Les incitations financières sont-elles efficaces pour modifier les soins de santé ?

Il est très intéressant de déterminer à quel point les incitations financières influencent la qualité des prestations de soins. Les incitations financières sont des sources de motivation extérieures qui existent lorsque les actions d'un individu sont conditionnées par une contrepartie financière. Puisqu'il existe plusieurs revues décrivant l'effet de différents types d'incitations financières, il est important de les rassembler dans une revue de la littérature, afin d'examiner celles qui traitent le mieux du changement de comportement du personnel soignant et de la situation des patients. Nous avons donc effectué une synthèse des revues systématiques évaluant l'impact des incitations financières sur le comportement du personnel soignant et l'état des patients. Nous avons effectué des recherches dans plusieurs bases de données électroniques, depuis leur origine jusqu'au mois de décembre 2008. Nous avons inclus les revues systématiques des études évaluant l'efficacité de tout type d'incitations financières. Nous avons regroupé les incitations financières dans cinq groupes : rémunération pour assurer une période de travail spécifiée ; rémunération pour chaque service, épisode ou visite ; rémunération pour des prestations de soins pour un patient ou une population spécifique ; rémunération pour assurer un niveau pré-spécifique ou pour assurer un changement dans l'activité ou de la qualité des soins ; et les régimes incitatifs mixtes ou d'autres systèmes. Nous avons résumé les données par recensement des suffrages. Nous avons identifié quatre revues ayant examiné 32 études. Deux revues étaient de qualité moyenne et deux de qualité élevée. Les études examinées dans les revues variaient d'une qualité faible à moyenne. La rémunération pour assurer une période de travail spécifiée était globalement inefficace. La rémunération pour chaque service, épisode ou visite était globalement efficace, tout comme l'étaient la rémunération pour des prestations de soins pour un patient ou une population spécifique et la rémunération pour assurer un niveau pré-spécifié ou pour assurer un changement dans l'activité ou de la qualité des soins ; les régimes incitatifs mixtes ou d'autres systèmes avaient une efficacité mitigée. Globalement, les résultats des différentes études sur l'effet des incitations ont démontré qu'elles avaient une efficacité controversée (relative) sur la consultation ou le taux de visites ; qu'elles étaient globalement efficaces pour améliorer les processus des soins, les orientations et les admissions, et les coûts des prescriptions ; et globalement inefficaces pour garantir la conformité avec les recommandations. En nous appuyant sur ces résultats, nous en avons conclu que les incitations financières peuvent être efficaces pour modifier la pratique du personnel soignant. Les preuves regorgent d’importantes limitations méthodologiques, semblent incomplètes et peu généralisées. Nous n'avons trouvé aucune preuve indiquant que les incitations financières peuvent améliorer l'état des patients.

Conclusions des auteurs: 

Les incitations financières peuvent être efficaces pour modifier la pratique du personnel soignant. Les preuves comportent de sérieuses limitations méthodologiques et présentent aussi un caractère complet et une possibilité de généralisation très limités. Nous n'avons pas trouvé de preuves dans les revues qui avaient examiné l'effet des incitations financières sur l'état des patients.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'efficacité des incitations financières dans les prestations de soins revêt un intérêt considérable. Les incitations peuvent être utilisées pour tenter d'augmenter l'utilisation des traitements fondés sur des preuves parmi les professionnels de la santé ou pour stimuler les professionnels de la santé pour qu'ils modifient leur comportement clinique en ce qui concerne les décisions en matière de prévention, de diagnostic et de traitement, ou les deux. Les incitations financières sont une source de motivation extérieure qui existe lorsqu'un individu peut espérer un virement d'argent qui est conditionné par un comportement particulier. Puisqu'il existe de nombreuses revues effectuées dans le secteur de la santé décrivant l'effet de différents types d'incitations financières, il est important de résumer leur efficacité dans une vue d'ensemble afin de distinguer celles qui sont le plus efficaces pour modifier le comportement du personnel soignant et l'état des patients.

Objectifs: 

Effectuer une vue d'ensemble des revues systématiques qui évalue l'impact des incitations financières sur le comportement du personnel soignant et l'état des patients.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié quatre revues ayant examiné 32 études. Deux revues ont été notées avec un score 7 d'après les critères AMSTAR (qualité moyenne, score 5 à 7) et deux avec un score 9 (grande qualité, score 8 à 11). La qualité rapportée des études incluses allait, d'après différentes méthodes, de faible à moyenne. La rémunération pour assurer une période de travail spécifiée était globalement inefficace, améliorant 3/11 résultats dans une étude examinée dans une revue. La rémunération pour chaque service, épisode ou visite était globalement efficace, améliorant 7/10 résultats dans cinq études examinées dans trois revues ; la rémunération pour des prestations de soins pour un patient ou une population spécifique était globalement efficace, améliorant 48/69 résultats dans 13 études examinées dans deux revues ; la rémunération pour assurer un niveau pré-spécifié ou pour assurer un changement dans l'activité ou de la qualité des soins était globalement efficace, améliorant 17/20 résultats signalés dans 10 études examinées dans deux revues ; et les régimes incitatifs mixtes et d'autres systèmes avaient une efficacité mitigée, améliorant 20/31 résultats signalés dans sept études examinées dans trois revues. L'examen de l'effet des incitations financières globalement à travers les catégories de résultats révèle qu'elles avaient une efficacité mitigée sur la consultation ou le taux de visites (améliorant 10/17 résultats dans trois études dans deux revues) ; qu'elles étaient globalement efficaces pour améliorer les processus des soins (améliorant 41/57 résultats dans 19 études dans trois revues), globalement efficaces pour améliorer les orientations et les admissions (améliorant 11/16 résultats dans 11 études dans quatre revues) ; globalement inefficaces pour améliorer la conformité aux critères de jugement des directives (améliorant 5/17 résultats dans cinq études dans deux revues) ; et globalement efficaces pour améliorer les résultats des coûts des prescriptions (améliorant 28/34 résultats dans 10 études dans une revue).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.