Courant électrique direct vers le cerveau pour améliorer les résultats de la rééducation

Problématique de la revue

Nous avons examiné les données probantes concernant l'effet d’un courant électrique continu vers le cerveau (stimulation transcrânienne à courant continu, STCC) pour réduire la détérioration de la performance dans les activités de la vie quotidienne (AVQ), les fonctions des bras et des jambes, la force musculaire et les capacités cognitives (y compris la négligence spatiale), les abandons et les événements indésirables chez les personnes après un accident vasculaire cérébral.

Contexte

L'AVC est l'une des principales causes d'invalidité dans le monde. La plupart des AVC se produisent lorsqu’un caillot de sang bloque un vaisseau sanguin menant au cerveau. Sans un approvisionnement adéquat en sang, le cerveau subit rapidement des dommages pouvant être irréversibles. Ces dommages entraînent souvent une détérioration de la performance dans les AVQ, et une déficience des fonctions motrices et cognitives chez les survivants d'un accident vasculaire cérébral. Selon les personnes victimes d'accident vasculaire cérébral, les soignants et les professionnels de la santé, l'amélioration des capacités cognitives après un accident vasculaire cérébral est la priorité de recherche dans ce domaine de la médecine. Par conséquent, une rééducation neurologique, comprenant des stratégies de formation efficaces, est nécessaire pour faciliter la récupération et réduire le fardeau de l'AVC. Les thérapies adaptées aux besoins des patients et des soignants sont particulièrement importantes. Les stratégies de rééducation actuelles ont une efficacité limitée pour améliorer ces déficiences. Une possibilité pour renforcer les effets de la rééducation pourrait être l'ajout d'une stimulation cérébrale sans effraction de la peau, par STCC. Cette technique peut modifier le fonctionnement du cerveau et pourrait être utilisée pour réduire la détérioration de la performance dans les AVQ et les déficiences fonctionnelles. Cependant, l'efficacité de cette intervention pour améliorer les résultats de la rééducation est encore inconnue.

Date de la recherche

La revue est à jour jusqu'en janvier 2019.

Caractéristiques des études

Nous avons inclus 67 études portant sur un total de 1729 participants adultes atteints d'accident vasculaire cérébral ischémique ou hémorragique aigu, post-aigu ou chronique. L'âge moyen dans les groupes expérimentaux allait de 43 à 70 ans, et de 45 à 75 ans dans les groupes témoins. Le niveau de déficience des participants allait de sévère à modéré. La majorité des études ont été menées dans un cadre hospitalier. Plusieurs types de stimulation différents, avec des durées et des dosages différents, ont été administrés et comparés à une simulation de STCC ou à une intervention active du groupe témoin. La simulation de STCC signifie que la stimulation est secrètement désactivée dans la première minute de l'intervention.

Principaux résultats

Cette étude a révélé que la STCC pourrait améliorer les AVQ, mais n'améliore pas les fonctions des bras et des jambes, la force musculaire et les capacités cognitives. Les proportions d'événements indésirables et de personnes ayant interrompu le traitement étaient comparables entre les groupes. Les études incluses différaient en termes de type, d'emplacement et de durée de la stimulation, de quantité de courant délivré, de taille et de positionnement des électrodes, ainsi que de type et de localisation de l’AVC. De futures recherches sont nécessaires dans ce domaine pour favoriser la base sur des données probantes de ces résultats, notamment en ce qui concerne la fonction des bras et des jambes, la force musculaire et les capacités cognitives (y compris la négligence spatiale).

Qualité des données probantes

La qualité des données probantes sur l'amélioration des AVQ par la STCC variait de très faible à élevée. Elle était faible à modérée pour la fonction des membres supérieurs, et modérée pour les événements indésirables et les personnes interrompant le traitement.

Conclusions des auteurs: 

Il existe des données probantes de qualité très faible à modérée sur l'efficacité de la stimulation transcrânienne à courant continu (STCC) par rapport au groupe témoin (intervention simulée ou toute autre intervention) pour améliorer la performance dans les AVQ après un AVC. Cependant, les résultats n'ont pas persisté dans une analyse de sensibilité comprenant uniquement des essais avec une assignation secrète appropriée. Des données probantes de qualité faible à élevée suggèrent qu'il n'y a pas d'effet de la STCC sur la fonction des bras et des jambes, la force musculaire et les capacités cognitives des personnes après un AVC. Des données probantes de très faible qualité suggèrent qu'il y a un effet sur l’héminégligence spatiale. Sur la base de données probantes de qualité modérée, les événements indésirables et le nombre de personnes interrompant le traitement n'augmentaient pas. Les études futures devraient porter en particulier sur les patients pouvant bénéficier le plus du système de soins de santé primaires après un accident vasculaire cérébral, mais aussi sur les effets en application courante. Ainsi, d'autres essais contrôlés randomisés à grande échelle avec des groupes parallèles et une estimation de la taille de l'échantillon pour la STCC sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'AVC est l'une des principales causes d'invalidité dans le monde. La déficience fonctionnelle, se traduisant par une mauvaise performance dans les activités de la vie quotidienne (AVQ) chez les survivants d'accident vasculaire cérébral, est fréquente. Les approches actuelles de rééducation ont une efficacité limitée pour améliorer les performances dans les AVQ, les fonctions, la force musculaire et les capacités cognitives (y compris la négligence spatiale) après un accident vasculaire cérébral, l'amélioration de la cognition étant la priorité de recherche dans ce domaine. Un complément possible à la rééducation post-AVC pourrait être la stimulation cérébrale non invasive par stimulation transcrânienne à courant continu (STCC) afin de moduler l'excitabilité corticale, et donc d'améliorer ces critères de jugement chez les personnes victimes d’AVC.

