Effets indésirables chez les personnes prenant des antibiotiques macrolides

Problématique de la revue

Nous voulions savoir si les personnes traitées avec un antibiotique macrolide avaient eu plus d'effets indésirables que celles traitées avec un placebo.

Contexte

Les antibiotiques macrolides sont un groupe d'antibiotiques couramment utilisés pour traiter les infections aiguës et chroniques. Les quatre macrolides les plus fréquemment utilisés sont : azithromycine, clarithromycine, érythromycine et roxithromycine. Les personnes qui prennent des antibiotiques macrolides sont à risque d'avoir des effets indésirables tels que nausées, diarrhées ou éruptions cutanées.

Date de la recherche

Nous avons fait des recherches dans la littérature jusqu'en mai 2018.

Caractéristiques de l'étude

Nous avons inclus 183 études incluant un total de 252 886 participants. La plupart des études ont été menées en milieu hospitalier. L'azithromycine et l'érythromycine ont été plus souvent étudiées que la clarithromycine et la roxithromycine. La plupart des études (89 %) ont signalé certains effets indésirables ou ont du moins indiqué n’avoir observé aucun effet indésirable.

Sources de financement des études

Les compagnies pharmaceutiques ont fourni les médicaments à l'essai, du financement, ou les deux, dans 91 études. Les sources de financement n'étaient pas clairement définies dans 59 études.

Résultats principaux

Les personnes traitées avec un antibiotique macrolide ont eu des effets indésirables gastro-intestinaux tels que nausées, vomissements, douleurs abdominales et diarrhées plus souvent que celles traitées avec un placebo.

Les troubles du goût ont été signalés plus souvent par les personnes prenant des macrolides que par celles prenant un placebo. Toutefois, comme très peu d'études ont fait état de ces effets indésirables, ces résultats doivent être interprétés avec prudence.

La perte auditive a été signalée plus souvent par les personnes prenant des antibiotiques macrolides, mais seulement quatre études ont rapporté ce critère de jugement.

Les macrolides ont causé moins de toux et moins d'infections des voies respiratoires que le placebo.

Nous n'avons trouvé aucune preuve que les macrolides causaient plus de troubles cardiaques, de troubles hépatiques, d'infections sanguines, d'infections de la peau et des tissus mous, de changements dans les enzymes hépatiques, de perte d'appétit, d'étourdissements, de maux de tête, de symptômes respiratoires, de démangeaisons ou d'éruptions que le placebo.

Nous n'avons pas trouvé plus de décès chez les personnes traitées avec des macrolides que chez celles traitées avec un placebo.

Très peu d'information était disponible pour évaluer si les personnes traitées avec un antibiotique macrolide étaient plus à risque de développer des bactéries résistantes que celles traitées avec un placebo. Cependant, les bactéries qui n'ont pas répondu aux antibiotiques macrolides étaient plus souvent identifiées immédiatement après le traitement chez les personnes prenant un macrolide que chez celles prenant un placebo, mais les différences de résistance par la suite n'étaient pas constantes.

Qualité des données probantes

La qualité des données probantes variait de très faible (troubles cardiaques, modification des enzymes hépatiques, troubles hépatiques) à faible (douleur abdominale, décès, diarrhée, étourdissements, perte auditive, infections de la peau et des tissus mous, troubles du goût, respiration sifflante) et modérée (perte d'appétit, infection sanguine, toux, fièvre, mal de tête, démangeaisons, nausées, rougeurs, symptômes respiratoires, infections des voies respiratoires et vomissements).

