L'échographie pour le diagnostic de cirrhose alcoolique chez les personnes atteintes d'une maladie alcoolique du foie

Contexte
La consommation excessive d'alcool entraîne une atteinte alcoolique du foie et peut conduire à d'autres maladies concomitantes. L'alcool peut détériorer le fonctionnement des organes du corps et peut être la cause de cancer. Les lésions hépatiques, en raison de la consommation excessive d'alcool, se présentent généralement sous la forme de stéatose hépatique (accumulation de graisses dans le foie), de stéatohépatite (inflammation du foie associée à une accumulation de graisses dans le foie), de fibrose (dégénérescence fibreuse), de cirrhose alcoolique (fibrose cicatricielle du foie) et de carcinome hépatocellulaire (forme la plus fréquente de cancer du foie). La cirrhose alcoolique est l'aboutissement de la progression d'une fibrose du foie.

L'abstinence d'alcool peut aider les personnes souffrant de maladie alcoolique à améliorer leur santé à n'importe quel stade de la maladie ; cependant, plus le stade est avancé, plus les risques de complications, de co-morbidité (présence d'autres maladies) et de mortalité (décès) sont élevés et moindre est l'effet de l'abstinence. L'abstinence d'alcool un mois après le diagnostic précoce d'une cirrhose améliore les chances d'une espérance de vie de sept ans par 1,6 fois. La greffe de foie (remplacement du foie malade) est la seule méthode radicale qui peut modifier le pronostic d'une personne souffrant d'une maladie alcoolique du foie ; toutefois, outre les difficultés de trouver un foie convenant pour la transplantation, il existe de nombreux autres facteurs qui peuvent avoir une influence sur la survie après la greffe.

L'échographie est une méthode peu coûteuse qui est utilisée depuis de nombreuses années dans la pratique clinique pour diagnostiquer la cirrhose alcoolique. Les critères échographiques pour évaluer une cirrhose chez les personnes atteintes d'une maladie alcoolique du foie englobent parmi d'autres, la taille du foie, le caractère du bord hépatique, l'état du parenchyme (partie du foie qui filtre le sang pour éliminer les toxines), la nodularité (non-uniformité) de la surface du foie, la taille des ganglions lymphatiques (glandes de petite taille qui filtrent la lymphe) autour de l'artère hépatique (qui alimente le foie en sang oxygéné), l'irrégularité et l'étroitesse de la veine cave inférieure (qui transporte le sang depuis le bas du corps vers le cœur), la vélocité de la veine porte et la taille de la rate.

Le diagnostic de cirrhose par échographie, en particulier chez les personnes ne présentant pas de symptômes, peut avoir des avantages dans le pronostic, la motivation, et le traitement de ces personnes pour réduire leur consommation d'alcool ou devenir abstinent.

Un diagnostic en temps opportun de cirrhose alcoolique chez les personnes souffrant d'une maladie alcoolique du foie est important pour l'évaluation du pronostic ou le choix des stratégies de traitement.

Objectif
Le principal objectif de cette revue était de déterminer la précision diagnostique de l'échographie pour la détection de la présence ou l'absence d'une cirrhose chez les personnes atteintes d'une maladie alcoolique du foie par comparaison à la biopsie du foie (où une petite aiguille est insérée dans le foie afin d'en prélever un échantillon, ensuite examiné en laboratoire) prise comme norme de référence (c'est-à-dire, le meilleur test disponible). L'objectif secondaire de la revue était de déterminer la précision diagnostique de différents examens échographiques, l'échographie bidimensionnelle en mode B (l'image affichée est composée de points lumineux représentant les échos des ultrasons) ou l'échographie Doppler couleur (l'image en couleur montre le flux sanguin dans le foie), utilisés seuls ou associés, ajoutés aux signes échographiques, ou une combinaison de ces données, pour la détection de la cirrhose hépatique chez les personnes souffrant d'une maladie alcoolique du foie par rapport à la biopsie du foie prise comme norme de référence.

