Prise orale de l’association de dexkétoprofène et de tramadol à dose fixe pour les douleurs postopératoires aiguës chez l'adulte

En résumé

Cette revue a montré que la plupart des personnes souffrant de douleurs modérées à intenses après une opération bénéficient d’un bon soulagement de la douleur en prenant le dexkétoprofène à 25 mg associé au tramadol à 75 mg.

Contexte

La douleur aiguë est une douleur de courte durée, souvent ressentie peu après une blessure ou après une opération. La plupart des personnes ayant subi une opération chirurgicale souffrent de douleurs modérées à intenses. Les analgésiques sont testés chez les personnes souffrant de douleur aiguë, souvent après l'extraction des dents de sagesse. Ces douleurs sont habituellement traitées avec des analgésiques pris oralement. Nous pensons que ces résultats peuvent être appliqués à d'autres affections douloureuses aiguës.

L'utilisation de deux analgésiques différents dans un seul comprimé à dose fixe s'est avérée apporter un bon soulagement de la douleur à une forte proportion de personnes souffrant de douleurs modérées à intenses après une opération. Cette revue a porté sur une nouvelle combinaison à dose fixe de deux analgésiques, un anti-inflammatoire non stéroïdien (dexkétoprofène) et un opioïde (tramadol).

Caractéristiques des études

En mai 2016, nous avons trouvé trois études impliquant 1 853 personnes. La principale comparaison a été faite entre la dose fixe de dexkétoprofène à 25 mg associé au tramadol à 75 mg et le placebo (un traitement factice). Les études ont testé des prises uniques après une extraction de dents de sagesse, des opérations de remplacement de la hanche et des opérations gynécologiques (système reproductif féminin). Les études ont porté sur des adultes de différents âges, et sept participants sur dix étaient des femmes. Le principal critère de jugement a été le nombre de participants ayant obtenu au moins la moitié du soulagement maximal possible de la douleur au cours des six premières heures après la prise des comprimés.

Principaux résultats

Les trois études rapportaient le principal critère de jugement pour le dexkétoprofène à 25 mg associé au tramadol à 75 mg. Il y avait 748 participants dans la comparaison avec le placebo. Environ sept personnes sur dix ont obtenu un résultat sur ce critère de jugement avec le dexkétoprofène à 25 mg associé au tramadol à 75 mg, contre trois sur dix avec le placebo. La combinaison était nettement meilleure que le placebo, et meilleure que le dexkétoprofène ou le tramadol seuls. La durée du soulagement de la douleur était importante, probablement de huit heures ou plus, mais la durée exacte n'a pas pu être déterminée. Moins de personnes ont dû prendre des analgésiques supplémentaires avec le traitement combiné qu'avec le placebo.

Environ une personne sur dix a eu des effets secondaires avec le dexkétoprofène à 25 mg associé au tramadol à 75 mg. Il s'agissait principalement de nausées, de vomissements et d'étourdissements, d’intensité légère à modérée, qui sont typiques de ces médicaments. Les effets indésirables graves étaient peu fréquents. Peu de personnes ont abandonné les études prématurément.

Qualité des données probantes

Nous avons jugé la qualité des données probantes comme étant modérée pour l'effet analgésique de dexkétoprofène à 25 mg associé au tramadol à 75 mg. Pour les effets secondaires, nous avons jugé la qualité des preuves très faible concernant la prise unique en raison du nombre réduit de participants et d'événements, mais nous l'avons jugée modérée lorsque nous avons inclus les données issues des études sur trois et cinq jours. Des données probantes de qualité modérée signifient que davantage d'informations pourraient modifier notre estimation de l'effet. Des données probantes de très faible qualité signifient que nous n’accordons que très peu de confiance aux résultats.

Conclusions des auteurs: 

Une prise unique par voie orale de dexkétoprofène à 25 mg associé au tramadol à 75 mg a procuré un bon niveau de soulagement de la douleur avec une longue durée d'action à plus de personnes que le placebo ou la même dose de dexkétoprofène ou de tramadol seuls. L'ampleur de l'effet était similaire à celle d'autres bons analgésiques. Les taux d'effets indésirables étaient faibles.

Une certaine incertitude persiste quant à la précision de l'estimation ponctuelle de l'efficacité, mais le NST (nombre de sujets à traiter) de 3 est conforme à d'autres analgésiques considérés comme efficaces et couramment utilisés.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