Conclusions des auteurs: 

Les macrolides en tant que groupe ont nettement augmenté les taux d'effets indésirables gastro-intestinaux. La plupart des essais ont fait au moins une déclaration concernant les effets indésirables, telle que "aucun effet indésirable n'a été observé". Toutefois, peu d'essais cliniques ont clairement indiqué les effets indésirables comme critères de jugement, ont fait état des méthodes utilisées pour relever les effets indésirables ou ont même détaillé le nombre de personnes qui ont présenté des effets indésirables dans le groupe d'intervention et le groupe placebo. Ceci était particulièrement vrai pour ce qui concerne la résistance bactérienne.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les antibiotiques macrolides (macrolides) sont parmi les antibiotiques les plus couramment prescrits dans le monde et sont utilisés pour une large gamme d'infections. Cependant, les macrolides exposent également au risque d'effets indésirables. La compréhension actuelle des effets indésirables découle principalement des études observationnelles, qui sont sujettes à des biais parce qu'il est difficile de distinguer les effets causés par les antibiotiques des effets causés par les maladies traitées. Étant donné que les effets indésirables sont propres à un traitement plutôt qu'à une maladie, il est possible d'augmenter le nombre d'effets indésirables disponibles aux fins d'analyse en combinant des essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur le même traitement pour différentes maladies.

Objectifs: 

Mesurer l'incidence des effets indésirables rapportés chez les personnes prenant des antibiotiques macrolides versus placebo, toute indication confondue

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le Registre central des essais contrôlés de Cochrane (CENTRAL), qui comprend le Registre spécialisé du Groupe des infections respiratoires aiguës de Cochrane (2018, numéro 4) ; MEDLINE (Ovid, de 1946 au 8 mai 2018) ; Embase (de 2010 au 8 mai 2018) ; CINAHL (de 1981 au 8 mai 2018) ; LILACS (de 1982 au 8 mai 2018) et Web of Science (de 1955 au 8 mai 2018). Nous avons fait des recherches dans les registres d'essais cliniques pour trouver les essais en cours et terminés (9 mai 2018) et vérifié les références des études incluses et des revues Cochrane antérieures sur les macrolides.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des ECR qui comparaient un antibiotique macrolide à un placebo toute indication confondue. Nous avons inclus des essais utilisant l'un des quatre antibiotiques macrolides les plus couramment utilisés : azithromycine, clarithromycine, érythromycine ou roxithromycine. Les macrolides pouvaient être administrés par n'importe quelle voie. Les médicaments concomitants étaient autorisés à condition qu'ils soient également disponibles pour le groupe traité et le groupe témoin.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont extrait et recueilli les données de façon indépendante. Nous avons évalué le risque de biais de toutes les études incluses et la qualité des données probantes pour chaque critère de jugement d’intérêt. Nous avons analysé séparément les événements indésirables spécifiques, les décès et le portage ultérieur de bactéries résistantes aux macrolides. Le participant à l'étude était l'unité d'analyse pour chaque événement indésirable. Tout événement indésirable spécifique survenu dans 5 % ou plus d'un groupe a été rapporté. Nous avons entrepris une méta-analyse lorsque trois études ou plus ont signalé un événement indésirable précis.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 183 études incluant un total de 252 886 participants (de 40 à 190 238). Les indications des antibiotiques macrolides variaient considérablement, la plupart des études utilisant des macrolides pour le traitement ou la prévention des infections aiguës des voies respiratoires, des maladies cardiovasculaires, des maladies respiratoires chroniques, des troubles gastro-intestinaux ou des problèmes urogynécologiques. La plupart des essais ont été menés dans des établissements de soins secondaires. L'azithromycine et l'érythromycine ont été plus souvent étudiées que la clarithromycine et la roxithromycine.

La plupart des études (89 %) ont rapporté certains effets indésirables ou ont du moins notifié n’avoir observé aucun effet indésirable.

Les effets indésirables gastro-intestinaux étaient le type d'effet indésirable le plus souvent signalé. Comparativement au placebo, les macrolides ont causé plus de diarrhées (rapport des cotes (RC) de 1,70, intervalle de confiance à 95 % (IC) de 1,34 à 2,16 ; données de faible valeur probante) ; plus de douleurs abdominales (RC 1,66, IC à 95 % de 1,22 à 2,26 ; données de faible valeur probante) et plus de nausées (RC 1,61, IC à 95 % : 1,37 à 1,90 ; données de valeur probante moyenne). Les vomissements (RC 1,27 ; IC à 95 % : 1,04 à 1,56 ; données de valeur probante moyenne) et les troubles gastro-intestinaux non spécifiés ailleurs (RC 2,16 ; IC à 95 % : 1,56 à 3,00 ; données de valeur probante moyenne) ont également été plus souvent rapportées chez les participants prenant des macrolides que ceux prenant du placebo.

