Interventions éducatives pour l'insuffisance cardiaque, à l'aide de smartphones, de tablettes et de programmes et applications basés sur internet (santé mobile)

Problématique de la revue

Quels sont les données probantes issues des essais contrôlés randomisés concernant les interventions éducatives administrées à l’aide de la santé mobile en matière de connaissances, d'autosoins et d'auto-efficacité pour les personnes atteintes d'insuffisance cardiaque (IC), par rapport aux méthodes traditionnelles d'éducation des patients ?

Contexte

L'éducation est vitale pour l'autogestion de la santé (activités entreprises dans le but d'améliorer la santé, de prévenir les maladies, de limiter les maladies et de rétablir la santé) dans l’IC. Traditionnellement, l'éducation est dispensée aux personnes atteintes d'insuffisance cardiaque en face à face, à l'aide de documents papier ou de présentations vidéo/DVD. À une époque où la technologie évolue rapidement et où les smartphones et les tablettes électroniques sont de plus en plus utilisés, la santé mobile est une nouvelle façon de dispenser une éducation sanitaire, avec l'avantage de pouvoir atteindre les personnes ne pouvant ou ne voulant pas accéder aux programmes et services d'éducation traditionnels d’IC.

Date des recherches

Nous avons trouvé des études par des recherches effectuées en octobre 2019.

Caractéristiques des études

Nous incluons dans cette étude cinq essais contrôlés randomisés (971 participants) d'interventions éducatives administrées à l’aide de la santé mobile pour les personnes atteintes d’IC. L'âge moyen des participants variait de 60 à 75 ans et 63 % des participants étaient des hommes. Les études provenaient d'Australie, de Chine, d'Iran, de Suède et des Pays-Bas.

Résultats principaux

Cinq études ont porté sur les connaissances en matière d’IC ; nous avons constaté que l'utilisation d’interventions éducatives à l’aide de la santé mobile ne montrait pas de données probantes indiquant une différence dans les connaissances en matière d’IC par rapport aux soins habituels. Une étude évaluant l'auto-efficacité a fait état d'une incertitude dans les données probantes des interventions éducatives administrées à l’aide de la santé mobile par rapport aux soins habituels. Trois études ont évalué l'autogestion des soins d’IC au moyen de différentes échelles. Nous n'avons pas combiné les études, en raison des différences entre les mesures des critères de jugement, et les données probantes sont incertaines. Les études n'ont fait état d'aucun effet secondaire des interventions. Quatre études ont examiné la qualité de vie liée à la santé et ont montré l'incertitude des données probantes entre les interventions éducatives administrées à l’aide de la santé mobile et les soins habituels. Trois études ont fait état des taux d'hospitalisation liés à l'IC. L'utilisation des interventions éducatives administrées à l’aide de la santé mobile pourrait n'entraîner que peu ou pas de différence dans les hospitalisations liées à l’IC.

Qualité des données probantes

Nous avons estimé que la qualité des données probantes était très faible à faible, en raison des limites dans la conception et l'exécution de l'étude et du fait que moins de 500 personnes participaient à l'analyse.

Conclusion

Il n'existe pas de données probantes indiquant une différence dans l'utilisation des interventions éducatives administrées à l’aide de la santé mobile pour les personnes atteintes d’insuffisance cardiaque (IC) concernant les connaissances sur l’IC. Les données probantes de l'auto-efficacité, de l'autosoin et de la qualité de vie liée à la santé sont incertaines. Il pourrait n’y avoir que peu ou pas de différence concernant les hospitalisations liées à l'IC, par rapport aux soins habituels. Par «soins habituels», on entend ici l'inscription à un programme de prise en charge de l'insuffisance cardiaque (en clinique ou à domicile). Il s'agit d'un domaine de la recherche sur l’IC dont d'autres données probantes émergeront à court et à long terme.

Conclusions des auteurs: 

Nous avons constaté que l'utilisation d'interventions éducatives administrées à l’aide de la santé mobile pour les personnes atteintes d' insuffisance cardiaque (IC) ne montre pas de données probantes indiquant un différence dans les connaissances sur l'IC ; une incertitude dans les données probantes d'auto-efficacité, d'autosoins et de qualité de vie liée à la santé ; et pourrait n’entraîner que peu ou pas de différence dans les hospitalisations liées à l'IC. L'identification d’études en cours et d’études en attente de classification indique qu'il s'agit d'un domaine de recherche dont les données seront plus nombreuses à court et à long terme.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'insuffisance cardiaque (IC) est une maladie chronique ayant un impact important sur la qualité de vie et présentant de nombreux défis pour les personnes diagnostiquées, en raison d'un régime quotidien apparemment complexe d'autosoins comprenant la prise de médicaments, la surveillance du poids et des symptômes, l'identification des signes de détérioration et le suivi et interaction avec de multiples services de santé. L'éducation est essentielle pour comprendre l'importance de ce régime et y adhérer. Traditionnellement, l'éducation est dispensée aux personnes atteintes d'insuffisance cardiaque en face à face, soit dans un cadre communautaire, soit dans un hôpital, à l'aide de documents papier ou de présentations vidéo/DVD. À une époque où la technologie évolue rapidement et où les smartphones et les tablettes électroniques sont de plus en plus utilisés, la santé mobile (définie par l'Organisation mondiale de la santé comme les technologies mobiles et sans fil permettant d'atteindre des objectifs de santé) est un moyen innovant de dispenser une éducation à la santé présentant l'avantage de pouvoir atteindre des personnes ne pouvant ou ne voulant pas accéder aux programmes et services traditionnels d'éducation à l'insuffisance cardiaque.

