Les interventions médicamenteuses ou psychologiques dans la prévention de la dépression chez les personnes souffrant d'une affection physique de longue durée

Pourquoi cette revue est-elle importante ?

Les personnes souffrant d'une maladie de longue durée ou d'autres problèmes de santé physique ont un risque plus élevé que les autres de développer une dépression Cela peut réduire leur qualité de vie. La dépression se caractérise par de symptômes tels qu'une humeur morose, un sentiment de désespoir, une perte d'intérêt pour de choses qui procuraient autrefois du plaisir, et d'autres symptômes, ainsi que de troubles du sommeil. Les personnes atteintes d'une affection physique de longue durée qui développent une dépression sont plus susceptibles de voir leur maladie s'aggraver et de mourir. Par conséquent, la prévention de la dépression chez les personnes souffrant d'une affection physique de longue durée devrait être un objectif important de soins de santé.

À quelles questions cette revue cherche-t-elle à répondre ?

Nous voulions savoir si les interventions standards visant à traiter la dépression (c'est-à-dire les traitements psychologiques et les médicaments antidépresseurs) peuvent également être utilisées en toute sécurité pour prévenir l'apparition d'un épisode dépressif chez les adultes présentant un risque élevé de dépression en raison de leur affection physique de longue durée, mais qui ne présentent pas encore de symptômes dépressifs. Nous voulions également savoir si ces interventions permettaient de prévenir la dépression récurrente chez les patients souffrant d'une affection physique de longue durée et ayant des antécédents d'une dépression.

Comment avons-nous identifié et évalué les données probantes ?

Tout d'abord, nous avons recherché dans la littérature médicale des études contrôlées randomisées (études cliniques dans lesquelles des personnes sont placées de manière aléatoire dans l'un de deux groupes de traitement ou plus). Ce type d’études fournit les données probantes les plus solides concernant les effets d'un traitement. Nous avons ensuite comparé les résultats et résumé les données probantes issues de toutes les études. Enfin, nous avons évalué le niveau de confiance des données probantes. Pour ce faire, nous avons pris en compte de facteurs tels que la manière dont les études de ont été menées, la taille des études et la cohérence des résultats d'une étude à l'autre. Sur la base de nos évaluations, nous avons classé les données probantes comme étant d’un niveau de confiance très faible, faible, modéré ou élevé.

Qui peut être intéressé par cette revue ?

Les prestataires de soins médicaux et de santé mentale (y compris les médecins et les psychologues) et les pharmaciens, ainsi que les adultes souffrant d'une affection physique de longue durée, leurs proches et leurs soignants.

Quelles études de ont été incluses dans la revue ?

Cette revue comprend 11 essais comparant une intervention psychologique (thérapie de résolution de problèmes) au traitement habituel ; ou comparant des interventions pharmacologiques antidépressives (citalopram, escitalopram, sertraline, fluoxétine/nortriptyline, milnacipran, ou mélatonine) au placebo. Pour l'intervention psychologique, nous n'avons trouvé qu'un seul essai, incluant 194 personnes atteintes de dégénérescence maculaire liée à l'âge (une maladie des yeux). Pour les interventions pharmacologiques, nous avons inclus 10 essais comprenant 1009 personnes. Certains participants n'ayant pas terminé les études nous n'avons pas pu analyser que les données de 837 participants.

Que nous apportent les données probantes de cette revue ?

Nos analyses montrent que les personnes souffrant d'une affection physique de longue durée sont moins susceptibles de développer une dépression au cours d'un traitement par la thérapie de résolution de problèmes ou par différents types d'antidépresseurs. Cependant, ces interventions semblent être bénéfiques uniquement pendant le traitement. Trois à 12 mois après le traitement, il n'y avait pas de différence significative dans l'apparition de la dépression entre les groupes qui avaient bénéficié des interventions et ceux qui n'en avaient pas bénéficié. Par conséquent, les interventions préventives pourraient être efficaces pour prévenir l'apparition de la dépression uniquement pendant la durée de l’intervention. Nos conclusions sont basées sur de données probantes d’un niveau de confiance très faible. En outre, il n'existe pas suffisamment d'informations adéquates sur la tolérabilité (effets indésirables désagréables mais généralement moins importants sur le plan médical dus à l'intervention, par exemple la sécheresse buccale) et l'acceptabilité (volonté de poursuivre l'intervention même en présence d'effets indésirables) de ces traitements. Les interventions pourraient être dangereuses, indépendamment de leur capacité à prévenir la dépression

Dans quelle mesure cette revue est-elle à jour ?

