Interventions d'entraînement cognitif pour la démence et les troubles cognitifs légers dans la maladie de Parkinson

Problématique de la revue

Nous voulions savoir si les interventions d'entraînement cognitif sont efficaces pour améliorer la cognition (la réflexion) chez les personnes atteintes de démence ou d'une légère déficience cognitive dans la maladie de Parkinson .

Contexte

Environ 60 à 80 % des personnes atteintes de la maladie de Parkinson (MP) développent un certain degré de déficience cognitive, ce qui signifie qu'elles peuvent éprouver des difficultés de réflexion et de raisonnement, de mémoire, de langage ou de perception. Si ces difficultés sont suffisamment graves pour affecter la capacité de la personne à mener ses activités quotidiennes, alors la personne est dite atteinte de démence de la maladie de Parkinson (DMP). Si une personne souffre de problèmes cognitifs mais que ses activités quotidiennes ne sont pas affectées de manière significative, on dit qu'elle souffre d'une légère déficience cognitive dans la maladie de Parkinson (MCI-MP). L'entraînement cognitif consiste à s'exercer sur des compétences cognitives telles que la mémoire, l'attention et le langage par le biais de tâches spécifiques. Il pourrait aider les personnes souffrant d'un DMP ou d'une MCI-MP à maintenir de meilleures compétences cognitives.

Ce que nous avons fait

Cette revue a examiné si l’entrainement cognitif est efficace pour améliorer des critères de jugement tels que les compétences cognitives globales ("cognition globale"), la mémoire, l'attention ou la capacité à mener des activités quotidiennes chez les personnes atteintes de la maladie de Parkinson avec soit une démence soit une MCI. Nous avons recherché dans la littérature médicale des études comparant les personnes bénéficiant d'une intervention d'entraînement cognitif à celles qui n'en bénéficient pas (un "groupe témoin"). Nous n'avons inclus que les études dans lesquelles la décision de savoir si une personne a reçu ou non l'intervention d'entraînement cognitif a été prise au hasard ; ces études sont appelées essais cliniques contrôlés randomisés et sont considérées comme la méthode la plus équitable pour vérifier si un traitement est efficace ou non. Nous n'avons pas examiné d'autres types d'études.

Ce que nous avons trouvé

Nous avons trouvé sept études qui ont affecté au hasard un total de 225 participants à un entraînement cognitif ou à un groupe de contrôle. Le traitement a duré de quatre à huit semaines. Toutes les interventions d'entraînement cognitif ont été effectuées par ordinateur. Les groupes de contrôle n'ont bénéficié d'aucune intervention ou d'une intervention de contrôle telle que des exercices linguistiques ou moteurs ou la participation à des activités récréatives. Nous n'avons trouvé aucune différence entre les personnes qui ont reçu un entraînement cognitif et les personnes des groupes témoins en matière de cognition globale peu après la fin du traitement. Il n'y a pas de données convaincantes d'un bénéfice dans les compétences cognitives spécifiques et aucun bénéfice n'a été démontré dans les activités de la vie quotidienne ou la qualité de vie. Toutefois, ces résultats ont été basés sur un petit nombre de participants dans un petit nombre d'études. La qualité globale des données était faible, ce qui signifie que les résultats de recherches supplémentaires pourraient différer des résultats de cette revue.

Conclusion

Nous n'avons pas trouvé de données solides que l'entraînement cognitif est utile pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson avec démence ou MCI. Les études incluses étaient de petite taille et présentaient des défauts qui ont pu affecter les résultats. La qualité des résultats était faible, et d'autres études sont nécessaires avant que nous puissions être sûrs que l'entraînement cognitif soit efficace ou non pour ce groupe de personnes.

Conclusions des auteurs: 

Cette revue n'a pas trouvé de données probantes que les personnes atteintes de MCI-MP ou de DMP qui reçoivent un entraînement cognitif pendant quatre à huit semaines connaissent des améliorations cognitives importantes à la fin de l'entraînement. Toutefois, cette conclusion a été basée sur un petit nombre d'études avec peu de participants, des limites quant à la conception et à l'exécution des études et des résultats imprécis. Il est nécessaire d'effectuer des études plus robustes et plus puissantes sur l'entraînement cognitif avant de pouvoir tirer des conclusions sur l'efficacité de l'entraînement cognitif pour les personnes souffrant de DMP et de MCI-MP. Les études devraient utiliser des critères formels pour diagnostiquer les troubles cognitifs, et il est particulièrement nécessaire de mener davantage d'études pour tester l'efficacité de l'entraînement cognitif chez les personnes atteintes de DMP.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Environ 60 à 80 % des personnes atteintes de la maladie de Parkinson (MP) souffrent d'une déficience cognitive qui a des répercussions sur leur qualité de vie. Le déclin cognitif est une caractéristique essentielle de la maladie et peut souvent se manifester avant l'apparition des symptômes moteurs. L'entraînement cognitif pourrait être une intervention non pharmacologique utile qui pourrait contribuer à maintenir ou à améliorer la cognition et la qualité de vie des personnes atteintes de démence de la MP (DMP) ou de troubles cognitifs légers liés à la MP (MCI-MP).