Objectifs: 

Examiner et quantifier de façon systématique les bénéfices et les risques potentiels de l'éducation administrées à l’aide de la santé mobile dispensée aux personnes souffrant d'insuffisance cardiaque.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche approfondie dans les bases de données bibliographiques et les registres (CENTRAL, MEDLINE, Embase, CINAHL, PsycINFO, IEEE Xplore, ClinicalTrials.gov et le Système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP), en utilisant des termes pour identifier l’IC, l’éducation et la santé mobile. Nous avons effectué des recherches dans toutes les bases de données depuis leur création jusqu'en octobre 2019 et n'avons imposé aucune restriction quant à la langue de publication.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les études si elles étaient menées sous la forme d'essai contrôlé randomisé (ECR), impliquant des adultes (≥ 18 ans) avec un diagnostic d’IC. Nous avons inclus des essais comparant l'éducation administrées à l’aide de la santé mobile, comme les programmes d'éducation sur Internet et sur le Web à utiliser sur les smartphones et les tablettes (y compris les applications) et autres appareils mobiles, les messages SMS et les programmes d'éducation dispensés par les réseaux sociaux, par rapport aux soins d’IC habituels.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment sélectionné les études, évalué les risques de biais et extrait les données de toutes les études incluses. Nous avons calculé la différence moyenne (DM) ou la différence moyenne standardisée (DMS) pour les données continues et le rapport de cotes (OR) pour les données dichotomiques avec un intervalle de confiance (IC) à 95%. Nous avons évalué l'hétérogénéité en utilisant la statistique I2 et évalué la qualité des données probantes en utilisant les critères GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus dans cette revue cinq ECR (971 participants) d'interventions éducatives administrées à l’aide de la santé mobile pour les personnes atteintes d’IC. Le nombre de participants aux essais variait de 28 à 512. L'âge moyen des participants variait de 60 à 75 ans, et 63 % des participants à l'ensemble des études étaient des hommes. Les études provenaient d'Australie, de Chine, d'Iran, de Suède et des Pays-Bas. La plupart des études ont inclus des participants présentant une IC symptomatique, NYHA classe II - III.

Trois études ont porté sur les connaissances en matière d’IC, révélant que l'utilisation d’interventions éducatives administrées à l’aide de la santé mobile n'a montré aucune différence dans les connaissances en matière d’IC par rapport aux soins habituels (DM 0,10, IC à 95 % -0,2 à 0,40, P = 0,51, I2 = 0 % ; 3 études, 411 participants ; données probantes de faible qualité). Une étude évaluant l'auto-efficacité a indiqué que les deux groupes d'étude avaient des niveaux élevés d'auto-efficacité au départ et une incertitude dans les données probantes de l'intervention (DM 0,60, IC à 95 % -0,57 à 1,77 ; P = 0,31 ; 1 étude, 29 participants ; données probantes de très faible qualité). Trois études ont évalué l'auto-efficacité dans l’IC en utilisant différentes échelles. Nous n'avons pas regroupé les études en raison de la nature hétérogène des mesures des critères de jugement, et les données probantes sont incertaines. Aucune des études n'a fait état d'effets indésirables. Quatre études ont examiné la qualité de vie liée à la santé (QVLS). Les données probantes de l'utilisation des interventions éducatives administrées à l’aide de la santé mobile sur la QVLS étaient incertaines (DM -0,10, IC à 95 % -2,35 à 2,15 ; P = 0,93, I2 = 61 % ; 4 études, 942 participants ; données probantes de très faible qualité). Trois études ont fait état des hospitalisations liées à l'IC. L'utilisation des interventions éducatives administrées à l’aide de la santé mobile pourrait n’entraîner que peu ou pas de différence dans les hospitalisations liées à l’IC (OR 0,74, IC à 95% 0,52 à 1,06 ; P = 0,10, I2 = 0% ; 3 études, 894 participants ; données probantes de faible qualité). Nous avons déclassé la qualité des études en raison des limites de conception et d'exécution des études, de l'hétérogénéité, des larges intervalles de confiance et du fait que moins de 500 personnes participaient à l'analyse.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Carole Lescure et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.