Le nombre de personnes supplémentaires (différence absolue de risques) qui ont subi des effets indésirables dus aux macrolides était le suivant : troubles gastro-intestinaux NOS 85/1000 ; diarrhée 72/1000 ; douleur abdominale 62/1000 ; nausées 47/1000 ; et vomissements 23/1000.

Le nombre de personnes à traiter pour un effet nocif supplémentaire (NNN) variait de 12 (IC, 95 % : 8 à 23) pour les troubles gastro-intestinaux NOS à 17 (9 à 47) pour les douleurs abdominales ; 19 (12 à 33) pour la diarrhée ; 19 (13 à 30) pour les nausées ; et 45 (22 à 295) pour les vomissements.

Il n'y avait pas de différence nette persistante pour les effets indésirables gastro-intestinaux entre les différents types de macrolides ou les différentes voies d'administration.

Les participants qui prenaient des antibiotiques macrolides ont signalé plus souvent des troubles du goût, bien qu'il y ait eu de larges intervalles de confiance et une hétérogénéité modérée (RC 4,95 ; IC à 95 % : 1,64 à 14,93 ; I² = 46 % ; données de faible valeur probante).

Comparativement aux participants sous placebo, ceux qui prenaient des macrolides ont présenté plus de perte auditive, mais seulement quatre études ont fait état de ce résultat (RC 1,30 ; IC à 95 % : 1,00 à 1,70 ; I² = 0 % ; données de faible valeur probante).

Nous n'avons trouvé aucune preuve que les macrolides aient causé plus de troubles cardiaques (RC 0,87, IC à 95 % : 0,54 à 1,40 ; données de très faible valeur probante), de troubles hépatobiliaires (RC 1,04, IC à 95 % : 0,27 à 4,09 ; données de très faible valeur probante) ou de modifications des enzymes hépatiques (RC 1,56, IC à 95 % : 0,73 à 3,37 ; données de très faible valeur probante) comparé au placebo.

Nous n'avons trouvé aucune preuve que la perte d'appétit, les étourdissements, les maux de tête, les symptômes respiratoires, les infections sanguines, les infections de la peau et des tissus mous, les démangeaisons ou les éruptions cutanées étaient plus souvent signalés par les participants traités par des macrolides que par ceux recevant le placebo.

Les macrolides ont causé moins de toux (RC 0,57 ; IC, 95 % : 0,40 à 0,80 ; données de valeur probante modérée) et moins d'infections des voies respiratoires (RC 0,70 ; IC, 95 % : 0,62 à 0,80 ; données de valeur probante modérée) que le placebo, sans doute car ce sont des caractéristiques des indications des antibiotiques plutôt que des événements indésirables. Les participants ayant pris des macrolides ont également fait état de moins de fièvre (RC de 0,73, 95 % de 0,54 à 1,00 ; données de valeur probante modérée) que les participants ayant pris un placebo, bien que ces résultats ne soient pas significatifs.

Il n'y a pas eu d'augmentation de la mortalité chez les participants prenant des macrolides comparé au placebo (RC 0,96, 95 % de 0,87 à 1,06 ; I² = 11 % ; données de faible valeur probante).

Seulement 24 études (13 %) ont fourni des données utiles sur les bactéries résistantes aux macrolides. Les bactéries résistantes aux macrolides ont été plus souvent identifiées chez les participants immédiatement après l'exposition à l'antibiotique. Toutefois, les différences de résistance par la suite n'étaient pas constantes.

Les compagnies pharmaceutiques ont fourni les médicament à l'essai ou le financement, ou les deux, pour 91 essais.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.