Les technologies d'assistance pour le soutien de la mémoire dans la démence

Question de la revue

Nous voulions déterminer à partir d'une revue des preuves si les technologies d'assistance peuvent aider les personnes ayant une démence à surmonter certains des effets de leurs problèmes de mémoire.

Contexte

La démence entraîne des problèmes de mémoire compliquant progressivement la réalisation des activités quotidiennes, par exemple, cuisiner, se rappeler des rendez-vous ou prendre ses médicaments. Les problèmes de mémoire vécus peuvent avoir un large impact négatif sur les personnes ayant une démence, et peuvent être source de confusion, d'anxiété, de gêne, ou mener à une dépression. La diminution de la capacité à réaliser des activités quotidiennes peut causer du stress pour les proches aidants qui sont alors préoccupés par la sécurité et le bien-être de cette personne. Un éventail de dispositifs électroniques — le plus souvent appelés technologies d'assistance (ou TA dans cette revue), et parfois aussi technologies d'assistance électronique (TAE) — ont été développés pour soutenir les personnes ayant une démence. Les dispositifs peuvent être divisés en quatre catégories : l'offre d'un soutien avec des informations générales et personnelles (par ex. des tableaux numériques contenant des informations sociales) ; un soutien pratique face aux problèmes causés par les symptômes de la démence, en particulier la perte de mémoire (par ex. une boîte électronique distribuant les médicaments, un journal personnel électronique) ; un soutien pour les contacts sociaux (par ex. des téléphones à images, des robots « de compagnie » interactifs) ; et le soutien quant aux risques perçus pour la santé et la sécurité (par ex. des dispositifs de repérage, des détecteurs de chute). Dans cette revue, nous nous sommes concentrés sur les dispositifs destinés à aider les personnes à gérer leurs problèmes de mémoire. Nous voulions savoir si les TA sont efficaces pour aider les personnes ayant des problèmes de mémoire en raison d'une démence à réaliser leurs activités quotidiennes et si elles les rendent moins dépendantes d'autres personnes, améliorent leur qualité de vie ou ont un effet sur les admissions dans des établissements de soins. Nous avons également cherché à savoir si les TA ont un impact sur la famille et les soignants rémunérés.

Caractéristiques de l'étude

Nous avons réalisé des recherches de manière systématique pour identifier toutes les études ayant évalué les TA en assignant aléatoirement des personnes ayant une démence à un dispositif de TA ou aux « soins habituels » ou à une stratégie non-technologique pour soutenir la mémoire et en comparant ensuite les résultats. Notre recherche a inclus toutes les preuves disponibles jusqu'au 10 novembre 2016.

Principaux résultats

Nous n'avons trouvé aucune étude répondant à nos critères d'inclusion.

Qualité des preuves

La revue a identifié une grande quantité de la littérature sur le développement des TA, y compris les rapports de chercheurs travaillant avec des personnes ayant une démence et avec leurs aidants dans le but de déterminer le type et le modèle de TA potentiellement utiles. Il y avait également une grande quantité de directives écrites pour les professionnels de santé et pour les utilisateurs potentiels des TA. Nous avons trouvé quelques petites études ayant testé l'efficacité de dispositifs de TA spécifiques, mais les méthodes utilisées n'étaient pas de qualité suffisante pour répondre aux critères de la revue. Par conséquent, nous ne pouvons pas établir avec certitude à l'heure actuelle si les TA peuvent véritablement aider les personnes ayant une démence à gérer leurs problèmes de mémoire. Nous pensons que des recherches supplémentaires doivent être menées dans ce domaine.

Conclusions des auteurs: 