Méthodes
Nous avons effectué des recherches dans la littérature médicale pour trouver des études pour la revue jusqu'au 8 janvier 2015.

Les résultats
Nous avons identifié deux études ; une de 1985, réalisée en France, et l'autre de 2013, réalisée en Corée du Sud. Nous n'avons pas pu analyser les données car les deux études avec un total de 205 participants étaient très différentes et n'avaient en commun que quelques signes et symptômes cliniques pour l'évaluation de la cirrhose. Nous avons considéré que les études étaient à risque élevé de biais (la qualité des données était faible).

Financement
L'une des deux études a été parrainée par une subvention du Ministère de la Santé et de la Protection Sociale de la République de Corée.

Conclusions
Les auteurs de la revue ne sont pas en mesure de recommander l'utilisation de l'échographie comme outil de diagnostic d'une cirrhose du foie chez les personnes atteintes d'une maladie alcoolique du foie car les données obtenues pour l'étude étaient insuffisantes pour l'analyse. Des études prospectives de l'échographie diagnostique, avec un grand nombre de personnes et des signes et caractéristiques similaires de l'imagerie par ultrasons, sont nécessaires pour établir la solidité de l'examen dans la détection d'une cirrhose chez les personnes atteintes d'une maladie alcoolique du foie.

Conclusions des auteurs: 

La précision de l'échographie dans les deux études incluses n'étant pas suffisamment renseignée, nous n'avons pas été en mesure de recommander l'utilisation de l'échographie comme outil de diagnostic d'une cirrhose du foie chez les personnes atteintes d'une maladie alcoolique du foie. Pour pouvoir être en mesure de répondre aux questions de la revue, nous avons besoin d'études prospectives concernant l'échographie diagnostique, de taille d'échantillon suffisante, impliquant uniquement des participants atteints d'une maladie alcoolique du foie.

La conception et la consignation des études devront suivre les Standards for Reporting of Diagnostic Accuracy. Les caractéristiques sonographiques, avec des valeurs-seuils validées, qui pourraient permettre d'identifier les signes cliniques utilisés pour le diagnostic de la fibrose dans la maladie alcoolique du foie, devraient être soigneusement sélectionnées pour atteindre une précision diagnostique maximale de l'échographie.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La consommation excessive d'alcool entraîne une maladie alcoolique du foie et est un facteur causal de nombreux types de lésions hépatiques et de maladies concomitantes. Il s'agit d'une véritable maladie systémique qui peut endommager le tube digestif, le système nerveux, le cœur et le système vasculaire, l'os et le système musculosquelettique et le système endocrinien et immunitaire et peut causer un cancer. Les lésions hépatiques peuvent se manifester par de multiples maladies alcooliques du foie, notamment une stéatose hépatique, une stéatohépatite, une fibrose, une cirrhose alcoolique, un carcinome hépatocellulaire avec présence ou absence d''infection par le virus de l'hépatite B ou C. Il existe trois types de fibrose cicatricielle le plus couramment observés dans la maladie alcoolique du foie : centrolobulaire, péricellulaire et périportale. La cirrhose alcoolique est l'aboutissement de la progression d'une fibrose du foie. Le carcinome hépatocellulaire survient chez 5 % à 15 % des personnes atteintes de cirrhose alcoolique, mais les personnes chez qui le carcinome hépatocellulaire s'est développé sont souvent co-infectées par le virus de l'hépatite B ou C.

L'abstinence d'alcool peut aider les personnes souffrant de maladie alcoolique à améliorer leur pronostic de survie à n'importe quel stade de leur maladie ; cependant, plus le stade est avancé, plus grand est le risque de complications, de co-morbidité et de mortalité et moindre l'effet de l'abstinence. L'abstinence un mois après le diagnostic précoce d'une cirrhose améliore les chances d'une espérance de vie de sept ans par 1,6 fois. La transplantation du foie est la seule méthode radicale qui peut modifier le pronostic d'une personne souffrant d'une maladie alcoolique du foie ; toutefois, outre les difficultés à trouver un organe convenant à la transplantation, il existe de nombreux autres facteurs qui peuvent avoir une influence sur la survie.

