Consommation de thé vert et noir pour prévenir les maladies cardiovasculaires

Les maladies cardiovasculaires (MCV) représentent un fardeau pour la santé dans le monde. Toutefois, on pense que le risque de MCV peut être réduit en changeant un certain nombre de facteurs de risque modifiables tels que le régime alimentaire, ce qui inclut la consommation de thé. Cette revue a évalué l'efficacité du thé vert, du thé noir ou d'extraits de thé noir/vert chez des adultes sains et ceux à risque élevé de MCV. Nous avons trouvé 11 essais contrôlés randomisés, dans lesquels quatre ont examiné des interventions à base de thé noir et sept ont examiné des interventions à base de thé vert. Il existait des variations en termes de dose et de forme (boisson, comprimés ou gélules) des interventions à base de thé noir et de thé vert, et la durée des interventions variait de trois mois à six mois. Des événements indésirables ont été signalés dans cinq des essais inclus, et comprenaient notamment un diagnostic de cancer de la prostate, une hospitalisation pour la grippe, une appendicite et un décollement de la rétine ; il est très peu probable que ces événements soient associés à l'intervention. Les résultats ont révélé que le thé noir et le thé vert produisent un effet bénéfique sur les taux de lipides et la pression artérielle, mais ces résultats n'étaient fondés que sur un petit nombre d'essais qui comportaient un risque de biais. L'analyse conduite sur les deux types de thé a révélé des effets bénéfiques du thé sur le cholestérol LDL et la pression artérielle mais, dans ce cas aussi, ces résultats n'étaient fondés que sur très peu d'essais qui comportaient un risque de biais. À ce jour, le petit nombre d'études incluses suggère certains bénéfices du thé vert et du thé noir sur la pression artérielle et les taux de lipides mais il est nécessaire de réaliser davantage d'essais à plus long terme et à faible risque de biais afin de confirmer ces bénéfices.

Conclusions des auteurs: 

Il existe très peu d'études à long terme qui examinent à l'heure actuelle le thé vert ou noir pour la prévention primaire des maladies cardiovasculaires (MCV). Les preuves limitées suggèrent que le thé a des effets favorables sur les facteurs de risque des MCV, mais compte tenu du petit nombre d'essais qui ont contribué à chaque analyse, les résultats doivent être traités avec prudence et d'autres essais de bonne qualité avec un suivi à plus long terme doivent être réalisés pour les confirmer.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Il existe un nombre grandissant de preuves indiquant que le thé vert et le thé noir sont tous deux bénéfiques pour la prévention des maladies cardiovasculaires (MCV).

Objectifs: 

Déterminer les effets du thé vert et du thé noir sur la prévention primaire des MCV.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans les bases de données suivantes le 12 octobre 2012, sans restriction de langue : CENTRAL (The Cochrane Library), MEDLINE (OVID), EMBASE (OVID) et Web of Science (Thomson Reuters). Nous avons également consulté des registres d'essais, passé au crible des bibliographies et contacté des auteurs d'études afin d'obtenir des informations complémentaires, lorsque cela était nécessaire.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés (ECR) d'une durée de trois mois au moins impliquant des adultes sains ou des personnes à risque élevé de développer une maladie cardiovasculaire (MCV). Les essais ont étudié la consommation de thé vert, de thé noir ou d'extraits de thé. Le groupe de comparaison était l'absence d'intervention, un placebo ou une intervention minimale. Les critères de jugement intéressants étaient les événements cliniques de type MCV et les facteurs de risque de MCV majeures. Tous les essais impliquant des interventions multifactorielles axées sur le mode de vie ou consacrées à la perte de poids ont été exclus afin d'éviter toute confusion éventuelle.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment sélectionné les essais à inclure, extrait les données et évalué les risques de biais. Les essais portant sur le thé vert ont été analysés séparément des essais portant sur le thé noir.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié 11 ECR pour un total de 821 participants, deux essais inscrits dans la section de classification en attente de la revue et un essai en cours. Sept essais ont examiné une intervention à base de thé vert et quatre ont examiné une intervention à base de thé noir. La dose et la forme du thé vert ainsi que du thé noir étaient différentes entre les essais. L'essai en cours examine les effets des gélules de poudre de thé vert.

Aucune étude n'a rendu compte des événements cardiovasculaires.

Il s'avère que le thé noir entraîne des réductions statistiquement significatives du taux de cholestérol LDL (lié aux lipoprotéines de basse densité), (différence moyenne (DM) -0,43 mmol/L, intervalle de confiance (IC) à 95 % -0,56 à -0,31) et de la pression artérielle (pression artérielle systolique (PAS) : DM -1,85 mmHg, IC à 95 % -3,21 à -0,48. Pression artérielle diastolique (PAD) : DM -1,27 mmHg, IC à 95 % -3,06 à 0,53) sur six mois, résultats stables d'après l'analyse de sensibilité, mais seul un petit nombre d'essais ont contribué à chaque analyse et les études présentaient un risque de biais.

Il s'avère que le thé vert entraîne aussi des réductions statistiquement significatives du cholestérol total (DM -0,62 mmol/L, IC à 95 % -0,77 à -0,46), du cholestérol LDL (DM -0,64 mmol/L, IC à 95 % -0,77 à -0,52) et de la pression artérielle (PAS : DM -3,18 mmHg, IC à 95 % -5,25 à -1,11 ; PAD : DM -3.42, IC à 95 % -4,54 à -2,30), mais seul un petit nombre d'études ont contribué à chaque analyse, et les résultats n'étaient pas stables d'après l'analyse de sensibilité. Lorsque les deux types de thé ont été analysés ensemble, ils ont révélé des effets favorables sur le cholestérol LDL (DM -0,48 mmol/L, IC à 95 % -0,61 à -0,35) et la pression artérielle (PAS : DM -2,25 mmHg, IC à 95 % -3,39 à -1,11 ; PAD : DM -2,81 mmHg, IC à 95 % -3,77 à -1,86). Les événements indésirables ont été mesurés dans cinq essais et comprenaient un diagnostic de cancer de la prostate, une hospitalisation pour la grippe, une appendicite et un décollement de la rétine, mais ces événements ne sont pas susceptibles d'être directement attribuables à l'intervention.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.