été financée par Astellas Pharma, tandis qu'une autre étude a reçu gratuitement des lots spéciaux de placebos et de médicaments, ainsi que du matériel pour les tests sur serviettes de la part d'une autre société.

Certitude des données probantes

Les Revues Cochrane (Cochrane Reviews) évaluent la "certitude" ou fiabilité des données probantes à l'aide de méthodes standardisées qui tiennent compte de la façon dont les études ont été conçues, réalisées et rapportées, des différences entre les études ou les populations et des résultats combinés des études. La plupart des études identifiées dans le cadre de cette étude étaient de petite taille et bon nombre d’entre elles étaient mal conçues et les résultats rapportés de façon approximative. La plupart des données ont été considérées comme étant de certitude très faible, ce qui signifie qu’il n’est pas possible d’affirmer quoi que ce soit concernant l'efficacité des traitements.

Principaux résultats

La stimulation électrique transcutanée des nerfs (en anglais : transcutaneous electrical nerve stimulation, TENS) pourrait être plus efficace que l'absence de traitement pour mettre fin ou réduire le mouillage diurne.

Nous ne savons pas si l'urothérapie (programmes comportementaux dans lesquels on enseigne aux enfants - et parfois aux personnes qui s'occupent d'eux - comment fonctionne la vessie, les postures et les méthodes appropriées à adopter aux toilettes, la programmation des pauses toilettes et la planification de ce qu'il faut boire et de la quantité nécessaire) est plus efficace quand elle est associée à un PFMT, éducation mictionnelle , ou une montre avec alarmes pour rappeler aux enfants quand aller aux toilettes.

Nous ne savons pas si la rétroaction qui montre aux enfants comment leurs muscles fonctionnent ou comment leur vessie se vide améliore l'efficacité de la TENS avec urothérapie comparativement au PFMT, ajouté à la rétroaction et à l'urothérapie. Nous ne savons pas non plus si le PFMT, l'urothérapie et la rétroaction améliorent l'efficacité du PFMT et de l'urothérapie seuls.

Nous ne savons pas si le renforcement des muscles du plancher pelvien (en anglais : pelvic floor muscle training, PFMT) ou la TENS sont plus efficaces que les anticholinergiques (médicaments pouvant réduire les signaux du cerveau qui provoquent la contraction de la vessie et sa vidange).

Nous ne savons pas si l’éducation mictionnelle couplée à «l'uroflowmetry» (un test permettant de mesurer le volume d'urine) et à la rétroaction augmente le nombre d'enfants continents par rapport aux anticholinergiques.

Aucun effet indésirable grave n'ayant été signalé n’a été considéré comme étant lié aux traitements de l'étude. La plupart des effets indésirables et des effets secondaires non graves étaient de sévérité légère à modérée et ont été observés chez des enfants recevant des interventions pharmacologiques. Il s'agissait notamment d'effets secondaires pharmaceutiques courants tels que nausées, douleurs abdominales, sécheresse buccale, somnolence et maux de tête.

Conclusions des auteurs

Il existe un manque de données probantes de bonne qualité qui peuvent aider les enfants, les personnes qui s'occupent d'eux, les médecins et les infirmières à prendre des décisions concernant les traitements. Des recherches mieux conçues pourraient fournir des données plus que nécessaires sur l'efficacité d'interventions prometteuses chez les enfants souffrant d'incontinence urinaire diurne, comme la TENS, le PFMT et les alarmes sur les montres (ou les téléphones portables) pour rappeler aux enfants les horaires d'utilisation des toilettes. Toutefois, on espère que cette revue attirera l'attention sur la nécessité de mener des recherches sur les traitements efficaces contre le mouillage diurne chez les enfants.

Conclusions des auteurs: 

La revue n'a trouvé que peu de données probantes fiables pouvant aider les enfants affectés, les personnes s’occupent d’eux et les cliniciens travaillant avec eux à prendre des décisions thérapeutiques fondées sur des données probantes. Dans ce scénario, l'expérience clinique individuelle des cliniciens et le soutien des personnes s’occupant des enfants pourraient être les ressources les plus précieuses. De nouvelles recherches bien conçues, avec des interventions bien définies et une mesure cohérente des critères de jugement, sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Chez les enfants, l'incontinence urinaire fonctionnelle diurne est le terme utilisé pour décrire toute fuite d'urine pendant l'éveil qui n'est pas le résultat d'une cause neurologique ou anatomique congénitale sous-jacente connue (tels que des conditions ou des blessures affectant les nerfs qui contrôlent la vessie ou des problèmes dans la façon dont le système urinaire est formé). Elle peut entraîner des difficultés pratiques tant pour l'enfant que pour sa famille et peut avoir des effets néfastes sur le bien-être, l'éducation et l'engagement social de l'enfant.

