Courant électrique direct dans le cerveau pour réduire la déficience de la fonction motrice et des activités de la vie quotidienne après un accident vasculaire cérébral (AVC)

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

L'AVC est l'une des principales causes d'invalidité dans le monde. La plupart des AVC se produisent quand un caillot de sang bloque un vaisseau sanguin menant au cerveau. Sans un approvisionnement de sang adéquat, le cerveau subit rapidement des dommages qui peuvent être permanents et engendrent souvent une déficience des activités de la vie quotidienne et de la fonction motrice chez les survivants d’AVC. Les stratégies de rééducation actuelles ont une efficacité limitée dans l'amélioration de ces troubles. Une possibilité pour améliorer les effets de la rééducation pourrait être l'ajout de la stimulation cérébrale non invasive réalisée par une technique dénommée stimulation transcrânienne par courant direct (transcranial direct current stimulation, tDCS). Cette technique consiste à manipuler les fonctions cérébrales et peut être utilisée pour réduire les troubles des activités de la vie quotidienne et de la fonction motrice. Cependant, l'efficacité de cette intervention pour améliorer les résultats de la réadaptation reste inconnue. Cette revue de 15 essais, impliquant 455 participants, a trouvé des preuves de faible à très faible qualité sur l'efficacité de tDCS pour améliorer les résultats de la réadaptation concernant la vie quotidienne et la fonction motrice. Ces résultats sont imprécis et l'effet n’était pas maintenu lorsque seules les études de bonne qualité méthodologique étaient inclues. Les proportions d'effets indésirables étaient comparables entre les groupes. Des recherches supplémentaires sont nécessaires dans ce domaine pour généraliser ces résultats, en particulier en ce qui concerne la fonction des membres inférieurs.

Conclusions des auteurs: 

À l'heure actuelle, les preuves de faible à très faible qualité sont disponibles sur l'efficacité des tDCS (anodique/cathodique/double) par rapport à un contrôle (témoin/toute autre intervention) pour améliorer les performances des activités de la vie quotidienne et la fonction après un AVC. Des recherches devraient étudier les effets de tDCS sur la fonction des membres inférieurs et devraient examiner les questions méthodologiques en rapportant régulièrement les données sur les effets indésirables, les abandons et l'assignation secrète et en réalisant des analyses en intention de traiter.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'AVC est l'une des principales causes d'invalidité dans le monde. La déficience fonctionnelle, entraînant de mauvaises performances dans les activités de la vie quotidienne chez les survivants d'AVC, est fréquente. Les approches de rééducation actuelles suite à un AVC ont une efficacité limitée dans l'amélioration de la vie quotidienne et la performance fonctionnelle, mais un complément à la rééducation après un AVC pourrait être la stimulation cérébrale non invasive par stimulation transcrânienne par courant direct (tDCS) afin de modifier l'excitabilité corticale et d'améliorer ainsi les performances et la fonction.

Objectifs: 

Évaluer les effets de tDCS sur les activités générales de la vie quotidienne et la fonction motrice chez les patients victimes d'un AVC.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le groupe Cochrane sur les accidents vasculaires cérébraux (mars 2013), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) ( La Bibliothèque Cochrane , mai 2013), MEDLINE (de 1948 à mai 2013), EMBASE (de 1980 à mai 2013), CINAHL (de 1982 à mai 2013), AMED (1985 à mai 2013), Science Citation Index (de 1899 à mai 2013) et quatre bases de données supplémentaires. En vue d'identifier d'autres essais publiés, non publiés et en cours, nous avons cherché dans des registres d'essais et les références bibliographiques, recherché manuellement des actes de conférence et contacté les auteurs et les fabricants d'équipements.

Critères de sélection: 

Nous avons uniquement inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) et des essais contrôlés randomisés croisés (dans lesquels nous avons uniquement analysé la première période selon un schéma en groupes parallèles) ayant comparé la stimulation transcrânienne par courant direct (tDCS) à une thérapie témoin chez des adultes atteints d'un accident vasculaire cérébral (AVC) pour améliorer les performances de la vie quotidienne et la fonction motrice.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué la qualité des essais et extrait les données. Si nécessaire, nous avons contacté les auteurs des études pour obtenir des informations supplémentaires. Nous avons recueilli des informations sur les sorties d'étude et sur les effets indésirables dans les rapports d'essais.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 15 études impliquant 455 participants. Les analyses de six études, portant sur 326 participants, concernant notre critère de jugement principal, les activités de la vie quotidienne (AVQ), n’ont montré aucune preuve d'un effet en faveur de tDCS à la fin de la phase d'intervention (différence moyenne (DM) à 5,31 index de Barthel (BI) points; intervalle de confiance (IC) de 0,52 à 11,14; de la méthode de variance inverse avec modèle à effets aléatoires), tandis que lors du suivi (DM 11,13 BI points; IC à 95%, entre 2,89 à 19,37; la méthode de variance inverse avec modèle à effets aléatoires), nous avons trouvé des preuves d'un effet. Cependant, les intervalles de confiance étaient larges et l'effet était pas maintenu lorsque seules les études à faible risque de biais ont été inclues. Pour notre critère de jugement secondaire, la fonction des membres supérieurs, nous avons analysé huit essais totalisant 358 participants, qui rapportaient des preuves d'un effet en faveur de tDCS à la fin de la phase d'intervention (DM à 3,45 points sur le score Upper Extremity Fugl-Meyer (points UE-FM); IC à 95% de 1,24 à 5,67; la méthode de variance inverse avec modèle à effets aléatoires), mais pas à la fin du suivi de trois mois après l'intervention (DM 9,23 points UE-FM; IC à 95% - de 13,47 à 31,94 ; de la méthode de variance inverse avec modèle à effets aléatoires). Ces résultats étaient sensibles à l'inclusion d'études présentant un risque de biais élevé. Les effets indésirables étaient rapportés et le nombre d’abandon et d’effets indésirables étaient comparables entre les groupes (différence de risques (DR) à 95% 0,00; IC à 95% -de 0,02 à 0,03; méthode de Mantel-Haenszel avec modèle à effets aléatoires).

Notes de traduction: 
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.