Consommer des fruits à coque pour prévenir les maladies cardiovasculaires

Problématique de la revue

Cette revue Cochrane a pour objectif d’évaluer si la consommation de fruits à coque peut jouer un rôle dans la prévention les maladies cardiovasculaires.

Contexte

Les maladies cardiovasculaires sont un groupe de maladies qui affectent le cœur et les vaisseaux sanguins. Elles sont une cause majeure de décès dans le monde entier. Notre alimentation peut influencer le risque de développer une maladie cardiovasculaire. Les fruits à coques, s’ils sont consommés régulièrement et à des doses relativement élevées (50 g à 100 g), peuvent théoriquement réduire le cholestérol total et le cholestérol des lipoprotéines de basse densité (LDL) (''mauvais cholestérol'').

Caractéristiques de l'étude

Cette revue comprend des essais contrôlés randomisés d’une durée minimale de 12 semaines. La plupart des participants avaient entre 37 et 54 ans. Les données ont été collectées jusqu'au 30 juillet 2015.

Principaux résultats

Nous avons inclus cinq essais (435 participants), dont l'un comportait deux groupes de traitement. Les cinq essais ont porté sur les effets de la consommation de fruits à coque. Aucune étude n'a été conduite sur l'effet des conseils diététiques ayant pour but d’augmenter la consommation de fruits à coque. Aucune des études n'a examiné les effets sur les événements cardiovasculaires ou les décès. Aucun des résultats ne montre un effet manifeste des fruits à coque sur le taux de cholestérol total et la tension artérielle. Une étude a signalé un cas de réaction allergique. Trois études n'ont fait état d'aucun gain de poids significatif avec l'augmentation de la consommation de fruits à coque. Aucun autre événement indésirable n'a été signalé.

Qualité des données

Tous les essais inclus sont de petite taille, comptant de 60 à 100 participants, et présentent un niveau élevé de variation (hétérogénéité). Les résultats doivent donc être interprétés avec prudence. Dans l'ensemble, nous avons considéré que les essais inclus présentaient un risque de biais mal défini.

Conclusions des auteurs: 

À l'heure actuelle, nous manquons de données concernant les effets de la consommation de fruits à coque sur les événements cardiovasculaires dans la prévention primaire des MCV et disposons de très peu de données concernant leurs effets sur les facteurs de risque de MCV. Aucune conclusion ne peut être tirée et des essais de meilleure qualité, de plus longue durée, et incluant plus de participants, sont nécessaires pour répondre à la question posée dans cette revue.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les fruits à coque contiennent un certain nombre d'attributs nutritionnels qui peuvent s’avérer être cardioprotecteurs. Un certain nombre d'études épidémiologiques ont montré que la consommation de fruits à coque pouvait avoir un effet bénéfique chez les personnes présentant des facteurs de risque de maladies cardiovasculaires (MCV). Toutefois, les résultats des essais contrôlés randomisés (ECR) sont moins cohérents.

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité de la consommation des fruits à coque dans la prévention primaire des MCV.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données électroniques suivantes : le Registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE, Web of Science Core Collection, CINAHL, Database of Abstracts of Reviews of Effects (DARE), Health Technology Assessment Database (HTA) et Health Economics Evaluations Database (HEED) jusqu'au 30 juillet 2015. Nous avons aussi fait des recherches dans les registres d'essais et les références de revues pertinentes. Aucune restriction de langue n’a été imposée.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des ECR sur les conseils diététiques ou la provision de fruits à coques pendant au moins trois mois dans le but d’augmenter leur consommation chez des adultes en bonne santé ou des adultes à risque modéré ou élevé de MCV. Le groupe témoin n'a fait l'objet d'aucune intervention ou d'une intervention minimale. Nous nous sommes intéressés aux résultats portant sur les événements cliniques et les facteurs de risque de MCV.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment sélectionné les essais à inclure, ont résumé les données, et ont évalué les risques de biais des essais inclus.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus cinq essais (435 participants randomisés) et un essai en cours. Une étude est en attente de classification. Tous les essais ont porté sur la distribution de fruits à coque visant à augmenter leur consommation plutôt que sur les conseils diététiques. Aucun des essais inclus n'a examiné les manifestations cliniques de MCV (critères de jugement principaux), mais les essais étaient de petite envergure et de courte durée. Par contre, les cinq essais ont examiné l’effet des fruits à coque sur les facteurs de risque de MCV. Quatre essais ont fourni des données dans un format utilisable pour les méta-analyses, mais l'hétérogénéité entre les essais n’a pas permis de conduire de méta-analyses pour la plupart des données. Dans l'ensemble, les essais ont été jugés comme présentant un risque peu clair de biais.

Les effets de la consommation de fruits à coque sur les facteurs de risque de MCV (taux de lipides et tension artérielle) étaient variables et peu uniformes. Trois essais ont surveillé l’apparition d’évènements indésirables. Un essai a fait état d'une réaction allergique et trois essais n'ont rapporté aucun gain de poids significatif avec une consommation accrue de fruits à coque. Aucun des essais inclus n'a rapporté d’autres critères de jugement tels que la survenue du diabète de type 2 comme facteur de risque majeur de MCV, la qualité de vie liée à la santé, et les dépenses de santé.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Barbara DELAGE et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.