Cette revue met en évidence le manque de preuves de haute qualité permettant de déterminer si les TA sont efficaces pour aider les personnes ayant une démence à gérer leurs problèmes de mémoire.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'intérêt durable dans les technologies d'assistance électronique dans la prise en charge de la démence a été alimenté par le besoin urgent de développer des approches utiles d'aide aux personnes ayant une démence et vivant à domicile. Le faible coût et la grande disponibilité des dispositifs électroniques rend également plus réaliste l'utilisation de dispositifs électroniques pour le bénéfice des personnes ayant un handicap. Les dispositifs technologiques de l'information et de la communication (TIC) conçus pour soutenir les personnes ayant une démence sont généralement appelés technologie d'assistance (TA) ou technologie d'assistance électronique (TAE). Lorsqu'il est question de TA dans cette revue, nous faisons référence aux dispositifs d'assistance électronique. Un éventail de dispositifs de TA ont été développés pour soutenir les personnes ayant une démence ainsi que leurs soignants dans la gestion de leurs activités quotidiennes et l'amélioration de leur sécurité, par exemple au moyen de boîtes électroniques distribuant les médicaments, de téléphones à images ou de dispositifs de repérage. De nombreux dispositifs sont disponibles dans le commerce. Cependant, l'utilité et la facilité d'utilisation de ces dispositifs sont souvent mal évaluées. Bien que des revues portant sur les aide-mémoires (électroniques) existent, une revue systématique des études portant sur l'efficacité des TA pour le soutien de la mémoire chez les personnes ayant une démence fait défaut. Une telle revue pourrait guider les personnes ayant une démence ainsi que leurs soignants professionnels lors du choix des dispositifs de TA adaptés.

Objectifs: 

Objectif principal

Évaluer l'efficacité des TA pour le soutien de la mémoire chez les personnes ayant une démence en termes de performance dans les activités de la vie quotidienne (AVQ), dans les activités instrumentales de la vie quotidienne (AIVQ), sur le degré de dépendance et sur les admissions dans des unités de soins à long terme.

Objectif secondaire

Évaluer l'impact des TA sur : les utilisateurs (autonomie, utilité et facilité d'utilisation, adoption des TA), la fonction cognitive et les symptômes neuropsychiatriques, la nécessité d'obtenir des soins formels et informels, la qualité de vie perçue, le fardeau sur les aidants informels, l'estime de soi et les sentiments de compétence, la satisfaction, la charge de travail et le sentiment de compétence des soignants formels, et les événements indésirables.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans ALOIS, le registre spécialisé du groupe Cochrane sur la démence et les autres troubles cognitifs (CDCIG), le 10 novembre 2016. ALOIS est maintenu par le spécialiste de l'information du CDCIG et contient des études dans les domaines de la prévention de la démence, du traitement de la démence et des améliorations cognitives chez les personnes en bonne santé. Nous avons également effectué des recherches dans les bases de données suivantes, tout en adaptant la stratégie de recherche en cas de besoin : les bases de données du Centre for Reviews and Dissemination (CRD), jusqu'à mai 2016, les Collection of Computer Science Bibliographies, la DBLP Computer Science Bibliography, les HCI Bibliography : Human-Computer Interaction Resources, et sur AgeInfo, jusqu'à juin 2016, sur PiCarta, Inspec, Springer Link Lecture Notes, Social Care Online, et la IEEE Computer Society Digital Library, jusqu'à octobre 2016, sur J-STAGE : Japan Information Science and Technology Aggregator, Electronic et la Networked Computer Science Technical Reference Library (NCSTRL), jusqu'à novembre 2016, dans le Computing Research Repository (CoRR) jusqu'à décembre 2016, et sur OT seeker, et ADEAR, jusqu'à février 2017. En outre, nous avons effectué des recherches dans Google Scholar et sur OpenSIGLE pour identifier la littérature grise.

Critères de sélection: 

Nous avions prévu d'inclure des essais contrôlés randomisés (ECR) et des essais randomisés en grappes avec évaluation en aveugle des résultats, évaluant un dispositif d'assistance électronique utilisé dans le seul but de soutenir la mémoire chez des personnes ayant une démence. Les interventions de comparaison pouvaient être « les soins (ou un traitement) habituels » ou des interventions psychosociales non-technologiques (y compris les interventions faisant recours à des dispositifs d'assistance non électroniques), visant également spécifiquement à soutenir la mémoire. Les mesures des résultats incluaient les activités de la vie quotidienne, le degré de dépendance, et les critères de jugement cliniques liés aux soins (par exemple, l'admission dans des unités de soins à long terme), la qualité de vie perçue et le bien-être, et les événements indésirables dus à l'utilisation des TA, ainsi que les effets des TA sur les soignants.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment examiné tous les titres et résumés identifiés par les recherches.

Résultats principaux: 

Nous n'avons identifié aucune étude répondant aux critères d'inclusion.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Martin Vuillème et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.