Méthodes permettant de conserver suffisamment d'os de la mâchoire pour mettre en place des implants dentaires après l'extraction de dents

Question de la revue

L'objectif de cette revue est d'évaluer l'efficacité de différents matériaux et techniques visant à conserver suffisamment d'os de la mâchoire (préservation de la crête alvéolaire) après que des dents ont été arrachées (extraites). Ces techniques sont comparées à l'extraction de dents seule, à d'autres méthodes de préservation de l'os ou aux deux, chez des patients ayant besoin d'implants dentaires, après cicatrisation de l'alvéole dentaire.

Contexte

Lorsqu'une dent a été extraite, l'os entourant l'alvéole dentaire diminue de volume. On peut utiliser des dents artificielles pour remplacer les dents manquantes après l'extraction. Cependant, la perte osseuse en largeur et en hauteur consécutive à l'extraction de dents peut compromettre la réussite de l'implantation. Ce risque existe, en particulier, lorsque les dents artificielles (couronnes ou bridges) doivent être maintenues en place par des implants dentaires inséré dans l'os de la mâchoire à l'emplacement des dents d'origine. Si l'os a trop diminué suite à la perte de dents, il devient difficile, voire impossible, de placer des implants dentaires dans la mâchoire. Cela conduit à une diminution du volume de la gencive.

Une procédure appelée préservation de l'alvéole peut limiter la résorption de l'os après la perte de dents, mais son efficacité reste à prouver. Plusieurs techniques et matériaux de substitution osseuse peuvent être utilisés pour combler les alvéoles après l'extraction de dents. On peut ensuite les couvrir avec la muqueuse gingivale ou une membrane implantée et les laisser cicatriser pendant plusieurs mois. L'objectif est que l'os alvéolaire conserve sa forme et ses dimensions afin de permettre l'insertion d'implants dentaires portant des couronnes ou des bridges, afin d'améliorer l'apparence du patient, de lui permettre de manger et de parler avec confiance. On peut également espérer que le taux d'échec des implants dentaires s'améliorera.

Caractéristiques de l'étude

Les auteurs du groupe Cochrane sur la santé bucco-dentaire ont mené cette revue et les preuves sont à jour à la date du 22 juillet 2014. Huit essais ont été inclus, avec un total de 233 sites d'extraction (dents arrachées) chez 184 participants. Les participants étaient des adultes âgés de 18 ans ou plus, en bonne santé générale, nécessitant l'extraction d'une ou plusieurs dents définitives et chez lesquels une technique de préservation de la crête alvéolaire pouvait être envisagée, avec la possibilité d'utiliser des implants dentaires par la suite.

La revue a examiné les effets de quatre techniques et matériaux utilisés pour préserver l'alvéole d'extraction dentaire.

Trois études ont comparé la préservation alvéolaire à l'extraction de dents seule, tandis que cinq études comparaient deux ou plusieurs matériaux différents.

Principaux résultats

Il existe des preuves limitées que la préservation alvéolaire peut réduire la perte osseuse par rapport à l'extraction de dents seule dans l'optique du placement d'implants dentaires.

Il n'existe aucune preuve qu'elle fasse une différence importante quant à l'esthétique ou à la durabilité des couronnes ou des bridges.

Il n'existe aucune preuve probante d'une différence significative entre les différents matériaux et membranes barrières utilisées pour la préservation de l'alvéole.

Qualité des données

La qualité des preuves est considérée comme faible en raison du risque élevé de biais dans la majorité des études incluses. Les auteurs soupçonnent un certain biais de notification car deux essais seulement n'avaient pas reçu de soutien de l'industrie. D'autres essais contrôlés randomisés de longue durée, conformes aux recommandations CONSORT (www.consort-statement.org), sont nécessaires.

Conclusions des auteurs: 

Il existe des preuves limitées que les techniques de préservation de la crête alvéolaire peuvent globalement minimiser les changements de hauteur et de largeur de la crête résiduelle six mois après l'extraction. Les preuves manquent également quant aux différences en termes d'échecs de l'implantation, de résultats esthétiques ou d'autres paramètres cliniques, en raison du manque d'informations ou de données à long terme. Il n'existe aucune preuve convaincante qu'il existe une différence cliniquement significative entre les différents matériaux utilisés pour les greffes et les barrières servant à la préservation de la crête alvéolaire. D'autres ECR de longue durée, conformes aux directives CONSORT (www.consort-statement.org), sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les changements de l'os alvéolaire suite à une extraction dentaire peuvent compromettre la reconstitution prothétique. La préservation de la crête alvéolaire a été proposée pour limiter ces remaniements et améliorer les résultats esthétiques des prothèses lorsque des implants sont utilisés.

