Thérapies psychologiques pour les parents d'enfants et d'adolescents atteints d'une maladie physique de longue date ou mettant leur vie en danger

Messages clés

Nous avons constaté que les thérapies psychologiques peuvent améliorer le comportement parental des parents d'enfants atteints de cancer, de douleur chronique, de diabète ou de traumatisme crânien, et peuvent améliorer la santé mentale des parents d'enfants atteints de cancer ou de douleur chronique. La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) et la thérapie de résolution de problèmes (TRP) sont des types de thérapie prometteurs. Nous n'avons pas été en mesure de répondre aux questions à savoir si les thérapies psychologiques sont utiles pour les parents d'enfants atteints d'autres troubles médicaux ou si d'autres types de thérapie sont utiles, parce qu'il n'y avait pas suffisamment de données. Nos constatations peuvent avoir été influencées par les différences dans les mesures utilisées d'une étude à l'autre. De nouvelles études peuvent modifier les résultats de cette revue et, par conséquent, nos conclusions doivent être interprétées avec prudence.

Contexte

Nous avons mis à jour notre revue des thérapies psychologiques pour les parents d'enfants atteints d'une maladie physique de longue date ou mettant leur vie en danger pour y inclure les études publiées jusqu'en juillet 2018.

Être parent d'un enfant atteint d'une maladie de longue date est un défi de taille. Les parents peuvent avoir de la difficulté à équilibrer les soins à donner à leur enfant avec d'autres exigences et peuvent éprouver plus de stress, de tristesse ou de conflits familiaux. Leurs enfants peuvent avoir des problèmes émotionnels ou comportementaux. Les parents peuvent influencer l'adaptation de leur enfant à son état de santé. Les thérapies psychologiques pour les parents fournissent une formation en compétences pour modifier les émotions ou les comportements qui visent à améliorer le bien-être des parents, des enfants et de la famille.

Nous voulions savoir si les thérapies psychologiques sont utiles pour les parents d'enfants et d'adolescents (jusqu'à 19 ans) atteints d'une maladie de longue date. Nous avons inclus des études sur des interventions à prédominance psychologique et destinées aux parents par rapport à des traitements non psychologiques, des traitements habituels ou des listes d'attente. Les critères de jugement étaient le comportement parental (p. ex. comportements de protection), la santé mentale des parents, le comportement/le handicap de l'enfant, la santé mentale de l'enfant, les symptômes médicaux de l'enfant, le fonctionnement familial et les effets secondaires.

Résultats principaux

Nous avons ajouté 21 nouvelles études à cette mise à jour et nous avons retiré 23 études qui ne répondaient plus à nos critères d'inclusion, ce qui a donné lieu à 44 essais contrôlés randomisés (les essais contrôlés randomisés, où les participants sont assignés au hasard à un traitement ou à un traitement différent ou à aucun traitement, fournissent les données les plus fiables) avec un total de 4 697 participants (âge moyen des enfants = 11 ans). La durée des études variait de un jour à 24 mois. Les études comprenaient des enfants atteints d'asthme (4), de cancer (7), de douleur chronique (douleur récurrente ou persistante depuis plus de trois mois, y compris deux études sur des enfants atteints de maladie intestinale inflammatoire (15)), de diabète (15), de maladies cutanées (1) et de lésions traumatiques cérébrales (3) ; une étude comprenait des enfants souffrant d'eczéma et des enfants asthmatiques. Les types de thérapie comprenaient la TCC (21), la thérapie familiale (4), les entrevues motivationnelles (3), la thérapie multisystémique (4) et la TRP (12). Les sources de financement comprenaient les gouvernements fédéral et locaux, les hôpitaux, les universités et les fondations.

Nous avons constaté que le comportement parental s'est amélioré dans les études sur les enfants atteints de cancer, de douleur chronique, de diabète et de traumatisme crânien immédiatement après le traitement, qui se sont poursuivies à long terme pour les parents d'enfants atteints de cancer et de douleur chronique. La santé mentale des parents s'est améliorée dans les études sur les enfants atteints de cancer et de douleur chronique immédiatement après le traitement, qui se sont poursuivies à long terme. La santé mentale des parents ne s'est pas améliorée dans les études sur les enfants atteints de diabète. Nous avons constaté que la TCC et la TRP ont amélioré le comportement des parents immédiatement après le traitement, ce qui s'est poursuivi à long terme. La TRP a également amélioré la santé mentale des parents immédiatement après le traitement et à long terme, mais pas la TCC. Nous n'avons pu évaluer si les autres types de thérapie psychologique étaient bénéfiques pour les parents en raison de l'insuffisance des données. Nous avons constaté que ces effets du traitement étaient généralement faibles. Nous avons constaté que la plupart des études (32 études) n'indiquaient pas si des effets secondaires sont survenus. Dans les quelques études qui l'ont fait, aucun des participants n'a éprouvé d'effets secondaires de la thérapie psychologique.