Les données probantes de cette revue Cochrane sont actuelles jusqu'au 6 février 2020.

Conclusions des auteurs: 

Sur la base de données probantes d’un niveau de confiance faible, nos résultats pourraient indiquer le bénéfice d'interventions pharmacologiques, pendant ou directement après un traitement préventif. Peu d'essais ont examiné les critères de jugement à court terme jusqu'à six mois, ni les effets du suivi après six à douze mois, les études présentaient un grand nombre d'abandons et de résultats non concluants. La généralisation de résultats est limitée car les populations étudiées et les régimes de traitement étaient très hétérogènes.

Sur la base des résultats de cette revue, nous concluons que pour les adultes souffrant d'une affection physique de longue durée, il n'existe que des données probantes très incertaines concernant la mise en œuvre de toute intervention de prévention primaire (psychologique/pharmacologique) dans la dépression.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La dépression majeure est l'une des principales causes d'invalidité dans le monde chez les adultes souffrant d'une affection physique de longue durée, par rapport à ceux qui ne souffrent pas d’une maladie physique. Cette comorbidité est associée à un pronostic négatif en termes d'augmentation des taux de morbidité et de mortalité, d'augmentation des coûts des soins de santé, de diminution de l’adhésion aux régimes de traitement et de diminution substantielle de la qualité de vie. Par conséquent, la prévention de l’apparition d'épisodes dépressifs chez les adultes souffrant d'une affection physique de longue durée devrait être un objectif global des soins de santé.

Dans cette revue, la prévention primaire ou tertiaire (dans le cas de la prévention des récidives chez les personnes ayant des antécédents de dépression) est mise en avant. Alors que la prévention primaire vise à prévenir l'apparition de la dépression, la prévention tertiaire consiste à la fois à prévenir les récidives et à éviter les rechutes. La prévention tertiaire vise à traiter un épisode dépressif qui pourrait être encore présent, sur le point de se résorber ou qui a récemment disparu. Nous avons inclus la prévention tertiaire dans le cas où l'accent était mis sur la prévention de l’apparition de la dépression chez les personnes ayant des antécédents de dépression (prévention des récidives), mais nous l'avons exclue si elle était spécifiquement axée sur le maintien d'un état ou la mise en œuvre de services de réadaptation (prévention de rechutes). La prévention secondaire de la dépression vise à empêcher la progression des symptômes dépressifs par une détection et un traitement précoces. Elle pourrait donc être considérée comme un « traitement » plutôt que comme une prévention. Nous excluons donc tout le spectre de la prévention secondaire.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité, l'acceptabilité et la tolérabilité d'interventions psychologiques ou pharmacologiques, par rapport à des conditions de contrôle, pour prévenir la dépression chez les adultes souffrant d'une affection physique de longue durée, soit avant la première apparition de symptômes dépressifs (c'est-à-dire la prévention primaire), soit avant la première apparition de symptômes dépressifs chez les patients ayant des antécédents de dépression (c'est-à-dire la prévention tertiaire).

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur les troubles mentaux communs, CENTRAL, MEDLINE, Embase, PsycINFO et dans deux registres d'essais jusqu'au 6 février 2020.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) d'interventions psychologiques ou pharmacologiques préventives, ciblant spécifiquement l'incidence de la dépression en comparaison avec un traitement habituel, une liste d'attente, un placebo d’attention/psychologique, ou un placebo. Les participants devaient être âgés de18 ans ou plus, présenter au moins une affection physique de longue durée et ne pas avoir reçu de diagnostic de dépression majeure au départ (prévention primaire). En outre, nous avons inclus des études comprenant des échantillons mixtes de patients avec et sans antécédents de dépression, qui exploraient la prévention tertiaire de la dépression récurrente. Nous avons exclu les autres études de prévention tertiaire. Nous avons également exclu les interventions de prévention secondaire. Les critères de jugement principaux comprenaient l'incidence de la dépression, la tolérabilité et l'acceptabilité. Les critères de jugement secondaires comprenaient la gravité de la dépression, le rapport coût-efficacité et le rapport coût-utilité.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons suivi les procédures méthodologiques standard définies par Cochrane.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 11 ECR, dont un essai sur les interventions psychologiques et 10 essais sur les interventions pharmacologiques. Les analyses des données sur l'intervention psychologique (thérapie de résolution de problèmes comparée au traitement habituel) ont porté sur 194 participants atteints de dégénérescence maculaire liée à l'âge.