Objectifs: 

Évaluer les effets cliniques de différents matériaux et techniques de préservation de la crête alvéolaire après l'extraction de dents par rapport à l'extraction seule ou à d'autres méthodes de préservation de la crête ou aux deux, chez des patients nécessitant la pose d'implants dentaires après la cicatrisation des alvéoles d'extraction.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans les bases de données électroniques suivantes : registre d'essais du groupe Cochrane sur la santé bucco-dentaire (jusqu'au 22 juillet 2014), registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library, 2014, numéro 6), MEDLINE via OVID (de 1946 au 22 juillet 2014), EMBASE via OVID (de 1980 au 22 juillet 2014), LILACS via BIREME (de 1982 au 22 juillet 2014), le registre Meta Current Controlled Trials (jusqu'au 22 juillet 2014), ClinicalTrials.gov (jusqu'au 22 juillet 2014), le Système d'enregistrement international des essais cliniques de l'Organisation mondiale de la santé (jusqu'au 22 juillet 2014), Web of Science Conference Proceedings (de 1990 au 22 juillet 2014), Scopus (de 1966 au 22 juillet 2014), ProQuest Dissertations and Theses (de 1861 au 22 juillet 2014) et OpenGrey (jusqu'au 22 juillet 2014). Des recherches manuelles ont également été effectuées dans un certain nombre de revues. Les auteurs des essais ont été contactés afin d'identifier des essais contrôlés randomisés non publiés. Nous n'avons imposé aucune restriction concernant la langue ou la date de publication pour les recherches dans les bases de données électroniques.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus tous les essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur l'utilisation de techniques de préservation de la crête alvéolaire avec un suivi d'au moins six mois. Les critères d'évaluation étaient : les changements de largeur bucco-linguale ou bucco-palatine et de hauteur verticale de la crête alvéolaire, les complications, la nécessité d'une augmentation supplémentaires avant la pose des implants, les résultats esthétiques, les taux d'échec des implants, les changements au niveau de l'os marginal péri-implantaire, les changements des profondeurs de sondage et des niveaux d'attache clinique sur les dents adjacentes au site d'extraction et les complications rencontrées par la suite lors de l'appareillage prothétique.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont extrait les données de manière indépendante et évalué le risque de biais pour chaque essai inclus. Les auteurs correspondants ont été contactés afin d'obtenir des informations manquantes. Les résultats ont été combinés en utilisant des modèles à effets aléatoires, avec des différences moyennes (DM) pour les résultats continus et de risques relatifs (RR) pour les résultats dichotomiques, avec des intervalles de confiance à 95 % (IC à 95 %). Nous avons créé des tableaux « Résumé des résultats » pour présenter les principaux résultats.

Résultats principaux: 

Un total de 50 essais étaient potentiellement éligibles pour l'inclusion, dont 42 essais ont été exclus. Nous avons inclus huit ECR avec un total de 233 sites d'extraction chez 184 participants. Un essai a été jugé à risque de biais incertain et les autres essais étaient à risque élevé de biais. Deux essais comparant une xénogreffe avec l'extraction seule (70 participants, preuves de qualité modérée) ont apporté quelques indications d'une diminution de la hauteur de la crête alvéolaire (DM -2,60 mm ; IC à 95 % de -3,43 à -1,76) et de sa largeur (DM -1,97 mm ; IC à 95 % de -2,48 à -1,46). Ceci a également été observé dans un essai comparant une allogreffe avec l'extraction (24 participants, preuves de faible qualité), pour la hauteur (DM -2,20 mm ; IC à 95 % de -0,75 à -3,65) et la largeur (DM 1,40 mm ; IC à 95 % de 0,00 à -2,80) de la crête. Deux ECR comparant des greffons alloplastiques et des xénogreffes n'ont apporté aucune preuve que la technique de préservation de la crête ait entraîné une réduction moins importante de la hauteur (DM -0,35 mm ; IC à 95 % de -0,86 à 0,16) ou de la largeur de la crête (DM -0,44 mm ; IC à 95 % de -0,90 à 0,02 ; deux essais (55 participants) ; preuves de qualité modérée). Il n'y avait pas suffisamment de preuves pour déterminer s'il existe des différences cliniquement significatives entre les différentes techniques de préservation de la crête alvéolaire et l'extraction quant à la nécessité d'une augmentation supplémentaire avant la pose d'un implant, aux complications, aux échecs d'implantation ou aux changements des niveaux d'os marginal péri-implantaire marginale et des profondeurs de sondage sur les dents voisines. Nous n'avons identifié aucun essai évaluant les paramètres relatifs aux niveaux d'attache clinique ou des critères d'évaluation spécifiques de l'esthétique ou du résultat prothétique.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.