Effets indésirables touchant le foie après le traitement du cancer infantile

Problématique de la revue

Nous avons examiné les données probantes sur les effets du traitement du cancer chez les enfants sur le risque d'effets indésirables pour le foie.

Contexte

Au cours des dernières décennies, des progrès dans le traitement du cancer de l'enfant ont sensiblement amélioré les taux de survie. Avec l'amélioration des pronostics, des complications tardives liées au traitement sont malheureusement apparues. Des lésions hépatiques sont l'un des effets indésirables pouvant survenir en raison du traitement d'un cancer de l'enfant. Les effets indésirables hépatiques sont fréquents pendant et peu après le traitement. Toutefois, les preuves d'effets indésirables touchant le foie de nombreuses années après le traitement ne sont toujours pas concluantes. L'effet indésirable sur le foie résultant du traitement des cancers infantiles est le plus souvent subclinique (asymptomatique). Si la maladie hépatique devient symptomatique, les plaintes d'une personne peuvent inclure la fatigue, la jaunisse, la nausée, la perte de poids et la douleur abdominale. L'élaboration des futures politiques de traitement et de suivi devrait être fondée sur des données probantes de grande qualité sur le risque d'effets indésirables sur le foie et les facteurs de risque connexes.

Caractéristiques des études

Les données probantes sont à jour jusqu’en janvier 2018.

Nous avons trouvé 33 études de cohortes examinant les effets indésirables du foie après le traitement du cancer chez les enfants. Il y avait 7 876 patients atteints de cancer qui ont été traités pour différents types de cancer infantile, en particulier par chimiothérapie, radiothérapie et greffe de moelle osseuse. La durée moyenne du suivi dans les études qui l'ont signalé variait de deux ans après la fin du traitement à 25 ans après le diagnostic primaire de cancer.

Résultats principaux

Nous avons constaté que de 1 % à 53 % des survivants du cancer chez les enfants ont développé des effets indésirables sur le foie après le traitement du cancer, mesurés par les enzymes hépatiques dans le sang. La radiothérapie du foie augmente le risque d'effets indésirables tardifs touchant le foie. De plus, le busulfan, la thioguanine ou la chirurgie hépatique peuvent également augmenter le risque. De plus, les survivants ayant une hépatite virale chronique, un syndrome métabolique, un indice de masse corporelle plus élevé, une consommation d'alcool plus élevée, une consommation de statines, d'ethnicité blanche non hispanique, avec une période plus longue depuis le diagnostic de cancer et un âge plus avancé au moment du diagnostic semblaient présenter un risque accru de réactions indésirables au niveau du foie.

Valeur probante des données

Toutes les études présentaient des problèmes liés à la qualité des données probantes.

Conclusions des auteurs: 

La prévalence des effets hépatiques indésirables tardifs parmi les études ayant une définition adéquate des résultats variait considérablement de 1 % à 53 %. Les données probantes suggèrent que la radiothérapie impliquant le foie, un IMC plus élevé, une hépatite virale chronique et une période de suivi plus longue ou un âge plus avancé au moment du suivi augmentent le risque d'effets hépatiques indésirables tardifs. De plus, les données pourraient suggérer que le busulfan, la thioguanine, la chirurgie hépatique, une consommation accrue d'alcool (>14 unités par semaine), le syndrome métabolique, l'utilisation de statines, l'appartenance ethnique blanche non hispanique et l'âge avancé au moment du diagnostic de cancer augmentent le risque d'effets hépatiques indésirables tardifs. Des études de bonne qualité sont nécessaires pour évaluer les effets des différentes doses thérapeutiques, les tendances temporelles et les facteurs de risque associés après un traitement antinéoplasique du cancer infantile.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les taux de survie se sont sensiblement améliorés suite à des traitements plus efficaces du cancer de l'enfant. Avec l'amélioration des pronostics, des complications tardives liées au traitement sont malheureusement apparues. Les complications hépatiques sont courantes pendant et peu après la fin du traitement d'un cancer de l'enfant. Cependant, chez les survivants du cancer infantile à long terme, le risque d'effets hépatiques indésirables tardifs est en grande partie inconnu. Pour prendre des décisions éclairées au sujet du traitement futur du cancer et des politiques de suivi, il est important de connaître le risque d'effets hépatiques indésirables tardifs et les facteurs de risque qui y sont associés. Ceci est une version mise à jour d'une revue Cochrane publiée précédemment.

