Tests d’antibiotiques sur biofilms contre tests standard pour orienter le traitement antibiotique de la mucoviscidose

Problématique de la revue

Nous avons examiné les données probantes disponibles pour déterminer quelle méthode de test était la meilleure pour décider quels antibiotiques utiliser pour traiter une poussée de symptômes chez les personnes atteintes de mucoviscidose ; s'il est préférable de tester les antibiotiques sur les bactéries Pseudomonas aeruginosa (insectes) lorsqu'elles sont cultivées dans une couche de gélose (biofilm) ou lorsqu'elles sont cultivées dans un liquide. Nous voulions savoir si l'une de ces méthodes permettrait de faire de meilleurs choix d'antibiotiques avec de meilleurs résultats cliniques.

Contexte

L'infection pulmonaire à long terme est la principale cause de décès chez les personnes atteintes de mucoviscidose. Les traitements antibiotiques contre ces infections ont aidé les personnes atteintes de mucoviscidose à vivre plus longtemps. Les médecins choisissent généralement les antibiotiques à utiliser après les avoir testés contre des bactéries cultivées à partir d'échantillons prélevés sur la personne infectée. Ces bactéries sont cultivées dans un liquide en laboratoire ; mais dans la vie réelle, des bactéries telles que les Pseudomonas aeruginosa ne se développent pas dans un liquide dans les poumons des personnes atteintes de mucoviscidose, mais dans une couche visqueuse appelée biofilm. Les tests en laboratoire des antibiotiques contre les Pseudomonas aeruginosa cultivés dans un biofilm plutôt que dans un liquide pourraient donner des résultats conduisant à de meilleurs choix d'antibiotiques avec de meilleurs résultats cliniques lors du traitement des infections pulmonaires chez les personnes atteintes de mucoviscidose.

Date des recherches

La dernière recherche de données probantes date du 7 avril 2020.

Caractéristiques des études

Nous avons inclus deux essais, l'un aux États-Unis (chez des personnes cliniquement stables) et l'autre au Canada (chez des personnes présentant une exacerbation ou une poussée respiratoire). Au total, 78 personnes de ces essais ont fourni des échantillons d'expectorations. Les bactéries de ces échantillons ont été cultivées soit dans un liquide (34 échantillons), soit dans un biofilm (44 échantillons), avec une chance égale d'être cultivées dans l'un ou l'autre. Ni les participants ni leurs cliniciens ne savaient avant ou pendant l'essai quelle méthode avait été utilisée pour l'échantillon de chaque personne. Un mélange d'adultes et d'enfants a participé aux essais, l'âge moyen étant d'environ 20 à 30 ans. Il y avait un nombre égal d'hommes et de femmes dans les deux essais. Environ la moitié des personnes participant aux essais possédaient deux copies du gène delta F508 et il y en avait un nombre presque égal dans chaque groupe. La fonction pulmonaire moyenne dans les deux groupes était similaire.

Principaux résultats

Le critère de jugement principal des deux essais était la diminution de la quantité de bactéries dans les expectorations des personnes de chaque groupe après traitement antibiotique. Il n'y avait aucune différence dans les niveaux de bactéries trouvés dans les expectorations ou dans l'amélioration de la fonction pulmonaire entre les deux groupes dans les deux essais. Dans les deux essais, un nombre similaire d'individus dans chaque groupe ont eu un effet secondaire léger ou modéré. Aucun effet secondaire grave n'a été rapporté par les participants dans l'une ou l'autre de ces études. Les données probantes ne montrent pas qu'une méthode de test est meilleure que l'autre et que les personnes recevant des antibiotiques choisis sur la base de l'une ou l'autre méthode ont des chances égales de subir des effets secondaires.

Qualité des données probantes

La qualité des données probantes était assez bonne car les personnes avaient des chances égales d'être dans l'un ou l'autre groupe et ne savaient pas dans quel groupe de test elles se trouvaient. Cela signifie que nous ne pensons pas que les résultats de l'essai auraient été affectés à cause de cela.

