Interventions pour la prévention des chutes chez les personnes ayant été victimes d'un accident vasculaire cérébral (AVC)

Problématique de la revue
Quelles modalités d'intervention réduisent les chutes après un AVC ?

Contexte
Des chutes sont couramment signalées et surviennent chez jusqu'à 73 % des personnes un an après un AVC. Toutes les chutes ne sont pas suffisamment graves pour nécessiter des soins médicaux, mais même des chutes non graves peuvent entraîner des restrictions d'activité et engendrer une peur de la chute. Elles sont un facteur de prédiction des futures chutes, ce qui peut restreindre les activités de la vie quotidienne d'une personne et donc nécessiter qu;on s’en préoccupe. Cette revue a porté sur les méthodes efficaces de prévention des chutes chez les personnes ayant subi un AVC, que ce soit d’étiologie hémorragique ou ischémique.

Date de recherche
3 septembre 2018

Caractéristiques des études
Après avoir consulté la littérature scientifique, nous avons inclus 14 études pour un total de 1 358 participants. Nous avons trouvé des études portant sur diverses interventions de prévention des chutes : exercices physiques, visites à domicile avant la sortie d’hôpital pour les patients hospitalisés, fourniture de lunettes à verres unifocaux en lieu et place de verres multifocaux, déambulateur robotisé et stimulation non invasive du cerveau. Les études incluses ont eu lieu dans des unités d’hospitalisation pour patients en phase initiale ou chronique, des unités de soins de jour et des unités de soins de ville.

Sources de financement des études
Aucune

Principaux résultats
Les exercices semblent réduire le taux de chutes, mais pas le nombre de personnes qui chutent après un AVC. Parmi les études qui ont utilisé les exercices comme condition d'intervention, la majorité des études ont demandé aux participants de faire uniquement des exercices. Une étude offrait des exercices ainsi que d'autres composantes, comme des séances de formation sur les chutes. Une autre étude proposait la pratique d'exercices associée à une évaluation complète des risques et à des consultations ultérieures, telles qu'un examen par un optométriste ou le port de nouvelles chaussures, conduisant à un programme personnalisé pour la prévention des chutes.

Outre les exercices, plusieurs autres interventions visant à prévenir les chutes après un AVC ont été étudiées dans la littérature. Une étude a administré une stimulation cérébrale non invasive à des personnes après un AVC et les résultats ont montré un potentiel de diminution du nombre de chutes, mais cette étude doit être répétée avant d'être considérée pour la pratique clinique. Il n’y a pour l'instant pas de données probantes indiquant que les visites à domicile, les lunettes à verres unifocaux au lieu de verres multifocaux ou un déambulateur robotisé réduisent le taux de chutes ou le nombre de personnes qui tombent.

Aucune des études incluses n'a fait état de préjudices graves liés aux conditions d'intervention.

En résumé : il y a peu de preuves que les interventions autres que les exercices sont bénéfiques pour prévenir les chutes chez les personnes après un AVC. La raison principale est qu'il n'existe qu'un nombre limité d'études portant sur les personnes ayant été victimes d'un AVC ou comprenant un sous-groupe de personnes ayant subi un AVC dans l'étude. De plus, les études sur les chutes ne suivent pas toujours les recommandations méthodologiques connues, particulièrement en ce qui concerne la définition de la chute et le temps après l’AVC. Des recherches qui font consensus, mieux rapportées et avec un nombre adéquat de participants, pourraient permettre d'établir davantage l'utilité des exercices pour réduire les chutes après l'AVC.

Valeur probante des données
La qualité des données probantes sur le taux et le nombre de chutes varie de très faible à faible dans les cinq comparaisons, ce qui signifie que nous avons une certitude très faible à faible dans ces résultats. Les principales raisons du déclassement des données probantes étaient l'absence d'insu vis à vis des résultats de chutes et le fait que la majorité des comparaisons n’incluait qu’une seule étude.

Conclusions des auteurs: 

À l'heure actuelle, il existe très peu de données probantes sur les interventions autres que les exercices visant à réduire les chutes post-AVC. Il existe des preuves de qualité faible à très faible qu’il est bénéfique pour cette population de faire des exercices pour prévenir les chutes, mais pas pour réduire le nombre de personnes qui tombent.

