Comparaison des interventions chirurgicales pour le décollement de la rétine

Objectif de la revue
Le but de cette revue Cochrane était de comparer la vitrectomie par la pars plana (VPP) à la chirurgie épisclérale dans le traitement du décollement de la rétine. Les auteurs de la Revue Cochrane ont cherché des études pertinentes pour répondre à cette question et ont trouvé 10 études.

Principaux messages
Il pourrait y avoir peu ou pas de différence entre la VPP et la chirurgie épisclérale en termes de succès de l'opération et d’amélioration de la vision. La PPV peut être associée à une récidive moindre du décollement. Certains effets indésirables, comme la progression de la cataracte ou les nouvelles ruptures iatrogènes, semblaient plus fréquents dans le groupe PPV, tandis que le décollement choroïdien était plus fréquent dans le groupe de chirurgie épisclérale.

Quel est l’objet de la revue ?
Le décollement rétinien rhegmatogène (DRR) est le type de décollement rétinien le plus fréquent. C'est la séparation de la rétine (le tissu photosensible à l'arrière de l'œil) de sa couche sous-jacente dans l'œil. Cela se produit en raison de ruptures ou de déchirures rétiniennes, qui conduisent à la fuite de l’humeur vitrée (la substance transparente qui remplit le centre de l'œil) sous la rétine.

La VPP est une intervention chirurgicale qui consiste à retirer le vitré de l'œil par la pars plana.

La chirurgie épisclérale nécessite l'application d'une pression locale sur la rétine par suture d'un matériau (silicone) sur la partie externe de l'œil (sclère), afin de le pousser vers l'intérieur. La PPV consiste à retirer le vitré, à l'aide d'un laser pour sceller l’incision, et à injecter de l'huile de silicone dans la cavité vitrée pour exercer une pression sur la rétine. La PPV peut être combinée avec la chirurgie épisclérale si nécessaire.

Principaux résultats de la revue
Les auteurs de la Revue Cochrane ont trouvé 10 études pertinentes avec 1307 participants d'Europe, d'Inde, d'Iran, du Japon et du Mexique. Toutes les études ont comparé la chirurgie épisclérale contre la PPV seule, et la chirurgie épisclérale contre la PPV ajoutée à la chirurgie épisclérale, pour traiter le DRR. Toutes les études ont fait l'objet d'un suivi d'au moins trois mois. Cinq études ont été financées par des sources non commerciales, tandis que les cinq autres études n'ont pas indiqué de source de financement.

Les résultats de la revue montrent que pour les personnes atteintes de DRR, il y a peu ou pas de différence entre la PPV et la chirurgie épisclérale en termes de taux de succès primaire, d'acuité visuelle et de succès anatomique final (faible certitude) ; la PPV est associée à des taux inférieurs de récidive de décollement rétinien comparativement à la chirurgie épisclérale (faible certitude) ; il y avait seulement des données probantes de très faible certitude sur le nombre d'opérations requises et la qualité de vie.

Toutes les études ont signalé des effets indésirables (effets secondaires). Le développement ou la progression de la cataracte était plus fréquent dans le groupe VPP, le détachement choroïdien était plus fréquent dans le groupe de chirurgie épisclérale et des ruptures nouvelles/iatrogènes ont été observées uniquement dans le groupe VPP.

Cette revue est-elle à jour ?
Les auteurs de la Revue Cochrane ont recherché les études qui avaient été publiées jusqu'au 5 décembre 2018.

Conclusions des auteurs: 

Des données de faible ou très faible certitude indiquent qu'il peut y avoir peu ou pas de différence entre la VPP et la chirurgie épisclérale en termes de taux de succès primaire, de gain d'acuité visuelle et de succès anatomique final dans le traitement du DRR primaire. Des données de faible certitude suggèrent qu'il pourrait y avoir moins de récidive de décollement de la rétine dans le groupe de la VPP. Certains effets indésirables semblaient plus fréquents dans le groupe VPP, comme la progression de la cataracte et de nouvelles ruptures iatrogènes, tandis que d'autres étaient plus fréquents dans le groupe de chirurgie épisclérale, comme le décollement choroïdien.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le décollement rétinien rhegmatogène (DRR) est une séparation de la rétine neurosensorielle de l'épithélium pigmentaire rétinien sous-jacent. Il est causé par des déchirures rétiniennes, qui laissent passer l’humeur vitrée vers l'espace sous-rétinien. La vitrectomie par la pars plana (VPP), la chirurgie épisclérale et la rétinopexie sont trois stratégies de traitement acceptées dont l'efficacité demeure controversée. La rétinoplexie fait l'objet d'une Revue Cochrane séparée.