Qualité des données probantes

Nous avons évalué la qualité des données des études selon quatre catégories: très faible, faible, modéré ou élevé. Des données de très faible qualité signifient que nous accordons très peu de confiance aux résultats. Des preuves de qualité élevée signifient que nous accordons une grande confiance aux résultats. Il n'y avait pas suffisamment de données pour répondre à certaines parties de nos questions de revue. Il y avait suffisamment de données probantes (de qualité faible à modérée) pour tirer des conclusions sur les effets de la thérapie psychologique chez les parents d'enfants atteints de cancer et de douleur chronique et sur les effets de la TCC et de la TRP.

Conclusions des auteurs: 

La thérapie psychologique peut améliorer le comportement parental des parents d'enfants atteints de cancer, de douleur chronique, de diabète et de traumatisme crânien. Nous avons également constaté que les effets bénéfiques de la thérapie psychologique peuvent également améliorer la santé mentale des parents d'enfants atteints de cancer et de douleur chronique. La TCC et la TRP peuvent améliorer le comportement parental. La TRP peut également améliorer la santé mentale des parents. Cependant, la qualité des données probantes est généralement faible et les données sont insuffisantes pour évaluer la plupart des résultats. Nos constatations pourraient changer à mesure que de nouvelles études sont menées.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les thérapies psychologiques pour les parents d'enfants et d'adolescents atteints d'une maladie chronique visent à améliorer le comportement et la santé mentale des parents, le fonctionnement de l'enfant (comportement/handicap, santé mentale et symptômes médicaux) et le fonctionnement familial.

Il s'agit d'une version mise à jour de la revue Cochrane originale (2012) qui a été mis à jour pour la première fois en 2015.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et les effets indésirables des thérapies psychologiques chez les parents d'enfants et d'adolescents atteints d'une maladie chronique.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans les registres CENTRAL, MEDLINE, Embase, PsycINFO et des essais cliniques pour les études publiées jusqu'en juillet 2018.

Critères de sélection: 

Les études incluses étaient des essais cliniques comparatifs et randomisés (ECR) d'interventions psychologiques auprès des parents d'enfants et d'adolescents atteints d'une maladie chronique. Dans cette mise à jour, nous avons inclus des études avec plus de 20 participants par bras. Dans cette mise à jour, nous avons inclus des interventions qui combinent des traitements psychologiques et pharmacologiques. Nous avons inclus des groupes témoins qui ont reçu soit un traitement non psychologique (p. ex. psychoéducation), soit un traitement habituel (p. ex. soins médicaux standard sans thérapie psychologique supplémentaire), soit une liste d'attente.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons extrait les caractéristiques et les résultats de l'étude après le traitement et au premier suivi disponible. Les principaux critères de jugement étaient le comportement parental et la santé mentale des parents. Les critères de jugement secondaires étaient le comportement/le handicap de l'enfant, la santé mentale de l'enfant, les symptômes médicaux de l'enfant et le fonctionnement de la famille. Nous avons regroupé les données à l'aide de la différence moyenne normalisée (DMS) et d'un modèle à effets aléatoires, et évalué les résultats selon l'état de santé et le type de traitement. Nous avons évalué le risque de biais selon les directives de Cochrane et la qualité des données probantes à l'aide de GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons ajouté 21 nouvelles études. Nous avons supprimé 23 études de la mise à jour précédente qui ne répondaient plus à nos critères d'inclusion. Il y a maintenant 44 ECR, dont 4 697 participants après le traitement. Les études comprenaient des enfants atteints d'asthme (4), de cancer (7), de douleur chronique (13), de diabète (15), de maladie intestinale inflammatoire (2), de maladies de la peau (1) et de lésions cérébrales traumatiques (3). Les types de thérapie comprenaient la thérapie cognitivo-comportementale (TCC ; 21), la thérapie familiale (4), l'entrevue motivationnelle (3), la thérapie multisystémique (4) et la thérapie de résolution de problèmes (TRP ; 12). Nous avons évalué le risque de biais comme étant faible ou peu clair pour la plupart des domaines, à l'exception du biais de rapport sélectif, que nous avons jugé élevé pour 19 études en raison d'une notification incomplète des résultats. La qualité des données probantes variait de très faible à modérée. Nous avons déclassé les données probantes en raison de leur grande hétérogénéité, de leur imprécision et du biais de publication.