La recherche sur les chutes ne suit pas en général ou de façon constante les normes méthodologiques de référence, surtout en ce qui concerne la définition de la chute et le temps après l'AVC. Des recherches plus approfondies et bien documentées devraient permettre d'établir la contribution des exercices de réduction des chutes, en particulier par phase, après l'AVC.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les chutes sont l'une des complications les plus fréquentes après un AVC, l'incidence signalée se situant entre 7 % la première semaine et 73 % la première année suivant l'AVC. Il s'agit d'une version mise à jour de la Revue Cochrane originale publiée en 2013.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité des interventions visant à prévenir les chutes chez les personnes ayant été victimes d'un AVC. Notre principal objectif était de déterminer l'effet des interventions sur le taux de chutes (nombre de chutes par année-personne) et le nombre de personnes qui tombent. Nos objectifs secondaires étaient de déterminer les effets des interventions visant à prévenir les chutes sur 1) le nombre de fractures liées aux chutes ; 2) le nombre d'admissions à l'hôpital liées aux chutes ; 3) les quasi-chutes ; 4) l'évaluation économique ; 5) la qualité de vie ; et 6) les effets indésirables des interventions.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté les registres des essais cliniques du Cochrane Stroke Group (septembre 2018) et du Cochrane Bone, Joint and Muscle Trauma Group (octobre 2018) ; le Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL ; 2018, numéro 9) de la Cochrane Library ; MEDLINE (1950 à septembre 2018) ; Embase (1980 à septembre 2018) ; CINAHL (1982 à septembre 2018) ; PsycINFO (1806 à août 2018) ; AMED (1985 à décembre 2017) et PEDro (septembre 2018). Nous avons également effectué des recherches dans les registres d'essais et vérifié les listes de références.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés d'interventions où l'objectif primaire ou secondaire était de prévenir les chutes chez les personnes ayant été victimes d'un AVC.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue (SD et WS) ont choisi indépendamment les études à inclure, ont évalué la qualité des essais et le risque de biais, et ont extrait les données. Nous avons réglé les désaccords par la discussion et avons communiqué avec les auteurs de l'étude pour obtenir des renseignements supplémentaires au besoin. Nous avons utilisé un rapport de taux et un intervalle de confiance (IC) de 95 % pour comparer le taux de chutes (p. ex. chutes par année-personne) entre le groupe d'intervention et le groupe témoin. Pour le risque de chute, nous avons utilisé le risque relatif et l'IC à 95 % sur la base du nombre de personnes tombées dans chaque groupe. Nous avons mis en commun les résultats lorsque cela était approprié et appliqué GRADE pour évaluer la qualité des données probantes.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 14 études (dont six ont été publiées depuis la première version de cette revue en 2013), avec un total de 1358 participants. Nous avons trouvé des études qui étudiaient les programmes d’exercices, les visites à domicile avant la sortie d’hôpital pour les patients hospitalisés, la fourniture de lunettes à verres unifocaux en lieu et place de verres multifocaux, un déambulateur robotisé et la stimulation non invasive du cerveau pour prévenir les chutes.

Exercice comparé à un contrôle pour la prévention des chutes chez les personnes après un AVC
Les résultats regroupés de huit études ont montré que l'exercice pourrait réduire le taux de chutes, mais nous ne sommes pas certains de ce résultat (rapport de taux de 0,72, IC à 95 % : 0,54 à 0,94, 765 participants, données probantes de faible qualité). L'analyse de sensibilité pour les interventions à exercice unique, omettant les études faisant appel à des interventions multiples/multifactorielles, a également révélé que l'exercice pourrait réduire le taux de chutes (rapport de taux 0,66, IC à 95 % : 0,50 à 0,87, 626 participants). L'analyse de sensibilité de l'effet dans la phase chronique suivant l'AVC n'a entraîné que peu ou pas de différence dans le taux de chutes (taux de 0,58, IC à 95 % : 0,31 à 1,12, 205 participants). Une analyse de sensibilité ne comprenant que des études à faible risque de biais n'a révélé que peu ou pas de différence dans le taux de chutes (taux de 0,88, IC à 95 % : 0,65 à 1,20, 462 participants). Les limites méthodologiques signifient que nous avons très peu confiance dans les résultats de ces analyses de sensibilité.

En ce qui concerne le critère de jugement du nombre de personnes qui sont tombées, nous sommes très incertains de l'effet des exercices par rapport à la condition de contrôle, d'après les résultats regroupés de 10 études (ratio de risque de 1,03, IC à 95 % : 0,90 à 1,19, 969 participants, données très peu fiables). Les mêmes analyses de sensibilité que celles décrites ci-dessus nous donnent très peu de certitude quant à savoir s’il y a peu ou pas de différences dans le nombre de personnes qui tombent (interventions uniques : ratio de risque 1,09, IC à 95 % : 0,93 à 1,28, 796 participants ; phase chronique post-AVC : ratio de risque 0,94, IC à 95 % : 0,73 à 1,22, 375 participants ; faible risque de biais : ratio de risque 0,96, IC à 95 % : 0,77 à 1,21, 462 participants).

Autres interventions pour prévenir les chutes chez les personnes après un AVC
Nous ne savons pas avec certitude si les interventions autres que l'exercice réduisent le taux de chutes ou le nombre de personnes qui tombent. Nous avons relevé des preuves de très faible certitude lorsque nous avons examiné l'effet des visites à domicile avant la sortie d’hôpital (ratio de fréquence 0,85, IC à 95 % : 0,43 à 1,69 ; ratio de risque 1,48, IC à 95 % : 0,71 à 3,09 ; 85 participants), la fourniture de lunettes à verres unifocaux en lieu et place de verres multifocaux aux personnes portant régulièrement des lunettes à foyer multiple (ratio de fréquence 1.08, IC à 95 % 0,52 à 2,25 ; ratio de risque 0,74, IC à 95 % 0,47 à 1,18 ; 46 participants) et un déambulateur robotisé (ratio de taux 0,44, IC à 95 % 0,16 à 1,21 ; ratio de risque 0,44, IC à 95 % 0,16 à 1,22 ; 42 participants).

Enfin, la stimulation transcrânienne à courant continu (en anglais : transcranial direct current stimulation, tDCS) a été utilisée dans une étude pour examiner l'effet sur les chutes après un AVC. Nous avons peu de certitude que la tDCS active puisse réduire le nombre de personnes qui tombent par rapport à la tDCS factice (rapport de risque de 0,30, IC à 95 % : 0,14 à 0,63 ; 60 participants).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.