L'échographie est une méthode peu coûteuse qui est utilisée depuis de nombreuses années dans la pratique clinique pour diagnostiquer la cirrhose alcoolique. Les critères échographiques pour évaluer une cirrhose chez les personnes atteintes d'une maladie alcoolique du foie englobent parmi d'autres, la taille du foie, le caractère du bord hépatique, l'état du parenchyme, la nodularité de la surface du foie, la taille des ganglions lymphatiques autour de l'artère hépatique, l'irrégularité et l'étroitesse de la veine cave inférieure, la vélocité de la veine porte et la taille de la rate.

Le diagnostic de cirrhose par échographie, en particulier chez les personnes qui sont asymptomatiques, peut avoir des avantages dans le pronostic, la motivation, et le traitement de ces personnes pour réduire leur consommation d'alcool ou devenir abstinentes.

Un diagnostic en temps opportun de cirrhose alcoolique chez les personnes souffrant d'une maladie alcoolique du foie est la pierre angulaire de l'évaluation du pronostic ou du choix des stratégies de traitement.

Objectifs: 

Déterminer la précision du diagnostic de l'échographie pour la détection de la présence ou l'absence d'une cirrhose chez des personnes atteintes d'une maladie alcoolique du foie par rapport à la biopsie du foie prise comme norme de référence.

Déterminer la précision diagnostique de différents examens échographiques, l'échographie en mode B ou l'échographie Doppler couleur, utilisés seuls ou associés, ou ajoutés aux signes échographiques, ou une combinaison de ces données, pour la détection de la cirrhose hépatique chez les personnes souffrant d'une maladie alcoolique du foie par rapport à la biopsie du foie prise comme norme de référence, quelque soit le séquençage.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans les registres Cochrane Hepato-Biliary Group Controlled Trials, Cochrane Hepato-Biliary Group Diagnostic Test Accuracy Studies, dans la Cochrane Library (Wiley), MEDLINE (OvidSP), EMBASE (OvidSP) et le Science Citation Index Expanded jusqu'au 8 janvier 2015. Nous n'avons appliqué aucune restriction concernant la langue.

Nous avons passé au crible les références bibliographiques des études trouvées pour identifier d'autres études potentiellement pertinentes pour une inclusion dans la revue, et lu des publications de résumés et d'affiches.

Critères de sélection: 

Trois auteurs de la revue ont identifié les études candidates à l'inclusion dans la revue. Nous avons exclu les références qui ne répondaient pas aux critères d'inclusion du protocole de la revue. Nous avons envoyé des e-mails aux auteurs des études.

Les études incluses devaient évaluer l'échographie dans le diagnostic d'une cirrhose hépatique en utilisant uniquement la biopsie du foie comme norme de référence.

Le temps d'intervalle maximal des études ne devait pas avoir dépassé six mois entre l'examen par biopsie du foie et l'échographie. En outre, l'échographie pouvait avoir été réalisée avant ou après la biopsie du foie.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons suivi le Cochrane Handbook for Systematic Reviews of Diagnostic Test Accuracy..

Résultats principaux: 

La revue a inclus deux études qui ont fourni des données numériques concernant la cirrhose alcoolique chez 205 hommes et femmes atteints d'une maladie alcoolique du foie. Même si l'applicabilité ne soulevait pas d'inquiétude en termes de sélection des participants, d'examen étudié et d'examen de référence, nous avons jugé que les deux études étaient à risque élevé de biais. Les participants dans les deux études avaient eu une biopsie hépatique et une échographie. Les études ne partageaient que quelques signes et symptômes cliniques comparables (examens étudiés).

Nous avons décidé de ne pas réaliser de méta-analyse en raison du risque élevé de biais et du degré élevé d'hétérogénéité des études incluses.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Daniel Pinchenzon et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.