Objectifs: 

Évaluer toutes les preuves existantes sur l'association entre le traitement antinéoplasique (c'est-à-dire la chimiothérapie, la radiothérapie impliquant le foie, la chirurgie impliquant le foie et la greffe de moelle osseuse) pour le cancer infantile et les effets indésirables hépatiques tardifs.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans le Registre central des essais contrôlés Cochrane (CENTRAL) (The Cochrane Library 2018, numéro 1), MEDLINE (1966 à janvier 2018) et Embase (1980 à janvier 2018). De plus, nous avons consulté des listes de références d'articles pertinents et parcouru les actes du congrès de l'International Society of Paediatric Oncology (SIOP) (de 2005 à 2017) et de l'American Society of Pediatric Hematology/Oncology (ASPHO) (de 2013 à 2018) électroniquement.

Critères de sélection: 

Toutes les études, à l'exception des rapports de cas, des séries de cas et des études portant sur moins de 10 patients qui ont examiné l'association entre le traitement antinéoplasique du cancer chez les enfants (âgés de 18 ans ou moins au moment du diagnostic) et les effets hépatiques indésirables tardifs (un an ou plus après la fin du traitement).

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de l'étude ont procédé indépendamment à la sélection de l'étude et à l'évaluation du " risque de biais ". L'évaluation du " risque de biais " était fondée sur des listes de contrôle antérieures pour les études observationnelles. Pour la version originale de la revue, deux auteurs ont procédé indépendamment à l'extraction des données. Pour la mise à jour de la revue, l'extraction des données a été effectuée par un chercheur et vérifiée par un autre.

Résultats principaux: 

Treize nouvelles études ont été identifiées pour la mise à jour de cette revue. Au total, nous avons inclus 33 études de cohortes, dont 7 876 participants, portant sur les effets hépatiques indésirables tardifs après un traitement antinéoplasique (en particulier la chimiothérapie et la radiothérapie) pour différents types de cancer infantile, tant hématologique que malin solide. Toutes ces études présentaient des limitations méthodologiques. La prévalence des effets indésirables hépatiques tardifs, tous définis de façon biochimique, variait considérablement, entre 0 % et 84,2 %. La sélection d'études où le critère de jugement relatif aux effets hépatiques indésirables tardifs était bien défini, l'alanine aminotransférase (ALT) étant supérieure à la limite supérieure de la normale, indiquant une atteinte hépatique cellulaire, a donné lieu à huit études. Dans ce sous-groupe, la prévalence des effets hépatiques indésirables tardifs variait de 5,8 % à 52,8 %, la durée médiane du suivi variant de trois à 23 ans depuis le diagnostic de cancer dans les études qui ont rapporté la durée médiane du suivi. Un processus de sélection plus rigoureux, utilisant la définition du critère de jugement de l'ALT supérieure à deux fois la limite supérieure à la normale, a donné lieu à cinq études, avec une prévalence variant de 0,9 % à 44,8 %. Une étude a porté sur les lésions des voies biliaires, définies comme étant la gamma-glutamyltransférase (γGT) au-dessus de la limite supérieure de la normale et au-dessus du double de la limite supérieure à la normale et a rapporté une prévalence de 5,3 % et 0,9 %, respectivement. Trois études ont porté sur la perturbation de la fonction biliaire, définie comme étant la bilirubine au-dessus de la limite supérieure à la normale et ont rapporté des prévalences allant de 0 % à 8,7 %. Deux études ont montré que le traitement par radiothérapie impliquant le foie (surtout après qu'un pourcentage élevé du foie ait été irradié), un IMC plus élevé et un temps de suivi plus long ou un âge plus avancé lors de l'évaluation ont augmenté le risque de lésions hépatiques cellulaires dans les analyses multivariées. De plus, il a été suggéré que le busulfan, la thioguanine, la chirurgie hépatique, l'hépatite C virale chronique, le syndrome métabolique, l'utilisation de statines, l'ethnicité blanche non hispanique et la consommation accrue d'alcool (> 14 unités par semaine) augmentent le risque de lésions hépatiques dans les analyses multivariées. Il a également été démontré que l'hépatite virale chronique augmentait le risque de lésions hépatiques cellulaires dans six analyses univariables. De plus, une étude a montré que le traitement par radiothérapie impliquant le foie, un IMC plus élevé, une consommation d'alcool plus élevée (> 14 unités par semaine), un temps de suivi plus long et un âge plus avancé au moment du diagnostic de cancer augmentent le risque de lésions des voies biliaires dans une analyse à variables multiples.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.