Conclusions des auteurs: 

Les données probantes actuelles sont insuffisantes pour recommander de choisir les antibiotiques en se fondant sur des tests de susceptibilité antimicrobienne sur biofilm, plutôt que sur des tests de susceptibilité antimicrobienne conventionnels, dans le traitement des infections pulmonaires à Pseudomonas aeruginosa chez les personnes atteintes de mucoviscidose. Les tests de sensibilité antimicrobienne sur biofilm pourraient être plus appropriés pour le développement de nouvelles formulations plus efficaces de médicaments pouvant ensuite être testés dans des essais cliniques.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les cliniciens sélectionnent généralement les antibiotiques utilisés pour traiter les infections pulmonaires chez les personnes atteintes de mucoviscidose en se basant sur les résultats des tests de sensibilité antimicrobienne effectués sur des bactéries traditionnellement cultivées en mode planctonique (cultivées dans un liquide). Cependant, de nombreuses données probantes suggèrent que les Pseudomonas aeruginosa se développent en fait dans un biofilm (ou couche de gélose) dans les voies respiratoires des personnes atteintes de mucoviscidose ayant des infections pulmonaires chroniques. Par conséquent, le choix des antibiotiques basé sur un biofilm, plutôt que sur les tests de sensibilité antimicrobienne conventionnels, pourrait améliorer la réponse au traitement de la bactérie Pseudomonas aeruginosa chez les personnes atteintes de mucoviscidose. Il s’agit de la mise à jour d'une revue Cochrane déjà publiée.

Objectifs: 

Comparer le traitement basé sur des tests de susceptibilité antimicrobienne sur biofilm au traitement basé sur les tests de susceptibilité antimicrobienne conventionnels dans le traitement des infections à Pseudomonas aeruginosa chez les personnes atteintes de mucoviscidose.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la mucoviscidose, compilé à partir de recherches dans des bases de données électroniques et de recherches manuelles dans des journaux et livrets de résumés de conférences. Date de la recherche la plus récente : 07 avril 2020.

Nous avons également effectué des recherches dans deux registres d'essais en cours et dans les références bibliographies des articles et revues pertinents. Recherches les plus récentes : 07 avril 2020 et 05 septembre 2017.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) d'une antibiothérapie basée sur des tests de sensibilité antimicrobienne sur biofilm, comparés à une antibiothérapie basée sur des tests de sensibilité antimicrobienne classiques dans le traitement de l'infection pulmonaire à Pseudomonas aeruginosa chez les personnes atteintes de mucoviscidose.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment sélectionné les ECR, évalué leur risque de biais et extrait les données des essais éligibles. Les auteurs de la revue ont également contacté les chercheurs de l'essai pour obtenir des informations complémentaires. La qualité des données probantes a été évaluée à l'aide des critères GRADE.

Résultats principaux: 

Les recherches ont permis d'identifier deux ECR multicentriques, en double aveugle, pouvant être inclus dans la revue, avec un total de 78 participants (adultes et enfants) ; un ECR a été réalisé avec des personnes cliniquement stables, le second avec des personnes souffrant d'exacerbations pulmonaires. Les deux ECR ont évalué de manière prospective si l'utilisation des tests de sensibilité antimicrobienne sur biofilm améliorait les résultats microbiologiques et cliniques chez les participants atteints de mucoviscidose et infectés par Pseudomonas aeruginosa. Le critère de jugement principal était la modification de densité du Pseudomonas aeruginosa contenu dans les expectorations entre le début et la fin du traitement antibiotique.

Bien que l'intervention se soit avérée sûre, les données de ces deux ECR n'ont pas fourni de données probantes indiquant que les tests de sensibilité sur biofilm étaient supérieurs aux tests de sensibilité conventionnels, que ce soit en termes de résultats microbiologiques ou de fonction pulmonaire. L'un des essais a également mesuré le risque et le délai avant une exacerbation ultérieure, ainsi que des mesures de qualité de vie, et n'a pas montré de différence entre les groupes en ce qui concerne ces critères de jugement. Les deux ECR présentaient un faible risque global de biais et la qualité des données probantes selon les critères GRADE a été jugée comme moyenne à élevée pour les critères de jugement sélectionnés.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Carole Lescure et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.