Tests antibiotiques sur biofilms contre tests standard pour orienter le traitement antibiotique de la mucoviscidose

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

La principale cause de décès chez les personnes atteintes de mucoviscidose est liée à une infection pulmonaire chronique. Les traitements antibiotiques permettent à ces personnes de vivre plus longtemps. Les antibiotiques sont généralement choisis après avoir été testés sur des bactéries cultivées en milieu liquide en laboratoire. Toutefois, certaines bactéries, comme le Pseudomonas aeruginosa, ne se développent pas dans le liquide des poumons des personnes atteintes de mucoviscidose, mais plutôt dans un film biologique appelé « biofilm ». Le test en laboratoire d'antibiotiques sur le Pseudomonas aeruginosa cultivé dans un biofilm plutôt qu'en milieu liquide peut fournir des résultats qui permettront de mieux orienter le choix de l'antibiotique, et donc d'améliorer les résultats cliniques dans le traitement des infections pulmonaires chez les personnes atteintes de mucoviscidose.

Nous n'avons pu inclure qu'un seul essai dans cette revue. Il s'agissait d'un essai clinique randomisé contrôlé, multicentrique et en double aveugle, impliquant 39 participants (20 dans le groupe du biofilm et 19 dans le groupe conventionnel). Cet essai visait à déterminer si l'utilisation des résultats du test d'antibiotiques sur le Pseudomonas aeruginosa cultivé en tant que biofilm plutôt qu'en milieu liquide améliorait les résultats chez les personnes atteintes de mucoviscidose avec infections pulmonaires. Le principal critère de jugement était la diminution de la quantité de bactéries dans les expectorations de chaque participant, avant et après le traitement antibiotique, dans chaque groupe. Aucune différence n'a été constatée dans la réduction des bactéries contenues dans les expectorations ni dans l'amélioration de la fonction pulmonaire entre les deux groupes. L'intervention était aussi sure dans les deux groupes.   

L'essai était limité par le petit nombre de participants et le fait que les antibiotiques étaient administrés alors que les patients se portaient bien, ce qui n'est généralement pas le cas dans la pratique clinique. Toutefois, l'essai a montré que le choix des antibiotiques après test sur biofilm est une intervention sure pour les personnes atteintes de mucoviscidose. Des essais cliniques complémentaires sur le sujet sont nécessaires pour résoudre certaines des limites actuelles.

Conclusions des auteurs: 

Les données actuelles sont insuffisantes pour recommander de choisir les antibiotiques en se fondant sur des tests de susceptibilité antimicrobienne sur biofilm, plutôt que sur des tests de susceptibilité antimicrobienne conventionnels, dans le traitement des infections pulmonaires dues au Pseudomonas aeruginosa chez les personnes atteintes de mucoviscidose. De futurs essais cliniques randomisés sur ce sujet permettront peut-être d'éclaircir cette question.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les antibiotiques utilisés pour traiter les infections pulmonaires chez les personnes atteintes de mucoviscidose sont généralement choisis en se fondant sur les résultats des tests de susceptibilité antimicrobienne réalisés sur des bactéries habituellement cultivées en mode planctonique (milieu liquide). Toutefois, il existe des données considérables suggérant que le Pseudomonas aeruginosa se développe en fait dans un biofilm (ou film biologique) dans les voies aériennes des patients atteints de mucoviscidose avec infections pulmonaires chroniques. Par conséquent, le choix des antibiotiques fondé sur un biofilm, plutôt que sur les tests de susceptibilité antimicrobienne conventionnels, pourrait améliorer la réponse au traitement du Pseudomonas aeruginosa chez les personnes atteintes de mucoviscidose.

Objectifs: 

Comparer le traitement basé sur les tests de susceptibilité antimicrobienne sur biofilm avec le traitement basé sur les tests de susceptibilité antimicrobienne conventionnels dans le traitement des infections dues au Pseudomonas aeruginosa chez les personnes atteintes de mucoviscidose.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais du groupe Cochrane sur la mucoviscidose et les autres maladies génétiques, réalisé une compilation à partir de recherches réalisées dans des bases de données électroniques. Nous avons également effectué des recherches manuelles dans des journaux et actes de conférence. Nous avons également effectué des recherches dans un registre des essais en cours et dans les listes bibliographiques des articles et revues pertinents.

Date des recherches les plus récentes : 2 août 2012.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés comparant les traitements antibiotiques fondés sur des tests de sensibilité antimicrobienne sur biofilm et les traitements antibiotiques fondés sur des tests de sensibilité antimicrobienne conventionnels dans le traitement des infections pulmonaires due au Pseudomonas aeruginosa chez les personnes atteintes de mucoviscidose.

Recueil et analyse des données: 

Les deux auteurs ont sélectionné les essais, évalué les risques de biais et extrait les données des essais admissibles de manière indépendante. De plus, les auteurs ont contacté les chercheurs des essais afin d'obtenir des informations supplémentaires.

Résultats principaux: 

La recherche a permis d'identifier un essai clinique randomisé contrôlé, multicentrique et en double aveugle pouvant être inclus dans la revue (39 participants). Cet essai évaluait de manière prospective si l'utilisation de tests de susceptibilité antimicrobienne sur biofilm permettait d'améliorer les résultats cliniques et microbiologiques chez les participants atteints de mucoviscidose et infectés par le Pseudomonas aeruginosa. Le principal critère de jugement était le changement de densité du Pseudomonas aeruginosa contenu dans les expectorations entre le début et la fin du traitement antibiotique. Le changement moyen (écart type) dans la densité en log10unités formant colonie par gramme s'élevait à -2,94 (2,83) dans le groupe du biofilm et -3,27 (3,09) dans le groupe témoin, pour une différence moyenne de 0,28 (intervalle de confiance à 95 % : -1,98 à 2,54) (P = 0,8). Les données n'ont pas fourni de preuves indiquant que les tests de sensibilité sur biofilm étaient supérieurs aux tests de sensibilité conventionnels.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.