Interventions psychologiques en cas de psychose chez les adolescents

Problématique de la revue

Les interventions psychologiques sont-elles efficaces et sûres pour les adolescents souffrant de psychose ? Y a-t-il des différences d'effet entre les différentes interventions psychologiques ?

Contexte

La psychose est une maladie mentale caractérisée par des altérations des pensées et des perceptions telles que les délires (fausses croyances) et les hallucinations (voir ou entendre des choses que les autres ne voient ou n'entendent pas) et elle peut survenir pendant l'adolescence. Dans ce cas, le jeune doit consulter un professionnel de la santé mentale qui lui prescrira souvent des médicaments. Toutefois, en supplément des médicaments, les adolescents souffrant de psychose sont susceptibles de bénéficier de traitements psychologiques adaptés à leur âge (séances de psychothérapie), tels que la thérapie par remédiation cognitive, la psychoéducation, la thérapie familiale et la psychothérapie de groupe. Ces interventions peuvent répondre à des besoins sociaux et psychologiques tels que l'intégration avec les pairs et le traitement de la stigmatisation et de l'exclusion. Nous avons examiné les effets de ces interventions sur les jeunes souffrant de psychose à l'aide de données provenant d'essais contrôlés randomisés.

Recherche

Le spécialiste de l'information du groupe Cochrane sur la schizophrénie a recherché dans leur registre d'essais en mai 2016 et mars 2019 des essais qui répartissaient de manière aléatoire les adolescents psychotiques entre différents groupes de traitement. Les groupes de traitement pouvaient comprendre des interventions psychologiques (avec ou sans leur traitement habituel), des médicaments seuls, un traitement habituel ou d'autres interventions psychologiques (avec ou sans leur traitement habituel).

Essais trouvés

Cette revue ne porte que sur sept essais menés dans différentes parties du monde. Les essais ont comparé une variété de différentes interventions psychologiques avec le traitement habituel ou avec d'autres types d'interventions psychologiques et ils ont signalé de différents critères de jugement, ce qui rend difficile la comparaison d'une étude avec une autre. Nous nous sommes intéressés à l'effet de ces traitements sur sept critères de jugement : état global, état mental, effets indésirables, fonctionnement cognitif, fonctionnement global, utilisation des services et abandon précoce de l'étude. Aucune donnée sur les effets néfastes n’a été observée dans les études incluses.

Résultats

Effet absolu des interventions psychologiques (IP) ( comparaison des IP avec le traitement habituel (TH))

Nos analyses des données rapportées suggèrent que la thérapie par remédiation cognitive pourrait aider à améliorer la mémoire à court terme (une fonction cognitive), mais que le traitement habituel pourrait être meilleur que l’essai clinique randomisé (ECR) pour améliorer l'état mental. La thérapie de groupe peut également être utile pour améliorer l'état global. Toutes les autres analyses des principaux critères de jugement ont montré que les IP n'avaient que peu ou pas d'effet par rapport au TH.

Effets relatifs des IP (comparaison d'un type d'IP avec un autre type d'IP)

Nos analyses n'ont montré aucune différence réelle entre les différents types d'IP.

Conclusions

Certaines interventions psychologiques pourraient avoir des effets bénéfiques sur certains critères de jugement mais, dans l'ensemble, la plupart des résultats suggèrent peu ou pas d'effet. Cependant, tous nos résultats étaient basés sur des données provenant d'un très petit nombre d'études incluant un petit nombre de participants. Nous avons également des doutes sur les méthodes utilisées dans ces études. Il existe donc une grande incertitude quant à la fiabilité de ces résultats et nous ne pouvons pas tirer de conclusions définitives sur la base de ces données probantes. Des essais contrôlés randomisés pertinents et bien conduits sont donc nécessaires.

Conclusions des auteurs: 

La plupart de nos estimations d'effet pour nos principaux critères de jugement sont ambigus. Un effet est suggéré pour seulement quatre critères de jugement dans les tableaux récapitulatifs des résultats présentés. Par rapport au traitement habituel, la thérapie par remédiation cognitive pourrait avoir un effet positif sur le fonctionnement cognitif, cependant la même étude rapporte des données suggérant que le traitement habituel pourrait avoir un effet positif sur l'état mental. Une autre étude comparant la thérapie psychosociale de groupe avec le traitement habituel rapporte des données suggérant que la thérapie psychosociale de groupe pourrait avoir un effet positif sur l'état global. Cependant, l'estimation des effets pour tous les principaux critères de jugement de notre revue doit être interprétée avec grande prudence car les résultats sont basés sur des données provenant d'un petit nombre d'études présentant un risque de biais variable. De nouvelles données pourraient modifier ces résultats et des études plus importantes et de meilleure qualité sont nécessaires avant de pouvoir tirer des conclusions définitives concernant les effets des interventions psychologiques sur les adolescents souffrant de psychose.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La psychose est une maladie caractérisée par une altération des pensées et des perceptions qui entraîne des délires et des hallucinations. La psychose est rare chez les adolescents, mais elle peut avoir des conséquences graves. Les médicaments antipsychotiques constituent le traitement de base et se sont avérés efficaces. Cependant, des données probantes récentes sur les interventions psychologiques telles que la thérapie par remédiation cognitive, la psychoéducation, la thérapie familiale et la psychothérapie de groupe qui pourraient être utiles pour les adolescents souffrant de psychose.

Objectifs: 

Évaluer les effets de diverses interventions psychologiques pour les adolescents souffrant de psychose.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre des essais du groupe Cochrane sur la schizophrénie, basé sur des études, et les registres des essais cliniques (dernier accès, le 8 mars 2019).