Les analyses des données sur les interventions pharmacologiques ont porté sur 837 participants comparant le citalopram (un essai), l'escitalopram (trois essais), un échantillon mixte de fluoxétine/nortriptyline (un essai), la mélatonine (un essai), le milnacipran (un essai) et la sertraline (trois essais), chacun à un placebo. Les types d'affections physiques de longue durée inclus étaient le syndrome coronarien aigu (un essai), le cancer du sein (un essai), le cancer de la tête et du cou (deux essais), les accidents vasculaires cérébraux (cinq essais) et les lésions cérébrales traumatiques (un essai).

Les interventions psychologiques

Des données probantes d’un niveau de confiance très faible provenant d’une étude suggèrent que la thérapie de résolution de problèmes pourrait être légèrement plus efficace que le traitement habituel pour prévenir l'incidence de la dépression, immédiatement après l'intervention (rapport des cotes (RC) 0,43, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,20 à 0,95 ; 194 participants). Cependant, il se peut qu'il n'y ait que peu ou pas de différence entre les groupes lors du suivi à six mois (RC 0,71, IC à 95 % 0,36 à 1,38 ; 190 participants ; une étude ; données probantes d’un niveau de confiance très faible). Aucune donnée n'était disponible concernant l'incidence de la dépression après six mois. En ce qui concerne l'acceptabilité (abandons pour quelque raison que ce soit), le nombre d'abandons a été légèrement inférieur dans le groupe traitement habituel immédiatement après l'intervention (RC 5,21, IC à 95 % 1,11 à 24,40 ; 206 participants ; données probantes d’un niveau de confiance faible). Après six mois, cependant, les groupes ne différaient pas (RC 1,67, IC à 95 % 0,58 à 4,77 ; 206 participants ; données probantes d’un niveau de confiance faible). Cette étude n'a pas mesuré la tolérabilité.

Les interventions pharmacologiques

Après l'intervention, par rapport au placebo, les antidépresseurs pourraient être bénéfiques dans la prévention de la dépression chez les adultes souffrant de différents types d'affections physiques de longue durée, mais les données probantes sont très incertaines (RC 0,31, IC à 95 % 0,20 à 0,49 ; 814 participants ; neuf études ; I2 = 0 % ; données probantes d’un niveau de confiance très faible). Il se peut qu'il y ait peu ou pas de différence entre les groupes, tant immédiatement qu'après six mois de suivi (RC 0,44, IC à 95 % 0,08 à 2,46 ; 23 participants ; une étude ; données probantes d’un niveau de confiance très faible) ainsi qu'après six à 12 mois de suivi (RC 0,81, IC à 95 % 0,23 à 2,82 ; 233 participants ; trois études; I2 = 49 % ; données probantes d’un niveau de confiance très faible). Cinq études ont fourni des données probantes d’un niveau de confiance très faible concernant la tolérabilité de l’intervention pharmacologique. Au total, 669 événements indésirables ont été observés chez 316 participants du groupe d'intervention pharmacologique, et 610 événements indésirables chez 311 participants du groupe placebo. Il existe des données probantes d’un niveau de confiance très faible suggérant que les abandons dus à des événements indésirables pourraient être moins fréquents dans le groupe placebo (RC 2,05, IC à 95 % 1,07 à 3,89 ; 561 participants ; cinq études; I2 = 0 %). Il y avait également des données probantes d’un niveau de confiance très faible suggérant que les abandons, quelle qu'en soit la cause, ne différaient pas entre les groupes, que ce soit après l'intervention (RC 1,13, IC à 95 % 0,73 à 1,73 ; 962 participants ; neuf études; I2 = 28 %) ou après six à douze mois (RC 1,13, IC à 95 % 0,69 à 1,86 ; 327 participants ;trois études; I2 = 0 %).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Christian Bodson et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.