En cas de douleur aiguë, la combinaison de deux analgésiques différents à des doses fixes dans un comprimé unique peut permettre de soulager plus efficacement la douleur que l'un ou l'autre des deux médicaments en monothérapie. Cela semble être vrai surtout pour un large éventail de combinaisons médicamenteuses différentes, en cas de douleur postopératoire et de migraine. Une nouvelle combinaison de dexkétoprofène (un anti-inflammatoire non stéroïdien) et de tramadol (un opioïde) a été testée pour les cas de douleur postopératoire aiguë. Son utilisation n'est pas encore autorisée. Cette revue fait partie d'une série sur les analgésiques oraux pour la douleur postopératoire aiguë. Les revues individuelles ont été rassemblées en deux aperçus afin de fournir des informations sur l'efficacité et la nocivité relatives des différentes interventions.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité analgésique et les effets indésirables d'une prise unique par voie orale de dexkétoprofène associé au tramadol par rapport au placebo dans le traitement de la douleur postopératoire modérée à intense chez l’adulte en appliquant des méthodes qui permettent la comparaison avec d'autres analgésiques évalués dans des essais standardisés utilisant des méthodes et des critères de jugement presque identiques. Un objectif secondaire était de comparer la combinaison avec les mêmes analgésiques seuls.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) via CRSO, sur les bases de données MEDLINE (via Ovid) et Embase (via Ovid); depuis leur création et jusqu'au 31 mai 2016. Nous avons également recherché dans les bibliographies des études et des revues récupérées, et dans deux registres d'essais cliniques en ligne.

Critères de sélection: 

Essais randomisés, en double aveugle, du dexkétoprofène associé au tramadol administré en une seule prise par voie orale, pour le soulagement de la douleur postopératoire aiguë chez l'adulte, et comparé au placebo.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont sélectionné les essais à inclure, ont évalué leur qualité et les biais éventuels, et ont extrait les données de façon indépendante. Pour les résultats dichotomiques, nous avons calculé le risque relatif (RR) et le nombre de sujets à traiter pour un résultat bénéfique supplémentaire (NST) pour le dexkétoprofène associé au tramadol par rapport à un placebo, avec un intervalle de confiance (IC) à 95 %. Nous avons recueilli des informations sur le nombre de participants ayant obtenu au moins 50 % du soulagement maximal possible de la douleur en six heures, le temps médian jusqu’à l'utilisation des médicaments de secours et la proportion de participants ayant besoin de médicaments de secours. Nous avons recueilli des informations sur les effets indésirables et sur les arrêts prématurés de traitement. Nous avons évalué la qualité des données probantes à l'aide de GRADE et créé un tableau récapitulatif des résultats.

Nous avons également recueilli des informations sur le nombre de participants ayant obtenu au moins 50 % du soulagement maximal possible de la douleur en six heures pour le dexkétoprofène seul et le tramadol seul.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus trois études portant sur 1 853 participants qui avaient subi une extraction chirurgicale de dents de sagesse incluses, un remplacement de la hanche ou une hystérectomie. Le risque global de biais dans les trois études incluses était faible, le risque de biais étant imprécis par rapport à la taille des trois études. Deux études ne rapportaient pas tous nos critères de jugement préétablis, ce qui a limité les analyses que nous avons pu faire.

La proportion de participants ayant obtenu un soulagement de la douleur d'au moins 50 % en six heures avec le dexkétoprofène à 25 mg associé au tramadol à 75 mg était de 66 %, contre 32 % avec le placebo, ce qui donne un NST de 3,0 (IC à 95 % de 2,5 à 3,7) (RR de 2,1 (IC à 95 % de 1,7 à 2,4) ; 748 participants ; trois études) (données de qualité moyenne). Le taux de réponse avec le dexkétoprofène à 25 mg seul était de 53 % (RR de 1,3 (IC à 95 % de 1,1 à 1,4) ; 744 participants ; trois études), et avec le tramadol seul de 45 % (RR de 1,5 (IC à 95 % de 1,3 à 1,7) ; 741 participants ; trois études) (preuves de qualité moyenne). Nous avons déclassé les données probantes en raison d'une certaine incohérence dans les résultats.

La durée médiane jusqu’à l'utilisation des médicaments de secours n'a pas pu être estimée avec exactitude, mais était probablement de huit heures ou plus, ce qui indique une longue durée d'effet (preuves de qualité moyenne). Nous avons déclassé les données probantes parce qu'il n'était pas possible d'estimer avec précision l'effet dans les deux études à doses multiples, ce qui a entraîné une imprécision. Moins de participants ont utilisé des médicaments de secours avec des doses plus élevées de traitement actif (effet global non calculé ; 123 participants ; une étude) (preuves de très faible qualité). Nous avons déclassé les données probantes parce que les données provenaient d'une seule étude avec peu de participants et d'événements.

Les effets indésirables et les effets indésirables graves n'ont pas été signalés de manière systématique pour la phase des études portant sur la prise unique. Dans l'étude sur la prise unique, 11 % des participants ont subi des effets indésirables avec le dexkétoprofène à 25 mg associé au tramadol à 75 mg, qui étaient pour la plupart des nausées, des vomissements ou des étourdissements légers à modérés, et typiques de ces médicaments. Les taux étaient plus faibles avec le placebo et les doses plus faibles (preuves de très faible qualité). Nous avons déclassé les données probantes parce que les données provenaient d'une seule étude avec peu de participants et d'événements. Les informations sur les prises multiples sur trois et sur cinq jours ont permis d'étayer un faible taux d'événements avec la combinaison. Dans l'ensemble, les taux étaient généralement faibles dans tous les bras de traitement, tout comme pour les retraits pour cause d'effets indésirables ou pour d'autres raisons.

Notes de traduction: 

Post-édition : Marina Viyra - Révision : Noémie David (M2 ILTS, Université de Paris)

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.