Objectifs: 

Évaluer les effets des interventions conservatrices dans le traitement de l'incontinence urinaire fonctionnelle diurne chez les enfants.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans le Registre spécialisé de Cochrane sur l'incontinence (Cochrane Incontinence Specialised Register), qui contient des études identifiées depuis CENTRAL, MEDLINE, MEDLINE In-Process, MEDLINE Epub Ahead of Print, CINAHL, ClinicalTrials.gov, WHO ICTRP et une recherche manuelle des revues et des actes de conférences (consultés le 11 septembre 2018). Nous avons également effectué des recherches dans des bases de données bibliographiques en langue chinoise : Chinese Biomedical Literature Database (CBM), China National Knowledge Infrastructure (CNKI) et Wanfang. Aucune restriction de langue n'a été imposée.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR), des études quasi-randomisées, des études avec plusieurs groupes («multi-arm studies»), des études en cross-over et des études randomisées en clusters qui incluaient des enfants de 5 à 18 ans souffrant d'incontinence urinaire fonctionnelle diurne.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment examiné les dossiers et déterminé l’éligibilité des études en fonction de critères prédéfinis. Lorsque les données de l'étude n'étaient pas fournies, nous avons contacté les auteurs de l'étude afin d’obtenir plus d’informations. Deux auteurs ont évalué le risque de biais et ont traité les données de l'étude, tel que décrit dans le Cochrane Handbook for Systematic Reviews of Interventions. Lorsque la méta-analyse était possible, nous avons appliqué une méta-analyse à effets aléatoires en utilisant la méthode de Mantel-Haenszel pour les critères de jugement dichotomiques.

Résultats principaux: 

La revue portait sur 27 ECR comprenant 1 803 enfants. Parmi celles-ci, six étaient multibras et une était également une étude en cross-over. La plupart des études étaient de petite taille, avec des nombres randomisés allant de 16 à 202. Au total, 19 études présentaient un risque élevé de biais dans au moins un domaine. Peu d'études ont fait état de données pouvant être regroupées en raison de l'hétérogénéité des interventions, des critères de jugement et des mesures.

Interventions individuelles conservatrices (mode de vie, comportementales ou physiques) par rapport à l'absence de traitement

Stimulation électrique transcutanée des nerfs (TENS) par opposition à une fausse (placebo) TENS («sham TENS»). Un plus grand nombre d'enfants recevant une TENS actif pourraient réussir à être continents (rapport de risque (RR) de 4,89, intervalle de confiance à 95 % (IC) de 1,68 à 14,21 ; 3 études ; n = 93 ; données probantes de faible certitude).

Une intervention conservatrice individuelle par rapport à une autre intervention conservatrice individuelle ou combinée

Renforcement musculaire du plancher pelvien (PFMT) avec urothérapie par rapport à l’urothérapie seule. Nous ne savons pas avec certitude si un plus grand nombre d'enfants recevant le PFMT avec urothérapie réussissent à être continents (RR 2,36, IC à 95 % 0,65 à 8,53, IC à 95 % 25 à 100 ; 3 études ; n = 91 ; données probantes de très faible certitude).

L’éducation mictionnelle avec rétroaction «d'uroflowmetry» et urothérapie contre l'urothérapie seule. Un nombre légèrement supérieur d'enfants recevant une éducation mictionnelle avec rétroaction sur le débit urinaire et urothérapie pourrait réussir à devenir continent (RR 1,13, IC à 95 % : 0,87 à 1,45 ; 3 études ; n = 151 ; données probantes de faible certitude).

Urothérapie avec minuterie par rapport à l'urothérapie seule. Nous ne savons pas avec certitude si l'urothérapie ajoutée à la mise en place d’alarmes sur une montre augmentent le nombre d'enfants devenant continents, comparativement à l'urothérapie seule (RR 1,42, IC à 95 % : 1,12 à 1,80 ; 1 étude ; n = 58 ; données probantes de très faible certitude).

Interventions conservatrices combinées par rapport à d'autres interventions conservatrices combinées

TENS et urothérapie standard par rapport au PFMT avec biofeedback électromyographique et urothérapie standard. L’existence d'une différence entre les groupes de traitement quant à la proportion d'enfants réussissant à devenir continents (RR 1,11, IC à 95 % : 0,73 à 1,68 ; 1 étude ; n = 78 ; données probantes de très faible certitude) reste incertaine.

PFMT avec biofeedback électromyographique et urothérapie standard par rapport au PFMT sans rétroaction (feed-back) mais avec urothérapie standard. L’existence d'une différence entre les groupes de traitement quant à la proportion d'enfants réussissant à devenir continents (RR 1,05, IC à 95 % : 0,72 à 1,52 ; 1 étude ; n = 41 ; données probantes de très faible certitude) reste incertaine.

Interventions conservatrices individuelles par rapport aux interventions non conservatrices (pharmacologiques ou invasives, combinées ou non avec toute autre intervention conservatrice)

PFMT par rapport aux anticholinergiques. La réussite à devenir continent d’un plus grand nombre d’enfants recevant le PFMT que d'enfants recevant des anticholinergiques (RR 1,92, IC à 95 % 1,17 à 3,15 ; soit une augmentation de 33 à 64 pour 100 enfants ; 2 études ; n = 86 ; données probantes de très faible certitude) reste incertaine.

TENS par rapport aux anticholinergiques. L’existence d'une différence entre les groupes de traitement quant à la proportion d'enfants réussissant à devenir continents (RR 0,81, IC à 95 % : 0,05 à 12,50 ; 2 études ; n = 72 ; données probantes de très faible certitude) reste incertaine.

Interventions conservatrices combinées par rapport aux interventions non conservatrices (pharmacologiques ou invasives, combinées ou non avec toute intervention conservatrice)

L’éducation mictionnelle avec rétroaction «d'uroflowmetry» par rapport aux anticholinergiques. Nous ne savons pas s'il y avait des preuves d'une différence entre les groupes de traitement quant à la proportion d'enfants atteints d'incontinence (RR 1,02, IC à 95 % : 0,58 à 1,78 ; 1 étude ; n = 64 ; données probantes de très faible certitude) reste incertaine.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Carole Lescure et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.