Objectifs: 

Déterminer si l'entraînement cognitif (ciblant un seul ou plusieurs domaines) améliore la cognition chez les personnes atteintes de DMP et de MCI-MP ou d'autres formes clairement définies de déficience cognitive chez les personnes atteintes de MP.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la démence et les améliorations de la fonction cognitive (8 août 2019), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, Embase, CINAHL et PsycINFO. Nous avons consulté les listes des référence et des registres d’essais, les revues pertinentes dans le domaine et les comptes rendus de conférences. Nous avons également contacté des experts pour obtenir des éclaircissements sur les données et les essais en cours.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés dans lesquels les participants souffraient de DMP ou de MCI-MP, et où l'intervention était destinée à l'exercice de domaines généraux ou spécifiques de la fonction cognitive, ciblant soit un seul domaine, soit des domaines multiples de la cognition, et était comparée à une situation témoin. Les interventions à plusieurs composantes qui comprennent également des éléments moteurs ou autres ont été considérées comme éligibles.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment passé au crible les titres, les résumés et les articles en texte intégral à inclure dans la revue. Deux auteurs de la revue ont également indépendamment extrait les données et évalué la qualité méthodologique. Nous avons utilisé les méthodes GRADE pour évaluer la qualité globale des données probantes.

Résultats principaux: 

Sept études portant sur un total de 225 participants remplissaient les critères d'inclusion dans la revue. Les sept études ont comparé les effets d'une intervention d'entraînement cognitif à une intervention de contrôle à la fin de périodes de traitement de quatre à huit semaines. Six études ont porté sur des personnes atteintes de la maladie de Parkinson vivant au sein de la collectivité. Ces six études ont recruté des personnes souffrant d'une légère déficience cognitive à domaine unique (fonctions exécutives) ou à domaines multiples, dans le cadre de la MP. Quatre de ces études ont identifié des participants souffrant de MCI en utilisant des critères de diagnostic établis, et deux d'entre elles ont inclus à la fois des personnes souffrant de MCI-MP et des personnes souffrant de MP qui n'étaient pas atteintes de troubles cognitifs. Une étude a recruté des personnes ayant un diagnostic de démence de la MP et vivant dans des établissements de soins de longue durée. Dans trois études, l'intervention d'entraînement cognitif visait un seul domaine cognitif, tandis que dans quatre études, plusieurs domaines de la fonction cognitive étaient visés. Les groupes de comparaison n'ont bénéficié d'aucune intervention ou ont participé à des activités récréatives (sport, musique, arts), à des exercices de parole ou de langage, à une thérapie motrice informatisée ou à une rééducation motrice combinée à une activité récréative.

Nous n'avons pas trouvé de données probantes claires que l'entraînement cognitif améliorait la cognition globale. Bien que l'entraînement cognitif ait été associé à des scores plus élevés sur la cognition globale à la fin du traitement, le résultat était imprécis et non statistiquement significatif (6 essais, 178 participants, différence moyenne standardisée (DMS) 0,28, intervalle de confiance (IC) à 95 % -0,03 à 0,59 ; données probantes de faible qualité). Il n'y avait pas de donnée probante d'une différence à la fin du traitement entre l'entraînement cognitif et les interventions de contrôle sur la fonction exécutive (5 essais, 112 participants ; DMS 0,10, IC à 95% -0,28 à 0,48 ; données probantes de faible qualité) ou le traitement visuel (3 essais, 64 participants ; DMS 0,30, IC à 95% -0,21 à 0,81 ; données probantes de faible qualité). Les données probantes étaient en faveur du groupe d'entraînement cognitif pour l'attention (5 essais, 160 participants ; DMS 0,36, IC à 95% 0,03 à 0,68 ; données probantes de faible qualité) et la mémoire verbale (5 essais, 160 participants ; DMS 0,37, IC à 95% 0,04 à 0,69 ; données probantes de faible qualité), mais ces effets étaient moins certains dans les analyses de sensibilité qui excluaient une étude dans laquelle seule une minorité de l'échantillon était atteinte de troubles cognitifs. Il n'y avait pas de données probantes des différences entre le groupe avec traitement et le groupe témoin dans les activités de la vie quotidienne (3 essais, 67 participants ; DMS 0,03, IC à 95% -0,47 à 0,53 ; données probantes de faible qualité) ou la qualité de vie (5 essais, 147 participants ; DMS -0,01, IC à 95% -0,35 à 0,33 ; données probantes de faible qualité). Il y avait très peu d'informations sur les effets indésirables. Nous avons considéré que la qualité des données probantes pour tous les critères de jugement était faible en raison du risque de biais dans les études incluses et de l'imprécision des résultats.

Nous avons identifié six essais en cours recrutant des participants atteints de MCI-MP, mais aucun essai en cours d'entraînement cognitif pour les personnes atteintes de DMP.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Constance Dubois et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.