Objectifs: 

Évaluer les effets de la STCC sur les AVQ, la fonction des bras et des jambes, la force musculaire et les capacités cognitives (y compris la négligence spatiale), les abandons et les événements indésirables chez les personnes après un accident vasculaire cérébral.

Stratégie de recherche documentaire: 

En janvier 2019, nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur les accidents vasculaires cérébraux, CENTRAL, MEDLINE, Embase et dans sept autres bases de données. Dans le but d'identifier d'autres essais publiés, non publiés et en cours, nous avons également consulté des registres d'essais et des listes de références bibliographiques, effectué des recherches manuelles dans les actes de conférences et contacté des auteurs et des fabricants d'équipements.

Critères de sélection: 

Il s'agit de la mise à jour d'une revue existante. Dans la version précédente de cette revue, nous nous sommes concentrés sur les effets de la STCC sur les AVQ et les fonctions. Dans cette mise à jour, nous avons élargi nos critères d'inclusion afin de comparer tout type de STCC active pour l'amélioration des AVQ, de la fonction, de la force musculaire et des capacités cognitives (y compris la négligence spatiale) par rapport à tout type de placebo ou d'intervention témoin.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment évalué la qualité des essais et le risque de biais, extrait des données et appliqué les critères GRADE. Si nécessaire, nous avons contacté les auteurs de l'étude pour leur demander des informations complémentaires. Nous avons recueilli des informations sur les abandons et les événements indésirables à partir des rapports d'essais.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 67 études portant sur un total de 1729 patients après un accident vasculaire cérébral. Nous avons également identifié 116 études en cours. Le risque de biais n'a pas varié de manière significative selon les comparaisons et les critères de jugement. La majorité des participants avaient subi un accident vasculaire cérébral ischémique, avec un âge moyen compris entre 43 et 75 ans, dans la phase aiguë, post-aiguë et chronique après l'accident, et le niveau déficience variait de grave à moins grave. Les études incluses différaient en termes de type, de lieu et de durée de la stimulation, de quantité de courant délivré, de taille et de positionnement des électrodes, ainsi que de type et de localisation de l'accident vasculaire cérébral.

Nous avons trouvé 23 études avec 781 participants examinant les effets de la STCC par rapport à une simulation de STCC (ou toute autre intervention passive) sur notre critère de jugement principal, les AVQ après un accident vasculaire cérébral. Dix-neuf études portant sur 686 participants ont fait état de valeurs absolues et ont montré des données probantes de l’effet concernant les AVQ à la fin de la période d'intervention (différence moyenne standardisée (DMS) 0,28, intervalle de confiance (IC) à 95% 0,13 à 0,44 ; modèle à effets aléatoires ; données probantes de qualité modérée). Quatre études menées auprès de 95 participants ont fait état de scores de changement et ont montré un effet (DMS 0,48, IC à 95 % 0,02 à 0,95 ; données probantes de qualité modérée). Six études menées auprès de 269 participants ont évalué les effets de la STCC sur les AVQ à la fin du suivi et ont fourni des valeurs absolues, et ont constaté une amélioration des AVQ (DMS 0,31, IC à 95 % 0,01 à 0,62 ; données probantes de qualité modérée). Une étude menée auprès de 16 participants a fourni des scores de changement et n'a trouvé aucun effet (DMS -0,64, IC à 95 % -1,66 à 0,37 ; données probantes de faible qualité). Toutefois, les résultats ne persistaient pas dans une analyse de sensibilité ne comprenant que des essais avec assignation secrète appropriée.

Trente-quatre essais avec un total de 985 participants ont mesuré la fonction des membres supérieurs à la fin de la période d'intervention. Vingt-quatre études portant sur 792 participants et présentant des valeurs absolues n'ont pas constaté d’effet en faveur de la STCC (DMS 0,17, IC à 95 % -0,05 à 0,38 ; données probantes de qualité modérée). Dix études menées auprès de 193 participants et présentant des valeurs de changement n'ont pas également constaté d’effet (DMS 0,33, IC à 95 % -0,12 à 0,79 ; données probantes de faible qualité). En ce qui concerne les effets de la STCC sur la fonction des membres supérieurs à la fin du suivi, nous avons identifié cinq études avec un total de 211 participants (valeurs absolues) sans effet (DMS -0,00, IC à 95 % -0,39 à 0,39 ; données probantes de qualité modérée). Trois études menées auprès de 72 participants présentant des scores de changement ont mis en évidence un effet (DMS 1,07 ; IC à 95% 0,04 à 2,11 ; données probantes de faible qualité). Douze études menées auprès de 258 participants ont rapporté des critères de jugement concernant la fonction des membres inférieurs et 18 études menées auprès de 553 participants ont rapporté des critères de jugement concernant la force musculaire à la fin de la période d'intervention, mais il n'y avait pas d’effet (données probantes de haute qualité). Trois études menées auprès de 156 participants ont fourni des données sur les critères de jugement concernant la force musculaire au moment du suivi, mais il n'y avait pas de données probantes indiquant un effet (données probantes de qualité modérée). Deux études menées auprès de 56 participants n'ont pas trouvé de données probantes indiquant un effet de la STCC sur les capacités cognitives (données probantes de faible qualité), mais une étude menée auprès de 30 participants a trouvé des données probantes de l'effet de la STCC concernant l’amélioration de la négligence spatiale (données probantes de très faible qualité). Dans 47 études portant sur 1330 participants, les proportions d'abandons et d'événements indésirables étaient comparables entre les groupes (risque relatif (RR) 1,25, IC à 95 % 0,74 à 2,13 ; modèle à effets aléatoires ; données probantes de qualité modérée).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Carole Lescure et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.