Objectifs: 

L'objectif principal de cette étude était d'évaluer l'efficacité de la PPV par rapport à la chirurgie épisclérale pour le traitement du DRR simple (DRR primaire de toute extension avec une taille de rupture jusqu'à 60 degrés, indépendamment de leur localisation antérieure/postérieure) chez les personnes avec (phakia) ou sans (aphakia) lentilles naturelles dans les yeux, ou avec une lentilles artificielles (pseudophakia). Un objectif secondaire était d'évaluer toute donnée sur les mesures économiques et sur la qualité de vie.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait une recherche dans CENTRAL, qui contient le Cochrane Eyes and Vision Trials Register ; MEDLINE ; Embase ; LILACS ; le registre ISRCTN ; ClinicalTrials.gov et l'OMS ICTRP. La date de la recherche était le 5 décembre 2018.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais cliniques comparatifs et randomisés (ECR) comparant la VPP à la chirurgie épisclérale avec un suivi d'au moins trois mois.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé la méthodologie standard de Cochrane. Deux auteurs de la revue ont extrait indépendamment les données et les caractéristiques des études jugées admissibles à la suite d'une sélection initiale. Nous avons examiné les critères de jugement suivants : réapplication rétinienne primaire, acuité visuelle postopératoire, succès anatomique final, récidive du décollement rétinien, nombre d'interventions nécessaires pour obtenir un succès anatomique final, qualité de vie et effets indésirables. Nous avons évalué la qualité des données probantes à l'aide du système GRADE.

Résultats principaux: 

Cette revue comprenait 10 ECR (1 307 yeux de 1 307 participants) d'Europe, d'Inde, d'Iran, du Japon et du Mexique, qui ont comparé la VPP et la chirurgie épisclérale pour la réparation du DRR. Deux de ces 10 études ont comparé la VPP combinée à la chirurgie épisclérale avec la chirurgie épisclérale seule (54 participants). Toutes les études présentaient un risque élevé ou incertain de biais dans au moins un domaine. Cinq études ont été financées par des sources non commerciales, tandis que les cinq autres études n'ont pas indiqué de source de financement.

Il n'y avait que peu ou pas de différence dans la proportion de participants chez qui on parvient à une réapplication, au moins 3 mois après l'opération, dans le groupe VPP par rapport à ceux du groupe de chirurgie épisclérale (ratio de risque (RR) 1,07, intervalles de confiance à 95% (IC) 0,98 à 1,16 ; 9 ECR, 1261 participants, preuves de faible certitude). Environ 67 personnes sur 100 traitées avec la chirurgie épisclérale ont eu une réapplication rétinienne dans les 3 à 12 mois. Le traitement par VPP peut entraîner la réapplication rétinienne de 4 personnes supplémentaires pour 100 personnes traitées (intervalle de confiance (IC) de 95 % : 2 de moins à 11 de plus).

Il n'y avait aucun signe de différence importante dans l'acuité visuelle postopératoire entre les participants du groupe VPP et ceux du groupe de chirurgie épisclérale (différence moyenne (DM) 0,00 logMAR, IC à 95 % -0,09 à 0,10, 6 ECR, 1138 participants, données probantes de faible certitude).

Il n'y avait que peu ou pas de différence dans le succès anatomique final entre les participants du groupe VPP et ceux du groupe de chirurgie épisclérale (RR 1,01, IC à 95 % : 0,99 à 1,04, 9 ECR, 1 235 participants, données probantes de faible certitude). 94 personnes sur 100 traitées avec l’intervention contrôle (chirurgie épisclérale) ont obtenu un succès anatomique final contre 96 sur 100 dans le groupe VPP.

On a signalé une récidive de décollement de la rétine chez une proportion de participants plus faible dans le groupe VPP que dans le groupe de chirurgie épisclérale (RR 0,75 (IC à 95 % : 0,59 à 0,96, 9 ECR, 1 320 participants, données probantes de faible certitude). Environ 28 personnes sur 100 traitées par chirurgie épisclérale ont eu un décollement de la rétine dans les 3 à 36 mois. Le traitement par VPP peut entraîner une diminution de 7 décollements de la rétine pour 100 personnes traitées (IC à 95 % : 1 à 11 patients en moins).

Les participants traités par VPP avaient en moyenne besoin de moins d'interventions pour obtenir un succès anatomique final, mais la différence était faible et des données étaient faussées (DM -0,20, IC à 95 % -0,34 à -0,06, 2 ECR, 682 participants, données de très faible certitude).

Des données de très faible certitude sur la qualité de vie suggèrent qu'un plus grand nombre de personnes du groupe VPP étaient "satisfaites de leur vision" comparativement au groupe de chirurgie épisclérale (RR 6,22, IC à 95 % : 0,88 à 44,09, 1 ECR, 32 participants).

Toutes les études incluses ont signalé des effets indésirables, mais il n'était pas toujours clair s'il s'agissait du report du nombre de participants ou du nombre d'effets indésirables. Le développement ou la progression de la cataracte était plus fréquent dans le groupe VPP (RR 1,71, IC à 95 % 1,45 à 2,01), le décollement choroïdien était plus fréquent dans le groupe de chirurgie épisclérale (RR 0,19, IC à 95 % 0,06 à 0,65) et des ruptures nouvelles/iatrogènes ont été observées uniquement dans le groupe VPP (RR 8,21, IC à 95 % 1,91 à 35,21). Les estimations de la fréquence relative d'autres effets indésirables, y compris la prolifération vitrorétinienne postopératoire, l'augmentation postopératoire de la pression intraoculaire, le développement de l'œdème maculaire cystoïde, la membrane épirétinienne épimaculaire et le strabisme étaient imprécises. Les données probantes concernant les effet indésirables étaient de faible certitude.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Sofyan Jankowski et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.