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés comparant diverses interventions psychologiques avec le traitement habituel ou d'autres traitements psychologiques pour les adolescents souffrant de psychose. Pour les analyses, nous avons inclus les essais répondant à nos critères d'inclusion et rapportant des données utilisables.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons examiné les études de manière indépendante et fiable et nous avons évalué le risque de bias des études incluses. Pour les données dichotomiques, nous avons calculé le risque relatif (RR) et l’intervalle de confiance (IC) à 95 % sur la base de l'intention de traiter. Pour les données continues, nous avons utilisé la différence moyenne (DM) et les IC à 95 %. Nous avons utilisé un modèle à effets aléatoires pour les analyses. Nous avons créé un tableau récapitulatif des résultats en utilisant GRADE.

Résultats principaux: 

La présente revue comprend 7 études (n = 319) évaluant un groupe hétérogène d'interventions psychologiques avec un risque de biais variable. Aucune des études n'a fait état d'effets indésirables et n'a été financée par l'industrie pharmaceutique. Nous résumons ci-dessous les principaux résultats de quatre des six comparaisons, ainsi que leurs valeurs probantes (sur la base de GRADE). Tous les scores de l'échelle sont des scores des critères d'évaluation moyens.

Thérapie par remédiation cognitive (TRC) associée au Traitement habituel (TH) comparée au TH seul

Deux études ont comparé le TH seul à l'ajout d'une TRC au TH des participants. Une étude a rapporté l'état global (échelle CGAS, élevé = bon). Il n'y avait pas de différence évidente entre les groupes de traitement (DM -4,90, IC à 95 % de -11,05 à 1,25 ; participants = 50 ; études = 1, données probantes d’un niveau de confiance très faible). Une étude a signalé l'état mental (échelle PANSS, élevé = mauvais). Les scores étaient nettement inférieurs dans le groupe du TH (DM 8,30, IC à 95 % de 0,46 à 16,14 ; participants = 50 ; études = 1 ; données probantes d’un niveau de confiance très faible). Un nombre nettement plus élevé de participants du groupe du TRC a montré une amélioration du fonctionnement cognitif (test de mémoire des chiffres) par rapport aux chiffres montrant une amélioration dans le groupe du TH (1 étude, n = 31, RR 0,58, IC à 95 % de 0,37 à 0,89 ; données probantes d’un niveau de confiance très faible). Pour le fonctionnement global (échelle VABS, élevé = bon), notre analyse des scores déclarés n'a pas montré de différence évidente entre les groupes de traitement (DM 5,90, IC à 95 % de -3,03 à 14,83 ; participants = 50 ; études = 1 ; données probantes d’un niveau de confiance très faible). Le nombre de participants quittant l'étude prématurément était similaire dans chaque groupe (RR 0,93, IC à 95% de 0,32 à 2,71 ; participants = 91 ; études = 2 ; données probantes d’un niveau de confiance faible).

Thérapie psychosociale de groupe (TPG) associée au TH comparée au TH seul

Une étude a évalué les effets de l'ajout d'une TPG au traitement habituel des participants. Les scores globaux d'état (échelle CGAS, élevé = bon) étaient nettement plus élevés dans le groupe TPG (DM 5,10, IC à 95 % de 1,35 à 8,85 ; participants = 56 ; études = 1 ; valeur probante très faible), mais il y avait peu ou pas de différence évidente entre les groupes pour les scores d'état mental (échelle PANSS, élevé = mauvais, DM -4.10, IC à 95 % de -8,28 à 0,08 ; participants = 56 ; études = 1, valeur probante très faible) et aucune différence évidente entre les groupes pour le nombre de participants quittant l'étude prématurément (RR 0,43, IC à 95 % de 0,15 à 1,28 ; participants = 56 ; études = 1 ; données probantes d’un niveau de confiance très faible).

Programme de remédiation cognitive (PRC) associé au Programme de traitement psychoéducatif (PTP) comparé au PTP seul

Une étude a évalué les effets de la combinaison de deux types d'interventions psychologiques (PRC + PTP) avec le PTP seul. Les scores globaux d'état (échelle GAS, élevé = bon) ne présentaient pas de différences évidentes (DM 1,60, IC à 95 % de -6,48 à 9,68 ; participants = 25 ; études = 1 ; données probantes d’un niveau de confiance très faible), tout comme les scores d'état mental (BPRS total, élevé = mauvais, DM -5.40, IC à 95 % de -16,42 à 5,62 ; participants = 24 ; études = 1 ; données probantes d’un niveau de confiance très faible), et les scores de fonctionnement cognitif (SPAN-12, élevé = bon, DM 2,40, IC à 95 % de -2,67 à 7,47 ; participants = 25 ; études = 1 ; données probantes d’un niveau de confiance très faible).

Psychoéducation (PE) associée au traitement multifamilial (TMF) par rapport à la psychothérapie de groupe non structurée (tous à long terme)

Une étude a comparé PE + TMF avec la psychothérapie de groupe non structurée. L'analyse des scores d'état globaux rapportés (échelle CGAS, élevé = bon, DM 3,38, IC à 95 % de -4,87 à 11,63 ; participants = 49 ; études = 1 ; données probantes d’un niveau de confiance très faible) et des scores d'état mental (échelle PANSS total, élevé = mauvais, DM -8,23, IC à 95 % de -17,51 à 1,05 ; participants = 49 ; études = 1 ; données probantes d’un niveau de confiance très faible) n'a montré aucune différence évidente. Le nombre de participants nécessitant une hospitalisation (RR 0,84, IC à 95 % de 0,36 à 1,96 ; participants = 49 ; études = 1) et le nombre de participants quittant l'étude prématurément dans chaque groupe étaient également similaires (RR 0,52, IC à 95 % de 0,10 à 2,60 ; participants = 55 ; études = 1 ; données probantes d’un niveau de confiance faible).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Elisa Callegari et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.