Évaluation des critères de jugement relatifs aux parents selon la pathologie étudiée

Les thérapies psychologiques peuvent améliorer le comportement parental (p. ex. comportements inadaptés ou de sollicitation ; les scores les plus faibles sont meilleurs) chez les enfants atteints de cancer après le traitement et le suivi (DMS -0,28, intervalle de confiance à 95 % (IC) -0,43 à -0,13 ; participants = 664 ; études = 3 ; DMS -0,21, 95% IC -0,37 à -0,05 ; participants = 625 ; études = 3 ; I2 = 0% respectivement, données de faible qualité), traitement après douleur chronique et suivi (DMS -0,29, IC à 95 % -0,47 à -0,10 ; participants = 755 ; études = 6 ; DMS -0,35, IC à 95 % -0,50 à -0,20 ; participants = 678 ; études = 5, respectivement, preuves de qualité moyenne), diabète après traitement (DMS -1.39, IC à 95 % : -2,41 à -0,38 ; participants = 338 ; études = 5, données probantes de très faible qualité) et traumatisme crânien après traitement (DMS -0,74, IC à 95 % : -1,25 à -0,22 ; participants = 254 ; études = 3, preuves de très faible qualité). Pour les autres analyses, les données étaient insuffisantes pour évaluer l'effet du traitement.

Les thérapies psychologiques peuvent améliorer la santé mentale des parents (p. ex. dépression, anxiété, scores plus faibles sont meilleurs) chez les enfants atteints de cancer après le traitement et le suivi (DMS -0,21, IC à 95 % -0,35 à -0,08 ; participants = 836, études = 6 ; DMS -0,23, IC à 95 % -0,39 à -0,08 ; participants = 667 ; études = 4, preuves modérées, respectivement) et douleur chronique après traitement et suivi (DMS -0,24, IC à 95 % -0,42 à -0,06 ; participants = 490 ; études = 3 ; DMS -0,20, IC à 95 % -0,38 à -0,02 ; participants = 482 ; études = 3, respectivement, preuves de faible qualité). La santé mentale des parents ne s'est pas améliorée dans les études sur les enfants atteints de diabète après le traitement (DMS -0,24, IC à 95 % -0,90 à 0,42 ; participants = 211 ; études = 3, preuves de très faible qualité). Pour les autres analyses, les données étaient insuffisantes pour évaluer l'effet du traitement sur la santé mentale des parents.

Évaluation des critères de jugement relatifs aux parents selon le type de thérapie psychologique

La TCC peut améliorer le comportement des parents après le traitement (DMS -0,45, IC à 95 % -0,68 à -0,21 ; participants = 1040 ; études = 9, preuves de faible qualité) et le suivi (DMS -0,26, IC à 95 % -0,42 à -0,11 ; participants = 743 ; études = 6, preuves de qualité moyenne). Nous n'avons pas trouvé de preuve d'un effet bénéfique de la TCC sur la santé mentale des parents après le traitement ou le suivi (DMS -0,19, IC à 95 % -0,41 à 0,03 ; participants = 811 ; études = 8 ; DMS -0,07, IC à 95 % -0,34 à 0,20 ; participants = 592 ; études = 5 ; respectivement, données de très faible qualité). La TRP peut améliorer le comportement des parents après le traitement et le suivi (DMS -0,39, IC à 95 % -0,64 à -0,13 ; participants = 947 ; études = 7, preuves de faible qualité ; DMS -0,54, IC à 95 % -0,94 à -0,14 ; participants = 852 ; études = 6, preuves de très faible qualité, respectivement) et post-traitement et suivi (DMS -0,30, IC à 95 % -0,45 à -0,15 ; participants = 891 ; études = 6 ; DMS 0,21, CI à 95 % -0,35 à -0,07 ; participants = 800 ; études = 5, respectivement, données de qualité moyenne). Pour les autres analyses, les données étaient insuffisantes pour évaluer l'effet du traitement sur les résultats des parents.

Les événements indésirables

Nous n'avons pu évaluer l'innocuité du traitement parce que la plupart des études (32) n'ont pas indiqué si des effets indésirables sont survenus pendant la période à l'étude. Dans six études, les auteurs n'ont signalé aucun effet indésirable. Les six autres études ont signalé des effets indésirables et aucun n'a été attribué à la thérapie psychologique. Nous avons jugé que la qualité des données probantes sur les effets indésirables était modérée.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.